Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2012

An act of war, not 'senseless violence'. Un acte de guerre, non une violence insensée.

    Administration's 'Tolerance' of Murderers Is Just Cowardice.

 

Newt_Gingrich_act of War.jpg

According to, selon Newt Guinrich : It's an act of War not a senseless act of violence--- C'est un acte de guerre et non une violence insensée, comme le soutient l'administration américaine.

Here is what N Gingrich, former speaker of the House, had to say: President Barack Obama and Secretary of State Hillary Clinton again perpetuated the kind of intellectual dishonesty that cripples the U.S. response to radical Islamists.

The president asserted we have to oppose “the kind of senseless violence that took the lives of these public servants.”

Clinton reinforced his analysis when she said, “We condemn in the strongest terms this senseless act of violence.”

This concept of “senseless violence” is at the heart of the left’s refusal to confront the reality of radical Islamists.


These are not acts of senseless violence.

These are acts of war.


Our ambassador to Libya and three other Americans were not killed by a senseless mob. They were killed by a purposeful group of men armed with sophisticated weapons. These killers had tracked Ambassador Chris Stevens down to the U.S. consulate in Benghazi, where he was much more vulnerable to attack and had less protection. They waged a coordinated, military-style assault.


Our four dead are combat casualties as much as anyone in Iraq or Afghanistan.


It is tragic that the president is so committed to a leftist worldview that he cannot allow himself to face these facts.


It is inconceivable that there just happened to be attacks in Egypt and Libya on Sept. 11. Yet when I connected the dots between the two countries on TV yesterday morning, the reporter asked me if I had inside knowledge. It had clearly not occurred to them that simultaneous attacks on embassies were almost certainly not coincidental.

No one has looked into how the news of this stupid film reached crowds in Egypt and Libya. Similarly, a few years ago, no one wanted to look at how anger about Danish cartoons spread across the Muslim world.


The left is desperate to deal with each new incident as though it is occurring in isolation.

This morning people were asking how we had failed the Libyan people. The naïveté is unending.


Libya was the second largest source of anti-U.S. fighters in Iraq. (First was our “ally” Saudi Arabia.) Benghazi was the largest supplier of anti-American fighters from Libya.

Because of congressionally-imposed limitations and administrative and bureaucratic timidity, the fact is we know remarkably little about our enemies.


We should expect to be surprised because our elites cling to a fiction of “peace” while our enemies are waging war.

The policies of Obama have made our intellectual incoherence and strategic incompetence even worse.

It is no accident that the embassador Anne Patterson in Cairo issued a groveling statement, apologizing to the haters for having inconvenienced them with American freedom of speech.


The embassy was simply following Clinton’s lead, set months earlier in her meetings with the Organization of Islamic Cooperation.


The OIC has a long- term campaign to manipulate the U.S. government into defining any criticism or improper reference to Islam as unacceptable.

No one should be confused by this. As Andy McCarthy wrote yesterday, the Islamist definition of heresy would destroy American free speech.

The Obama administration is waging war on the Catholic Church while appeasing the most extreme elements of Islam.


This is the bizarre situation we now find ourselves in.


source: POLITICO


Voici la version française de l'entrevue qu'accorda, l'ancien président de la Chambre des représentants, Newt Guinrich lors d'une émission télé matinale le 12 septembre 2012.


Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des Représentants des États-Unis, a livré un commentaire cinglant sur les réactions insensées du Président Obama et de la Secrétaire d’État suite aux actes terroristes qui eurent lieus en Libye et en Égypte, soit 4 morts à Benghazi et un assaut de guerre sur l’ambassade des États-Unis au Caire le 11 septembre. Ce n’est pas un hasard cette coïncidence du 11 septembre comme l’entendent des journalistes. Newt Gingrich voit dans les démangeaisons verbeuses d’Obama et de son entourage l’empreinte idéologique de la gauche.

Charles Ed. Durand


Le Président Barack Obama et la secrétaire d’État [ministre des Affaires étrangères] Hillary Clinton perpétuent de nouveau ce type de malhonnêteté intellectuelle qui paralyse la réaction des États-Unis aux islamistes radicaux.


Le Président a affirmé que nous devons nous opposer à « ce type de violence insensée qui a ôté la vie à ces fonctionnaires ».

