Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2014

Bataille de Diên Biên Phu. Il y a 60 ans en 1954. Ces Français sacrifiés.

         dien-phu-avant-dien-phu-pierre-pelissier-L-I4oDTG.jpeg

            60 ans après n’oublions pas.

 

Il est un fait historique et irréfutable. Nulle part, sur la terre : le communisme n’est arrivé au pouvoir démocratiquement !

J’adresse ce récit de Roger Holeindre à tous les journaleux de France dont 85% sont d’obédience communiste ou socialiste. Ces faux psychiatres qui interprètent et analysent les choix du peuple et concluent que les Français regrettent que le FN soit devenu le premier Parti de France. Messieurs Dames des beaux quartiers cessez de prendre les Français pour des benêts.

Charles Ed. Durand

N.B : Quelques ajouts et libertés au texte (en italiques parfois), mais de l’auteur rien n’est bousillé. Tout y est conforme.

Occupée par les Français en novembre 1953, cette petite ville (10 Km de long) et sa plaine environnante devint l’année suivante 1954 le théâtre d'une violente bataille entre le corps expéditionnaire français, composé de diverses unités de l’armée française, des troupes coloniales et autochtones, sous le commandement du colonel Christian de La Croix de Castries (nommé général durant la bataille) et l'essentiel des troupes vietnamiennes (Viêt Minh) commandées par le général Giáp

 

Les Camps de rééducation pour les soldats français faits prisonniers par le Vietminh. (communiste).

 

Dien Bien sacrifiés.jpgLà, un autre calvaire attendait les prisonniers. Ceux qui auront le mieux survécu étaient les blessés lourds, car ils n'eurent pas à subir la marche forcée de 700 km et furent pris en charge par la Croix-Rouge. Les autres furent internés dans des camps dans des conditions effroyables. Ainsi, leur alimentation quotidienne se limitait à une boule de riz pour les valides, une soupe de riz pour les agonisants. Un grand nombre de soldats sont morts de dénutrition et de maladies. Ils n'avaient droit à aucun soin médical, puisque les quelques médecins captifs étaient tous assignés dans la même paillote, avec interdiction d'en sortir.

Les prisonniers devaient également subir un matraquage de propagande communiste avec endoctrinement politique obligatoire. Cela incluait des séances d'autocritique où les prisonniers devaient avouer les crimes commis contre le peuple vietnamien (réels et surtout imaginaires), implorer le pardon, et être reconnaissants de la « clémence de l'Oncle Hô qui leur laisse la vie sauve ».

Le seul commentaire que j’ai entendu à ce sujet à la télévision était celui d’un olibrius (frimeur) qui faisant parler des soldats de cette longue et lointaine guerre… les amenait à déclarer… « Ils nous ont volé notre jeunesse ! »

 

Roger Holeindre.jpg

 

J’ai fait trois séjours complets en Indochine en unité opérationnelle, donc pendant plus de dix ans. Je n’ai jamais entendu un seul soldat déclarer ce genre d’élucubration. Nous étions tous volontaires… sachant pour la plupart d’entre nous… exactement… pourquoi nous nous battions.

Dès la première année du conflit, nous avions compris qu’il ne s’agissait plus d’une guerre de reconquête coloniale… mais d’une lutte à mort contre les communistes asiatiques… des fous furieux ! Qui ne voulaient qu’une chose instaurer une dictature communiste.

Jamais les peuples des trois pays de la fédération indochinoise (Viêt Nam, Cambodge et le Laos)    n’ont désiré être “libérés” par les hommes d’Hô Chi Minh, de Giap et de Pham Van Dong.

 

Sauver la France.jpg

 

Alors Messieurs les cocos et par consanguinité vos cousins socialistes et vos 'jeunots' rejetons Bobos de tout acabit, lâchez nous les baskets sur la guerre d’Indochine. ( Nd C Ed D : Fermez là ! La France appartient aux Français et elle a le droit de vivre. La France n'est pas une abstraction. J'ose ajouter qu'elle veut respirer alors que cette idéologie la République l'étouffe... la tue).

Nous avons fait cette guerre… terrible par moments… pour empêcher la mainmise marxiste sur des populations laborieuses dont des centaines de milliers se battaient à nos côtés, et n’ont jamais trahi.

                               Général Bigeard dispersé à Diên Biên Phu.jpg 

                                             Général Marcel Bigeard

Si vous voulez vraiment vous inquiéter des horreurs de cette guerre… de ses tueries… de ses goulags… de nos milliers de copains, de toutes races et de toutes religions, morts de désespoir dans les camps vietminh… penchez-vous donc sur la trahison généralisée qui, pendant huit longues années a été le fait de vos copains d’hier. Nous, nous n’oublions pas

 

Vo Nguyen Giap,.jpg

 

À plusieurs reprises le général Giapdésespéré par la résistance et l’allant de nos troupes, a déclaré.  Si nous désespérions souvent, c’est la lecture des journaux français qui nous rendait le moral.

 

Personne ne nous a volé notre jeunesse ! C’est avec enthousiasme que nous sommes partis… délivrer l’Indochine de l’occupation japonaise, (mars 1945, avec le coup de force japonais et en 1946 avec l'attaque des garnisons françaises par les troupes vietminhspour la ramener dans l’Empire français… puis dans l’Union française… aidés par les gens de ces pays, pour empêcher la mainmise des fanatiques sur ces terres meurtries, mais qui furent paradisiaques.

