Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2011

Mémoire de Charles Ed. Durand à la Commission Bouchard & Taylor.

I'm sick and hate it.jpg

Accommodements déraisonnables 11-XI-2007

 

Je sais que cette réflexion ne plaira sûrement pas à tous. Je n’ai pas envie d’utiliser le registre de la bien pensante et de la Rectitude politique. C'est un coup de gueule plein d'amour. Oui, la formule est de type pamphlétaire, mais à dessein je l'ai choisie et sachez qu'il me secoue aussi, car je fus longtemps dans ce monde des enténébrés. En effet, j'ai aussi participé au dépeçage de la peau de mes semblables, ces compatriotes que j'aime profondément, j'étais comme ces hyènes voraces qui déchiquettent les restes de l'animal blessé. Par ailleurs j'ai retouché quelque peu le mémoire, d'une part car le reproduisant sur mon blogue et aussi, car il fallait corriger certaine affirmation j'en veux pour exemple ici : Madame Fernande Lalonde qui en 2007 siégeait comme député du Bloc Québécois à Ottawa. J'en profite ici pour lui souhaiter bon courage et puisse la présence de ses proches lui assurer l'amour qui est essentiel à toute personne.

Charles Éd. Durand ce 17 novembre 2011

Ce qui me préoccupe le plus c’est le tableau sur le dernier recensement canadien, qui apparaît vers la fin de ce diaporama¹) sur les accommodements déraisonnables, que j'ai déjà vu. En 41 ans le taux de natalité au Québec a chuté de façon drastique. De 1955 jusqu'en 1959 le taux de natalité était de 161,260 par année donc un accroissement de la population, mais à partir de 1960 à 64 on assiste à une décroissance constante. Le Québec moderne est une société par ailleurs dont on voit ses avancées dans le domaine des arts, de la culture et des technologies de pointe. Ce Québec a pris le pari de la modernité et il possède une économie comparable aux sociétés développées, qui est diversifiée et performante. Cette société voit poindre cependant un gros problème celui de la fécondité. Les natalités en 1960-64 se situaient à 125,558 par année, celles-ci suivront une descente continue et gravissime au cours des années subséquentes. Tous les démographes affirment que le taux des naissances ne permet plus de renouveler les générations. Ainsi, pour la période de 2002 à 2006 le Québec est passé à 63,750 naissances par année.Oui, là on peut dire que l'immigration maghrébine et aussi celle en provenance d'autres pays à majorité musulmane, d'Asie, de divers pays d'Océanie, celle des Caraïbes ou d'Amérique centrale et latine auront contribué par les naissances à atteindre ce taux minimaliste de natalité. Bientôt, et plus vite que prévu, il n’y aura pas assez d’enfants pour combler le nombre des adultes qui prennent leur retraite et où le taux de mortalité sera supérieur aux naissances. Il manquera de mains-d'oeuvre pour occuper les emplois rendus disponibles.

 

Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés à cette situation tragique?Ici, je vais aborder ‘un seul volet’ (il y en a d’autres c’est entendu), généralement tenu tabou surtout pour les hommes :le FÉMINISME(Lucien Bouchard en sait quelque chose référendum de 1995). Il faut bien le dire la Québécoise d'origine française s'est si bien émancipée qu'elle n'assure plus la survie du peuple français d'AmériqueÀ ce rythme, c'est la fin inéluctable de notre peuple.

On ne peut attribuer aux immigrants l’apparition et l’émergence des valeurs postmodernes. Nous sommes témoins depuis + de 50 ans de l’extinction  de notre culture, du chamboulement des valeurs culturelles et de l'apostasie qui se répand, alors que se développe une haine irrationnelle contre l'Église et la Foi au Christ que partageait ce petit peuple vigoureux et vaillant. On a vu des groupuscules qui ont fait basculer cette société et avec la complicité passive, il faut le dire, de nos gouvernants qui ont été défaillants en laissant des non-valeurs contribuer à la déconstruction de notre peuple et de son destin. Il y a à la base ce manque de rigueur et de vigueur chez nos élites et surtout le silence de nos pasteurs (évêques). Ils ont renoncé, pour la plupart, à leur devoir de faire entendre leur voix lors des débats sociétaux et se sont abstenus d'annoncer l'évangile, de défendre de promouvoir et préserver les valeurs qui concouraient au bien commun et à son évolution.

