Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2013

L'illusion de la démocratie, causes, conséquences et remèdes (II-III)

Conférence de Damien Theillier

Damien- Nouvelles de France.jpg

 

II. Politisation croissante de la société et pillage légal.

Avec la démocratie, l’idée s’est imposée que la liberté serait mieux établie si toutes les décisions étaient prises démocratiquement c’est-à-dire si la société tout entière était organisée collectivement. Et c’est précisément cette extension de la démocratie à toutes les sphères de la société qui a produit les résultats que nous voyons aujourd’hui.

En effet, quand toutes les décisions importantes relatives aux différents aspects de la société sont prises par « le peuple », c’est à dire par le gouvernement démocratiquement élu, censé représenter le peuple, les gens se tournent naturellement vers l’État pour résoudre leurs problèmes ou pour traiter les maux de la société.

La liberté est alors entendue non plus comme le droit de gérer sa propre vie mais comme le droit d’intervenir dans la vie des autres pour la régenter par le moyen de la contrainte légale. La mentalité interventionniste et redistributrice se met alors en place. La loi change de nature, elle n’a plus pour fonction de protéger la personne et les biens de chacun, conformément au droit. Elle devient un moyen d’égaliser les fortunes et donc d’asservir son voisin, de s’octroyer des privilèges et d’en distribuer à ses amis.

On passe de la liberté de gérer sa propre vie sous l’empire du droit à la liberté de faire des lois pour gérer la vie d’autrui. L’État démocratique devient une machine populaire à redistribuer l’argent et les privilèges en fonction des groupes de pression. Elle permet aux plus nombreux et aux mieux organisés d’imposer leurs préférences aux autres, au nom du peuple.

Ainsi les représentants du peuple sont incités à multiplier les privilèges accordés à leurs électeurs et à élargir le pouvoir de l’État au lieu de le limiter. Plus l’État intervient, plus est grande l’incitation à réclamer des privilèges exorbitants pour les acteurs économiques et sociaux. Ne pas le faire, ce serait laisser les autres s’en emparer sans réagir et abandonner ainsi un avantage précieux.

En bref, la démocratie augmente le nombre de bénéficiaires possibles du « pillage légal » et donne aux législateurs une plus grande apparence de légitimité qu’un pouvoir non démocratique. La démocratie n’est pas donc pas seulement anti-économique, elle est immorale.

 

III. La démocratie produit une société matérialiste et irresponsable.

La démocratie ne peut former qu’une société de consommation matérialiste : on s’endette sans limite pour pouvoir déverser de l’argent public dans toutes les sphères de la société, on procède à la redistribution massive des richesses pour égaliser les revenus ou simplement pour donner se donner l’illusion de la gratuité et de la justice. Bref on épargne à tout le monde la peine d’être prévoyant, de constituer une épargne, d’être responsable. Pourquoi éduquer ses enfants ? L’éducation nationale s’en occupe.

Donc en même temps qu’elle détruit les richesses par la prédation fiscale et la redistribution, la démocratie développe presque toutes les formes de conduites indésirables à des niveaux dangereux : dépendance, négligence, imprévoyance, incivilité, cynisme et délinquance.

Ces comportements sont favorisés par le court-termisme. La constitution d’une épargne ou d’un patrimoine suppose de s’imposer une discipline, de faire des sacrifices, d’accepter la gêne immédiate en vue d’un avenir meilleur. Or la démocratie incite au contraire à ne pas penser au lendemain puisqu’il est toujours possible de recourir aux allocations, aux logements sociaux et de vivre avec l’argent des autres. Seul compte alors le moment présent et le plaisir immédiat. D’où l’hédonisme et le consumérisme infantiles, sans aucune responsabilité de soi ni des autres.

Le résultat est que la solidarité naturelle entre les générations disparaît, les liens sociaux et familiaux sont éclatés, tandis que les niveaux de vie réels baissent drastiquement en Occident. La dette publique et le coût des systèmes de sécurité sociale explosent et conduisent à la perspective d’un effondrement économique et moral généralisé.

suite : demain

 

Tags: Damien Theillier, conférence, Institut Copet. président, Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme.

18/11/2013

L'Illusion de la démocratie, causes, conséquences et remèdes. (I)

Conférence de Damien Theillier

Damien- Nouvelles de France.jpg


donnée le mercredi 13 novembre 2013, à l’invitation de l’association “Nouveau Dialogue” du Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme. 

 

L’illusion démocratique
II. La politisation croissante de la société et le pillage légal.
III. La démocratie produit une société matérialiste et irresponsable.
IV. Socialisme et démocratie : le clivage droite-gauche donne toujours l’avantage à la gauche.
V. Y a-t-il une solution ? Quelle alternative à la démocratie aujourd’hui ?
1° Le pouvoir des idées : briser la matrice
2° Inventer des alternatives aux services publics : la résistance passive
3° Un idéal : La concurrence politique et le marché de la gouvernance

En voici la première partie.

