Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2011

En démocratie "Il n’y a pas de Sharia'h light" C'est une aberration.

Source: Le Parisien, Photo:Elle.fr

Jeannette Bougrade.png

Jeannette Bougrab, fille de harkis et Secrétaire d’État à la Jeunesse, déclare s'exprimer en son nom propre et affirme qu'il n'y a pas de Sharia'h light. De plus, souligne le Parisien, elle est une "voix isolée au Gouvernement" Très loin des positions d'Alain Juppé et du président Nico. Voici succinctement ce qu'elle avait à dire sur la Sharia'h.

Elle ne croit pas que l'on puisse fonder une constitution sur la Sharia'h. Comme s’apprête à le faire la Tunisie libérée???? sous la présidence d'honneur de Bernard Henri Lévy :) qui va devoir hélas bientôt se retirer du Maroc car l'islam y progresse à la vitesse grand ''G'' ? (histoire à suivre au feuilleton People). Elle est belle la démocratie Non? Voici ce qu'en disait la Secrétaire d'État à la jeunesse:
''Il n’y a pas de charia light. Je suis juriste...on peut faire toutes les interprétations théologiques, littérales ou fondamentalistes que l’on veut, mais le droit fondé sur la Sharia'h est nécessairement une restriction des droits et libertés, notamment de la liberté de conscience, car l’apostasie est interdite. Il n’est pas possible de se convertir. Les mariages mixtes ne sont pas reconnus. Une femme musulmane ne peut pas se marier avec un non-musulman. Aux yeux de certains, ce n’est peut-être pas grave si des femmes doivent désormais être voilées ou si demain (les femmes )elles n’ont plus les mêmes droits. Pas pour moi. Je ne transige pas sur cette question de l’égalité juridique''. Et il faut être attentif au double langage. (Tarik Ramadan docteur es double lingua)
''En Égypte, on a vu les violences dont (sont) toujours victimes les chrétiens coptes. Aujourd’hui, sur la place Tahrir, des femmes sont agressées parce que ce sont des femmes. Ben Ali ou Moubarak avaient agité le chiffon rouge des islamistes pour obtenir le soutien des pays occidentaux. Mais ne tombons pas dans l’excès inverse. Moi, je ne soutiendrai jamais un parti islamiste. Jamais".
"L’égalité ne peut pas être à géométrie variable (...). La démocratie n’est pas un supermarché où l’on pourrait prendre uniquement ce qui nous fait plaisir".
Or quelle est la racine de la joie éclatente du président Sarkozy et de son ministre des Affaires étrangères? Serait-elle due par un effet sysmique, selon les paramètres enregistrés à Paris, en provenance d'Obama qui en aurait eu un orgasme? Rien ne le confirme encore: secret defense. Imaginez on est à l'aube d'une nouvelle ère de la démocratie? Oh ce qu'il rigole l'inénarable Tarik Ramadan qui a demandé un moratoire sur la lapidation des femmes, vous avez bien lu. Modéré ? Il est tremps que les nounous des accomodements raisonnables cessent de nous berner.
En terre d'islam il n'existe pas de fondamentalisme religieux sans le fondamentalisme politique les deux sont concomitants. Ne chercher pas la modération elle est un leure.
"Je fais partie de celles qui estiment qu’on peut interdire des partis politiques fondés sur des pratiques qui portent atteinte à la Constitution".
Or ceux qui sont ouverts à l'islam qui ''in se'' est un non sens, sont en fait les protagonistes d'une cité sans Dieu. Tout leur projet est de détruire les racines chrétiennes de notre civilisation.

Charles Ed. Durand

tags: Jeannette Bougrade, Secrétaire d'État, Alain Juppé, Nicolas S. Bernard Henri Lévy, Tarik Ramadan, Égypte, Tunisie, Lybie, Sharia'h, Démocratie, Obama, Les nounous, Accomodements raisonnables, Islam, Place Tahrir, Coptes, femmes agressées, Moratoire lapidation des femmes, Démocratie, Constitution, Cité sans Dieu

Les commentaires sont fermés.