Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2011

Le basculement des régimes au M/O n'a rien à voir avec la démocratie.

Je suis toujours étonné de lire que le président de Syrie, Bashar-al-Assad, son régime et les militaires sèment la terreur, pratiquent la torture et que depuis mars dernier ils ont tué et maryrisé 2,000 personnes comme le mentionne l'article de LA Presse du 19 août signé par Agnès Gruda. La communauté internationale s'en émeut et menace de sanctions le régime syrien dit corrompu. Comme la Tunisie, l'Égypte avant et d'autres suivront...

Or, il a été réélu en 2007 pour un mandat de 7 ans, il est vrai sans opposant. Qui en Occident alors a protesté ? C'est lors de la mort de son père en 2000 que Bashar-al- Assad lui a succédé, l'aîné étant décédé lors d'un accident de voitures. Dès le début de son mandat il a fait fermer une prison malfamée et fait libérer tous les prisonniers politiques. Il a dit, par la suite, à la communauté internationale, que la démocratie si elle est souhaitable en soi, cela prendra du temps. Il est vrai qu'il a, dès la libération des prisonniers politiques, eut à combattre de nouvelles factions aggressives liées au frères musulmans et aussi d'autres groupes salafistes dont certains liés à Al Khaïda et financés par l'Arabie Saoudite. Je ne justifie pas le régime ni n'approuve ses réactions sanglantes; mais qui sommes-nous pour intervenir en Lybie et en Syrie ?

Pendant ce temps-là nous savons qu'Omar al-Bashir président du Soudan (capitale Khartoum) depuis 1983 a déjà tué 2 millions et demi de Nubas (des noirs ou blacks si vous préférez) au sud Soudan. Depuis, le Sud Kordofan est devenu un pays indépendant le 16 juin 2011; mais depuis il est continuellement attaqué par les forces de Khartoum du Président Omar al-Bashir, lequel est poursuivit par le Tribunal International de La Haye pour assassinat, meurtre, extermination, torture et viols et autres actes perpétrés contre des millions de civils noirs à majorité catholiques ou animistes fortement teinté de chritianisme; également des dizaines de milliers de musulmans du Darfour, tués parce qu'ils sont noirs. Les arabes étant minoritaire. Or depuis l'indépendance du sud Kordofan, un évêque a déjà été tué et il y a des milliers de morts; déjà près de 80,000 habitants, sinon plus, à majorité catholiques, ont du évacuer leurs maisons et fuir car leurs villages, encore une autre fois, sont bombardé par l'aviation militaire de Khartoum et sur le terrain poursuivit et assassiné par la milice de rebelles qui est financée et armée par Omar-al-Bashir. Tout cela est connu. Or ce monstre a pu se rendre en visite officielle en Chine sans être gêné par aucun pays de la communauté internationale. Comme c'est curieux! On l'a rapporté mais on ne l'a pas empêché de survoler des pays qui avaient la possibilité d'intercepter l'avion de le faire atterrir et d'arrêter ce criminel à l'aéroport et qu'enfin il passe en jugement. On l'a oublié ? Mais bien sur plus personne n'en parle.

Il est vrai que le président de Syrie n'est pas un sunnite mais appartient à une minorité musulmane les Alaouites qui est une branche issue du chiisme et minoritaire en Syrie et combattue par les Sunnites. Du reste c'est le seul pays musulman où les chrétiens de Syrie sont libres et grâce à l'ouverture du gouvernement, la Syrie a accepté d'accueillir les Irakiens persécutés (plus de 350,000 chrétiens) qui purent s'y réfugier et se sentir en sécurité et ayant une vraie liberté de religion. Le régime, quoique l'on dise, reconnaît la liberté religieuse et la Shariah n'y est pas appliqué ni toléré.

Or, qui parle qu'Omar al-Bashir a menacé Ban ki-moon de renvoyer les casques bleus de l'ONU et de le dénoncer car il empêche le nouveau pays de se construire ? Personne n'en parle. On s'émeut des 2,000 morts en Syrie mais on oublie le génocide perpétré par Khartoum contre les noirs majoritaires : Des Nubas du sud Soudan 2 millions et demi sont morts depuis 1983, de la pratique de l'esclavage encore de nos jours. Non ce n'est pas un roman de science fiction, c'est bien réel et leurs auteurs ne sont pas issus ni d'un régime chrétien ni de l'état d'Israël, mais bien des musulmans arabes. Point barre.

Tous nous savons que la prétendue démocratie en Syrie c'est pour y installer un pouvoir musulman sunnite, dirigé par les frères musulmans, qui s'empressera d'appliquer la Shariah et interdira le blasphème et persécutera les chrétiens, comme on le fait au Pakistan et en beaucoup d'autres pays à majoruté musulmane. Pour les centaines de milliers de chrétiens c'est le début pour tous (ou la poursuite) de la persécution. Cette prétendue démocratie est soutenue par Obama et l'Union Européenne et même récemment le Canada qui en l'occurrence va enfin pouvoir, il l'espère, recevoir les applaudissements de Québec Solidaire, des altermondialistes et de toute l'intelligentsia gauchiste du Plateau Mont-Royal et de Radio-Pravda (Canada pardon) et des médias complaisants, mais accordons-leurs le bénéfice du doute, ils sont surtout ignorants et paresseux.

Ce qui se passe dans ces pays n'est pas de notre faute, cessons de jouer à la victimisation au contraire l'Occident a beaucoup apporté dans ces pays, sauf que l'on veut nous faire croire que lorsqu'ils parlent de démocratie c'est vrai? La réalité c'est qu'eux se servent du nom et de notre peur et se mobilisent pour mieux nous détruire. En attendant c'est du : ôtes-toi que je m'y mette. La corruption se poursuivra et profitera aux rebelles, pas tous, une minorité seulement qui s'en mettront plein les poches. En attendant on tente de nous chloroformer et notre intelligentsia gauchiste veut nous ingurgiter dans le fond de la gorge que l'Islam est pacifique et ne veut pas nous conquérir. Ce n'est pas Israël qui est la menace c'est l'Islam. Le jour où ils diront qu'ils vont retirer du Koran les sourates abrogeantes de Médine et revenir aux sourates abrogées de la Meck alors on sortira du Moyen-Âge et de la guerre contre l'infidèle.

Charles Ed. Durand 20 août 2011

Les commentaires sont fermés.