Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2014

Bataille de Diên Biên Phu. Il y a 60 ans en 1954. Ces Français sacrifiés.

         dien-phu-avant-dien-phu-pierre-pelissier-L-I4oDTG.jpeg

            60 ans après n’oublions pas.

 

Il est un fait historique et irréfutable. Nulle part, sur la terre : le communisme n’est arrivé au pouvoir démocratiquement !

J’adresse ce récit de Roger Holeindre à tous les journaleux de France dont 85% sont d’obédience communiste ou socialiste. Ces faux psychiatres qui interprètent et analysent les choix du peuple et concluent que les Français regrettent que le FN soit devenu le premier Parti de France. Messieurs Dames des beaux quartiers cessez de prendre les Français pour des benêts.

Charles Ed. Durand

N.B : Quelques ajouts et libertés au texte (en italiques parfois), mais de l’auteur rien n’est bousillé. Tout y est conforme.

Occupée par les Français en novembre 1953, cette petite ville (10 Km de long) et sa plaine environnante devint l’année suivante 1954 le théâtre d'une violente bataille entre le corps expéditionnaire français, composé de diverses unités de l’armée française, des troupes coloniales et autochtones, sous le commandement du colonel Christian de La Croix de Castries (nommé général durant la bataille) et l'essentiel des troupes vietnamiennes (Viêt Minh) commandées par le général Giáp

 

Les Camps de rééducation pour les soldats français faits prisonniers par le Vietminh. (communiste).

 

Dien Bien sacrifiés.jpgLà, un autre calvaire attendait les prisonniers. Ceux qui auront le mieux survécu étaient les blessés lourds, car ils n'eurent pas à subir la marche forcée de 700 km et furent pris en charge par la Croix-Rouge. Les autres furent internés dans des camps dans des conditions effroyables. Ainsi, leur alimentation quotidienne se limitait à une boule de riz pour les valides, une soupe de riz pour les agonisants. Un grand nombre de soldats sont morts de dénutrition et de maladies. Ils n'avaient droit à aucun soin médical, puisque les quelques médecins captifs étaient tous assignés dans la même paillote, avec interdiction d'en sortir.

Les prisonniers devaient également subir un matraquage de propagande communiste avec endoctrinement politique obligatoire. Cela incluait des séances d'autocritique où les prisonniers devaient avouer les crimes commis contre le peuple vietnamien (réels et surtout imaginaires), implorer le pardon, et être reconnaissants de la « clémence de l'Oncle Hô qui leur laisse la vie sauve ».

Le seul commentaire que j’ai entendu à ce sujet à la télévision était celui d’un olibrius (frimeur) qui faisant parler des soldats de cette longue et lointaine guerre… les amenait à déclarer… « Ils nous ont volé notre jeunesse ! »

 

Roger Holeindre.jpg

 

J’ai fait trois séjours complets en Indochine en unité opérationnelle, donc pendant plus de dix ans. Je n’ai jamais entendu un seul soldat déclarer ce genre d’élucubration. Nous étions tous volontaires… sachant pour la plupart d’entre nous… exactement… pourquoi nous nous battions.

Dès la première année du conflit, nous avions compris qu’il ne s’agissait plus d’une guerre de reconquête coloniale… mais d’une lutte à mort contre les communistes asiatiques… des fous furieux ! Qui ne voulaient qu’une chose instaurer une dictature communiste.

Jamais les peuples des trois pays de la fédération indochinoise (Viêt Nam, Cambodge et le Laos)    n’ont désiré être “libérés” par les hommes d’Hô Chi Minh, de Giap et de Pham Van Dong.

 

Sauver la France.jpg

 

Alors Messieurs les cocos et par consanguinité vos cousins socialistes et vos 'jeunots' rejetons Bobos de tout acabit, lâchez nous les baskets sur la guerre d’Indochine. ( Nd C Ed D : Fermez là ! La France appartient aux Français et elle a le droit de vivre. La France n'est pas une abstraction. J'ose ajouter qu'elle veut respirer alors que cette idéologie la République l'étouffe... la tue).

Nous avons fait cette guerre… terrible par moments… pour empêcher la mainmise marxiste sur des populations laborieuses dont des centaines de milliers se battaient à nos côtés, et n’ont jamais trahi.

