Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2014

Si Israël tombe, nous tomberons tous ! José Maria-Aznar ex P.M d'Espagne.

Lui il sait de quoi il parle et il n'a pas peur de mettre les chefs d'État d'occident devant leurs responsabilités envers leurs peuples en les obligeant à défendre l'avenir de notre civilisation. Qu'ils arrêtent d'obéir au Maître de la Terre et accessoirement président des États-Unis d'Amérique, Barak Hussein Obama, pays qu'il est en train de ruiner. Ne le suivez pas. Soutenir Israël c’est sauver la démocratie, notre avenir et la liberté. Et non se laisser endormir par la takia (l’art de tromper l’ennemi) que le musulman utilise avec habilité. Ils apprennent à mentir avant de savoir marcher et après ils vous tuent. J'exagère à peine! 

jose-maria-aznar-real-madrid.jpg

 

Sur la photo de M.  José Maria-Aznar vous aurez remarqué que sur l’emblème [armoirie] apparaît une petite croix sur la couronne, or celui-ci a été modifié, car sur le polo (pull) du Real Madrid désormais est affiché Fly Emirates. La petite croix sise au faîte de la couronne, symbole catholique, fut enlevée à la demande du nouvel associé du club de foot les Émirats arabes unis (Dubaï). Son retrait fut rendu possible grâce à la lâcheté, la soumission et à la perfidie du PM d’alors le socialiste José Luis Rodriguez Zapattero… qui n’aimait pas de toute façon voir une croix. Ici plus-bas voyez une photo de famille de ce dernier alors reçu à la Maison-Blanche par Obama. Le noir gothique semble être à l’honneur dans la famille Zapattero non ? Des pieds à la tête! 

Charles Ed. Durand

Zapatero et sa famille avec Obama.jpg

Dans le torrent d’incompréhension, d’hypocrisie et de haine qui frappe Israël, il convient de souligner la prise de position courageuse et lucide exprimée par l’ancien Premier ministre espagnol José-Maria Aznar dans le journal londonien « Times »[21 août] de jeudi. Le titre de l’article est déjà en soi éloquent, et reprend ce qu’avertissent en vain depuis longtemps certains dirigeants israéliens à l’encontre de l’Occident : « Si Israël tombe, nous tomberons tous ! ».

Il a payé de sa carrière la politique menée par son pays face au terrorisme : lors des élections qui suivaient de quelques jours les terribles attentats de Madrid, en mars 2004, le gouvernement Aznar tombait contre toute attente, donnant ainsi une victoire politique à Al-Qaïda, qui affirmait fièrement « que le peuple espagnol avait puni son gouvernement pour son soutien à l’Amérique ». Le nouveau Premier ministre, Luis-José Zapatero, annonçait immédiatement son intention de retirer les troupes espagnoles d’Irak.

Dans cet article retentissant, José-Maria Aznar appelle l’Europe « à refuser les appels à la destruction d’Israël, car le lien qui lie l’État juif à l’Occident est indispensable tout comme la collaboration entre Juifs et Chrétiens». L’ancien Premier ministre n’utilise pas la langue de bois : « La colère contre Israël à propos de Gaza est une immense erreur. Nous ne devons pas oublier qu’Israël est le meilleur allié de l’Occident dans cette région si tendue (…) Dans un monde idéal, l’arraisonnement du ‘Marmara’ ne se serait pas soldé par la mort de neuf personnes, dans un monde idéal, les soldats auraient été accueillis autrement, et dans un monde idéal, aucun pays – comme l’a fait la Turquien’aurait organisé et soutenu une expédition dans le but de mettre un pays ‘ami’ dans une situation impossible, sommé de choisir entre renoncer à sa sécurité et une confrontation avec le monde entier ».

Aznar accuse sévèrement les réactions des pays européens dans l’affaire de la flottille : « La colère aveugle exprimée par les pays européens leur a fait perdre toute notion de raison et de logique, qui aurait dû les faire aboutir à la conclusion suivante : Israël est un État légitimé par l’ONU, et dont l’existence ne peut être objet de discussion. C’est un pays aux racines démocratiques profondes, un pays dynamique, avec une société ouverte qui se distingue sur le plan culturel, scientifique et technologique. C’est un pays aux valeurs occidentales, mais qui se situe dans un environnement particulier, confronté à la guerre, aux attentats terroristes aveugles, et aujourd’hui, à la montée de l’islam radical et ses alliés qui œuvrent pour délégitimer son existence. Durant 62 ans, ce pays n’a pas connu une minute de tranquillité ».

