Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

Dialogue islamo-chrétien.

islam,benoît xvi,dialogue,et chrétienté.


Les perspectives du cardinal Jean-Louis Tauran. Vous trouverez sa conférence sur le lien suivant.

http://lyon.catholique.fr/?Dialogue-islamo-chretien-les

La recherche et le dialogue interreligieux et interculturel. Où en est-on en fait? Je vous soumets mon commentaire qui reprend aussi quelques citations du cardinal Tauran que l'on trouvera dans sa présentation.

En préliminaire je veux citer Benoît XVI « La recherche et le dialogue interreligieux et interculturel sont une nécessité de notre temps. » 1-II-2007

Ce double objectif du dialogue n'apparaît pas dans l'exposé du cardinal Jean-Louis Tauran, il s'en tient à l'interreligieux. Il va de soi, on le souligne, que c'est valable pour les deux participants (en fait avec toutes les religions ), que l'on ne mette pas sa Foi entre parenthèses. Nous avons une idée claire de notre propre tradition et de notre religion...

Ce que j'ai noté: 1)Ce ne sont pas les religions, qui dialoguent, mais leurs adeptes. «Évidemment, il n'y a pas de hiérarchie chez les musulmans». 2)Bien souvent, ceux qui participent à ce dialogue n'ont pas une idée très précise de sa nature et de son but. Facile à comprendre. 3)Les chefs religieux musulmans ne peuvent pas convaincre ni faire admettre à leurs coreligionnaires la liberté de changer de religion!!!, 4) nos discussions n'ont pas pénétré la base de la société !!! 5) Les Arabes ne représentent que 20% des musulmans.6) L'Arabie Saoudite n'autorise toujours pas l'ouverture d'un local pour la célébration de la messe dominicale.

Il faut beaucoup vouloir et être très optimiste pour tenter d'appréhender une issue heureuse de ces rencontres. La prochaine rencontre aura lieu en Jordanie dans trois ans.

Quelles sont les motivations?

 ― Nous reconnaissons que nous sommes tous des créatures de Dieu donc frères et sœurs.(ndCÉdD): On ne dit pas cependant que l'homme et la femme méritent un même respect et que sont reconnues aux deux sexes égale valeur et dignité au regard de Dieu.

― Dieu est à l'oeuvre en toute personne humaine qui, déjà par l'usage de la raison, peut pressentir l'existence du mystère de Dieu. On ne peut pas dire que c'est allé très loin... en ce dialogue sur Foi et Raison.

― Pas d'affirmations théoriques, ni d'énonciation de valeurs partagées, et sur la condition humaine on est dans le vague. (Qui s'en étonne?)

Puis il y a toute une série de vœux convenus qui n'engagent en fait aucunement la communauté musulmane. Je n'en citerai qu'un seul et il faut vouloir noircir des pages pour le sortir. Donc le cardinal Tauran déclare, je le cite : les croyants ne peuvent pas renoncer à proposer leur foi, mais ils doivent le faire dans les limites du respect et de la dignité de chaque être humain. Différemment appelé : pas de prosélytisme.

Je pense à l'Afghanistan où un musulman s'étant converti au christianisme a dû s'exiler en catastrophe et fut accueilli en Italie après l'intervention de Benoît XVI. Souvenez-vous du baptême d'un converti de l'Islam (un journaliste d'origine égyptienne) lors de la veillée pascale à Rome, il y a deux ans. Le pape avait dû par mesure de sécurité en donner l'annonce publique uniquement lorsque la basilique Saint-Pierre fut remplie, vu les représailles prévisibles. Le Soudan, la Somalie, l'’Érythrée, l'Égypte et le Pakistan, qui se souvient du massacre de l'année dernière à Mombay en Inde, on y persécute et l'on tue à volonté les chrétiens (Coptes), juifs et malheur à la personne qui se convertit. Ce vœu admirable du cardinal Tauran contredit l'affirmation qu'il a donnée auparavant, à savoir ''que les chefs religieux musulmans ne parviennent pas à faire admettre la liberté, de changer de religion à leurs coreligionnaires''. S'il est sincère, je veux bien le lui reconnaître, cependant son Éminence ne semble pas connaître le Coran. Aucun chef religieux musulman ne le peut. Pour la simple raison qu'il est interdit à tout musulman de changer de religion, d’'apostasier. Cela lui vaut la mort. C'est écrit dans le Coran et les Hadiths.

Nous chrétiens, catholiques professons, une religion d'amour. Ce n'est pas par le sabre, les guerres, les rapines et conquêtes, ni la mise à sac des territoires, le viol des femmes et des innocents et l'esclavagisme ni de soumettre des populations au rang de dhimmis (inférieurs) que l'Église du Christ a conquis les cœurs dans le monde. Au cours des 4 premiers siècles, l'Église a surtout connu beaucoup de persécutions et des légions de martyrs et je souligne en passant qu'elles n'ont pas arrêté (100,000 par année). Dès les temps apostoliques, suivant la mission donnée par Jésus, les apôtres et leurs successeurs ont porté la bonne nouvelle jusqu'aux confins du monde.

Il n'y a aucune comparaison possible avec l'islam et son expansion, et ce dès Mahomet. Lire le cardinal Tauran exige beaucoup de bonne volonté, mais il n'en demeure pas moins que sa dissertation est peu convaincante. Oui. Bien sûr, il y a la vertu d'espérance, mais encore.

Charles Éd. Durand ce 14 décembre 2009 en la fête de saint Jean de-la-Croix.

tags:dialogue islamo-chrétien, Cardinal Jean-Louis Tauran, Benoît XVI, hiérarchie inexistante de l'islam, Pas de liberté, apostasier c'est la mort, Mombay, Inde, Érythrée, Somalie, soudan, Égypte, Pakistan, liberté religieuse, L'Église du Christ, Mahomet, Jésus, apôtres.