Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2012

La gauche impose le silence sur ceux qui ont bâti ce pays et affermi notre peuple.

L'article qui suit est dans sa quasi-totalité l'oeuvre de CAMPAGNE QUÉBEC/VIE. J'y ai ajouté des phrases percutantes et complémentaires sans changer la teneur ni enlever un iota de sa vision sinon accentuer la réalité de ce qu'il a mis en relief. Je n'ai pas voulu faire un plagiat aussi je m'interdis de le signer. J'ai trouvé qu'il était pertinent en l'état de notre société en voie de disparition aussi ai-je ajouté des remarques plus poignantes et parfois cinglantes.

SI L'Auteur ou les auteurs qui ont écrit et dessiné la matrice de leur article exigent que je le retire, ce sera bien volontiers que je le ferai. Il m'arrive, étant un caractère sanguin, d'être un peu coup de poing et par nature audacieux. Une tare sans doute?

Je suis un vieux militant épris d'amour pour la vie des plus fragiles et de l'histoire de ce peuple aux  origines diverses mais aux racines judéo-chrétiennes.

Charles Ed. Durand

dollard-des-ormeaux_LR.jpg


Le Parti Québécois, antipatriotique? Oui, si l’on considère que le patriotisme est aussi un amour de l’héritage de ses ancêtres et la reconnaissance envers ceux qui nous ont tant laissés.

Difficile de croire en cet amour de reconnaissance d’un parti qui a effacé la mémoire d’hommes qui ont versé leur sang pour défendre la colonie naissante. Dollard-des-Ormeaux et compagnons, mort après des jours de combats, aux poubelles. Vive les ragots sans fondements dénigrants notre passé! Mais il y a des années que le Parti Québécois a jeté aux poubelles tout le passé chrétien et par conséquent, pratiquement tout le passé canadien-français de notre patrie.

Dans les années 1960, les chrétiens voulant la souveraineté à tout prix se sont tus. C’est le nationalisme d’un François-Albert Angers, d'un Raymond Barbeau, d'un Marcel Léger. Faire la souveraineté, avoir un pays, ensuite discuter de ce qui sépare la gauche et la droite. La gauche n’a jamais rien concédé, la droite a ravalé ses valeurs au nom du pays. Le pays ne s’est jamais concrétisé, mais les valeurs de « droite », le patriotisme, la connaissance de l’histoire, le christianisme comme fondement du peuple québécois, sont tombés dans un purgatoire médiatique.

Pour faire avancer la cause de la souveraineté, Mathieu Bock-Côté appelle à un renouveau de l’alliance droite-gauche, appel non entendu et… il est déjà trop tard.

Les valeurs féministes, socialistes, communautaristes et les différents courants minoritaires ont imposé l'individualisme comme valeur suprême de la liberté et l'affranchissement de l'homme et de la femme de toute vérité et elles ont démoli toute autorité légitime et conduit la société au nihilisme, au relativisme et à la disparition de la morale naturelle inscrite dans l'âme et le coeur de tout homme, l'abolition du bien commun, et à l’élimination de centaines de milliers d’enfants au Québec. Le déficit démographique, en plus d’avoir des conséquences économiques graves, met en jeu la survie même du peuple québécois, obligé de mettre toutes ses espérances dans une loi 101 non respectée et crainte par ceux qui veulent vivre au Canada sur le territoire du Québec, pour ne pas dire sur son dos… et qui ont peur de perdre leurs valeurs.

Nous pouvons comparer le Québec et l’Irlande. Deux cultures catholiques fortement enracinées. L’Irlande a choisi de défendre sa foi avant tout. Elle a perdu sa langue gaélique, mais pas sa culture millénaire ni sa patrie. Le Québec a perdu sa foi et a défendu une culture post-moderne pour ne pas dire nihiliste de son histoire propre et sa langue avant tout. Si rien ne change, nous aurons tout perdu, et la foi, base et colonne vertébrale d’un peuple, et la langue s'ensuivra irrémédiablement… Avoir subordonné la foi à la langue française, c’était aussi abandonner son peuple et la défense du français en les coupant de ses racines chrétiennes et ainsi compromettre l’essor du peuple québécois. Nous n’en finissons plus de voir les feuilles de l’arbre québécois tomber, vers un hiver ou s’entredéchirent les souverainistes, chacun voulant apporter sa solution artificielle à la mort d’un peuple, refusant catégoriquement de s’ouvrir à une foi qui seule permettrait à ce peuple de vivre.

Mme Marois peut bien promettre les lendemains qui chantent avec son système de garderie, mais surtout elle s'assure que les enfants ne seront pas élevés et formés par la mère au foyer au cas où..., puis sa charte de la laïcité, ses écoles culturellement publiques et surtout déconfessionnalisées, elle sera la gérante d’un goulag où par la force elle tentera d’imposer un athéisme mortifère à des peuples culturellement étrangers à nos racines et qui refuseront toute intégration, eux qui sont venus remplacer un peuple moribond et une langue française qu’elle sera la première à avoir enterrée sous une idéologie haineuse et sans âme, une pathologie de ressentiment largement répandue au sein de la gauche et de groupuscules intolérants qui président à l’anéantissement de l’âme d’un peuple.

Le laïcisme idéologique qu’elle veut imposer, et la promulgation de sa charte sont le dernier clou planté sur le cercueil du peuple québécois. Dans les campagnes  vivent toujours des Canadiens-français. Certains rêvent d'un pays, d'autres pas, tous veulent un état français où la liberté religieuse et les racines chrétiennes du pays profond seront respectées. Or Madame Pauline Marois n'aime pas ce pays, elle en voudrait un autre, qu'elle voudrait inventer, comme l'a tenté le Parti Québécois. Si le PQ avait voulu construire un pays patriote, aimant et se souvenant de ses ancêtres qui sont venus y bâtir un nouveau pays et y transmettre cette sève de bâtisseurs résolus et fiers de leurs valeurs, peut-être que de nouveaux arrivants auraient voulu être des acteurs de ce projet honorable! Nous avons envoyés des missionnaires dans le monde entier, sous tous les latitudes et continents et plusieurs ont admirés ces porteurs d'espérance qui ne craignirent pas de partager leur vie, de communiquer leur savoir et de les amener à se prendre en mains, de se réaliser et de développer toutes leurs potentialités. 

 

Si un million de personnes venues de toute l’Amérique du Nord ont défilé devant la dépouille du petit frère André, combien viendront pour n’importe laquelle de nos personnalités politiques gauchistes?

 

Que les chefs du Parti Québécois aillent déposer un bouquet pour faire amende honorable au monument de Dollard-des-Ormeaux. Nous pourrons commencer à croire, alors, qu'ils sont des patriotes... 

 

CAMPAGNE QUÉBEC/VIE  www.cqv.qc.ca

tags: CAMPAGNE QUÉBEC/VIE, Dollard-des-Ormeaux, François- Albert-Angers, Raymond-Barbeau, Marcel-Léger, militant, patriotisme, racines chrétienne, la gauche, la Laïcité, idéologie de gauche, communautarisme, féminisme, individualisme, post-modernité, pays, rupture d'avec notre histoire, Pauline Marois, Parti Québécois, Mathieu Bock-Côté. le catholicisme, matrice, missionnaires, ouverture sur le monde, Frère André, garderie, déconstruction des traditions, dénatalité irréversible, avortements, mort d'un peuple.

 

Les commentaires sont fermés.