Clinton a renforcé l’analyse [d’Obama] quand elle a déclaré : « Nous condamnons dans les termes les plus fermes cet acte insensé de violence ».


Ce concept de « violence insensée » est au cœur du refus de la gauche de faire face à la réalité des Islamistes radicaux.


Ce ne sont pas des actes de violence insensée.

Ce sont des actes de guerre.


Notre ambassadeur en Libye et les trois autres américains n’ont pas été tués par une foule insensée. Ils ont été tués par un groupe d’hommes déterminés et armés possédant un équipement sophistiqué. Ces tueurs avaient pisté l’ambassadeur Christ Stevens jusqu’au consulat de Benghazi il était plus vulnérable à une attaque et moins bien protégé. Ils ont lancé une attaque coordonnée de type militaire.

Nos quatre morts sont des victimes du combat comme n’importe qui en Irak ou en Afghanistan.

C’est une tragédie que le Président soit si impliqué dans cette vision du monde gauchiste, qu’il ne puisse même plus admettre les faits.

Il est inconcevable que ces attaques se soient passées en Égypte et en Libye le 11 septembre. Pourtant, quand je faisais hier matin à la télévision une connexion entre ces deux pays, le journaliste me demanda si j’avais des informations privilégiées. Il ne leur est pas venu à l’esprit que des attaques simultanées contre des ambassades n’étaient probablement pas une coïncidence.


Personne n’a cherché comment l’information sur ce film idiot avait touché les foules en Égypte et en Libye. De même, voici quelques années, personne n’a voulu savoir comment la colère contre les caricatures danoises s’était répandue dans le monde musulman.

La gauche se démène pour traiter chaque nouvel incident comme s’il survenait de manière isolée.


Ce matin, les gens demandaient comment on en était arrivé à un tel échec avec le peuple libyen.


La naïveté est sans fin.

La Libye était la seconde plus grande source de combattants anti-U.S. en Irak (la première étant notre “allié” l’Arabie Saoudite). Benghazi était le premier fournisseur de combattants anti-américains de Libye.

En raison des restrictions imposées par le Congrès et de la timidité de l’administration et de la bureaucratie, le fait est que nous en savons extraordinairement peu sur nos ennemis.

On devrait s’attendre à être surpris parce que nos élites se cramponnent à une fiction de “paix” alors que nos ennemis font la guerre.

La politique menée par Obama a rendu notre incohérence intellectuelle et notre incompétence stratégique pires encore.


Ce n’est pas par accident que notre ambassadeur Anne Patterson au Caire a diffusé un communiqué humiliant, s’excusant auprès de ces personnes haineuses de les avoir dérangées par la liberté d’expression américaine.


Madame l’ambassadeur s’est contentée de suivre l’orientation donnée par Clinton, et mise au point voici des mois lors de ses réunions avec l’Organisation de la coopération islamique.


L’OCI mène depuis longtemps une campagne visant à manipuler le gouvernement américain afin qu’il reconnaisse toute critique ou toute référence incorrecte [sur l'islam] comme inacceptable.


Que personne ne se trompe là-dessus (…) la définition islamiste de blasphème détruira la liberté de parole américaine.


Le gouvernement Obama mène la guerre contre l’Église catholique tout en voulant apaiser les éléments les plus extrêmes de l’islam.

C’est la curieuse situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.


source : AmeriCatho

traduction : Daniel Hamiche


N.B: À lire absolument. POUR en savoir plus sur la problématique complexe de la Libye voir le blogue de Bernard LUGAN qui est un spécialiste des questions relatives à l'actualité africaine. Ici il aborde dans un article intitulé : Derrière l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi 


Voici le lien:  de Bernard Lugan.

Glisser la souris sur le blogue http:// bernard.. en bas en surbrillance et cliquer à droite sur accéder à http :// bernard..., etc


http://bernardlugan.blogspot.ca/2012/09/derriere-lassassinat-de-lambassadeur.html


tags: Newt Guinrich, Speaker of the House, Anne Patterson, Acte de Guerre, violence, Benghazi, Caire, Libye, Iraque, Afghanistan, blasphème, Liberté de Parole, Amérique, diplomates, la Gauche, naïveté, Saudi Arabia, Lybia, four dead, casualities, Hilary Clinton, Daniel Hamiche, Bernard Lugan, blogue, l'ambassadeur Christopher Stevens, L'administration américaine.

Les commentaires sont fermés.