Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2012

Meurtre après la naissance véhiculée par Obama qu'appuient deux chercheurs.

Minerva,_Francesca.jpgDeux chercheurs en bioéthique, Francesca Minerva de l’Université de Melbourne et Alberto Giubilini, de l’Université de Milan, viennent de co-signer un article dans le Journal of Medical ethics où ils plaident pour le droit de supprimer des nouveau-nés de la même manière que l’on peut supprimer des enfants avant leur naissance.

Bien des gens qui acceptent sans difficulté (et surtout sans réfléchir) l’idée de l’avortement légal, rejetteraient avec horreur celle de l’infanticide. Mais Minerva et Giubilini sont on ne peut plus sérieux et revendiquent le droit à l'infanticide. En effet, ils estiment que la mise à mort d’un enfant non désiré devrait être possible jusqu’après la naissance…

Dans leur article publié hier ils estiment que pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la santé du foetus ou du nouveau-né, ils avancent que dans les deux cas ils n'ont pas le statut des personnes et qu'il n'y a rien d'immoral dans la mise à mort de la personne car ils affirment qu'elles ne sont pas des personnes morales. Toutefois ils ne disent pas quant elle  le devient. Ils prétendent que ce n'est que lorsque l'être est conscient de son existence que l'on peut dire qu'elle est une personne morale, mais ils ne savent pas quand. Or des preuves scientifiques documentées et filmées montrent que l'enfant que l'on tente d'avorter par succion fait des efforts et résiste pour ne pas être retiré du ventre de la mère. Ils reconnaissent que si dans les deux cas ils sont des personnes potentielles voir en santé, difficile de soutenir le contraire en effet, ils avancent que c'est sans importance comme ils refusent que l'adoption soit une alternative.

lista foto 012.jpgVoilà une prise de position égoïste et utilitariste qui ne doit dépendre que du désir formulé par la mère, le père étant réduit à son rôle de géniteur statut qui ne lui permet pas de donner son avis sauf s'il est d'accord avec la mère.(Cour suprême du Canada). On peut soutenir ici que passent avant les seuls intérêts de la femme. Certes les auteurs reconnaissent que l'enfant à naître ou le nouveau-né peut prétendre avoir une vie normale car n'ayant aucune maladie, force est de reconnaître que c'est le bien-être de ceux qui l'entourent, donc la mère et parfois celui du géniteur, qui prime sur celui de l'enfant. En effet c'est la qualité de leur vie seulement qui est pris en considération. Ici ce sont les mêmes qui soutiennent l'euthanasie qu'ils appellent : ''donner la mort par compassion'' or ici cette raison n'est même pas invoquée. 

Obama Nov 2-2010.pngLes deux chercheurs mentionnés et Obama (alors qu'il était sénateur de l'Illinois a approuvé la mort d'un enfant nouveau-né) ici ils se rejoignent et sont d'accord que tuer le nouveau-né ne soulève chez eux aucun état d'âme ni scrupule, puisque l'avortement post-natal doit servir l'unique intérêt de la femme ou des personnes qui entourent, l'enfant n'est qu'un déchet. 

Et n'allez pas taxer ces personnalités de Nazis car vous allez être pousuivis pour diffamation caractérisée. J'affirme qu'ils sont des meutriers.

Charles Ed. Durand

source:http://jme.bmj.com/content/early/2012/02/22/medethics-201...

photos: Francesca Minerva: praticalethics..UK; Alberto Giubilini : lista photo; Obama :  in publique.

tags: Meurtre, infanticde, nouvea-né, chercheurs, adoption, égoïsem, intérêt de l'entourage, Nazis, adoption, euthanasie, avortement.

19:06 Publié dans Obama | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.