Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Les Aliens se déploient au Québec et introduisent la rupture de notre civilisation (1)

pensee-unique.jpg

Pour faire suite à l'article précédent sur l'éducation nationale au Québec j'entends proposer un portrait bien réel et non une caricature de ce que nos médias et une certaine élite renvoient de nous-mêmes. Ils nous enferment dans un cliché où domine le nihilisme et ils oblitèrent sciemment en réduisant la puissance destructrice des problèmes majeurs qui nous confrontent et nous précipitent vers la dépersonnalisation de l'homme comme sujet responsable.  Premier constat qui saute aux yeux, et il y en a d'autres, la dernière cuvée des jeunes journalistes qui ignorent tout, de notre civilisation, de la langue française qu'ils(elles) maîtrisent mal, de l'histoire des idées et de la pensée et l'habitude de fouiller le sujet, faire de la recherche afin de ne pas répéter des âneries. Ils n'ont reçu aucune formation littéraire, ni grammaticale c'est bien malgré eux (elles), qu'on détruit le concept, normal autrefois, de tout effort à consentir afin de connaître et d'explorer notre culture millénaire et riche. Oui j'entends aborder la déculturation de notre peuple. Les exemples foisonnent, la non transmission de notre histoire, de nos traditions, de nos valeurs, des savoirs intellectuels et la disparition d'une classe cultivée au nom de l'égalitarisme. La volonté derrière tout ça est de soumettre les nouvelles générations à l'État providence, les déstabiliser, les déstructurer et rompre les liens normaux de la famille base de la société. Sont aux commandes ceux que j'appelle par dérision les Aliens. Ce sont ces humanoïdes étrangers qui détruisent volontairement, au nom d'un individualisme égoïste, tout esprit critique, le droit de débattre, le besoin de connaître, participent à la déconstruction des jeunes esprits, ne les poussent pas à développer le goût de l'effort et bien sur pour chacun de connaître de réaliser ses potentialités et apprendre comment penser.  Pour un je ne crois pas que cette déconstruction de ce qu'enferme notre maître le passé soit le fruit du hasard. Ici je ne me distrairai pas sur la scène de tout l'occident mais, autant que possible, je m'en tiendrai au Québec. Je vais dénoncer ceux et celles qui parlent de la culture québécoise et qui dans la réalité se sont engagés à la détruire. Que penser de Justin Trudeau qui définit la culture québécoise de la même façon que Pauline Marois et Gilles Duceppe qui tous prônent la culture de la mort et autres facteurs contraires à la nature comme le mariage entre personnes de même sexe, de l'eugénisme etc. Je ne me reconnais pas dans cette culture mortifère et ce modernisme régressif qui nous conduit vers le cimetière des civilisations disparues. Je me répète encore une fois, je me suis toujours battu pour un peuple vivant et si Monsieur Stephen Harper se trouve sur la même longueur d'onde je ne vais pas le crucifier.

On assiste à une lutte finale engagée dès la fin des années 60 sur un objectif la décivilisation et la perte de toutes les valeurs intellectuelles, morales également l'assèchement de nos racines et sources chrétiennes et spirituelles. Nous avons choisit de ne plus avoir des élites et nos Pasteurs dans leur majorité se sont écrasés. Nous avons permis que se développe un environnement nihiliste et rencardé  tout effort et toute recherche intellectuelle. Notre objectif a été d'avoir des opinions mais pas d'apprendre comment penser ni d'argumenter. Terminée l'étude des grands classiques et les philosophes. Résultat on a produit une société de cancres, je l'ai dit précédemment, qui a augmenté le nombre de décrocheurs scolaires principalement chez les garçons 35%; de même que l'explosion exponentielle des suicides chez les garçons et des adultes mâles qui ne sont pas liés exclusivement à l'orientation sexuelle quoique l'on en dise. Ils sont minoritaires selon toutes les études scientifiques malheureusement au Québec on répète les sempiternels vieux clichés. Le Japon est en tête suivit par la Norvège quand au nombre de suicides chez les garçons et les hommes et en aucune étude on lie l'orientation sexuelle comme facteur majeur.

On a découragé au nom de l'égalité toute envie de se cultiver et d'apprendre; que fournir l'effort n'est pas vouloir se démarquer ni se croire supérieur ou branché et appartenir à la haute société mais que chacun puisse développer ses talents et ses capacités afin qu'en sa qualité de personne il soit le sujet actif de ce qu'il sera. Il est important que chacun ait le droit de s'accomplir et même de devenir riche quelque soit sa fonction ou son métier. Tout phoetus, enfant ou adolescent est un apport indispensable à la société car chaque personne renferme en elle-même plein de potentialités variées et de couleurs différentes. il y a des gens qui aiment la mécanique et d'autres non. On a négligé la formation d'ouvriers spécialisés on n'en n'avait que pour l'académique. Si vous avez moins de cinquante ans sachez que l'académique au Québec est gangrené par une coterie qui promeut et vise le minimum...le plus bas dénominateur commun sert d'étalon de mesure. En fait l'ignorance domine. J'aborderai aussi l'école publique et la mixité dès le primaire et secondaire et ses effets. Sujet qui va me valoir les hauts cris de la coterie. Mais depuis les années cinquante je me suis engagé à lutter pour mon peuple et je n'en n'ai jamais dévié. Plusieurs de mes positions que je n'ai pas gardées secrètes lorsqu'il me fallait me mouiller m'auront valu d'être renié et j'ai perdu des amis mais je maintiens le cap et je suis en paix et tant que je serai vivant je ne renierai pas mon engagement qui remonte alors que j'avais 17 ans. À 72 berges je revendique le droit de parler.

L'objectif de mes réflexions ne visent pas à condamner quiconque. Je vais parler d'une idéologie de l'égalité et de la culpabilité qui ont et imprègnent beaucoup de cercles dits aux affaires. Qu'ils soient politiciens, syndicalistes, promoteurs du communautarisme, de la division, journalistes ou des clercs.  Tous se sont mis à la tâche de détruire la société québécoise, pas toujours volontairement j'en conviens, mais tous se sont laissé subjugués et enfermés par un environnement destructeur. Lâcheté ou peur ? Les deux sans doute, je crois qu'en fait ils sont complémentaires. Il ni a à ma connaissance que le cardinal Marc Ouellet qui ait sorti la tête du lot des pasteurs et ait pris la parole. Je parlerai certes de la disparition de l'autorité de la démographie et conséquemment des multiples ravages chez les générations engendrées par les Baby-boomers.

Charles Ed. Durand 

tags: Étrangers, décivilisation, déresponsabilisation, état Providence, làcheté, la culture, l'égalité, décrochage scolaire, suicide, orientation sexuelle, famille, mixité, coterie, communautarisme, lâcheté. peur.

Les commentaires sont fermés.