Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2012

À nos naïfs occidentaux et nos politiques aveugles. Le monde est en danger.

Il est temps de se réveiller. Assez du communautariste qui fractionne notre société en petits groupuscules et qui rendu à son aboutissement va tuer toute notre civilisation. Ils sont nombreux ceux qui sonnent l'alarme mais combien plus encore ceux qui ont peur et parlent d'accommodements raisonnables. Il faut s'ouvrir à l'autre dans sa diversité nous serinent-ils. Ceux qui ne le voient pas refusent de sortir de leur confort trompe l'oeil et se confinent dans leur petit cercle fermé au prétexte de croire qu'ils sauvent leur communauté. Eh bien ! non ils seront sacrifiés par leur faux cul d'idole (cherchez qui). Ils se préparent des lendemains avec lanternes et plusieurs y seront pendus haut et court et combien subiront l’empalement et la taxe imposé aux dhimmis ? Ce n'est pas en disant : Oh ba m'a faire confiance. Non! Le dangers existe et est bien réel. Regardez cette vidéo avant qu'elle ne disparaisse. l'Islam est puissant. L'ONU veut passer une résolution qui interdirait le blasphème avec l'appui des États-Unis...du locataire actuel du bureau ovale mais pour sa part le Vatican s'y oppose fermement. Putain il y en a des aveugles et des sourds.

Si vous me dites de me taire alors n'oubliez pas ceci : Quand on empêche l'homme de s'exprimer il finit par devenir fou. Et ne me traitez pas d'islamophobe. Les faits sont les faits. Quand s'exprime et se dit la vérité est-ce être islamophobe ? Enough is enough.
 
Charles Ed. Durand

tags: communautarisme, peur, l'homme, Occident, Monde, Islam, menace, décivilisation, blasphème, ONU, Obama, aveugle, sourd, Vatican.

25/02/2012

Meurtre après la naissance véhiculée par Obama qu'appuient deux chercheurs.

Minerva,_Francesca.jpgDeux chercheurs en bioéthique, Francesca Minerva de l’Université de Melbourne et Alberto Giubilini, de l’Université de Milan, viennent de co-signer un article dans le Journal of Medical ethics où ils plaident pour le droit de supprimer des nouveau-nés de la même manière que l’on peut supprimer des enfants avant leur naissance.

Bien des gens qui acceptent sans difficulté (et surtout sans réfléchir) l’idée de l’avortement légal, rejetteraient avec horreur celle de l’infanticide. Mais Minerva et Giubilini sont on ne peut plus sérieux et revendiquent le droit à l'infanticide. En effet, ils estiment que la mise à mort d’un enfant non désiré devrait être possible jusqu’après la naissance…

Dans leur article publié hier ils estiment que pour des raisons qui n'ont rien à voir avec la santé du foetus ou du nouveau-né, ils avancent que dans les deux cas ils n'ont pas le statut des personnes et qu'il n'y a rien d'immoral dans la mise à mort de la personne car ils affirment qu'elles ne sont pas des personnes morales. Toutefois ils ne disent pas quant elle  le devient. Ils prétendent que ce n'est que lorsque l'être est conscient de son existence que l'on peut dire qu'elle est une personne morale, mais ils ne savent pas quand. Or des preuves scientifiques documentées et filmées montrent que l'enfant que l'on tente d'avorter par succion fait des efforts et résiste pour ne pas être retiré du ventre de la mère. Ils reconnaissent que si dans les deux cas ils sont des personnes potentielles voir en santé, difficile de soutenir le contraire en effet, ils avancent que c'est sans importance comme ils refusent que l'adoption soit une alternative.

lista foto 012.jpgVoilà une prise de position égoïste et utilitariste qui ne doit dépendre que du désir formulé par la mère, le père étant réduit à son rôle de géniteur statut qui ne lui permet pas de donner son avis sauf s'il est d'accord avec la mère.(Cour suprême du Canada). On peut soutenir ici que passent avant les seuls intérêts de la femme. Certes les auteurs reconnaissent que l'enfant à naître ou le nouveau-né peut prétendre avoir une vie normale car n'ayant aucune maladie, force est de reconnaître que c'est le bien-être de ceux qui l'entourent, donc la mère et parfois celui du géniteur, qui prime sur celui de l'enfant. En effet c'est la qualité de leur vie seulement qui est pris en considération. Ici ce sont les mêmes qui soutiennent l'euthanasie qu'ils appellent : ''donner la mort par compassion'' or ici cette raison n'est même pas invoquée. 

