Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2014

Une minorité se soumet au LGBT allié des féministes qui appuient la mort.

 

Papa-Francesco-300x200.jpg

Ils ne pensent pas par eux-mêmes ils suivent, comme des moutons, la mode qui trotte, ils sont victimes d’un tsunami culturel dévastateur qui emporte leur adhésion. Or, ces chantres n'ont pas été avortés. Comprenne qui pourra.

Pour le magazine ADVOCATE (LGBT) le pape François est l’homme de l’année. Voici ici rapporté quelques extraits de sa position concernant l’avortement et l’eugénisme, etc. Oui, il donne l’heure juste. Comme les journaux se sont tus, ils feignent, ces lobbys, d’ignorer la position du pape. Assurément LGBT, Planned Parenthood, la Fédération des Femmes du Québec, l'égérie Françoise David, la Taubira en France, Obama et la Pelosi vont s’étouffer

Voici ce qui suit n’est pas un  portrait idyllique ou rose de ce que dit réellement le pape François.  L'enseignement moral de l'Église est en effet bien connu, car c'est celui que notre conscience nous murmure tout bas. Or le pape comme il l’a déjà dit est fils de l’Église. On semble avoir décidé, en certains milieux, distancer les positions du pape François de ses prédécesseurs.Or à trois reprises le pape François a mentionné des textes de son prédécesseur Benoît XVI.

Le Pape François déplore la culture de mort qui conduit à éliminer des êtres humains.

L’avortement, dont la première victime est l’enfant in utero, laisse non seulement des marques profondes sur la femme qui l’accomplit et les personnes qui l’entourent,  mais dénature profondément l'agir soignant en pervertissant la vocation des professionnels de la grossesse], a déclaré le pape François dans son message aux gynécologues catholiques du monde entier réunis au Vatican le 20 septembre 2013.

« Le danger pour le médecin est de perdre son identité de serviteur de la vie » 

pape rencontre gynécologues 2013.jpg

En raison d’une « mentalité diffuse de l’utile, du déchet qu’est considéré l’enfant à naître qui rend esclaves les cœurs et les intelligences de beaucoup », voir un « égarement culturel qui porte atteinte à ce qui semblait un domaine inattaquable au vu du respect de toute vie, pour la médecine ». La mission du gynécologue (et avec lui les professionnels de la santé qui ont cette mission d’aider à la naissance de nouvelles vies humaines) est en effet corrompu à sa racine même, au point que la pratique gynécologique semble s’être focalisée sur les problématiques de la dissociation de la sexualité de la procréation ( on a recours désormais à la contraception sous toutes ses formes, insémination artificielle et fécondation in vitro…)

[le recours à la contragestion et à l’avortement (pose de stérilet, pilule du lendemain, avortement chimique ou chirurgical) sans oublier l’obsession récurrente d’un eugénisme prénatal en passe d’instaurer un contrôle qualité de l’enfant à naître quasiment parfait].Beau, chevelure noire, yeux bleus, ayant un Q.I. de 135, athlétique et n'ayant aucune malformation ou maladie héréditaire, etc. Or a dit le pape François : Le médecin ne doit pas perdre son identité et il doit changer les cultures et diffuser l’Évangile de la vie.

Tout médecin a prononcé le serment d’Hippocrate, doit pouvoir refuser de se faire complice de meurtres. Gynécologue et autres professionnels de la santé ne doivent pas être forcés à agir contre leur conscience par des lois iniques d’un gouvernement qui outrepasse sa mission qui est de protéger la vie et le bien commun contre l’ennemi de l’intérieur ou de l’extérieur. 

Extrait de l’original du serment d'Hippocrate OPKOΣ Je jure de par Apollon médecin…... En aucun cas je ne consentirai à utiliser mes connaissances et mon état pour corrompre les mœurs et favoriser des actes criminels..... J'utiliserai le régime pour l'utilité des malades, suivant mon pouvoir et mon jugement; mais si c'est pour leur perte ou pour une injustice à leur égard, je jure d'y faire obstacle. Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me la demande, ni ne prendrai l'initiative d'une telle suggestion. De même, je ne remettrai pas non plus à une femme un pessaire abortif. C'est dans la pureté et la piété que je passerai ma vie et exercerai mon art.

Synthèse et adaptation.

Charles Éd. Durand. 

source: Le Suisse rom@in

tags: Mort, avortement,gynécologue, Planned Parenthood, la Fédération des femmes du Québec, Françoise David, la Taubira, Nancy Pelosy, Hippocrate, serment, conscience, eugénisme prénatal, Évangile de la vie, gouvernement, bien commun, protéger toute vie, Le Suisse Rom@in.

Les commentaires sont fermés.