                               Général Bigeard dispersé à Diên Biên Phu.jpg 

                                             Général Marcel Bigeard

Si vous voulez vraiment vous inquiéter des horreurs de cette guerre… de ses tueries… de ses goulags… de nos milliers de copains, de toutes races et de toutes religions, morts de désespoir dans les camps vietminh… penchez-vous donc sur la trahison généralisée qui, pendant huit longues années a été le fait de vos copains d’hier. Nous, nous n’oublions pas

 

Vo Nguyen Giap,.jpg

 

À plusieurs reprises le général Giapdésespéré par la résistance et l’allant de nos troupes, a déclaré.  Si nous désespérions souvent, c’est la lecture des journaux français qui nous rendait le moral.

 

Personne ne nous a volé notre jeunesse ! C’est avec enthousiasme que nous sommes partis… délivrer l’Indochine de l’occupation japonaise, (mars 1945, avec le coup de force japonais et en 1946 avec l'attaque des garnisons françaises par les troupes vietminhspour la ramener dans l’Empire français… puis dans l’Union française… aidés par les gens de ces pays, pour empêcher la mainmise des fanatiques sur ces terres meurtries, mais qui furent paradisiaques.

Nous, la seule chose qui nous intéresse, c'est de savoir que ce n'est pas Diên Biên Phu, mais à Paris que cette guerre a été perdue. La capitale de ce pays de France où le parti communiste était le premier de France.

Ce que nous reprochons encore aujourd’hui à nos gouvernants, soixante-dix ans après le début de la guerre, (1945) c’est de ne pas nous avoir défendu face à ‘‘la trahison des communistes’’ prétendument “français”. Ceux-là mêmes qui ont travaillé avec nos ennemis asiatiques, comme ils avaient “collaboré” avec les nazis, tant que leur patron, Joseph Staline, s'était acoquiné avec Adolphe Hitler.

Leurs faits d’armes dès avant et après le début de la 2è grande guerre: Matériel saboté… Renseignements militaires fournis à l’ennemi… Notes signalétiques récupérées par les cellules communistes en France… sur tous nos prisonniers… et fournies à leurs geôliers. Collectes de sang sabotées… Blessés jetés des trains dans des gares françaises ! Non ils n'étaient pas des Pétainistes, mais stalinistes.

Leur slogan: Fraternisez! Fraternisez! avec les ouvriers allemands sous uniforme nazi…

SOldats français solidaires des allemands.jpg

De plus le PCF tentera de faire du défaitisme pour amoindrir la capacité de défense de l'armée française. Avec le slogan «Une heure de moins pour la production, c'est une heure de plus pour la révolution», de nombreux sabotages seront commis dès 1936. Puis lors de l’appel du général de Gaule du 18 juin 1940 depuis Londres ils continuèrent leur collaboration avec le régime nazi. Toutes ces années les communistes furent les cerbères de Staline. En fait, la résistance effective du PCF commencera le 21 août 1941, attentat de "colonel Fabien" à 9 heures du matin dans le métro.

À la fin de l'occupation allemande, le PCF devait faire taire tous ceux qui pouvaient rappeler la collaboration du PCF avec l'Allemagne jusqu'en août 1941 et pour cela, une stratégie de terreur imposa l'épuration de ceux qui savaient et il y eut 10,000 assassinats,…  terreur renforcée par une propagande mensongère, faisant diversion sur la droite et sur Pétain.

Pourtant, Pierre Laval, était bel et bien maire socialiste d'Aubervilliers, il est loin d'être le seul: Doriot (ancien leader du PCF), Déat (ancien SFIO - Section française de l'Internationale ouvrière). Aucun n'est de droite. 

De nombreux individus opportunistes ont servi le gouvernement de Vichy ou directement l'occupant nazi. Voyant poindre la libération, ils ont changé de camp, ils quittèrent Hitler pour Staline. Parmi eux, la liste serait trop longue, Margerite Antelme cachée sous son nom de plume, Marguerite Duras, n’a pas quitté le PS, appelé SFIO à l'époque, mais le Propaganda Staffel, l'office de propagande de l'occupant nazi.