I. L’illusion démocratique

La démocratie est la religion de notre temps, le dogme le plus autoritaire et le plus puissant qui soit. Chez les intellectuels elle a remplacé la foi dans le communisme au XXe siècle.

Précisément, la lutte contre le communisme a pu nous faire croire un temps que la démocratie était le rempart contre le mal et la solution au fanatisme, aux crises, à la pollution etc. On entend souvent dire que les crises qui se multiplient, seraient des crises du libéralisme, de la finance ou de l’économie de marché. On pense que c’est la faute de gens cupides ou égoïstes. Au niveau politique, on pense qu’il faut remplacer les mauvais politiciens par des bons. On croit qu’il suffit de bien voter et de faire plus de lois, plus de réglementations, accorder plus de protections, de droits économiques et sociaux. C’est la grande illusion de notre époque.

Au contraire, il se pourrait que la bureaucratie, l’interventionnisme étatique, le parasitisme, le crime, le chômage, l’inflation, la faillite des systèmes d’éducation publique etc. ne soient pas dus à un manque de démocratie mais causés par la démocratie elle-même. La grande illusion de notre époque c’est celle qui consiste à penser qu’on peut résoudre tous les problèmes par plus de démocratie.

L’Union Européenne par exemple, n’est rien d’autre qu’une extension de la démocratie à grande échelle. Elle a apporté plus de bureaucratie et de paralysie que jamais auparavant. Et surtout elle a considérablement affaibli notre niveau de vie.

Et c’est un phénomène général. Le pouvoir de l’État n’a cessé de croître au cours des 100 à 150 dernières années dans toutes les démocraties occidentales. Entre le XIXe siècle et la Première Guerre mondiale, la charge fiscale en vigueur dans un pays comme les États-Unis se limitait tout au plus à quelques pourcents, sauf en temps de guerre. L’impôt sur le revenu n’existait pas et était même interdit par la Constitution.

Au début du XXe siècle, les dépenses publiques représentaient environ 10% du produit national brut dans la plupart des démocraties occidentales. Aujourd’hui cela tourne autour de 50%-60%. Ainsi pendant plus de la moitié de l’année, les gens travaillent pour l’État, tels des esclaves. Cette année en France le jour de libération fiscale était le 26 juillet 2013. Sous l’Ancien Régime, le jour de libération fiscale était le 18 janvier… 

------------L’avènement de la démocratie a donc considérablement affaibli plutôt que défendu le droit de propriété et les libertés individuelles dans les pays occidentaux.

En réalité, tout ce que nous avons encore de prospérité, de libertés et de paix, nous le devons, non pas à la démocratie mais aux siècles précédents, au développement de la libre entreprise, de la liberté du commerce et de l’industrie. Les premiers partisans du libre-échange, étaient des théologiens thomistes espagnols de la fin du Moyen Age, à Salamanque. La science économique est née en France au XVIIe siècle et elle s’est développée au XVIIIe avec les physiocrates, bien avant l’ère démocratique. (Voir Benoît Malbranque, La démocratie et les économistes français).

La thèse de Dépasser la démocratie, de Frank Karsten et Karel Beckman, est que lorsque le peuple décide collectivement de la manière dont la société doit être organisée, il en résulte mécaniquement une croissance de l’État c’est-à-dire une emprise de plus en plus forte de la sphère publique sur la sphère privée, du politique sur l’économique, sur la famille, sur l’école et sur la science elle-même. Et comme elle procède de l’envie elle conduit à former des coalitions pour voler les autres, pour les empêcher de réussir ou pour vivre de leur travail. Elle conduit à la loi du plus fort, à la guerre de tous contre tous, pour paraphraser Hobbes.


Bref, cette thèse peut être reformulée ainsi : la démocratie est le contraire de la liberté car elle est collectiviste par essence. Elle socialise le pouvoir et toutes les décisions. Elle a pour résultats la politisation de l’existence, l’exacerbation des conflits, le matérialisme, l’hédonisme et l’appauvrissement par la redistribution forcée des richesses qui n’est rien d’autre qu’un pillage légal généralisé.

 

Source: WWW.institutcoppet.org/2013/11/16/lillusion-démocratique-causes-consequences-et-remedes-par-damien-theillier/ 

suite : demain

Tags: Damien Theillier, conférence, Institut Copet. président, Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme.

ADDENDUM : BFM Businness

On assiste au soulèvement d'une France identitaire selon Nicolas Doze. Voir la vidéo.


           

 

06/05/2013

Mélenchon le sans-culotte fortuné dit ne pas être un homme public, mais juste un élu.

jean-luc-melenchon-a-montpellier.jpg

Jean-Luc Mélenchon se déclare toujours hostile à  une transparence totale de son patrimoine. Dans un entretien à la Croix, il assure ne pas être "un homme public, mais un homme privé avec des activités publiques".  "Je suis favorable au contrôle du patrimoine des élus par un organisme indépendant, il n'y a pas de raison que ces informations se retrouvent sur la place publique. La transparence ne doit pas être une exigence névrotique". Ailleurs il déclare: je n’ai pas de tableaux, de voiture de bateau, ni de bicyclette, ni de chevaux.  

