Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2012

Tunisie le califat s'installe. La Démocratie ? L' Islam est irréformab​le. Le Coran étant dicté

images.jpgSurgissent les sombres couleurs du printemps arabe en Tunise... Alain Juppé, les adeptes de la gauche américaine et francilienne détournent leur regard tant ils sont obnubilé par l'échéance électorale respective dans ce pays les États-Unis et dans la province de l'U.E. : la France en 2012. Les médias soumis à L'Élysée et au bureau ovale suivent le mot d'ordre : Censure. Voici ce que j'ai trouvé sur: http://www.dreuz.info/  Prenez note que ce qui est entre gillemets est de l'auteur le reste de la prose étant de C Ed.D.

''Dans le village de Sejnane, situé à l’extrême nord tunisien (gouvernorat de Bizerte), les islamistes ont imposé l’application stricte de la Sharia, la loi coranique. Ils ont édifié une prison sur des terres étatiques, dans laquelle ils emprisonnent les contrevenants à la Sharia. Ils ont chassé les vendeurs et consommateurs d’alcool, fermé les magasins de cassettes vidéo et CD musicaux. Toutes les libertés individuelles ou presque, ont été révoquées''. (Nd CED: Cela ne vous rappelle-t-il pas les Talibans en Afghanistan ?) Dire qu'Obama négocie avec eux...on utilise l'euphémisme de ''Modérés'' laissant croire qu'on peut les catégoriser. C'est un écran de fumée pour le peuple de demeurés prêt à tout gober de l'oracle de la Maison Blanche ce qu'espèrent les stratèges démocrates. Il faut les écouter à CNN ils sont paniqués devant la montée de MiItt Romney dans les primaires et de Ron Paul le libertarien et craignent vraiment les républicains Le GOP. Désolé pour ce petit détour mais je ne pouvais me l'interdire.

Poursuivons maintenant les pompes des leaders islamistes (salafistes) et l'étendue de leur pouvoir en ce village qui s'étend ailleurs dans tout le pays, en Tunisie: ''Toutes les jeunes filles doivent porter des robes longues et se couvrir la tête à l'école. Tous les élèves qui ne se présentent pas dans une tenue vestimentaire « règlementaire » sont renvoyés chez eux, a déclaré le chef spirituel Cheikh Abou Ayyad al-Tunisi. Les salafistes ont également décidé que les enseignants masculins ne pourront pas enseigner dans les écoles de filles, et les femmes ne seront pas autorisées à enseigner dans les écoles de garçons.  Les hommes sont obligés de porter la barbe, et de faire la prière à la mosquée du village.  Par ailleurs, des « patrouilles de la pudeur » circulent en ce moment même dans le village et forcent les femmes à se couvrir la tête. Elles inspectent les voitures pour empêcher les couples non mariés de s'isoler''. Pas étonnant de percevoir une sourde réaction en certains milieux et surtout chez les femmes où l'on regrette l'ancien régime...malgré la corruption. Et si l'on tente de vous dire que c'est un cas isolé bien détrompez-vous. En fait la pieuvre salafiste étend ses tentacules partout dans le pays et jusque dans les universités et les militaires et tribuneaux et le président de la Tunisie s'il porte le titre ne peut rien faire non plus la Ligue des Droits de l'homme. Elle porte ce nom mais on est au sud de la Méditerrannée pas en Occident. 

''Des journalistes étrangers, notamment ceux de France 24, ont été empêché samedi 7 janvier d'entrer au village par un barrage établi par les insurgés salafistes. Le silence des dirigeants islamistes, notamment Enahdha, face à ces dépassements insupportables, et surtout leur peu d’empressement à les dénoncer de manière claire et sans ambiguïté, encourage les abus des islamistes qui se réclament de l’idéologie la plus radicale de l’islam. ( Nd CED: J'aimerais bien croire que lorsque l'on parle d'islam radicale on me démontre que c'est contraire au Coran et aux hadiths jusqu'à preuve du contraire je ne souscris pas à cette nuance). Les atteintes se multiplient un peu partout, et prennent aujourd’hui des formes diverses, qui vont des agressions verbales en direction des femmes, aux rituels de prière en pleine rue, jusqu’aux agressions physiques à l’encontre des adversaires politiques, et à l’occupation tapageuse des espaces publics''.

''En Tunisie pro-islamiste, les salafistes sont également à l'origine de la fermeture de la faculté de La Manouba, près de la capitale. La direction de la faculté de lettres de la Manouba, avait décidé la fermeture de l'établissement après des incidents provoqués par des manifestants islamistes salafistes qui contestent l'interdiction du Niqab à l'université. Les partisans du Niqab (voile islamique intégral), qui occupaient depuis un mois les locaux de la Faculté de Lettres, ont quitté les lieux cette semaine, a annoncé le doyen de la Faculté, Habib Kazdaghli, saluant « une victoire de la loi et de la démocratie ». Des incidents similaires ont eu lieu dernièrement à la faculté des lettres de Sousse (centre-Est du pays) et à l'université de Gabès (Sud), où les salafistes ont imposé la ségrégation des sexes dans le restaurant universitaire.

Le pessimisme est de mise, car il n’est pas nécessaire d’être expert en politique pour comprendre ce qui se trame dans les coulisses de la révolution tunisienne.

Lors d’un meeting populaire, en novembre 2011, Hamadi Jebali, actuel Premier ministre tunisien, a promis que « Jérusalem sera libérée de l’occupation juive ». Il a précisé que le processus de libération commencera par l’établissement du califat tunisien.

Le nouveau Président tunisien, Moncef Marzouki, a quant à lui appelé, le mois dernier, les Juifs tunisiens à revenir s'installer dans le pays. Aujourd'hui, quelque 1500 Juifs vivent encore en Tunisie, la plupart sont membres de la vieille communauté de Djerba. Israël est par ailleurs inquiet du sort de cette communauté réduite au silence.'' Quelques extraits tirés de l'article de Ftouh Souhail parru le 11 janvier 2012. sur Dreuz. info. Voir le lien plus haut.

Charles Ed. Durand 

tags: Dreuz. Afghanistan, talibans, Femmes bafouées, Sharia'h, Coran irréformable, Président, eunuque, révolution, alain Juppé, échéance électorale, bureau ovale, Élysée. Pays. province, U.E, Universités, ségéragation sexuelle, jourmaliste, barbus, 

Les commentaires sont fermés.