Pour ceux qui veulent fouiller vous y trouverez quelques noms célèbres, qui furent des inféodés d’Adolphe H. Lire ces liens. Vous désirez l’heure juste, qu’à cela ne tienne elle est là… 

145 politiciens de tous bords, socialistes, communistes, trotskistes, franc-maçon, etc. http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-1.html

94 écrivains, cinéastes, musiciens, chanteurs, etc… les artistes http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-2.html 

Désormais, messieurs dames les Bobos de gauche, les “anti tout”, lâchez-nous les baskets, et laissez-nous avec nos souvenirs… dans lesquels vous n’avez rien à voir!

Pour nous, ce n’est que cela qui compte, car nous avions fait don de notre jeunesse, de notre allant et de notre patriotisme à la France.

Notre regret le plus sincère… N'avoir pas été aimés par notre patrie que nous servions avec honneur et fidélité ! Oui, une partie du peuple de France, plus particulièrement le PCF prit fait et cause pour le vietminh d'Hô Chi Minh. 

Comme le disait fort justement le commandant Guillaume, le célèbre “Crabe-Tambour”, qui comme nous tous a aimé ce pays et ses peuples travailleurs…  de tout son cœur… de toute son âme… et qui en avait fait sa devise de soldat de France, que beaucoup d’entre nous ont repris à leur compte…

             Mon âme à Dieu

          Mon corps à la patrie

          Mon honneur à moi !

                                           VIVE LA FRANCE

                                                Dieu a tant aimé le monde.jpg

 

 

Roger HOLEINDRE : Président du Cercle national des Combattants.

Autre source: 

http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/index.html

Photos: soldats français, Livre sur Diên Biên Phu les sacrifiés, Roger Holeindre, Philippe Bonnet, général Marcel Bigeard, général Giap et Hô Chi Minh. Coeur du Christ P. Vianney Jamin.

tags: Roger Holeindre, Bataille de Diên Biên Phu, communistes asiatiques, dictature, fédération indo Chinoise, Christian de La Croix de Castries, Viet Minh, Giap, Hô Chi Minh, Viêtnam, Cambodge, Laos, République, idéologie, Général Marcel Bigeard, Paris, LE PCF, Adlphe Hitler, Pétain, collaborateurs, opportunistes, sabotage, Charles de Gaule, Staline, PCF, baskets.

13/02/2014

Sochi Olympic Games 2014 est diabolisé par la gauche dans nos médias.

SOCHI-OLYMPICS-facebook.jpg

Lorsque j'écoute les commentaires sur TVA de Richard Latendresse, j’ai l’impression d'écouter CNN ou de lire le New York Times. Il se conforme à peu de chose près à la ligne éditoriale du Bureau ovale. Tout pour diaboliser Vladimir Poutine. S’y sont mis les premiers les deux Co animateurs de Radio-Canada lors de l'inauguration des Jeux d’hiver 2014 de Sochi en Russie. On aura remarqué que contrairement à la nouvelle appellation annuelle qui se dit neutre, ainsi en a décidé le CIO, elle fut appliquée pour la première fois de l’histoire des Olympiades, aux Jeux d'été de Londres. En effet, la Reine a dû ajouter à ces paroles protocolaires «J’annonce l’Ouverture officielle des XXXième olympiades de la nouvelle ère». On ne doit plus mentionner l’année selon le calendrier chrétien. Exigence de la franc-maçonnerie depuis des lustres, mais que les divers présidents du CIO ne souhaitaient pas remplacer.

Vlad poutine.jpgEn Russie, le Président passa outre l'ukase du CIO et dit : « J'annonce l'Ouverture officielle des XXIIème jeux d'hiver de l’an 2014.» Dire que l’année chrétienne est en usage en Chine, en Indonésie et dans la totalité des pays musulmans voir de la planète.

Par ailleurs, plusieurs des chefs d’antennes de nos deux grands réseaux n’ont pas cessé de parler de persécution des gays et des chasses qui se dérouleraient contre les gays. Foutaise. Dans le village gay de Montréal, on a connu ces deux dernières années une recrudescence de tabassages d’homosexuels au sortir des bars.