Mais voilà.  Mélanchon le coq chantant des sans culottes et des sans-papiers, le reliquaire aboyant de Staline ne veut pas que l'on sache comment il vit! Bizarre cette absence de transparence? Alors s’il n’est pas un homme public pourquoi se fait-il payer par les contribuables?

Selon Le Canard enchaîné…
Monsieur Mélanchon possèderait un minuscule réduit  dit  appartement dans le 15ème à Paris, de  218 m2 : une chambre de bonniche  quoi! Qui est évaluée par 'Immo consulté' entre 1 million quatre cent mille euros et 1.5 million euros, de la petite monnaie prise dans sa sarcelle ! M'enfin.

- Puis notre citoyen républicain a hérité d'une chaumière en Dordogne sur un terrain de 1,4 hectare de 9 pièces et dépendances.. évaluée à Sept cent dix mille euros. Mais c’est la désolation non? Franchement. On reste dans la famille, - Puis de sa tante un studio à Deauville avec vue sur mer SVP...à seulement deux cent vingt mille euros !! 

- Pour finir: trois voitures, une vieille 206une C6 exclusive Citroën à 44,000 euros, et une Clio pour aller faire les courses... la vraie misère… et avec papiers, quelle chance pour ce malheureux. Ce que c’est que d’appartenir à la Nomenklatura  номенклату́ра. Décidément la Répoublique sait que ses hommes s’abritent sous ses ors, mais il ne faut pas le dire. On est sous un régime révolutionnaire et socialiste. Vive les gogos et merci aux idiots de la masse inculte. Payez maintenant.

Si on fait le compte nous arrivons à (sans compter la petite vieille 206 !!) : DEUX MILLIONS QUATRE CENT SOIXANTE CINQ MILLE EUROS (2.465.000 EUR) !!!!!!  J’en ai le cœur déchiré, c’est à pleurer. Pensez ce que vous voulez, mais voir cette misère à côté d’une Marine Le Pen si immensément riche me chamboulePourtant à moi et à mes ancêtres que de toujours on a dit que sous la Répoublique, ce régime déifié depuis 1789, allait nous rendre tous égaux, et fin de l’aristocrassssiePlus de privilégié. Tout le monde au niveau du  macadam.

Or ce sans-culotte ne voit pas pourquoi il devrait dévoiler son patrimoine ? Remarquer qu’on comprend sa peur, s’il fallait que les smicards, les ouvriers, les chômeurs, les pauvres, les RMIstes, les RSA, etc.. et la classe moyenne  apprennent que leur leader maximo Jean-Luc Mélenchon est un riche qui appartient à ce 1% de la population, quel faux cul que ce Mélenchon... Ah le traître!

Et ce n’est pas tout, on apprend, qui lui prodigue ses autres revenus, mais c’est qu’il nous prend pour ses idiots, ceux qu’il a adoré tromper avec sa gueule de hyène lors de la dernière campagne électorale. Commençons par ses émoluments de sénateur ainsi que les salaires de ses différentes fonctions d'élu de la répoublique qui se montent, avec les versements complémentaires de subventions pour frais divers à environ 37.000 euros par mois !!!!!! Un autre révolutionnaire de la RÉPOUBLIQUE, un pourri ou un ripou? C’est au choix, ne trouvez-vous pas?

 

petit chinois.jpgUn grand patron doit le faire et pas M. Mélenchon , un n’honorable répoublicain et z’homme poublic qui vit avec l'argent des contribuables  pourquoi ne le ferait-il pas?

Quand on pense aux milliers de gogos révolutionnaires qui vont l'écouter baver sur les riches ...., mais on  rêve ou quoi? Et ils ont voté  pour  lui !!!! Des révolutionnaires soixante-huitards attardés, des zombies perdus errants comme les pacstisés  et autres hollandeniais de la Répoublique déliquescente qui est en fin de vie, mais  maintenue sous respiration artificielle grâce à la gendarmerie et aux CRS qui suivent les ordres de la gauche qui ruine la France et trahit les racines civilisationnelles de la France : Greco-Latine et judéo-chrétienne.

Charles Ed. Durand

photo : BuggStorries. 

dessin : de Ralf Kraft

source : La Croix,

tags: Jean-Luc Mélanchon, sans-culotte, patrimoine, propriétés, voitures, extrême gauche, 1%, Paris, Dordogne, Deauville, 3 voitures, 2,465,000 EUROS, Répoublique, Hollande, ses ors, régime. révolutionnaire, socialiste, Marine Le Pen, gueulard, Staline, 1789, le Canard enchaîné, gogos, contribuables, ruine, gendarmerie, CRS, déliquescence, ruine.