Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2015

Les théoriciens du transgenre perçoivent les corps comme des objets.

Trans genre son application en éducation.jpg

Photo : Pour une école libre au Québec

Cela devait advenir au Québec.

Les mesdemoiselles ‘‘spécialistes’’ en éducation avaient concocté une journée spéciale où les enfants (6 à 11 ans) étaient invités à porter des vêtements du sexe opposé. La réaction des parents fut tonitruante et rapide. Si bien que la direction dut l’annuler. Cela devait se tenir dans une école primaire, L'école Félix Leclerc. (Ma cabane au Canada)École située sur la Rive-Sud du Saint-Laurent à Saint Constant.

L’activité était organisée dans le but « d’
explorer la différence » et devait avoir lieu le 5 février dernier, rapporte le journal local Le reflet.. Ceux des parents qui furent informés par leurs enfants dénoncèrent rapidement cette activité. Le père d’un enfant s’est dit «estomaqué» par cette «dérive» de l’école. Il ajoute « C’est bientôt le mois de l’histoire des Noirs, est-ce qu’on va demander aux enfants de se peindre le visage pour comprendre le racisme ?»

Devant le tollé suscité dans la région et craignant que la nouvelle se répercute dans les grands médias nationaux elles ont vite répliqué. Voici en résumé ce qu’elles ont eu le culot de communiquer, une susurrante dilution de la vérité.

                                                                                                     

trans genre École Félix Leclerc.jpg

 

 ÉCOLE FÉLIX-LECLERC

[Cette journée se voulait avant tout « humoristique et remplie d’autodérision », affirmeront (après que la nouvelle se répandit localement) les techniciennes en éducation spécialisée ; or ce sont elles qui avaient inscrit cette activité au programme et non les enfants.  Nous prend-on pour des cruches]? Devant le danger qu’explose la bombe dans les médias nationaux la direction de l’école Félix- Leclerc et la Commission scolaire décidèrent d’avoir recours à une firme spécialisée sur le Damage control l (limitation des dégâts). Il fallait absolument contrer les effets potentiellement explosifs si pareille information circulait. Elles reportèrent la responsabilité de cette journée sur le transgenre sur des élèves qui l’auraient demandée. ( Come on ! des enfants de 6 à 11 ans ?) Elles se foutent de qui ? De notre gueule ?

Elles ajouteront que la décision d’annuler la journée sur le ‘‘transgenre’’ ‘‘transgender’’  fut prise malgré le fait « que deux groupes de parents s’opposaient». Plusieurs y auraient été favorables ??? Affirmation invérifiable ni soutenue par aucun parent. Bref, on se présente comme ne voulant pas attiser le feu ce qui serait malsain et contreproductif pour de jeunes enfants, d’où la décision raisonnable et responsable prise par l’école d’annuler la «Journée qui visait uniquement à abolir les préjugés et l'intolérance ambiante que véhicule la société sur l’orientation sexuelle ». Il allait de soi que les médias nationaux jusque-là silencieux allaient répercuter la seule version que leur avait envoyée la direction de l’école. Ces femmes qui s'auto proclament spécialistes en éducation ne manquent pas d’air et elles osent affirmer qu’elles savent tout et mieux que les parents. 

Pour une école libre au Québec. Je vous donne le lien de la source qui m’a servi à en extraire cette information sur celles et ceux qui entendent déconstruire la nature sexuée des enfants. Bien sûr, on le fait en douce au Québec.

http://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2015/02/la-desinc... 

Je vous invite à regarder la vidéo et écouter la réflexion de l’archevêque Mgr Jean- Michel di Falco-Leandri qui aborde franchement le sujet et quel verve dans un gant de velours.


             

 

La poursuite de la dévirilisation des hommes de sa déconstruction, de l'annihilation de sa différence et la lutte féroce que ces féministes doctrinaires et farouches  mènent pour faire disparaître les caractéristiques propres à l'homme, que l'on observe pourtant dans toutes les civilisations depuis la création... En Occident on assiste à la poursuite d'un égalitarisme surréaliste, la femme devient machiste et qui plus est se considère supérieur à l'homme (dixit Lise Payette). L'homme est déchiqueté, débilité, déconsidéré, cela est manifeste dans la publicité et dans la réalisation de séries de télé (hollywoodienne) où la femme est souvent supérieure à l'homme voir physiquement. Le machisme féminin est à l'honneur. Certes il y a matricule 728 mais elle est en fait une exception. Pour ces doctrinaires leur but est d'en arriver à réduire l'homme au seul titre de géniteur et de fainéant. Une idéologie sans fondement anthropologique autre que le produit d'une haine foncière qui réduit l'homme au statut de prédateur et de violent. La dominance de ce courant radical ne peut être sous-évalué, il s'est imposé et il fut d'abord véhiculé par les misandres qui détestent l'homme. La femme versus la maternité serait un concept créé par l'homme pour la dominer selon leur égérie Simone de Beauvoir.

Charles Éd. Durand

 

Théorie du genre, le nouveau puritanisme.

trans genre Le monde rêvé des anges.jpg« Invention réactionnaire » pour les socialistes et autres soi-disant « progressistes », « idéologie postmoderne » pour Michel Onfray, la théorie du genre suscite des réactions passionnées. On l’a vu notamment lors de la mise en place en France des ABCD de l’égalité. Mais de quoi s’agit-il ? Comment interpréter ce discours, qui veut déconstruire le féminin et le masculin ? Pourquoi la France, longtemps rétive, a-t-elle fini par y succomber ? Qu’est-ce qu’une éducation asexuée ? L’hétérosexualité serait-elle « notre dernière aliénation » ? Dans un essai à paraître la semaine prochaine la philosophe Bérénice Levet dissèque ce qui est selon elle un nouveau puritanisme, le « dernier avatar de la haine d’Éros ». Tout en dénonçant le mépris dont font l’objet les anti-genre, elle considère qu’invoquer l’ordre de la nature ou de la création est un peu court, selon elle. La philosophie qu’elle oppose au genre n’emprunte pas à Dieu ni aux sciences. « La différence des sexes ne rend pas seulement possible la filiation, la génération, écrit-elle, elle produit entre ces deux êtres tellement semblables et tellement différents une aimantation vertigineuse, un appel des sens que rien n’apaise et qui a sa fin en soi. » Bref, face à une élite intellectuelle qui se gargarise de « différences » à valoriser et pourtant en vient à nier celle de leurs corps, Bérénice Levet livre un vibrant hymne à l’altérité fondatrice.

La théorie du genre ou le monde rêvé des anges (Grasset)

Le lien de l'articlehttp://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2014/11/theorie-du-genre-le-nouveau-puritanisme.html

Source : Pour une école libre au Québec.

                                                                            

Coalition_liberte_education.png

tags: : École primaire, Félix- Leclerc, transgenre, parents, damage control, enfants non sexués, déconstruction de l'esprit des enfants, négation, désexualisation, homme, femme, neutralité, machisme, prédateur, misandre, Simone de Beauvoir, spécialistes en éducation, dévirilisation, théorie du genre,occident, Mgr Jean-Michel di Falco-Léandri, Bérénice Levet, 

Les commentaires sont fermés.