Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2012

Caroline Fourest n’a pas arrêté de créer la provocation au nom du totalitarisme LGBT.

 

La photo du jour : «Un-e hétéro = une balle, une famille = une rafale»

À Toulouse le 17 novembre, le slogan du LGBT ; Un (e) hétéro = une balle, une famille = une rafale Ça aussi, Caroline,  c'est ''pacifique et drôle '' ? 

 

Caroline Fourest.jpgLa grande presse de gauche s'est ralliée derrière la militante  et combattante et anti-catholique notoire Caroline Fourest. Elle ne tolère pas que l'on s'oppose au mariage et à l'adoption, par des couples homos de même sexe, d'enfants pas plus que leur soit refusé le droit à recourir à la mère porteuse etc. Elles se sont longuement préparées et c'est vêtu en nonne quasi dénudée qu'elles ont agressé les manifestants catholiques samedi et surtout dimanche. Vous n'avez qu'à regarder la vidéo. Elles n'avaient pas de permis de contre-manifester. La démocratie ce n'est pas pour elles. Caroline considère qu'elle est au-dessus des lois. Je ne sais pas l'accueil que Caroline et ses complices Femens auraient reçu si elles s’étaient avisées d'entrer en bousculant les manifestants islamistes à l'intérieur d'un défilé musulman. La police n'aurait jamais réussi à les sauver. Les catholiques, alors là elles s'en sont donné à cœur joie. Mais Caroline a pour elle toute la presse qui va dégueuler auprès du gouvernement et du Grand Orient de France contre les catholiques intégristes. De débats elle n'en veut pas. 

photo Caroline Fourest, trois de Riposte catholique sur le flic en service commandé.

1) Addendum : J'ajoute ici quelques photos et une vidéo d'un flic vêtu de noir. Il porte le brassard orange, une cagoule,  une casquette, un capuchon, des skets Adidas et des lumettes de soleil et il s'en prend aux FEMENS, observer son coup de pied, alors que ceux de civitas portent des gilets jaune fluo et les empêchent de pénétrer dans la manifestation comme on le voit dans la video, et l'on voit un homme de CIVITAS (photo 2) tenter de s'interposer entre le flic et la FEMEN.

FLic porte le Brassard-orange-1.jpg  1           Flic Coup-de-pied-initial.jpg 2

Flic a enlevé son brassard orange Femen-18-11-2012.jpg 3


Ce que les médias se sont abstenus de vous montrer. Vous aurez remarqué le brassard orange qui permet aus policiers de ne pas l'arrêter pour voies de fait grave et sur la troisième il a enlevé son brassard et s'enfuit. Son job est fait. Delanoë est content et Caroline aussi. On va démoniser CIVITAS. Eh Ben non. C'est de la provocation conspirationniste bien planifiée mais un loustic a tout vu. Voilà la preuve.

Source ; Nouvelles de France : Un(e) Hétéro = une balle, une famille = une rafale, publiée in Le Monde fr. Elle est belle l'objectivité! Christianophobie

Charles Ed. Durand

Sur la vidéo vous remarquerez que tous les slogans sont dit en anglais et pourtant ce sont des françaises. Comme quoi Georges Soros les a sans doute financées. Non, il ni a pas d'amour dans l'air. Ce n'est pas le genre de ces tigresses.

tags: Caroline Fourest, provocation. Civitas, nonne, totalitarisme, catholiques, agressé, journalistes sympathiques, Le Grand Orient de France, Georges Soros, gouvernement, adoption, mariage.



Commentaires

En effet, j'ai vraiment honte pour mon pays quand je remarque que les médias sont subordonnés à une idéologie qui finit inévitablement par les inciter à trahir leur devoir d'impartialité et de respect des valeurs de la République. Quelques fois, bien que je n'aie pas vécu l'Ancien Régime, je me dis que nous assistons à l'établissement d'une nouvelle dictature. Cette fois, ce n'est pas d'un roi ou d'un chef qu'il s'agit, mais d'une caste intouchable et invisible, une espèce d'aristocratie morale qui a établi une sorte de monopole sur le progrès, de telle sorte que sa vision est devenue la seule qui puisse être défendue, la Vérité Suprême. Cette caste est incarnée aussi bien par les politiques que des médias, elle absorbe quasiment toutes les sphères publiques. À l'exception des sphères où l'opposition est suffisamment solide, mais qui, elles, sont diabolisées au quotidien.

