Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2012

Enseigner que l’avortement est un mal, c’est de la misogynie. Laurel Broten

 

« Les écoles catholiques de cette province du Canada ne doivent pas enseigner que l’avortement est un péché cela contrevient à la Loi 13 (« Bill 13 ») c'est du harcèlement contre l'étudiante, qui tombe sous la loi, et est passible de peine car relevant de la « misogynie ». Rien de moins.

Laurel Broten Ministre de l'éducation de l'Ontario oct 2012.jpeg

Voilà ce qu'a déclaré la ministre de l'Éducation de l'Ontario Lauren Broten. Aussi le Premier ministre de l'Ontario Mr. Dalton McGuinty dès hier, en fin de journée, a remis sa démission comme premier ministre et chef du Parti libéral de l'Ontario, tant la tempête qu'a soulevée sa ministre de l'Éducation a fragilisé son gouvernement. Les réactions spontanées et hostiles aux prises de position de la ministre le plaçaient dans une situation intenable. Les écoles catholiques étant les seules touchées.

Lors de la conférence de presse, un journaliste a réagi aux propos de la ministre et lui a demandé par quel moyen elle inclut le « droit à l'avortement » et sous quel article du Bill 13 ? 

Voici comment la ministre a tenté de se dépêtrer de la question qui tue. Elle a commencé à gloser et à valser sur les thèmes que soutiennent les lobbies féministes et LGBT. En voici un échantillon : « La loi 13 comporte une disposition claire visant à assurer que toutes nos écoles soient des lieux sûrs et accueillants pour tous les élèves. Cela inclut les élèves LGBTQ (sic) (Q pour queen?) et également les jeunes filles. La loi 13 concerne, comme vous le savez, la misogynie, et ce critère nous permet de soutenir que quiconque entrave une jeune fille de recourir à l'avortement commet un acte de misogynie, puisqu'il dégrade l'étudiante en la privant de la propriété de son corps ». La ministre ne croit pas, ce qu'elle peut être candide, que sa position entre en conflit avec l'éducation catholique et le droit de la jeune étudiante à l'avortement. Étant entendu que les parents n'ont pas à être consultés. 

Le cardinal Thomas Collins, Archevêque de Toronto, a réagi vivement et a condamné les propos de Lauren Broten. Il a déclaré que la mission de l'Église était de défendre ceux et celles qui n'ont pas de voix. Il insiste pour que l'identité catholique de l'école, comme l'exige la Constitution canadienne, soit respectée.

Devant l'extrémisme de sa ministre de l'Éducation nationale le PM a décidé de lancer la serviette et de démissionner. Déjà, qu'elle avait permis que les musulmans aient accès à une salle pour les prières où les garçons étaient en avant suivit des filles et derirère celles qui étaient en état de procréer (considérer inpures),  Et cela dans les écoles catholiques. C'en était trop le PM ne savait plus gérer sa ministre.

source :Jeanne Smith

Charles Ed Durand

tags: Misogynie, Lauren Broten, Ministre de l'Éducation, Ontario, Écoles catholiques, Dalton McGuinty, Premier ministre de l'Ontario, démission, cardinal Thomas Collins, Constitution canadienne, La Loi 13. Avortement, parents, éducation catholique, lobbies féministe et LGBT.

Les commentaires sont fermés.