Aznar avertit les Européens « que l’Islam radical et l’hégémonie iranienne ne constituent pas seulement une menace pour Israël mais pour le monde libre tout entier», et les accuse « de réagir à ces phénomènes de manière complètement erronée ». « Il est très facile d’accuser Israël de tous les problèmes du Proche-Orient », poursuit-il, « et j’affirme que certains en Europe vont même jusqu’à penser qu’il faudrait sacrifier Israël pour arriver à une entente avec le monde musulman, ce qui est une pensée stupide et à courte vue. Israël est notre première ligne de front dans un Proche-Orient menacé de chaos. Et si Israël tombait, nous tomberions alors tous. L’Europe me semble avoir oublié les raisons morales et stratégiques qui fondent le droit d’Israël à exister, et malheureusement, j’ai l’impression que les États-Unis (sous Barak Hussein Obama) commencent à aller dans la même direction ».

Et de conclure de manière magistrale : « Abandonner Israël à son sort aujourd’hui serait la plus belle preuve de la profondeur de notre vide, et nous devons à tout prix empêcher que cela arrive. Nous devrions nous inquiéter de notre attitude agressive envers Israël, car elle reflète la perte de nos valeurs occidentales. La force d’Israël est la nôtre, sa faiblesse sera la nôtre. »

L’ancien Premier ministre espagnol explique à la fin de son article que ce sont toutes les raisons évoquées qui l’ont poussé à lancer l’initiative du mouvement « Les amis d’Israël», duquel feront partie notamment David Trimble, Prix Nobel de la Paix et ancien Premier ministre d’Irlande du Nord, John Bolton, ancien ambassadeur des États-Unis à l’ONU, Alejandro Toledo, ancien président du Pérou, Marcello Pera, ancien Président du Sénat italien, Piama Nirenstein, politicienne et écrivain italienne, l’homme d’affaires Robert Agostinelli et le penseur catholique américain George Weigel.

« Le but de ce mouvement n’est pas de juger ou de soutenir la politique suivie par Jérusalem, mais de soutenir de toutes nos forces le droit d’Israël à exister et à se défendre, et de nous opposer aux États et aux organisations internationales qui sapent sa légitimité. Si la partie juive de notre héritage disparaît, nous, chrétiens sommes perdus. Que nous le voulions ou non, nos destins sont liés».

auteur: Rony Akrich

source: Tel-Avivre

ADDENDA Je me souviens...

Mother Theresa.jpg

Photos: Archives personnelles.

tags: Espagne, José Maria-Aznar, emblème, croix, couronne, Émirats arabes unis, Dubaï, Fly Emirates, pull, le Real Madrid, José Luis Rodriguez Zapattero, gothique, famille, Maison-Blanche, Times of London, 21 août, Al  Quaïda, Gaza, flottille, le Marmara arraisonné, Turquie, Irak, société ouverte, démocratique, valeurs occidentales, Proche-Orient, valeurs occidentales, les amis d'Israël. Amis d'israël, David Trimble, Johne Bolton, Morher Theresa.                                                 

22/07/2014

Les médias gazent les esprits et les Goebbels sont les falsificateurs de notre temps.

soldats du Tsahal.png

Israël est dénoncé par nos prétendus experts qui en réalité sont les idiots utiles du Hamas. Il y en a au Québec et en France ils sont légions... qui pratiquent la falsification et qui fourbissent leurs claviers et dégainent leur rage et haine contre Israël.

Je suis tanné d'écouter ces baby-boomers et vieux journalistes désabusés soumis aux ordres, (le Stalinisme est dans leur veine) puis ces jeunes journalistes (LCN) qui se font commentatrices et ces géopoliticiens de gauche qui ne font que copier ce que leur rapportent Reuters et CNN. La Barakomanie fait son œuvre...

Hier, de Gaza on nous montrait à la télé un homme portant une djellaba verte il était avec deux sauveteurs et soudain il monte sur un amas de débris et de l’autre côté de la rue quelqu’un lui tire dessus et le tue. Qui a-t-on désigné comme responsable ? Israël. Il est vrai que l’on n’a pas dit que l’on a vu un soldat de Tsahal, mais on a caché la vérité, on n'a pas tout dit. 