Obama Nov 2-2010.pngLes deux chercheurs mentionnés et Obama (alors qu'il était sénateur de l'Illinois a approuvé la mort d'un enfant nouveau-né) ici ils se rejoignent et sont d'accord que tuer le nouveau-né ne soulève chez eux aucun état d'âme ni scrupule, puisque l'avortement post-natal doit servir l'unique intérêt de la femme ou des personnes qui entourent, l'enfant n'est qu'un déchet. 

Et n'allez pas taxer ces personnalités de Nazis car vous allez être pousuivis pour diffamation caractérisée. J'affirme qu'ils sont des meutriers.

Charles Ed. Durand

source:http://jme.bmj.com/content/early/2012/02/22/medethics-201...

photos: Francesca Minerva: praticalethics..UK; Alberto Giubilini : lista photo; Obama :  in publique.

tags: Meurtre, infanticde, nouvea-né, chercheurs, adoption, égoïsem, intérêt de l'entourage, Nazis, adoption, euthanasie, avortement.

19:06 Publié dans Obama | Lien permanent | Commentaires (0)

Sommes-nous bien informé par nos médias sur ce qui se passe en Syrie?

Syrie.gif

Selon les bulletins de nouvelles qui nous parviennent des agences de presses ou de correspondants on ne nous livre qu'une seule version la politically correct. De mon côté je reçois des nouvelles de sources non manipulées et qui ne sont pas tamisées via le censeur de la pensée unique ni du bureau ovale ni de l'ONU de Ban Ki moon. La source est de Syrie et bien informée.

Voici le courriel que je viens de recevoir. Je vous le livre tel quel...

''La situation est très inquiétante. La Syrie est en état de guerre civile entre l'armée du pouvoir et des rebelles de cette armée à dominante sunnite et islamiste soudoyée par le Qatar et l'Arabie-Saoudite. Comme dans toute guerre civile certains territoires et villes sont aux mains des insurgés (Homs) d'autres sont encore, tant bien que mal, contrôlés par le pouvoir (notamment Damas et Alep). En ce moment le combat se joue à Homs. Nous n'avons aucun intérêt à choisir les rebelles armés contre l'armée d'Assad. Les chrétiens de toutes confessions l'ont compris, mais aussi les druses et les alaouites, ainsi que les sunnites au mode de vie moderne et tolérant. Nous sommes très mal informés et désinformés sur ce conflit. Les journalistes qui les rapportent sont-ils tout simplement honnêtes ?''

Il va de soi que je ne puis révéler l'identité de la source.

P.S: Il y a plus de 2millions 500,000 chrétiens en Syrie. Ne jouons pas à l'aveugle car partout où passent les frères musulmans et les salafistes les persécutions commencent. Faudrait peut-être que la Secrétaire d'état des États-Unis ne joue pas à l'ignorante. Depuis septembre 2001 il y a eut 18,555 chrétiens qui ont été tués dans les pays musulmans et même en Occident comme en Angleterre et aux Pays-bas. Et sans doute que le chiffre que je donne est probablement en-deça de la réalité car ne sont pas dénombrés les Coptes orthodoxes d'Égypte ni les vexations incendies et masssacres et esclavagisme qui demeurent d'actualité comme au Soudan par exemple. Que l'on cesse de parler d'islamophobie cela est un leure et n'existe pas. En disant ce vocable on veut nous empêcher de parler et nous nier la liberté d'expression qui est un droit fondamentale dans les pays anglo-saxons et là où existe vraiment la démocratie. Ce n'est pas parce que l'on raconte des faits que l'on est anti religieux. Oui il y a des massacres que subissent les chrétiens et cela partout dans les pays arabes voir L'Iran et même au Nigéria. Qu'est-il arrivé aux 100,000 catholiques qui vivaient en Libye? Personne ne s'en informe sauf au Vatican.

Charles Ed. Durand

tags: Journaliste, état réel du conflit, Quatar, Arabie-saoudite, Druses, alaouites, chrétiens, réfugiés chaldéens, assyriens  et catholiques d'Irak, Ban Ki moon, censure.