On parle ad nauseam, même le maire de Montréal Denis Coderre dit répéter textuellement le libellé de la loi; or le libellé qu’il a lu est faux. La loi interdit l'enseignement de la théorie du genre, de toute propagande homosexuelle ni hétérosexuelle dans les écoles primaires et secondaires. L’école n’a pas pour mission de remplacer les parents. Cette Loi fut adoptée à l'unanimité à la Douma [parlement de Russie] en 2013 y compris par tous les adversaires politiques du Parti de Monsieur Vladimir Poutine (Russie Unie). Désolé, mais la réalité c’est qu’il existe des bars gays en Russie qui ne sont pas interdits et que les forces de police n’envahissent pas ni ne pourchassent les gays. Ils sont libres de coucher avec qui ils veulent dès lors qu’ils sont des adultes consentants. L’État n’investit pas les chambres à coucher.

Pierre Bourgault.jpgPar ailleurs concernant les défilés de la fierté gay. Parlons-en. Ici au Québec les Daniel Pinard, André Boisclair et un Pierre Bourgault ont exprimé l'horreur que leur inspire cette célébration. Fier de quoi ? Ce ne sont pas tous les hommes et les femmes qui aspirent à une identité différente de celle de leurs familles ou de leurs amis. Sur ce sujet Bourgault y est allé d’un brûlot publié dans le Devoir. En fait, de quel droit la communauté Gay distingue les gais bons et les fiers ? On sait qu’elle aime l’abbé Raymond Gravel, ce curé, ancien escorte selon ce qu’il nous en a dit, est en quête d’adulations. La LGBT l’a honoré d’un prix, j’en ignore le nom.

Donc que la ville de Moscou interdise les défilés de la fierté gay elle n’est pas la seule. Je ne peux pas l’affirmer, mais il semble qu’en Iran c’est interdit et qu’en Arabie Saoudite personne ne l’a demandé. Pourquoi ? Ni la Hongrie, ni l’Ukraine ni la Pologne ni Malte ne veulent dénaturer la famille ni tolérer des propagandes hostiles au fondement même du Mariage et au bien commun. Quant à ce qui se passe dans les chambres à coucher, cela relève de la sphère privée et non de l’État.

va-t'en guerre.jpgRevenons à la tempête médiatique menée dans la majorité des pays d’occident, même Monsieur Harper s’est joint à cette cohorte de va-t’en guerre, qui n’ont pas réussi à bombarder la Syrie. Ils ne l’ont jamais pardonné ni à Poutine ni au pape François qui leur avait adressé une lettre et que leur a lu le président Vladimir Poutine. Une bombe éclata le 29 décembre 2013 à la gare de Volgograd [ex Stalingrad] fit 17 morts et le lundi matin 30 décembre toujours à Volgograd sur un trolleybus qui fit 14 morts. Le nombre de blessés près de soixante. Ah! quelle heureuse nouvelle, enfin. On a commencé par ameuter les touristes, de nos pays respectifs, dans tous les bulletins de nouvelles, qui devaient se rendre en Russie que le danger était bien réel. On avançait les pires scénarios et cataclysmes. Des bombes sauteraient, il fallait insister sur le danger encouru par tous nos ressortissants qui iraient en Russie. Deux jours avant l’ouverture, Obama lança une menace plus grave encore. Des terroristes kamikazes seraient à bord des avions de ligne en direction de Moscou et de Sochi et auraient dissimulé dans des pâtes dentifrices de mini-bombes qui feraient exploser les avions.

On avait précédemment parlé d’actions terroristes de la part des musulmans du Caucase. Or le monde ne semblait pas inquiet. Il a fallu cette dernière alerte d’Obama. Ouf ! enfin le locataire de la Maison Blanche a obtenu le résultat escompté. Il y eut des annulations, des dizaines de milliers de touristes. On oubliait qu'à Boston il y eut un attentat en 2013 qui fit 3 morts et 175 blessés. Jamais la Russie ni nos pays en Occident ne sonnèrent l'alerte sur l'éventualité de nouveaux attentats terroristes. 

Effectivement selon R. Latendresse des dizaines de milliers de touristes annulèrent leurs réservations d'hôtel et perdirent les billets achetés, car non remboursables, puisque les compétitions se déroulaient normalement.

