Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

J'ai désiré d'un grand désir manger cette Pâques avec vous.

crucifixion.jpg

Obéissant jusqu'à la mort à son Père La Croix devint le trône de Jésus.

Je sais que plusieurs sont des analphabètes de la religion et de la vie de Jésus. Benoît XVI disait aujourd'hui :''que les éléments fondamentaux de la foi, que dans le passé chaque enfant connaissait, sont toujours moins connus.'' Mais pour pouvoir connaître Jésus, il faut avoir l'occasion de l'écouter, il faut que des prêtres, dont justement aujourd'hui nous célébrons l'institution du sacrement de l'Ordre et de l'Eucharistie, puissent porter la Bonne nouvelle. Comment croire quand le devoir d'enseigner (munere) ne se fait pas? Il faut des témoins. Oui, la foi est un don, mais chacun sera touché par le témoignage vivant et actuel de celui en qui nous voyons la Joie qui l'habite. Notre pape, en son homélie, dit fort justement ''qu'il faut traduire en des mots simples, se configurer au Christ. Paul est l'exemple parfait quand il dit, à ceux à qui il s'adresse, imitez-moi, car j'appartiens au Christ.'' (je cite le pape) Et cela est vrai, surtout pour des jeunes d'aujourd'hui, qui ne savent où chercher, bien qu'intimement en leur âme ils ressentent que quelque chose leur manque; qu'il y a un vide abyssal jamais comblé. Puis tout à coup, ils observent ce rayonnement, qui se dégage de celui chez qui ils perçoivent qu'il est authentique et cela les attire. Ils entreprennent alors une démarche inimaginable, mystérieuse et un parcours où ils doivent être accompagnés. Ce qu'ils ont pressenti chez cette personne c'est l'amour qui l'habite. Ils ont envie, instinctivement, de connaître l'identité de cet être divin et qu'il se manifeste en eux aussi. Ils savent que c'est quelqu'un, car c'est transparent. Le mensonge ils le débusquent vite, du moins s'ils ne sont pas trop envahis par l'analphabétisme religieux et ouverts aux murmures du monde qui sont les causes réelles de leur mal-être. Mais d'expérience, je l'ai tant de fois observé, ils cherchent à connaître, ils veulent savoir ce qui anime tout l'être de cette personne. Ils ont faim et soif de vérité, ils quêtent la liberté et cherchent la paix. Mère Theresa dans toutes les maisons de son ordre, dans la chapelle on trouve près du crucifix ces paroles de Jésus : ''I thirst ''. Oui, les analphabètes cherchent à savoir : qu'est-ce qui le rend si lumineux, heureux et bien dans sa peau...? Notre devoir à nous tous, chrétiens, prêtres et pasteurs, est de dire franchement, raconté en mots clairs qui est celui qui nous a attirés et habite en chacun de nous. Au début, il faut les écouter beaucoup, ils ont une foudroyante envie de se raconter ou selon les caractères parfois ils sont hésitants, mais ils restent là. L'Esprit-Saint comblera ce qui nous trouve un peu désarmés. Mais ce qu'ils attendent, ils veulent rencontrer ce Jésus qui s'est communiqué et a transformé la vie de ceux qui ont accepté de le suivre, de marcher à sa suite en toute confiance. L'essentiel est de témoigner et de jouer franc-jeu. Pas de tour de passe-passe, mon devoir est de raconter ce Jésus qui est ma raison de vivre et ce qu'il est. Ce sera un long processus, mais il faut, avant tout, toujours s'en remettre à celui qui est la source de notre liberté. Vient le jour où il faut parler de son enseignement et de son action en nous qui nous a transformés. C'est le devoir obligé du prêtre (munus docendi) d'enseigner, d'instruire, de communiquer. Jésus dit :'' mon enseignement n'est pas le mien, mais de Celui qui m'a envoyé '' (Jn 7, 16). Celui qui parle de lui-même cherche sa propre gloire... (Jn 7, 18). Mais celui qui dit son témoignage ne se met pas au-devant, il proclame celui qui l'habite. Paul dira : '' ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi ''.

L'Évangile de ce jour relate ce dernier repas qu'il prend avec les siens. '' Jésus ayant aimé les siens qui étaient dans le monde les aima jusqu'à la fin ''...'' Il se lève de table''... ''Il met de l'eau dans un bassin et il commence à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge dont il était ceint ''. Pierre ne voulait pas : ''toi, me laver les pieds? '' Jésus lui répondit : ''ce que je fais, tu ne le sais pas à présent; mais plus tard, tu comprendras ''. Que de fois, on m'a dit : quand ce sera le temps, tu comprendras... que de fois, l'ai-je répété à ceux qui me demandent de leur expliquer... tout de suite, ils sont certains de comprendre , car ils sont intelligents. Mais il faut laisser le mystère de la parole de vie de Dieu pénétrer selon ce que le Seigneur sait de chacun. En fait, il faut que la personne abandonne sa volonté propre, qu'elle lâche prise, alors Dieu se révélera et surgira en lui la joie. Enfin, il (elle) comprend ce qui lui était caché. Il faut beaucoup d'humilité pour se laisser conduire. C'est normal, car l'inconnu dérange, mais l'accompagnateur le sait, la conversion est toujours en chemin, elle se fait au jour le jour et Dieu sculpte et remodèle tout l'être, dans la mesure où il consent à lâcher le volant et ouvre son esprit et accepte de se remettre en question. Ici, je répète : ''Mon enseignement n'est pas le mien '', Jésus sonde les coeurs et les reins de chacun et il sait tout. Bref, le serviteur n'est pas plus grand que son maître (Jn 13,18). Mais lorsque tu réponds oui à Jésus si tu veux conserver ce que tu as reçu et t'enrichir, accumuler ton trésor, alors tu dois servir, aussi tu répondras : '' Me voici ''. Non que tu sois parfait, mais ta mission est de témoigner et de communiquer ce que tu as reçu, de parler de celui qui a transformé tout ton être, t'a donné la raison, et t'a donné la foi, la paix, et a semé l'amour et la joie qui s'épanouissent en ton coeur. Si tu veux conserver ces dons, sois donc le témoin, plein de gratitude, pour tes frères en humanité. N'attends pas d'être parfait et ne dis pas non à celui qui veut avoir ce que tu as en toi. Profitons de ce triduum pascal, montée d'obéissance et d'amour, de sa passion jusqu'à sa résurrection pour ouvrir notre coeur et notre esprit, écoutons ses paroles, car elles sont porteuses de saluts. Sur le chemin du Christ, nous avançons et nous disons au Seigneur : j'ai soif. ALLELUIA! 

Charles Ed. Durand

tags: Croix, Triduum pascal, analphabétisme religieux, sacrement de l'ordre, prêtre, jeudi saint, Jésus, repas, lavement des pieds, Pierre, témoins, conversion, accompagnateur spirituel, vide abyssal, j'ai soif, Mother Theresa, mystère de la Parole de Dieu, me voici.

Les commentaires sont fermés.