La vérité est simple. Les autorités du Hamas dans la bande de Gaza ont demandé aux gazaouis de ne pas écouter les appels téléphoniques ni de lire les tracts provenant du Tsahal (l’armée Israélienne) qui les avertit 3 heures avant le début de l’opération militaire et surtout le Hamas leur interdit de quitter leurs maisons. Des milliers ont défié l’ordre des forces de sécurités du Hamas devenant ainsi des traîtres. Malheur à ceux qui ont déguerpi ils seront tués s’ils reviennent. Voilà ce qui est arrivé à cet homme. Un sniper palestinien du Hamas a tiré sur ce Palestinien. Oui un civil.

 

Et pendant ce temps-là à Paris et à Sarcelles de charmants islamistes manifestent et larmoient, Dieu qu'ils sont attendrissants, ne trouvez-vous pas? Non ce n'est pas à l'intérieur de la Bande de Gaza, mais bien en France. Évidemment si vous les laisser faire et que François H et Emm Valls s'en fichent alors déménager ou prenez-vous en mains. Connaissez-vous les paroles de la Marseillaise ? Allons enfants de la Patrie le jour de gloire est arrivé...contre nous de la tyrannie... aux ''arbres'' citoyens... marchons marchons etc.

 

 

barbes-gaza-sarcelles.jpg

 

TVA a intérêt à cesser de pratiquer la falsification de l’information et de manipuler la population. Les nouvelles journalistes de TVA soient, elles sont ignorantes ou paresseuses. Consultez des pionnières comme Denise Bombardier et Lysiane Gagnon. Ou alors vous êtes des antisémites. Il est vrai que pour faire carrière dans les médias au Québec il vaut mieux être de gauche. Pour nos journalistes en herbe, je vous donne à regarder trois vidéos. La première : le Rav Dynovisz qui lance un défi aux pro-palestiniens, la deuxième de quelqu’un qui sait ce qu’est le Dieu de l’Islam et il connaît fort bien le HAMAS. Son père est l’un des fondateurs et un leader du Hamas et lui-même en fut membre. Il dénonce le Coran, le Dieu de l’Islam et le Hamas. Il ne dénonce pas les musulmans loin s'en faut et la troisième des enfants palestiniens utilisés par des adultes et des parents pour provoquer des réactions violentes chez les soldats israéliens. Cette vidéo devrait intéresser TVA. Elle fait sensation.

Gens des médias c’est gratuit et vous en sortirez un peu moins déboussolé. Si quelqu’un a un contacte à Rome prévenir le cardinal Jean-Louis Tauran. Il n’est jamais trop tard pour ouvrir son esprit et remettre en question certaines certitudes politiques.

Désolé, mais je suis tanné d’écouter les Nouvelles de TVA ou de Radio-Pravda. TVA ou LCN j’ai l’impression depuis 2 ans que le service des Nouvelles renoue avec son passé, l’époque rachitique du service des nouvelles de Télé-Métropole. Dieu que ça faisait dur.

Il n’est jamais trop tard de se ressaisir et de donner une information de qualité. Arrêtez de biaiser l’information et de baiser votre auditoire. Nous ne sommes pas tous des cons.

Charles Éd. Durand 

photos: soldats revenus du front, Français arabisés de France.

tags: Israël, Bande de Gaza, Hamas, Tsahal, TVA, Gazaouis, Denise Bombardier, Lysiane Gagnon, LCN, Télé-Métropole, LCN, Goebbel, Sarcelles, Radio-Pravda, Cardinal Jean-Louis Tauran, Le Rav Dynovisz, Israël, Palestiniens.

1) vidéo : Le rav Dynovisz lance un défi...

2) vidéo: Le fils d'un leader du Hamas...

3) vidéo: Les enfants palestiniens utilisés...


                  

 


            


            

15/07/2014

Pogroms à Paris : Les loups sont dans Paris et ils ont faim. Ils arpentent vos rues.

14 juillet 2013-2014.jpg

Merci à Allan le Pilar pour cette photo éditoriale

Le silence des médias et la désinformation font recette. On tue la France au nom de la RÉPUBLIQUE. Debout! peuple de France. L'islam, tel est son ADN, dévore les Juifs et les chrétiens sans état d'âme ni remord. Les Services de renseignements des pays civilisés d'Occident de la Russie, de l'Asie du Sud Est et de l'Océanie estiment que le nombre de musulmans extrémistes se situe entre 15 et 25%, sur un total de 1 milliard 200,000 disciples et fidèles de Mahomet dans le monde; cela représente entre 125 millions et 300 millions d'adeptes du jihadiste. Ce nombre n’est pas négligeable. Non? En France sur 6 millions de musulmans cela fait en gros plus ou moins 750,000 extrémistes.                                             