Le comble est d’écouter Radio-Canada ou Richard Latendresse chacun se démène, depuis l’ouverture, à dénigrer les jeux de Poutine, leur coût astronomique. Tout le site olympique et les diverses constructions de logements ont été construit sur un marécage. Non il ni avait même pas une cabane pour oiseaux ni aucun habitant. Le site des jeux est à 25 KM de la ville de Sochi. Qu’est-ce que ce Richard s’est démené pour trouver des Russes mécontents. Hier, il s’est rendu loin de Sochi, derrière les montagnes, pour enfin trouver une apicultrice qui n’était pas heureuse de l’autoroute construite près de chez elle. En regardant attentivement, on ne voit pas d’autres maisons, elle semble assez isolée. Le pauvre il n’a pu en rencontrer d’autres. Quel malheur! Il a oublié de parler de nos gens qui à Montréal demeurent près du Boulevard Décarie. L’enfer ! Puis il a candidement annoncé que les touristes attendus n’étaient pas au rendez-vous. Il a cependant avoué, malgré les sièges vides, que 95% des billets ont été vendus. Hier, il chercha, mais ne trouva que des Russes heureux et fiers de la tenue des Jeux en Russie et qui s’y rendaient en grand nombre. Il a parlé du coût des aliments. Il a comparé le prix des oranges et autres légumes, donnant le prix au Kilo, mesure que nos gens ne maîtrisent pas, pour conclure que les prix s’équivalaient. Il parla du salaire des vendeuses (sans mentionner la commission sur les ventes), le salaire des caissières 350 $ par semaine. Il n’a pas parlé des prix du loyer. Là, il y a un fossé entre eux et nous. Dommage, pour lui, il n’a pas croisé de Russes mécontents des jeux.

Quand je syntonise Radio-Canada j’ai comme l’impression que ces journalistes politiques regrettent la fin du communisme et que ce n’est pas un séide de Staline qui soit au pouvoir. Pu de goulags où enfermer les gays et les chrétiens. La Russie s'est convertie et ça les embête; ce qui n'est pas le cas de l'Occident et du Québec en particulier qui est en route vers l'apostasie totale.

 

Medailles-Sotchi_scalewidth_460.jpg

Et si nos médaillés olympiques du Québec sont à féliciter il faut en remercier les parents qui ont cru en leurs jeunes et se sont investis avec, parfois beaucoup d'abnégation et de levés tôt pour conduire leurs enfants aux lieux d'entraînement.

Parlons d'un sujet qui nous concerne nous gens de ce pays d'hiver.

Le Québec paye tout, mais en a-t-il les moyens? La réponse c'est non.

« L'État, c'est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » 
– Frédéric Bastiat, 1848

québec dans le rouge.jpg

Sait-on que le Québec n'a plus les moyens de vivre au-dessus de ses capacités, Il est dans le rouge

Une nouvelle étude réalisée par le Centre sur la productivité et la prospérité (CPP) des HEC Montréal, publiée mercredi le 29 janvier, affirme que le Québec vit au-dessus de ses moyens. Selon cette étude, le niveau de vie progresse difficilement depuis 1981 dans la province, alors que les dépenses publiques ne cessent d’augmenter. Le rapport nous apprend que depuis 1999 le niveau d’investissement en machines et matériel a diminué de 3,163$ par emploi, ce qui représente un recule de 36%. Or il s’avère que c’est justement ce type d’investissement qui affecte le plus la productivité.

Oui, le Québec paye, mais en fait ce sont tous les contribuables du CANADA et le gouvernement du Québec s'autorise à justifier toutes les lois mortifères ou contre-nature. 