La religion est ici remplacée par l'idéologie. Le gouvernement actuel est incontestablement dangereux pour la démocratie, car faisant l'apologie d'une pensée de groupe de laquelle quiconque se dissocie est affublé d'étiquettes péjoratives et dé-démocratisé. Ainsi, lorsqu'une opinion est bannie de la démocratie, au nom-même de ses valeurs, la répression s'exerce légitimement, tranquillement, dans l'euphorie, sinon l'indifférence du plus grand nombre à qui on fait croire que c'est nécessaire.

Nous avons ici le Nouvel Obscurantisme ; le socialisme qui ne souffre plus d'aucun complexe à se compromettre indirectement avec l'extrême-gauche dans la prise de décisions importantes pour le peuple. Sans qu'à un moment donné, ce dernier ne soit évidemment consulté, naturellement. Car il faut se l'admettre ; toutes les réformes ayant eu lieu depuis un an et demi ont été votées et entérinées entre dominants, sans que les véritables concernés n'aient eu à donner leur avis. Ou, s'ils avaient le malheur de s'imposer pour le faire, on leur servait les arguments émotionnels et les procès d'intentions classiques.

Caroline Fourest fait partie de ces personnes qui détournent la démocratie à leur propre profit, qui sont nihilistes (la culture et la souveraineté du peuple et de la nation doivent s'effacer devant des principes universels et totalitaires).

Ce qui est assez flagrant chez ces intellectuels autoproclamés, comme elle, c'est leur narcissisme. Ils n'aiment souvent que très peu de monde à part eux-mêmes et nourrissent leur égo par les médias. Ils ont en commun de prétendre penser de manière révolutionnaire alors qu'ils servent les idéologies dominantes. Ils sont populophobes. Pour eux, le peuple est une masse d'individus ignorants et débiles qui doivent être dirigés par une caste, d'où l'utilisation récurrente du terme "populisme". Leurs discours varient, certes, mais le message subliminal on le décrypte vite avec un tant soit peu de réflexion.

Ils sont aussi conservateurs en ce sens qu'ils ont tendance à vouer toute leur énergie contre les opinions subversives au système, à chercher à orienter la révolte contre des boucs-émissaires désignés plutôt que contre les véritables sources des problèmes (comme la ploutocratie et les lobbys). En filigrane, ils ont la prétention de définir par avance, sans aller sur le terrain, qui est coupable et qui est victime en permanence, sur fond de manichéisme (les méchants hommes hétérosexuels contre les gentilles femmes lesbiennes, la France raciste contre les bienveillants immigrés...). Tout ceci en dénonçant des menaces fantômes provenant de minorités prétendument susceptibles de déstabiliser l'ordre établi. Le véritable danger se situe à mon avis dans l'esprit de ces personnes qui ne connaissent pas la nuance et qui ne font que contribuer à fasciser une société où leurs pensées sont déjà, de manière moins radicale, celles qui donnent le tempo.

Typiquement, la manière dont a été abordée la question de la prostitution m'a complètement révolté, je ne reconnais tout simplement plus du tout mon pays. Il a été fondé sur des valeurs, et le fait ne pas se laisser diriger par une minorité qui les vole toutes, ainsi que les droits du peuple, apparaît de ce fait essentiel.

Le socialisme d'il y a un demi-siècle contribuait à la démocratie mais aujourd'hui, il s'avère moralisateur et complètement désuet. C'est pourquoi, la vie politique est dépourvue de créativité, les partis au pouvoir ne font plus que de l'émotion, s'attardent sur le passé et s'en servent pour se renvoyer la balle ou, dans le cas du FN, atteindre le point Goldwin. Alors que la vraie politique consiste plutôt à regarder en avant et à proposer des idées, en donnant la parole à ceux à qui on propose des réformes et des lois (au lieu d'imposer). Mais force est de constater que le peuple n'a plus voix au chapitre. Les dominants sont déconnectés des réalités, de la misère, qu'elle soit économique, financière ou sociale, et ils décident pour la majorité. Pour cette raison, et cette raison seule, la France n'est plus une démocratie.