djihadistes-à-Paris.jpg

                                Les pacifistes des Médias de France     

Voici un article de Jean Szlamowicz, Professeur des Universités, linguiste et auteur de Détrompez-vous! les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées (éditions intervalles).  Veuillez noter que j'ai écourté le texte de son auteur à seul fin de répondre à une considération la patience du lecteur. L'ère du texto, des portables et des phrases tronquées par des consonnes ne peuvent être ignorés. Exemple: Avant je savais bien écrire ! et, un jour, j’ai eu un téléphone portable: é depui il c produi kelk choz 2 bizar…

 

 

Je donne plus bas le lien pour lire l'intégral du texte paru dans Europe Israël.

Charles Éd. Durand

« La narration des événements construit leur perception et la terminologie utilisée permet de manipuler la vision des faits. En France, quand des centaines de jihadistes veulent casser du Juif, il s’agit de « tensions » ou de « heurts ». Face à des émeutes anti-juives à Paris, comme d’habitude pour les médias officiels, il n’y a rien à signaler. Suite aux manifestations jihadistes contre Israël du 13 juillet à Paris et l’attaque de la synagogue… le schéma narratif habituel des médias français s’est mis en place : atténuation des faits, justification des attaques et retournement de l’accusation contre les Juifs. »

Le caractère volontariste de cette narration mensongère, aisément démontable par l’analyse de texte, constitue un véritable scandale qui met en péril (…..) le droit à une information qui rende véritablement compte de la situation d’insécurité existant en France, pour les Juifs comme pour toute personne s’opposant aux islamistes.

De l’atténuation à la falsification.

L’article de l’AFP, recopiée littéralement par Libération ou 20 minutes, a servi de base à la plupart des comptes-rendus. Cette dépêche construit minutieusement une version expurgée de la tentative de pogrom. A lire ce texte lénifiant, on croirait qu’il ne s’est rien passé : cette atténuation même contribue à présenter les Juifs comme des paranoïaques. En voici le lien : 

(http://www.liberation.fr/societe/2014/07/13/des-heurts-a-paris-a-l-issue-d-une-manifestation-pro-palestinienne_1063299)

L’article ne cesse de rappeler le caractère innocent de la manifestation, ce qui en sauvegarde les revendications :

- « Dimanche, des heurts ont émaillé la fin de la manifestation parisienne. ». On remarque la poétisation (avec le cliché journalistique que constitue la métaphore de l’émail) et le rejet des heurts comme appendices non définitoires de la manifestation. Rappelons que le défilé a constitué un véritable appel à la guerre sainte en brandissant des effigies de roquettes à envoyer sur Israël (que les manifestants embrassaient !) et en criant « Allahou Akbar », « Mort aux Juifs », « Sales Blancs », « On va vous cramer », « Hitler avait raison ».

- L’auteur de l’article ne cesse de minimiser les faits :

« Des heurts limités avec les forces de l’ordre ont éclaté dans certaines rues. »

« Des dégâts légers ont été causés à des devantures de commerces. »

« Les échauffourées n’ont pas duré très longtemps et ne se sont pas propagées au reste de la manifestation »

« Selon la préfecture de police, ces heurts étaient dus à de petits groupes de jeunes gens qui ont été «facilement contenus». Il n’y a pas eu de blessés. Il y a eu six interpellations. »

« Samedi, des manifestations similaires avaient eu lieu dans le calme à Bordeaux […] et à Marseille. »

« Limités », « légers », « pas très longtemps », « petits groupes », « pas de blessés », « calme »… il s’agirait en somme d’un non-événement. 

Selon l'AFP ‘Dans le calme, la foule, très jeune et féminine, a scandé des slogans comme: «Nous sommes tous des Palestiniens!», «Israël assassin!» ou «Une seule solution, fin de l’occupation!».’

«L’innocence féminine est invoquée par le journaliste afin de dédouaner le cortège de toute accusation de violence. Comme si les femmes ne pouvaient pas être militantes et comme si leur mise en avant ne faisait pas partie d’une stratégie de communication. La réalité du défilé n’était d’ailleurs pas sa féminité. Le journaliste de l'AFP est responsable de la falsification» et conséquemment de la désinformation véhiculée par les Médias. 