 

Exemples: L’avortement depuis 1973 donne une moyenne de 30,000 avortements par année, le nombre va décroissant 28,000 depuis quelques cinq ans, car il y moins de femmes et l’on s’étonne du manque de mains d’œuvre ?  ALLO !!!! Wake UP ! Et la fécondation in vitro qui nous coûte 20 fois plus cher, sinon plus, que les 65 millions prévus initialement. Québec refuse de divulguer les chiffres, sauf confirmer certaines informations. Qui sont les utilisatrices? On nous apprend que les lesbiennes, les plus nombreuses, en sont les premières utilisatrices à 8,800.00$ l’essai. Le ministère croit que le 200,00 $ soit la taxe santé défraiera le coût des FIV. Puis bientôt ce sera, c’est déjà en troisième lecture : l’euthanasie. Mon prochain article portera dessus et s’adressera aux deux chefs de l’opposition trop accommodants je trouve et aux députés qui ont une conscience. Or, ce dont on entend parler c’est uniquement sur la Charte de la laïcité.

Suis-je le seul à remarquer que l’État du Québec est déjà dans les faits neutres, que ce qu’il veut faire c’est que les employés de l’État soient neutres c'est-à-dire encaserner, tels des prisonniers de l'État

Si on adopte la charte de la laïcité voici ce qui se produira et personne ne pourra plus rien dire. Cette charte de la laïcité obligera tous des employés de l'État providence à se soumettre à la dictature de la Charte de la Laïcité. 1)Toute objection de conscience sera refusée à tout médecin, infirmier, et membre du personnel médical ou soignant qui ne voudraient pas participer à des avortements ni à l'euthanasie, car en vertu de cette charte les lois sur l'avortement et sur l'euthanasie l'État déclare qu'elle se conforme par des lois mortifères et dit s'adapter aux réalités de la société moderne qui demanderait de reconnaître la liberté individualiste de décider sur le droit à l'existence de la personne. Ainsi ces lois légalisent la programmation d'un droit de mort, puisque la société dit qu'il ni a plus de droits à la vie. Allô la Charte des Droits de l’Homme !!! Cette charte sera une camisole de force imposée aux employés de l' État, comme au beau temps des régimes communistes et autres régimes totalitaires socialistes. 2) là où il y a des croix elles seront enlevées, 3) les noms de saints (tes) ou d’ecclésiastiques qui identifient un hôpital ou une école et autres CHSLD tout sera enlevé ou remplacé. 4) les rares endroits dans nos villages où existent des croix du chemin, elles seront enlevées au nom de la laïcité de l'état québécois et 5) rien ne les empêchera de changer les noms de rues et les noms de villages qui portent le nom d'un saint ou d'une sainte. 6) Et pourquoi ne pas abolir les fêtes chrétiennes comme Noël. 7) histoire de contenter tous les athées du Québec, pourquoi ne pas changer le drapeau du Québec qui a une croix blanche sur un fond azur, 8) en toute logique le Québec devra cesser de payer un salaire à des aumôniers catholiques dans les hôpitaux ou les prisons de la Province de Québec. Et oui, c'est l'ouverture d'un grand saut dans le silence sur Dieu.

Il va falloir beaucoup jeûner et prier.

Charles Éd. Durand

tags: Sochi, Vladimir Poutine, Richard Latendresse, Denis Coderre, Maire de Montréal, Fierté guay, Pierre Bourgault, Daniel Pinard, André Boisclair, LGTB, Abbé Raymond Gravel, Radio-Canada, chefs d'antenne, Volgograd, bombes, gare, trolleybus, Boston, kamikazes, pâte dentifrice, avions de ligne, touristes, apicultrice mécontente, Russes fiers, 95% billets vendus, Stephen Harper, Québec rouge, État providence, Frédéric Bastiat.

20/11/2013

L'illusion de la démocratie, causes, conséquences et remèdes. (IV-V;1-2-3)

Conférence de Damien Theillier

Damien- Nouvelles de France.jpg

 

IV. Socialisme et démocratie : le clivage droite-gauche donne toujours l’avantage à la gauche.

La gauche socialiste est en phase avec le projet démocratique. C’est le terreau le plus favorable à l’avancée de ses idées : égalitarisme, redistribution, augmentation indéfinie des « droits à ». Le socialisme a toujours légitimé l’usage de la force contre ses adversaires. La démocratie lui permet d’exercer la violence par les urnes et de justifier moralement ce hold-up par la volonté du peuple souverain.