Elle doit être à nouveau gouvernée, et de mon point de vue la seule solution réside dans le changement radical de classe politique, et d'un transfert du pouvoir (actuellement aux mains des idéologues) vers les pragmatiques, et peut-être un jour, dans mon idéal, les scientifiques.

Écrit par : John | 15/12/2013

Puissiez-vous être entendu. Vous n'êtes pas le seul qui constate que la France est devenue une dictature. Des voyous dirigent ce pays. L'odeur en est pestilentielle. J'ai déjà suggéré que les diverses sensibilités, qui se savent trahies par des politiciens assoiffés de pouvoir qui n'ont d'oreilles que pour quelques minorités gueulardes, mais qui s'entendent toutes à se servir et à tuer la civilisation qui est la vôtre. Il est urgent de vous fédérer.

Il est grand temps de vous rallier sous un seul dénominateur commun où chacun consentira à céder sur des points secondaires. L'unique dessein qui doit être le vôtre est celui-ci : Servir la France afin qu'elle retrouve sa dignité et sa souveraineté. Il s'agit de sauver la France et son peuple. Ne craignez pas ceux qui vous accusent d'être identitaires. Tous ceux qui s'intègrent à la culture et à la civilisation française en sont eux aussi qu'il soit de la première ou de la deuxième génération.

Il y a plusieurs années je suivais un cours sur les différents régimes politiques. Ce qui me saisit fut ce que le professeur nous a dit concernant la démocratie, «ce n'est pas le meilleur système, mais c'est mieux qu'une dictature». J'ai hâte d'entendre un orateur terminer son discours par: Vive la France.
Je suis de loin, mais quand j'entends Vive la République et Vive la France je vois que trop d'entre vous minorez la France, mais adorez, sans vous en rendre compte, la République qui n'est en fait qu'un veau d'or. Or dès sa naissance pour assurer sa stabilité, la République oublia deux de ses devises : Fraternité et Liberté. Son histoire débuta tôt dans le sang et plus loin encore dès 1792 elle versera dans l’horreur, ce nouveau régime déjà régicide planifiera le premier génocide en Europe. Depuis Clovis jamais un Roi ne s'était permis ou autorisé à de semblables massacres et monstruosités envers son peuple. Certes, il y eut des actions de redressement sévères et des victimes, mais le but était de maintenir l'unité de la France. On pense à Richelieu qui prendra des mesures strictes afin que cessent les divisions fratricides au nom de la religion. Diviser le royaume était inenvisageable. Ces guerres de religions détruisaient le bien commun du peuple de France. Le Roi était le principe de son unité. On peut penser à la Saint Barthélémy. En terme de morts rien de comparable au génocide des Vendéens qui fit plus de 250,000 morts.

Pour conclure, si j'étais de France je regarderais le chef de la famille royale des Bourbons, j'ai nommé Louis XX. Un roi pour le service de la France sous qui se rassembleraient les différentes sensibilités, afin d'assurer le relèvement de la France, qui prioritairement doit se sortir du marasme d'une économie moribonde et de tant d'autres maux tout aussi prioritaires qui paralysent la France. Il faut que s'arrête la vendetta que conduisent les socialistes qui dépouillent la France et l’appauvrissent. Depuis plus de 30 ans, des politiciens, de diverses tendances, au nom d'une Union Européenne de Fonctionnaires, lui cèdent des pans entiers de sa souveraineté. Il faut quelqu'un qui veuille une France libre et prospère et qui ne cherche pas querelles, et Louis XX souscrit à ce destin. Avec tous il acceptera à ce que tous vous sortiez du cauchemar dans lequel le peuple de France se trouve plongé. Vous nous avez donné des noms qui la détruisent.

Puissent les uns et les autres accepter ce vocable rassembleur : Servir et non se servir. Bonne chance. N'ayez pas peur si vous voulez la Liberté et reconquérir vos valeurs il vous faudra être prêt à sacrifier des positions confortables, afin d'être au service du bien commun. J'espère vous entendre tous dire haut et fort : Vive la France.

Écrit par : Charles Ed. Durand | 15/12/2013

Les commentaires sont fermés.