Nous, la seule chose qui nous intéresse, c'est de savoir que ce n'est pas Diên Biên Phu, mais à Paris que cette guerre a été perdue. La capitale de ce pays de France où le parti communiste était le premier de France.

Ce que nous reprochons encore aujourd’hui à nos gouvernants, soixante-dix ans après le début de la guerre, (1945) c’est de ne pas nous avoir défendu face à ‘‘la trahison des communistes’’ prétendument “français”. Ceux-là mêmes qui ont travaillé avec nos ennemis asiatiques, comme ils avaient “collaboré” avec les nazis, tant que leur patron, Joseph Staline, s'était acoquiné avec Adolphe Hitler.

Leurs faits d’armes dès avant et après le début de la 2è grande guerre: Matériel saboté… Renseignements militaires fournis à l’ennemi… Notes signalétiques récupérées par les cellules communistes en France… sur tous nos prisonniers… et fournies à leurs geôliers. Collectes de sang sabotées… Blessés jetés des trains dans des gares françaises ! Non ils n'étaient pas des Pétainistes, mais stalinistes.

Leur slogan: Fraternisez! Fraternisez! avec les ouvriers allemands sous uniforme nazi…

SOldats français solidaires des allemands.jpg

De plus le PCF tentera de faire du défaitisme pour amoindrir la capacité de défense de l'armée française. Avec le slogan «Une heure de moins pour la production, c'est une heure de plus pour la révolution», de nombreux sabotages seront commis dès 1936. Puis lors de l’appel du général de Gaule du 18 juin 1940 depuis Londres ils continuèrent leur collaboration avec le régime nazi. Toutes ces années les communistes furent les cerbères de Staline. En fait, la résistance effective du PCF commencera le 21 août 1941, attentat de "colonel Fabien" à 9 heures du matin dans le métro.

À la fin de l'occupation allemande, le PCF devait faire taire tous ceux qui pouvaient rappeler la collaboration du PCF avec l'Allemagne jusqu'en août 1941 et pour cela, une stratégie de terreur imposa l'épuration de ceux qui savaient et il y eut 10,000 assassinats,…  terreur renforcée par une propagande mensongère, faisant diversion sur la droite et sur Pétain.

Pourtant, Pierre Laval, était bel et bien maire socialiste d'Aubervilliers, il est loin d'être le seul: Doriot (ancien leader du PCF), Déat (ancien SFIO - Section française de l'Internationale ouvrière). Aucun n'est de droite. 

De nombreux individus opportunistes ont servi le gouvernement de Vichy ou directement l'occupant nazi. Voyant poindre la libération, ils ont changé de camp, ils quittèrent Hitler pour Staline. Parmi eux, la liste serait trop longue, Margerite Antelme cachée sous son nom de plume, Marguerite Duras, n’a pas quitté le PS, appelé SFIO à l'époque, mais le Propaganda Staffel, l'office de propagande de l'occupant nazi.

Pour ceux qui veulent fouiller vous y trouverez quelques noms célèbres, qui furent des inféodés d’Adolphe H. Lire ces liens. Vous désirez l’heure juste, qu’à cela ne tienne elle est là… 

145 politiciens de tous bords, socialistes, communistes, trotskistes, franc-maçon, etc. http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-1.html

94 écrivains, cinéastes, musiciens, chanteurs, etc… les artistes http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-2.html 

Désormais, messieurs dames les Bobos de gauche, les “anti tout”, lâchez-nous les baskets, et laissez-nous avec nos souvenirs… dans lesquels vous n’avez rien à voir!

Pour nous, ce n’est que cela qui compte, car nous avions fait don de notre jeunesse, de notre allant et de notre patriotisme à la France.

Notre regret le plus sincère… N'avoir pas été aimés par notre patrie que nous servions avec honneur et fidélité ! Oui, une partie du peuple de France, plus particulièrement le PCF prit fait et cause pour le vietminh d'Hô Chi Minh. 

Comme le disait fort justement le commandant Guillaume, le célèbre “Crabe-Tambour”, qui comme nous tous a aimé ce pays et ses peuples travailleurs…  de tout son cœur… de toute son âme… et qui en avait fait sa devise de soldat de France, que beaucoup d’entre nous ont repris à leur compte…

             Mon âme à Dieu

          Mon corps à la patrie

          Mon honneur à moi !

                                           VIVE LA FRANCE

                                                Dieu a tant aimé le monde.jpg

 

 

Roger HOLEINDRE : Président du Cercle national des Combattants.

Autre source: 

http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/index.html

Photos: soldats français, Livre sur Diên Biên Phu les sacrifiés, Roger Holeindre, Philippe Bonnet, général Marcel Bigeard, général Giap et Hô Chi Minh. Coeur du Christ P. Vianney Jamin.

tags: Roger Holeindre, Bataille de Diên Biên Phu, communistes asiatiques, dictature, fédération indo Chinoise, Christian de La Croix de Castries, Viet Minh, Giap, Hô Chi Minh, Viêtnam, Cambodge, Laos, République, idéologie, Général Marcel Bigeard, Paris, LE PCF, Adlphe Hitler, Pétain, collaborateurs, opportunistes, sabotage, Charles de Gaule, Staline, PCF, baskets.

Les commentaires sont fermés.