C’est pourquoi la stratégie gagnante de la gauche est d’augmenter toujours le nombre des clients de l’État-providence : suffrage universel, puis extension du suffrage aux étudiants (majorité à 18 ans) et bientôt aux immigrés. Plus il y a d’électeurs, plus il y a de clients potentiels pour la redistribution et l’égalisation forcées.

 

Au contraire, dans un système démocratique la droite sera toujours perdante car elle n’est jamais qu’une force de réaction contre la gauche. Elle veut tenir un discours plus réaliste, à la fois sur le plan économique et moral. Mais face à la gauche, la droite est obligée de faire de la surenchère démagogique et clientéliste pour arriver au pouvoir. Un exemple récent le montre : depuis que Marine Le Pen a adopté les idées de Mélenchon, elle gagne des voix.

V. Y a-t-il une solution ? Quelle alternative à la démocratie aujourd’hui ?

Le pouvoir des idées : briser la matrice.

La démocratie est le résultat d’une acceptation massive, par l’opinion publique d’idées fausses. Fausse idée de la loi, fausse idée de la justice, fausse idée du pouvoir, fausse idée de la liberté. Aussi longtemps que cette adhésion est dominante, la catastrophe est inévitable. En revanche, si on reconnaît que l’idée démocratique est fausse et perverse, il reste un espoir.

La tâche essentielle qui attend ceux qui veulent restaurer la liberté est donc de briser la matrice, c’est-à-dire discréditer intellectuellement la démocratie. Il faut démontrer qu’elle n’est ni la liberté ni la justice mais qu’elle est au contraire la cause fondamentale de la situation actuelle d’oppression et de dé-civilisation.

Qu’est-ce qu’une société juste ? C’est une société dans laquelle le pouvoir, donc la loi, doit être strictement limité à deux objets : défendre les citoyens contre une agression extérieure et les défendre contre une agression mutuelle. Tout le reste relève de la sphère privée, donc de la responsabilité individuelle, des associations, des communautés volontaires et des contrats. La vraie liberté, la liberté responsable, c’est celle qui consiste à vivre avec ce qui nous appartient et de ne pas faire peser sur les autres le coût de nos décisions, de nos préférences. C’est la liberté subordonnée au droit.

 

Vivre ensemble implique des normes. Mais la seule norme politique qui soit juste universellement, c’est le respect de chaque être humain, de ses croyances, et des biens matériels auxquels il est attaché. Autrement dit, les biens ne sont pas communs. Le seul bien qui soit commun, c’est le droit. C’est le respect du droit de chacun à disposer de soi et de ses revenus légitimes. Or la démocratie redistributrice est incompatible avec ce bien commun, elle ne peut que le mutiler au profit d’intérêts particuliers corporatistes, bien que l’intérêt général soit toujours faussement invoqué.

Inventer des alternatives aux services publics : la résistance passive.

Pour restaurer la liberté il faut aussi dépolitiser au maximum la société et reprendre le pouvoir qui nous a été confisqué par les urnes. Il faut donc réduire le plus possible la sphère d’action de la loi et de l’État sur nous.

Mais pour cela bien sûr, il faut arrêter de voter pour des candidats-fonctionnaires qui ne peuvent que contribuer à augmenter les dépenses publiques et l’asservissement des citoyens, qu’ils soient de droite ou de gauche. Un fonctionnaire élu est à la fois juge et partie. Il doit décider du montant des dépenses publiques alors même qu’il en vit… absurde et injuste. Il faut également boycotter les entreprises, les journaux, les artistes et les associations qui vivent d’argent public.

 

Plus important encore, il faut se battre juridiquement et pratiquement pour sortir de la sécurité sociale, du système de retraites par répartition ou de l’éducation nationale. Et ne comptons pas sur les partis politiques pour y arriver. La protection sociale, c’est leur argument électoral favori. Il faut prendre des initiatives dans tous les domaines pour proposer des alternatives privées aux services publics : auto-médication, auto-éducation, auto-défense, auto-édition, auto-production alimentaire… Il faut aussi, autant que possible bien sûr, mettre son argent à l’abri de la prédation fiscale. Autrement dit il faut reconquérir notre indépendance et relever la tête.

Un idéal : La concurrence politique et le marché de la gouvernance.