L'inaction et la déresponsabilisation des uns et des autres sont cause de bien des maux de notre société. Ils ont cédé à toutes les revendications des ''Baby boomers'' qui allaient nous entraîner vers la déconstruction de notre petit peuple. Au nom de droit à la différence, on a permis de manipuler et de fracturer le cadre de vie de ce peuple. Puis par une régression plus poussée on a réussi à entraver voir interrompre le processus du développement naturel de la vie des personnes fragiles.Toutes ces transgressions ont pour racines l’égoïsme, l’égalitarisme, le pluralisme, le multiculturalisme, le consumérisme, etc. Notre peuple s’est payé le luxe de se couper de ses racines, pour basculer dans une société qui déifie un individualisme et un matérialisme athée. La laïcité est l'unique religion qui a droit de cité. Nous avons basculé dans le vide de l’athéisme, nous épuisant dans le nihilisme, le relativisme, le libertinage, le communautarisme, le consumérisme et pour sortie la mise en bière d’une civilisation de la victoire de la vie par l’avènement de la culture de la mort. Le meurtre des enfants (+ou- 30,000 avortements par année) et l'euthanasie. Autre donnée de ce dernier recensement canadien l’âge médian de la population québécoise est de 41.0 ans. Oui, ce peuple vieillit. La carrière pour la femme prime tout et comme l’affirmait péremptoirement Simone de Beauvoir «c’est l’homme qui a imposé ce concept de la maternité aux femmes afin de mieux les dominer en les obligeant à ne s’occuper que de l’éducation… des petits morveux». Toute cette frange de leaders féministes, au discours idéologique radicale doctrinaire et totalitaire, nous parlent de l'égalité de l’homme et de la femme, mais en réalité est sous-entendu et est proposé comme modèle: la femme pareille à l'homme et bientôt supérieure, car elle se masculinise ! De plus en plus de femmes ne portent plus de maquillage.

Il n’y a qu’à regarder la publicité sur le petit écran, dans les séries télévisées ou les ‘‘soaps opera’’ où l’on dépeint l’idéal de l’homme ''ROSE'' l’homme niais, incapable, qui s’interdit toute drague, dévirilisé et à n’être au plus qu’une utilité négligeable (géniteur) passagère et provisoire. Quant au père on en présente une caricature où son comportement est infantilisé, débile et dégénéré. L’on apprenait, il y a peu du MEL, que la majorité des enseignants au Québec dès la maternelle, du primaire jusqu'au secondaire est devenu le fief de la gens féminine + de 80% du corps enseignant. Comment le jeune garçon et l’adolescent peut-il trouver un modèle masculin et signifiant à qui il puisse s’identifier, qui favorisera un développement sain et + conforme à son sexe et où s’épanouira une virilité masculine qui soit normale équilibrée et sans préjudice ? Quel beau tombeau...quelle issue...pour ce peuple de l’ère post-chrétienne. Revisitons le tableau, pour mieux illustrer un sujet fallacieusement appelé mort par compassion, enjeu sociétal nullement débattu dans notre société, et vous comprendrez que l'euthanasie qu'elles (féministes) et d'autres manipulateurs et magouilleurs des consciences ne cessent de la réclamer à grand cri sur toutes les tribunes des médias(le député Fr. Lalonde du Bloc qui a remis sa démission pour raison de santé depuis) elle attend déjà les futurs vétérans qui ont 35 à 39 ans aujourd’hui et qui vont passer à la moulinette de la mort par compassion.

 

Regardons-nous en face. Qu'est-ce qui ne va pas chez notre peuple ? Trop de ressentiments et pas assez d'examens sur soi-même. On n'arrête pas de dire que c'est la faute à l'Église. Mais je rêve? Ceux qui ont 50 ans et moins n'ont jamais suivi de vrais cours de religion catholique ni reçu un enseignement conforme à l’évangile et de la tradition des Pères de l’Église. La catéchèse était devenue un fouillis, un ramassis de clichés pour des activistes socialos ''marxistes'' touchant les champs de l’égalité, l’élimination de la pauvreté, la lutte des classes et la libération des opprimés… Jésus était représenté aussi comme un révolutionnaire venu uniquement pour les marginaux, les prostitués (e), les pauvres et les misérables, etc. On en est arrivé à le présenter comme favorable à la discrimination positive. On a réduit Jésus Fils de Dieu, le Sauveur de tous les hommes sans exception tous créés à son image, à un guérillero venu pour sauver uniquement les marginalisés et ceux issus de la classe prolétarienne, en beaucoup de milieux de clercs dits progressistes. 

 

Je demeure dans un quartier majoritairement francophone où le niveau de vie est l'un des plus bas de Montréal. Est-ce la faute de l'Église si on y a développé une culture de BS ou d’assistanat et de dépendance? Non, c'est la sociale démocratie qui a produit des générations d’irresponsables. L'État Providence.

