Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2009

L'environnement n'appartient pas à une coterie de doctrinaires.


 

environnement

Un ancien ministre des finances de Grande-Bretagne Lord Nigel Lawson vient de demander «l'ouverture d'une enquête indépendante de haut niveau», car la découverte de ces données truquées remet en question l'intégrité des preuves scientifiques sur lesquelles les pays se basent soit les chiffres de 2 ou 3% d'augmentation de la température avancés par le GIEC.

On ne parle plus de l'Arabie Saoudite, mais des journaux comme le Wall Street Journal et d'autres quotidiens anglophones qui soulèvent des interrogations suite à la publication sur ''Google'' des courriers trouvés par un ''hacker'' (pirate) sur le site du GIEC. Son président Phil Jones a reconnu leur authenticité soit peu de temps après avoir découvert l'intrusion du hacker qui aura duré 1/2 heure pour télécharger le disque dur. Selon des spécialistes de l'informatique, il lui était impossible d'y intercaler de fausses informations ou données.

Plus de 35,000 scientifiques des États-Unis contestent les prévisions données par le GIEC vu l'absence de données scientifiques reconnues, validées et authentifiées et se demandent pourquoi Le GIEC refuse de leur communiquer les données et notent l'absence d'un rapport étoffé d'experts. Il n'y a que les membres du GIEC et du président de l'agence sur l'environnement de l'ONU, son haut fonctionnaire, qui les auraient vus. Ce qu'ils veulent savoir : quelles données ont servi à ces scénarios catastrophes? Il est en tout cas certain que le GIEC a toujours refusé et refuse toujours de les communiquer à quiconque et même à Scotland Yard. Données essentielles à leurs prévisions alarmistes, aujourd'hui contestées, qu'exigent des scientifiques et le gouvernement britannique.

Les scientifiques qui contestent les prévisions des écolos du GIEC sur le réchauffement climatique de la planète sont traités de «négationnistes climatiques».

 

Or par qui? Des gens dont la légitimité est assez limitée en fait. Nommons en 4 de ces électrons libres : Nicolas Hulot, présentateur à la chaîne de télé Ushaïa, Arthus Bertrand, photographe, Cécile Duffot, urbaniste et Jean-Louis Borloo, avocat et ministre d'État, de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, responsable des Technologies vertes et des négociations sur le climat dans le cabinet de François Fillon (OUF!). Et nommons devant eux des personnes telles que Claude Allègre, scientifique, Vincent Courtillot, directeur de l'Institut de physique du globe, les membres de la Société japonaise des Ressources et de l'Énergie et des milliers d'autres scientifiques climatologues. Ce sont ces personnes qu'ils accusent de «négationnistes climatiques».

Ces écolos opposent une fin de non-recevoir à tout débat. Leur refus de discuter pose problème... Où est leur crédibilité?

Ils nous forcent à recevoir leurs vérités toutes faites et ils ne tolèrent aucune contestation et objectent à toute diffusion compromettante pour leurs fesses. De fait la dictature écologique impose sa façon de voir et de penser et compte sur l'appui conciliant des mastodontes de l'information, généralement de gauche.

Après tout, il faut non seulement protéger la nature, mais l'élever au rang de "déesse Gaïa'' ce qui aura pour conséquence la condamnation de l'homme. N'est-il pas justement désigné comme ce prédateur qui malmène la planète? Ils ne craignent pas de réduire l'homme à un niveau inférieur aux autres espèces animales dont il faut défendre la vie. En fait, l'homme est accusé d'être le responsable de tous les maux. Leurs seuls soucis sont de sauver toutes les espèces en voie de disparition. C'est le primat sur lequel ils fondent leur croisade. Elle porte avant tout sur le respect de la vie sauvage. Pour atteindre leur objectif, ils ne proposent rien de moins qu'une diminution substantielle de la population humaine. Donc il faut passer par la planification des naissances, d'où la vasectomie chez les hommes, des avortements et la stérilisation des femmes notamment en Amérique du Sud et en Afrique. Certains écolos avancent même que chaque naissance d'un enfant a un coût énergétique, d'où découle cette affirmation : le bébé est déjà un prédateur de la "déesse Terre mère". Ce qui en tracasse plusieurs, c'est le silence abyssal sur les activités du soleil, ces éruptions énergétiques de plus en plus fréquentes, qu'un satellite observe, et leurs effets sur la terre entre autres sur les interruptions du réseau électrique, des satellites et sur le climat. J'y reviendrai prochainement.

J'arrête ici sinon on en a pour des heures. Le sujet est si vaste. Je pense ici à l'Internet, sait-on ce que l'on économise en timbres, en papier, en frais de transport, les manutentions multiples jusqu'à la livraison de la lettre par le postier à votre porte. Bref, tu pèses sur la touche envoi et dans la seconde le courriel arrive. Les circuits de l'ordinateur sont faits de silicium qui vient du sable.

Je tiens à souligner que les informations ici rapportées proviennent de multiples sources.

Charles Ed Durand  ce 10 décembre 2009

tags:GIEC, hacker, ONU, scientifiques, Wall Street Journal, prévisions climatiques contestées, vasectomie, stérilisation, homme, prédateur, déesse Gaïa, États-unis, 35,000 scientifiques.

 

Commentaires

Excellente synthèse sur ce sujet plutôt occulté en France (les chiffres erronés du GIEC) et vidéo hilarante...
Merci C.B.

Écrit par : la crevette | 12/12/2009

Les commentaires sont fermés.