- « En marge de la manifestation, «certains individus ont provoqué des troubles et ont essayé de pénétrer par la force dans deux synagogues situées rue des Tournelles et rue de la Roquette» mais «en ont été empêchés par les forces de l’ordre», a dénoncé dans un communiqué la maire de Paris Anne Hidalgo,(PS) appelant «au calme face aux tensions» au Proche-Orient.

 

Le recours insistant aux mêmes techniques rhétoriques pour minorer les faits est à l’œuvre : « en marge de la manifestation » permet une nouvelle fois de dissocier l’attaque de la synagogue des positions politiques exprimées par la manifestation. La notion d’« individu » permet de souligner le caractère isolé de l’initiative alors qu’une bonne centaine de personnes a investi la rue de la Roquette.

 

- Dans sa construction même, l’article manipule le récit. En donnant d’abord la parole à la version « pro-palestinienne », le texte construit une narration première que l’ajout d’une parole juive en fin d’article ne viendra pas modifier. C’est une tactique narrative classique : on établit une version des faits avec des termes virulents et, pour donner l’impression d’un équilibre des positions, on donne ensuite la parole à une autre version, quantitativement moins importante, stylistiquement moins percutante et augmentée de soupçons (« Le président du Consistoire central, Joël Mergui, a affirmé que […] » revient à donner à ses propos une valeur strictement subjective).

 

Que de telles manifestations soient autorisées malgré leur risque évident pour l’ordre public en dit long sur la peur des pouvoirs publics vis-à-vis d’une entité désormais bien réelle en France, à savoir « la rue arabe », facteur d’émeute latent. Cette peur est prolongée par le retrait critique des médias qui préfèrent « comprendre » les manifestants que les fustiger pour ce qu’ils sont, à savoir des islamistes antisémites violents.

Voici une vidéo qui rend compte de la prétendue manifestation féminine et bon enfant.





Pourtant, les vidéos abondantes qui ont été prises par des riverains donnent une autre image de ce qui a bel et bien été l’assaut d’une synagogue. Une description plus objective ferait état d’attaque à l’aide de battes de base-ball et de barres de fer (les outils naturels d’une manifestation pacifique, bien sûr, sans aucune préméditation d’agression), de Juifs terrés dans la synagogue pour ne pas se faire lyncher, des passants insultés, des membres de la LDJ empêchant les émeutiers d’investir la synagogue, des brigades d’émeutiers avec barres de fer se baladant rue des Rosiers ou rue de Turenne pour tenter de casser les « magasins juifs ».

Précisons que, dans la gestion du récit, l’anonymat du texte de l’AFP contribue à son effet d’autorité : il n’est pas attribuable à une personne spécifique, mais émane d’une autorité, ce qui tend à présenter son contenu comme factuel et objectif.

Justification

- L’article reproduit avec une gourmandise patente les slogans de la manifestation qui présentent Gaza comme victime d’Israël (‘Au lendemain de la «petite finale» du Mondial de football, une pancarte indiquait «Brésil-Pays-Bas 0-3, Israël-Gaza 0-125 tués. Qu’attend le monde pour réagir?»’). L’article décide de faire l’impasse sur les « Allahou Akbar » et les « Morts aux Juifs » qui ne sont pas mentionnés.

 

- « De nombreux manifestants portaient à bout de bras des pancartes sur lesquelles ils avaient collé des photos, tirées de sites web, représentant des enfants palestiniens tués ou blessés, des maisons rasées ou des champignons de fumée montant de quartier de Gaza bombardés. »

 

L’auteur de l’article n’exprime aucun recul sur la réalité décrite par ces pancartes qui sont présentées comme décrivant des faits. On sait pourtant (même Libération l’a reconnu !) que ces images proviennent pour la plupart de Syrie.

 

 

bouclier d'enfants pour le Hamas 1.png

Lance roquettes

Enfants servant de boucliers au Hamas

- Le texte cite les propos des manifestants avec une neutralité de complaisance qui revient à promouvoir le discours ainsi reproduit sans aucune distance critique et sans correction des faits : «Je suis venu pour dire non à ce massacre», a dit à l’AFP Amid Hamadouch, 30 ans, un autocollant «Boycott d’Israël, Etat raciste» sur son blouson. «Ils bombardent des innocents. Il y a certes des missiles lancés du côté du Hamas, mais la riposte israélienne est disproportionnée. Ils attaquent la population civile et non les responsables du Hamas.»

