Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2012

USA: The Muslim Brotherhood in the house of the CIA. Les frères musulmans ont infiltré la CIA.

Muslim Brotherhood Armory.jpg

Seal of the Brotherhood.

The presence of agents of the Muslim Brotherhood, working within the federal government in recent years has been definitively proven. The infiltration of our security system by the Muslim Brotherhood is scandalous or shocking, because it represents an immediate danger to U.S. citizens. The influence of this undercover Muslim Brotherhood manifests through national and global implications, dangerous to the security of America and its citizens.

(An analysis of John Guandolo, ex-FBI agent and a specialist in Islamist Muslim Brotherhood in America.) 

Last July, the CIA organized a training program for two days at its headquarters in Langley, Virginia entitled "Workshop struggle against violent extremism for the Washington area."

Present at the seminar, all local, state and federal law enforcement, and military and intelligence offices in the Washington area. In addition to the senior leadership of the CIA, the FBI and DHS (Department of High Security), members of the Muslim Brotherhood participated in the training program.

Of these, there were Imam Mohammed Magid, who gave a lecture on "How to build trust between communities."

How this imam was allowed to speak at the Headquarters of the CIA? And checked his background?

Imam Magid is executive director of the Center for ADAMS, a front organization of the Muslim Brotherhood.

He is also the president of the Islamic Society of North America (ISNA), the largest organization of the Muslim Brotherhood in the United States, which proved to be the financial support of Hamas in the biggest trial in history United States against the largest terrorism financing case since the 09/11/2001(U.S. vs. Holy Land Foundation, Dallas 2008). Muslim NGO that had been accused of financing Islamic terrorismOver 57 million has been paid by the Holy Land Foundation Hamas (Islamic terrorists) between 1992 and 2001.

Therefore invite Magid to advise the U.S. Intelligence and teach law enforcement officials can not meet that American of suicidal madness.

Some officials in Langley, ready to speak on condition of anonymity, it is an unprecedented scandal, but none of the internal leaders appears grasp the gravity of the threat. Say that the fox is in the henhouse would be an understatement.

But the folly of the Obama Administration does not stop there.

Imam Mohammed Magid continues to be invited to the White House, working with the National Security Council advises the Secretary of State, participates as a consultant to the working group of the Department of Homeland Security, and he even received an award from FBI. Magid, leader of the largest Muslim Brotherhood in the U.S., faithful financial support of Hamas, continues to be considered a friend by U.S. leaders!

Another question should also be asked: who has sifted through the path of other "leaders" of the Muslim community who participated in the training course at the headquarters of the CIA? Were they Muslim Brothers or sympathetic to the cause?

When American leadership is advising and working with a team of individuals and organizations that have proven to be hostile to the United States, it is not surprising that the shootings at Fort Hood has been called a "crime" by the FBI, not terrorism nor surprising that this attack was registered as an act of "workplace violence" by Pentagon officials, in drafting reports on the attack.

Therefore It is not surprising that the High Security Department and other departments of our government have called the threat of "violent extremism" (meaningless term) instead of the set for what it really is: the jihad of the Muslim Brotherhood in the United States, a network of support to terrorists.

It is not unusual that the military attack al-Qaeda against the U.S. consulate in Libya was justified by the Obama administration as the dramatic consequence of the release of a video "offensive to Muslims" on YouTube instead of the truth, thus ignoring the incredible heroism of the men who opposed more than 200 al-Qaeda fighters for 7 hours.

Recently, against-terrorism czar, John Brennan, (named at this strategic function by Obama) mocked the idea that the Muslim Brotherhood may have infiltrated the U.S. government.

As J. Brennan will he considered guilty of knowingly failed in the performance of his duty, and to have betrayed his oath of loyalty to the Constitution of his country?

When Secretary of State, Directors of the CIA, FBI and the U.S. President will they be tried for treason?

The heart of the department of U.S. national security was dangerously infiltrated and manipulated by a hostile alien presence. This means, without a shadow of a doubt, that important foreign policy decisions in relation to the Islamic world, not only reach their goal, but serve the cause of our enemies.

We can only hope that a future Romney Administration to take firm and courageous decisions which fall to purge the government of his enemies and those who support them voluntarily and unconsciously.

Copyright © Flash Israel - Reproduction authorized with the mention of the source.

Les Frères musulmans dans le poulailler de la CIA.

La présence d’agents des Frères musulmans, travaillant à l’intérieur du gouvernement fédéral, au cours de dernières années, vient d’être définitivement prouvée. Le noyautage de notre système de sécurité par les Frères musulmans est scandaleux, voire choquant, car il représente un danger immédiat pour les citoyens américains. L’influence de cette opération d’infiltration des Frères musulmans se manifeste via les implications nationales et mondiales, dangereuses pour la sécurité de l’Amérique et de ses citoyens.

(Traduit et adapté d’une analyse de John Guandolo, ex-agent du FBI, et spécialiste de l’organisation islamiste des Frères musulmans en Amérique.) Rosaly pour Dreuz.info.

En Juillet dernier, la CIA a organisé un programme de formation de deux jours en son siège à Langley, en Virginie intitulé « Atelier de lutte contre l’extrémisme violent pour la région de Washington ».