Je regrette de choquer, mais c'est mon cri de vivant qui sourd de mes entrailles et de mon cœur. Moi, orphelin dès la naissance, viens dire merci, grâce à Dieu, à ma mère naturelle qui m’a porté jusqu'à son terme un certain mois de février 194.. Je naquis à Londres. Qu'en serait-il, si j'étais dans le ventre d'une femme aujourd'hui?Les féministes s'époumonent à nous hurler «mon corps m'appartient». Mort au bébé ! Très probablement à l'avortoir pour finir dans des bacs de recyclage. Les restes, de ces personnes en croissance, seront récupérés et traités dans des laboratoires pour servir à la fabrication de produits de jouvence. Ce n'est plus de l'évolution, mais de dévolution. Tôt notre jeunesse est prise d’assaut afin de dénaturer la conscience naturelle. On projette à terme faire disparaître dès la maternelle la spécificité de l’homme et de la femme en faisant fi de la nature sexuée qui les différencie. Qu'est devenu le respect de la VIE? Il n’y a plus ni bien ni mal c’est le règne du nihilisme, du relativisme,  une éthique délabrée de toute transcendance voir de raison, c'est la valorisation d’un Moi sur dimensionné et la quête insatiable de satisfaire toutes ses pulsions et de ses désirs et le règne toujours éphémère du JOUIR JOUIR ET JOUIR.

 

Alors, quand on parle d’intégration des immigrants. Est-ce à ces valeurs, à cette culture mortifère et à un hédonisme irréfragable auxquels ils doivent s'intégrer? Qu'est-ce au juste ce que nous demandons et exigeons qu'ils s’adaptent ? À ces valeurs de mort. Sûrement pas à cette culture mortifère et vide. Cependant ce que nous n’accepterons jamais c'est que des jeunes filles subissent l’incision ou soient contraintes, dès le bas âge, à des mariages forcés, ni non plus qu’au nom de règles de la Sharî ’a il soit permis à un homme de battre sa femme ou la commission des crimes d'honneur ou encore qu'ils n'aient pas la liberté de conscience. On ne peut croire sans le vouloir, nous refusons qu'à cause du ramadan l’on donne congé à ses adeptes…, ou qu'encore se pratique la polygamie. Nous disons aussi que nous ne céderons pas à des chantages où tout un chacun se sert de la Ligue des droits de l’homme pour faire avaler une couleuvre afin qu’ils puissent avoir, par la bande, des droits et privilèges particuliers, et ce au nom d’un communautarisme étroit et obtus qui érige un mur dans la société d'accueil… Je n’ai rien contre les signes religieux, au contraire. Noël, malgré les gueulards de la gauche agressive et des disciples de la Laïcité et à tous ces athées militants, je leur dis : C’en est assez de baver sur la majorité et de tous nous contraindre au silence et au placard. Pour nous, Noël fête de JOIE sera toujours pour ce peuple, dont on célébrera le 400e anniversaire de son arrivée en 2008, une célébration religieuse chrétienne. C’est la naissance de Jésus.

Qu’on ne nous impose plus les ténèbres. La jeunesse ignore son histoire et ne se reconnaît pas vraiment dans les valeurs léguées par les bébés boomers. Il est grand temps que nous sortions enfin de la grande NOIRCEUR que l'on nous impose.

 

Là, où règne l’amour, là vous trouverez la vraie liberté et découvrirez que Dieu est amour. «Aimons-nous quand même» nous chante le barde Yvon Deschamps, mais cessons de nous gaver d’un ressentiment stérile : Ce luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. La langue française est un véhicule, mais quelle langue lumineuse, lorsque bien maîtrisée et bien parlée.

Charles Éd. Durand 11-XI-2007

Dernier recensement du CANADA que l’on peut se procurer à la librairie de l’Hôtel du gouvernement à Ottawa ou auprès de son député fédéral SOURCE¹)réf:

 

http://www12.Statcan.ca/english/census06/data/profiles/community/Details/page.cfm?lang=F&Geo1=CSD&Code1=2466023&Geo2=PR&code.

Tags: Recensement, Députés, Église du Québec, Hiérarchie, catéchisme, socialiste, communautarisme, Histoire, accommodements, Immigration, intégration, Droits non négociables, Francine Lalonde, Bloc Québécois, Valeurs, sociale démocratie, Déresponsabilisation, Langue française, Simone de Beauvoir, École, ministère de l'Éducation du Qc, Yvon Deschamps, Déstructuration de la société.

Les commentaires sont fermés.