 

 

Bouclier enfants pour le Hamas.png

Enfants boucliers humains

En reproduisant les arguments des manifestants, l’article abonde dans le sens de leur discours et justifie les appels à la violence auxquels ils participent. Le procédé stylistique de l’hypotypose contribue à rendre vivante l’horreur de la guerre (portraits d’enfants tués, bombardements, etc.) : cet appel à l’émotion est cependant largement biaisé puisqu’il ne montre jamais d’autre point de vue que celui du Hamas. On ne verra donc pas les morts arabes causés par les propres roquettes du Hamas, les opposants politiques assassinés, les civils (enfants) forcés de servir de boucliers contre les frappes envers les maisons des dirigeants du Hamas, les enfants dans des camps d’entraînement militaire. Aucune remarque des journalistes pour souligner que la population est otage du Hamas, que le Hamas se glorifie de ses propres morts qu’il cherche à provoquer (sa devise : « Nous aimons la mort plus que les Juifs n’aiment la vie »).

 

Aucun journaliste pour préciser que les images évoquées viennent en réalité de Syrie.Aucun journaliste pour décrire comment Tsahal prévient la population des frappes ultra-ciblées (tract, appels et sms, frappes d’avertissement pour laisser le temps d’évacuer). Aucun journaliste pour rappeler que 120 morts en 500 raids aériens, c’est justement la preuve de la retenue israélienne (Nuremberg, en janvier 1945, c’est 1700 morts en 40 minutes ; Dresde, en février 1945, c’est 25 000 morts en deux jours). Aucun journaliste pour rappeler ce qu’est le Hamas, organisation jihadiste terroriste suprémaciste avec Hitler comme référence militaire.

                                        

islamistes-paris.jpg

           Les culottés, de la République, ivres de haine et de racisme.

 …..les médias — qui, farce tragique, se croient « de gauche » — reprennent en fait à leur compte la version du Hamas, de l’OLP et, plus globalement, de l’Organisation de la Coopération Islamique. Le retournement moral auquel on assiste depuis une dizaine d’années consiste pour cette frange de l’opinion à présenter les jihadistes comme des résistants à l’oppression israélienne. Rappelons que le programme du Hamas est la destruction d’Israël…..

Ce qu’ils ne veulent pas voir, c’est qu’une partie de la population musulmane en France accepte de promouvoir un antisionisme de façade qui se transforme dès le moindre mouvement de foule en antisémitisme spontané.

……Après l’agression de la synagogue d’Aulnay, un conseiller fédéral écologiste a pu considérer qu’attaquer une synagogue est un acte de guerre normal et compréhensible.

(http://www.europe-israel.org/2014/07/un-conseiller-federa...).......

La complicité médiatique.

L’impunité morale qui accompagne les émeutes constitue le fait marquant des récits médiatiques. En ne cessant d’alimenter par leur présentation des faits anti-israélienne une haine anti-juive, ces journalistes sont coupables d’incitation à la violence. Ils ont beau jeu ensuite de jouer les vierges effarouchées en déplorant « les violences » avec un pacifisme pudibond et hypocrite.

Comment ces prétendus intellectuels peuvent-ils défendre les hordes armées de barre de fer ?Peut-être croient-ils que prendre leur parti au nom d’une compassion imbécile et jeter les Juifs en pâture à la hargne islamique les détournera de s’attaquer aux gentils gauchistes ?

 

A côté des synagogues, on sait déjà que les églises sont quotidiennement saccagées. Invoquera-t-on aussi Gaza pour expliquer ces violences ? A cet égard, le plus effrayant reste la passivité de la population, pétrifiée par la peur et débordée par la foule islamique. La mollesse des discours et des actions politiques révèle une impuissance alarmante pour l’ensemble de la population française.

Les loups sont entrés dans Paris et ils ont faim..

33

source : http://www.europe-israel.org/2014/07/pogrom-a-paris-le-silence-des-medias-francais-par-jean-szlamowicz/

 

tags: Allan le Pillar, l'AFP, Libération, 20 minutes, Pogroms, Paris, Manifestation, Rootsisraël,13 juillet 2014, Hamas, OLP, Tsahal, Nuremberg, Dresde, complicité, falsification, désinformation, enfants, boucliers humains, lance roquettes, loups, la Peur, 14 juillet 2014, (RAS) selon le préfet de Paris.

photoswww.europe-israel.org et Allan le Pillar

1)Vidéo :Rootisraël

2)Vidéo; Enfants servants de boucliers humains YouTube

 

https://www.youtube.com/watch?v=o_MzBNbCW-M