Étaient présents à ce séminaire, tous les responsables locaux, provinciaux et fédéraux des forces de l’ordre, et des forces militaires et des bureaux du renseignement de la région de Washington. En plus des membres de la haute direction de la CIA, le FBI et du DHS (Département de haute sécurité), des membres des Frères musulmans ont participé au programme de formation.

Parmi ces derniers, il y avait l’imam Magid Mohammed qui donna une conférence sur « Comment développer la confiance entre les communautés ».

Comment cet imam a-t-il été autorisé à prendre la parole au Siège de la CIA ? Qui a vérifié son parcours ?

L’Imam Magid est le directeur exécutif du Centre d’ADAMS, une organisation de façade des Frères musulmans.

Il est également le président de la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA),la plus grande organisation des Frères musulmans aux États-Unis, qui s’est avérée être le soutien financier du Hamas lors du plus grand procès de l’histoire des Etats-Unis contre le plus important cas de financement du terrorisme depuis le 11.09.2001. (US vs. Holy Land Foundation, Dallas 2008). Cette ONG musulmane avait été accusée de financer le terrorisme islamiste. Plus de 57 millions de dollars ont été versés par la Holy Land Foundation au Hamas (terroristes islamiques) entre 1992 et 2001.

Dès lors, inviter Magid pour conseiller l’US Intelligence et enseigner l’application des lois aux officiels américains ne peut relever que de la folie suicidaire.

Selon certains responsables de Langley, prêts à prendre la parole sous couvert d’anonymat, c’est un scandale sans précédent, mais aucun des dirigeants internes ne semble saisir la gravité de la menace. Affirmer que le renard est dans le poulailler serait un euphémisme.

Mais la folie de l’Administration Obama ne s’arrête pas là.

L’Imam Mohammed Magid continue à être invité à la Maison Blanche, travaille avec le Conseil national de sécurité, conseille la Secrétaire d’Etat, participe comme consultant au groupe de travail du Département de la Sécurité Intérieure et il a même reçu un prix du FBI. Magid, chef de file de la plus grande organisation des Frères musulmans aux U.S.A., fidèle soutien financier du Hamas, continue à être considéré comme un ami par les dirigeants américains !

Une autre question devrait aussi être posée : qui a passé au crible les parcours des autres « leaders » de la communauté musulmane qui participaient au stage de formation au siège de la CIA ? Etaient-ils des Frères musulmans ou des sympathisants de la cause ?

Lorsque le leadership américain se fait conseiller et travaille en équipe avec des individus et des organisations, qui se sont révélés être hostiles aux Etats-Unis, il n’est pas étonnant que la fusillade à Fort Hood ait été qualifiée de « crime » par le FBI, et non d’acte de terrorisme, ni surprenant que cet attentat fut inscrit comme acte de « violence au travail » par les fonctionnaires du Pentagone, lors de la rédaction des rapports relatifs à cet attentat.

Dès lors, il n’est pas non plus étonnant que le Département de Haute Sécurité et autres services de notre gouvernement aient qualifié la menace « d’extrémisme violent » (terme vide de sens) au lieu de la définir pour ce qu’elle est réellement : le jihad des Frères musulmans aux États-Unis, réseau de soutien aux terroristes.

Il n’est pas anormal que l’attaque militaire d’Al-Qaïda contre le consulat américain en Libye ait été justifié par l’administration Obama comme la conséquence dramatique de la diffusion d’une vidéo «offensante pour les musulmans» sur YouTube, en lieu et place de la vérité, faisant ainsi fi de l’héroïsme incroyable de ces hommes qui s’opposèrent à plus de 200 combattants d’Al-Qaïda pendant 7 heures.

Récemment, le csar du contre-terrorisme, John Brennan,(nommé à cette fonction stratégique par Obama) s’est moqué de l’idée que les Frères musulmans puissent avoir infiltré le gouvernement américain.

Quant J. Brennan sera-t-il considéré comme coupable d’avoir sciemment échoué dans l’accomplissement de son devoir, et d’avoir trahi son serment de loyauté envers la Constitution de son pays ?

Quand la Secrétaire d’Etat, les Directeurs de la CIA, du FBI et le Président des USA seront-ils jugés pour trahison ?

Le cœur même du département de la sécurité nationale des U.S.A. a été dangereusement noyauté et manipulé par une présence étrangère hostile. Cela signifie, sans l’ombre d’un doute, que d’importantes décisions de politique étrangère en rapport avec le monde islamique, non seulement n’atteindront pas leur but, mais serviront la cause de nos ennemis.

Nous pouvons juste espérer qu’une future Administration Romney prenne les décisions fermes et courageuses qui incombent afin de purger le gouvernement de ses ennemis et de tous ceux qui volontairement et inconsciemment les soutiennent.

Source : DREUZ INFO

tags:CIA, FBI, DHS, Infiltration, US Citizens, John Guandolo, Imam Mohammed Magid, adviser of Security agencies, Magid and the ISNA, Hamas, Libya, consulate, Czar John Brennan, Pentagone, Fort Hood, Muslim Brotherhood, Secretary of States, President of US, al Quaida, Maison-Blanche, White House, Constitution of USA, betrayal, trahison, Ennemis, MItt Romney, Dreuz, Flash Israël.

Les commentaires sont fermés.