La société juste ne se construit pas d’en haut. Elle doit émerger des libres initiatives de chacun. Cette autre voie, c’est celle de la décentralisation du pouvoir, de la concurrence et de la responsabilité individuelle.

La solution c’est de multiplier les unités administratives et de les mettre en concurrence. Les citoyens pourront ainsi se détourner eux-mêmes des gouvernements autoritaires et mal gérés et rejoindre ceux qui produisent les meilleurs services au plus bas coût. Cette fragmentation politique permettrait à chacun de voter avec ses pieds au lieu de voter dans les urnes. Les bons systèmes de gouvernance, utiles et efficaces, chasseraient les mauvais.

Ces petites unités gouvernementales, chacune avec leurs propres caractéristiques, pourraient choisir de coopérer sur certaines questions si cela leur est utile, par exemple, sur l’énergie, l’immigration ou les transports. Elles pourraient également coopérer en matière de défense : échange d’informations policières, coalitions militaires, traités de non-agression etc.

Dans Dépasser la démocratie, les auteurs donnent l’exemple de la Suisse avec ses vingt-six cantons, ses 2.900 communes, ses impôts versés majoritairement au niveau cantonal et communal, et non pas fédéral, ses différentes réglementations qui se font concurrence, sa non-appartenance à l’Union européenne. La Suisse est en effet « un pays qui réussit très bien » :

« Au niveau mondial elle est dans le peloton de tête en termes d’espérance de vie, de niveau d’emploi, de bien-être et de prospérité. Elle est l’un des rares pays au monde qui n’a pas connu de guerre depuis plus d’un siècle. Malgré l’existence de quatre langues (allemand, français, italien et romanche), il y a beaucoup d’harmonie sociale. »

Les auteurs ne préconisent pas la Suisse comme un idéal ou comme la seule option. La démocratie directe n’est pas la panacée. Et il se pourrait même qu’elle contribue à renforcer l’État au lieu de l’affaiblir. Dès lors que les mœurs sont corrompues, la démocratie directe ne pourra que refléter cette corruption. Si le citoyen pense que tout lui est dû, qu’il est normal que les autres paient pour lui, la démocratie directe n’y changera rien.

Mais la Suisse est un exemple qui montre comment un pouvoir décentralisé pourrait fonctionner : « Plus un État démocratique est grand et plus sa population est hétérogène, plus des tensions naîtront. Les différents groupes d’un tel État n’hésiteront pas à utiliser le processus démocratique pour piller les autres autant que possible. À l’inverse, plus les unités administratives sont petites et plus la population est homogène, plus il est probable que les excès de la démocratie restent limités. Les gens qui se connaissent personnellement ou se sentent liés les uns aux autres sont moins enclins à se voler et à s’opprimer les uns les autres ».

 

Pour conclure, laissons les gens libres de déterminer sous quelle forme de gouvernement ils veulent vivre : la démocratie, le capitalisme, le socialisme ou la monarchie. Il n’y a pas pire régime que celui qu’on nous impose par la force et auquel on ne peut échapper. 

Damien Theillier, président de l’Institut Coppet.

Site de Damien Theillier : .http://nicomaque.blogspot.ca/

30

 

Remarque finale ajoutée par Charles Éd. Durand : La démocratie postmoderne est ainsi livrée au pouvoir sans partage de la majorité électorale il n'existe plus aucun contre-pouvoir établi pour en limiter les excès...rien ne peut désormais détruire les interdits qui structuraient notre civilisation....La démocratie procédurale peut verser vers le totalitarisme... « C'est le résultat néfaste d'un relativisme qui règne sans rencontrer d'opposition : le ''droit'' cesse d'en être un parce qu'il n'est plus fermement fondé sur la dignité inviolable de la personne, mais qu'on le fait dépendre de la volonté du plus fort. Ainsi la démocratie en dépit de ses principes, s'achemine vers un totalitarisme caractérisé».

source : La Nef # 253 extrait d'un dossier de Christophe Geffroy la citation JPII in Evangelium Vitae (1995)

Tags: Damien Theillier, conférence, Institut Copet. président, Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme, Suisse, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélanchon, blogue Nicomaque, La Nef. Christophe Geffroy, JPII, Evangelium Vitae.