Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2013

L'Église n'est qu'une ONG si elle ne suit pas le Christ. Homélie à la chapelle Sixtine.

Pape Françpois l'Église ne doit pas être une ONG.jpg

Jamais un pape n'avait parlé aussi directement et sans aucune prudence oratoire devant des cardinaux. On se rappellera le chemin de Croix de 2005 dont les méditations avaient retenti comme un coup de tonnerre ce Vendredi saint au Colisée de Rome. Elles avaient pour auteur le cardinal Joseph Ratzinger. Le pape François dans sa première homélie à la chapelle Sixtine devant un parterre d'éminences. Il aura mis les pendules à l'heure pour tous ceux qui croyaient que le nouveau pape était de gauche. Ils en auront pris pour leur rhume. Il a donné la direction que tous devront prendre : qu'il fallait cheminer en présence du Christ, avec la croix du Seigneur, et d'édifier l'Église sur le sang du Christ versé sur la Croix, et de confesser l'unique gloire, le Christ crucifié. Depuis Vatican II on n'avait pas entendu parler de la Croix avec autant d'aplomb, on parlait fort peu de la Croix juste de la résurrection. Et on ne parlait pas du démon. Ses paroles disent que l'Église est toujours la même et que Jésus est la pierre d'angle de l'Église. Il invite tous les pasteurs, les prêtres et tous ceux qui professent le Christ, à sortir et d'aller porter la bonne nouvelle et d'être présent auprès de nos semblables et du troupeau qui est confié à chacun.

Charles Ed. Durand

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS

Chapelle Sixtine
Jeudi 14 mars 2013


 

Dans ces trois lectures je vois qu’il y a quelque chose de commun : c’est le mouvement. Dans la première lecture le mouvement sur le chemin ; dans la deuxième lecture, le mouvement dans l’édification de l’Église ; dans la troisième, dans l’Évangile, le mouvement dans la confession. Marcher, édifier, confesser.

 

Marcher. « Maison de Jacob, allons, marchons à la lumière du Seigneur » (Is 2, 5). C’est la première chose que Dieu a dite à Abraham : Marche en ma présence et sois irrépréhensible. Marcher : notre vie est une marche et quand nous nous arrêtons, cela ne va plus. Marcher toujours, en présence du Seigneur, à la lumière du Seigneur, cherchant à vivre avec cette irréprochabilité que Dieu demandait à Abraham, dans sa promesse.

 

Édifier. Édifier l’Église. On parle de pierres : les pierres ont une consistance ; mais des pierres vivantes, des pierres ointes par l’Esprit Saint. Édifier l’Église, l’Épouse du Christ, sur cette pierre angulaire qui est le Seigneur lui-même. Voici un autre mouvement de notre vie : édifier.

 

Troisièmement, confesser. Nous pouvons marcher comme nous voulons, nous pouvons édifier de nombreuses choses, mais si nous ne confessons pas Jésus Christ, cela ne va pas. Nous deviendrons une ONG humanitaire, mais non l’Église, Épouse du Seigneur. Quand on ne marche pas, on s’arrête. Quand on n’édifie pas sur les pierres qu’est ce qui arrive ? Il arrive ce qui arrive aux enfants sur la plage quand ils font des châteaux de sable, tout s’écroule, c’est sans consistance. Quand on ne confesse pas Jésus Christ, me vient la phrase de Léon Bloy : « Celui qui ne prie pas le Seigneur, prie le diable ». Quand on ne confesse pas Jésus Christ, on confesse la mondanité du diable, la mondanité du démon.

 

Marcher, édifier-construire, confesser. Mais la chose n’est pas si facile, parce que dans le fait de marcher, de construire, de confesser, bien des fois il y a des secousses, il y a des mouvements qui ne sont pas exactement des mouvements de la marche : ce sont des mouvements qui nous tirent en arrière.

 

Cet Évangile poursuit avec une situation spéciale. Le même Pierre qui a confessé Jésus Christ lui dit : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Je te suis, mais ne parlons pas de Croix. Cela n’a rien à voir. Je te suis avec d’autres possibilités, sans la Croix ; Quand nous marchons sans la Croix, quand nous édifions sans la Croix et quand nous confessons un Christ sans Croix, nous ne sommes pas disciples du Seigneur : nous sommes mondains, nous sommes des Évêques, des Prêtres, des Cardinaux, des Papes, mais pas des disciples du Seigneur.

 

Je voudrais que tous, après ces jours de grâce, nous ayons le courage, vraiment le courage, de marcher en présence du Seigneur, avec la Croix du Seigneur ; d’édifier l’Église sur le sang du Seigneur, qui est versé sur la Croix ; et de confesser l’unique gloire : le Christ crucifié. Et ainsi l’Église ira de l’avant.

 

Cristo de la Buena Muerte....jpg


 

Je souhaite à nous tous que l’Esprit Saint, par la prière de la Vierge, notre Mère, nous accorde cette grâce : marcher, édifier, confesser Jésus Christ crucifié. Qu’il en soit ainsi !

Source : Le Saint-Siège in Homélies, 14 mars 2013

tags: L'Église, ONG, Christ, homélie, Pape François, Croix, marcher, édifier, confesser, chapelle Sixtine, cardinaux.

 

Commentaires

J'ai été ému par cette homélie du St Père François.
Il était temps de repréciser ce point essentiel de la foi reçue des apôtres, à savoir LA CROIX.
Cela rassure d'autant plus que c'est le successeur de St Pierre qui en fait la précision. Je crois qu'il ne s'agit pas d'être traditionnaliste ou conservateur comme le pensent certains, mais d'être fidèle au CHRIST. " Si quelqu'un veut me suivre, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive ", a déclaré le christ.
Que le Seigneur Lui-même accompagne le Pape François dans sa lourde et immense charge à la tête de son Eglise.

Écrit par : AMOUGOU FABRICE | 10/04/2013

Les commentaires sont fermés.