Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2011

Les lobbys féministes LGTB et le gender


Des scientiste​s jouent aux apprentis sorciers ils ne respectent pas la dualité des sexes:diff​érents et complément​aires.


La théorie du ''gender'' nie la nature et dit que chaque individu peut choisr son orrientation sexuelle parmi une pluralité de pratiques. Celle-ci érige le sexe en élément central de la personne. En fait, elle emprisonne la personne dans son corps et le réduit au seul sexe. La personne se trouve confinée uniquement à son sexe. Or, la sexualité (l'acte) ne traduit pas la totalité de l'être et n'est pas la quintessence de la personne physique, mais dit seulement que la personne pratique une sexualité qu'elle soit hétéro ou homosexuelle. Donc les revendications homosexualiste, soit de se marier ou d'adopter des enfants, ne reposent aucunement sur la perpétuation de l'espèce, elles se basent uniquement sur un agrégat d'opinions dont la tracabilité nous amène dans l'arène des contre valeurs : égoïsme, individualisme, et contre nature. La question consiste à déterminer si le comportement, en l'occurrence sexuel, réalise la finalité de la cellule familiale nucléique, noyeau naturel pour la naissance et aussi l'éducation des enfants (l'adoption par un couple d'un homme et d'une femme est dans l'ordre de la nature). Personne ne conteste que l'acte homosexuel est par nature stérile (tandis que l'hétérosexualité ne l'est que par accident ). Par conséquent, ceux qui revendiquent la faculté de se marier et d'adopter avancent in fine que leur refuser ce droit nie leur dignité humaine, ce qui est un sophisme, car la nature du couple est de se perpétuer. Cette évidence n'a rien à voir avec la dignité de l'individu. Il y a l'hétérosexualité et l'homosexualité les rôles qu'ils remplissent sont dissemblables, donc on ne peut entrer l'acte sexuel comme la totalité de l'être d'où il découle que la question juridique ni a pas sa place car le droit s'intéresse à l'acte et non à l'être de la personne. C'est en vertu du mérite de l'acte (sa perpétuation) que le droit est accordé à la personne. Bref, la question juridique consiste à déterminer si le comportement, en l'occurence l'acte sexuel, prend en compte le bien de l'enfant, réalise le bien commun, participe à l'harmonie ou détruit l'ordre social. À l'évidence la théorie du ''Gender'' le détruit et ignore le droit de l'enfant.



Charles Ed. Durand le 16 septembre 2011(synthèse adaptée sur La biologisation du DROIT de Guillaume Bernard paru in La Nef No:209)


Dr John Money (et ses victimes), RIP

On nous annonçait le 7 juillet 2006, la mort du psychologue John Money. Peu connu en France, il a pourtant été la principale caution scientifique(!) de l'idéologie du "genre" ''Gender'', dont l'influence imprègne, via les lobbies féministes et LGBT, des textes législatifs au sein d'institutions européennes. Pour faire court, cette idéologie prétend que la différenciation homme-femme est due plus à l'éducation qu'à la biologie. Le Dr Money est une sorte de successeur du Dr Kinsey, le "père" de la révolution sexuelle : chez les deux, la rigueur scientifique et le respect du patient ont été subordonnés à une idéologie mortifère.                                                                                    Qui était le Dr Kinsey ? Très brièvement :Alfred C. Kinsey, c'est son nom, était un pédomane, adepte du sadomasochisme (il en mourra...), machiste, raciste et antisémite (...) et fanatiquement antichrétien (ses "théories tordues sur la sexualité n'avaient, de son propre aveu, d'autre but que d'éradiquer la morale judéo-chrétienne de nos sociétés.)"(source:Daniel Hamiche in Le Salon Beige).

Le psychologue John Money avait ainsi tragiquement appliqué ses théories dans les années 1960 au petit Bruce Reimer, dont les parents, des canadiens peu éduqués, s'étaient confiés à lui à la suite de la mutilation accidentelle de leur bébé lors d'une circoncision. Après des opérations chirurgicales, Bruce, gavé d'estrogène, a été élevé comme une fille ("Brenda"). Dans les années 1970, paradant de conférence en interview, Money a abondamment cité ce cas à l'appui de ses idées, le fait que Bruce eût un frère jumeau (Brian) donnant le semblant d'un cadre expérimental : le cobaye "Brenda" était la preuve que l'identité homme/femme pouvait être reprogrammée. Money cachait toutefois la réalité du martyre psychologique que subissait "Brenda" : dès l'âge de 2 ans, "elle" arrachait ses robes et disputait à son frère ses jouets de garçon. L'histoire se termine en tragédie : "Brenda" et Brian ont découvert la vérité à 15 ans; "Brenda" a refusé de revoir Money et exigé qu'on le reconnaisse comme le garçon qu'il était opérations ou pas; Brian, traumatisé, a développé des maladies psychiques et est mort d'overdose. "David" s'est suicidé en 2004. Requiescant in pace. Henri Védas Sur David Reimer une notice biographique suit sur ce lien.http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Reimer

Les commentaires sont fermés.