Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2012

L'affaire Pussy Riot. Tout ce qu'en Occident on cache. On condamne Putin.

Pussy riot.jpg


Les trois Pussy Riot Ekaterina Samoutsevitch, Maria Alekhina et Nadejd ont été condamné à deux ans de prison pour "hooliganisme" par un tribunal de Moscou et non aux travaux forcés.

On en a beaucoup parlé, mais on n'a pas tout dit sur ce qui s'est vraiment passé dans la cathédrale russe orthodoxe ce 21 février 2012 et pourtant ce qui est en cause ici ce sont les blasphèmes dont on n'a pas mentionnés ce qui en fait va bien au-delà de la seule personne de Putin. J'imagine que si c'était le Parti communiste qui était au pouvoir alors on se tairait, conne ils le firent au temps du Parti unique et de la dictature communiste qui fit + de cent millions de morts. Je joins le vidéo (sous-titré en anglais) tourné dans la cathédrale par un membre de l'équipe des féministes. On a même entendu ici des journalistes et animateurs déclarer que le Partiarche couchait avec le régime de Putin et voulait leur condamnation. Rien n'est plus faux. Voici la position officielle de l'Église Orthodoxe russe rendue publique :  ''Le Conseil suprême de l'Église orthodoxe russe a appelé les autorités russes à faire preuve de miséricorde à l'égard des trois membres du groupe punk féminin Pussy Riot'' condamnées vendredi à 2 ans de prison pour un acte de hooliganisme commis dans la cathédrale du Christ Sauveur de Moscou.

"Nous ne mettons pas en doute la légitimité du jugement, mais appelons les autorités à faire preuve de miséricorde à l'égard des personnes condamnées dans l'espoir qu'elles renoncent à l'idée de commettre de nouveau des actes blasphématoires", lit-on dans une déclaration du conseil''. fin de la citation.

Par ailleurs celui que nos commentateurs (trices) dénoncent avec une haine farouche c'est avant tout le président de la Fédération de Russie : Vladimir Putin. Et pourtant voici ce qu'il disait le 3 août dernier :

La "prière punk" improvisée par le groupe féministe Pussy Riot dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou est déplorable, mais les chanteuses ne doivent pas être jugées "trop sévèrement", a déclaré jeudi à Londres le président russe Vladimir Putin.

"Il n'y a rien de bon dans leur action, je ne voudrais pas trop en dire, mais je crois que si elles avaient profané quelque chose en Israël par exemple, il leur aurait été difficile de s'en tirer comme ça", a annoncé le chef d'État russe aux journalistes.

"Ou peut-être qu'elles auraient mieux fait d'aller dans le Caucase et de profaner un lieu de culte musulman. Nous n'aurions pas eu le temps de les mettre sous protection", a indiqué M.Putin.

"Pourtant, je ne crois pas qu'il faut les juger trop sévèrement", a-t-il poursuivi.

"J'espère qu'elles tireront elles-mêmes les conclusions de cette affaire et que le tribunal rendra la bonne décision, une décision fondée", a ajouté le président.

Au Québec on gave la population contre tout ce qui s'apparente à l'Église du Christ. Dans le cas présent, dès hier, le journaliste de TVA ne fit pas de quartier, mais volontairement omit de tout raconter. 

Charles Ed. Durand

http://www.youtube.com/watch?v=lPDkJbTQRCY&feature=plcp

shit shit shit the Lord, pas tellement à voir avec Putin 

source : Ria Novosti

tags: Pussy Riot, blasphèmes. féminisme doctrinaire, Vierge Marie, Vladimir Putin, parti communiste, Église Orthodoxe, Patriarche kirill de Moscou, animateurs, la manipulation, la désinformation, l'anti cléricalisme primaire, la haine, Québec, Moscou, cathédrale du Christ Sauveur, occident, travaux forcés, condamnation à la prison.

ADDENDUM: en Allemagne

Perturbation à la cathédrale de Cologne  

Cologne, 19 août 2012 (Apic) Les manifestions de soutien aux trois membres des "Pussy Riot" condamnées à deux ans d’internement à Moscou se multiplient. Un groupe de trois sympathisants masqués a ainsi interrompu la messe dimanche matin 19 août 2012 dans la cathédrale de Cologne, en Allemagne.

Les commentaires sont fermés.