Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2011

Un Québécois en colère. Mon dernier combat est et sera toujours pour la VIE.

Chers lecteurs, j'ai finalement réussi à faire passer la note que j'avais eu de la difficulté à faire passer le 16 juin. Bonne lecture. Je n'ai pas eu à changer grand'chose finalement. Je suppose que le problème était dû au manque de discernement du "robot censeur". La censure automatisée, ça doit manquer de jugement, assurément. Enfin, vous pourrez juger de vous même si le texte était si subversif que cela. Bonne lecture.

 

Le webmestre

 

gaz de schiste,pétrole,ressources naturelles,science,connaissance,mines,sécurité,apprendre,chirurgie,transplantation d'organes,grisous,dégénérescence,québécois,jeunes générations,déesse gaïa,Écolos,dogmatisme,pauvres,fier,dignité,respect de l'homme,domination,gouvernement,compagnies minières,respect de la vie,professeur barnhard


 

Je viens de lire la mouture d'un article qui doit paraître prochainement. Il m'a inspiré ce commentaire que je vous livre. Je ne soulèverai pas son discours; je le lui laisse, mais voici les réflexions qui jaillissent en moi et que je vous livre.

Que voulez-vous! Je suis un Québécois qui s'est engagé à lutter pour la vie et l'épanouissement de son peuple depuis l'âge de 17 ans. Je ne peux rendu à un âge plus mûr cesser de lui vouloir du bien. J'aime ce peuple franc de Canadiens français. Ainsi je suis.

J'ai bien peur de ne pas partager un certain pessimisme ni suivre cette orientation quant à l'exploitation de nos richesses naturelles. Pour ce que j'ai lu ou entendu récemment cela me laisse un goût amer et une vision d'un totalitarisme dangereux dont plusieurs ne se rendent probablement pas compte. Il est vrai, en partie, ce que l'on rapporte concernant l'extraction du gaz de schiste... particulièrement en Oklahoma où se situe la majorité des puits de gaz de schiste il y a eu des catastrophes. Toutes les autorités de l'État reconnaissent les ravages que ces exploitations ont causés. Les compagnies elles-mêmes admettent qu'elles ont eu des effets pervers sur l'homme et qu'ils n'avaient pu appréhender selon les connaissances disponibles. En effet, ils ne possédaient pas toutes les expertises connues. Elles allaient plus tard devoir étudier à fond les problèmes désormais connus. Or depuis deux ans déjà on est à revoir la façon d'extraire le gaz de schiste de façon à ne plus causer de dommage à quiconque ni détruire la nature et à respecter l'environnement. Il est nécessaire aussi de savoir qu'elles ont fermé plusieurs puits. Tous ces puits sont désormais sécurisés, car en leur état actuel les compagnies n'avaient pas d'autre choix. Il fallait donc tout boucher. Il tombe sous le sens qu' aucune compagnie qui a des actionnaires n'a intérêt à souiller l'environnement... son sol, la culture des terres, le cheptel, les nappes phréatiques et les humains.

Oui, il y a toujours des problèmes qui surgissent que l'on n'avait pas prévu, en tout domaine d'exploration, y compris pour la chirurgie. Il y a une première opération, mais c'est avec le temps que l'on apprend et que l'on ne répète pas les erreurs. Non pas que l'on n'a pas tout envisagé, ni que l'on n'a pas tout fait au meilleur des connaissances disponibles. Pensons à la première greffe du coeur du docteur Barnhard d'Afrique du Sud en 1966. Si parce que le premier homme à avoir eu une transplantation d'un coeur est mort moins d'un mois après, à cause du rejet d'un corps étranger, on avait décidé d'arrêter ces greffes. La science pharmacologique n'aurait jamais trouvé de médications contre le rejet ni trouver d'autres avenues, les chirurgies de transplantation du foie des poumons et autres. Aujourd'hui quarante ans plus tard ces opérations se pratiquent régulièrement et partout et la personne vit des années avec un autre coeur, ou un foie, une greffe d'un rein, de cornée et autres. Il en est de même pour l'exploitation des richesses naturelles.

Vouloir tout arrêter c'est en fait refuser d'apprendre de nos erreurs, c'est en quelque sorte vouloir maintenir la stagnation et la paupérisation de notre peuple, que de lui interdire d'exploiter les richesses naturelles de son pays. Or l'exploitation de nos richesses naturelles bien ordonnées favorise la création d'emplois et l'enrichissement de nos compatriotes. Je refuse de me laisser mener par des fanatiques qui effraient volontairement les honnêtes gens.

Certes, les compagnies minières ou d'exploration savent qu'en préalable avant toute chose elles doivent prendre avis d'experts. Ces gens savent qu'ils auront à rendre des comptes à leurs actionnaires et le gouvernement est en droit, c'est même son devoir régalien, de s'assurer que toutes les recherches existantes ont été menées et que toutes les probabilités ont été envisagées afin d'écarter au maximum tout danger.

On ne commence pas à nager quand on sait nager; il faut d'abord se jeter à l'eau et apprendre à nager. Il en est ainsi pour le développement de nos ressources naturelles sous terre et sous l'eau. Je suis bien las d'entendre des chicaniers de profession encourager la dégénérescence de notre peuple et de l'emmurer dans la dépendance de l'État providence. Ce peuple, j'en suis sur, la majorité des jeunes et autres souhaitent que le Québec se développe. Non, on ne retournera pas aux bateaux à voile ni aux chevaux de trait.

On doit savoir que depuis la première exploration minière au monde qui remonte à des millénaires, soit à l'âge de fer ou du cuivre, ou encore à la pêche en haute mer... il y eut des morts, des grisous, des accidents, des bateaux qui ont coulé corps et biens. En effet, la conception et les techniques de construction étaient mal conçus et mal adaptés aux forces de la nature. De ces pertes, il a fallu améliorer la conception des forages miniers et construire des vaisseaux adaptés aux conditions de la mer. Il était de l'intérêt de tous d'éviter de répéter les mêmes catastrophes et les morts d'hommes. Cela l'homme a su le faire, car il est de son devoir de gérer au mieux les défis que représentent de nouvelles explorations ou de nouvelles conquêtes... Le devoir de l'homme est de protéger toute vie, chacune est importante.

Tous, nous devons éviter tout dérapage et ne jamais tolérer des mesures insuffisantes de protection. De ces exploitations, on ne pouvait tout prévoir. Il a fallu étudier après coup. Bref, on apprenait sur le tas et l'on développait des connaissances nouvelles que l'on partageait dans les milieux concernés. Donc oui il y eut des milliers de morts d'hommes des mineurs, des pécheurs, des malades, mais on n'a pas arrêté le développement pour autant.

Je crois, nécessaire, surtout utile d'ouvrir ici une parenthèse qui a son importance. Sous les différents régimes totalitaires ou dictatoriaux, on mettait à la corvée tous les prisonniers, traités comme des esclaves et ceux que l'on considérait (aujourd'hui en certains pays : Chine, Inde et pays du Golf) et que l'on considère toujours comme des sous-hommes. Comme par le passé l'on ne se soucie pas de leur sécurité encore moins de leur bien-être. C'est comme sous l'empire de Rome, de la Sublime Porte (Turquie) ou autre, l'Empire du Milieu, nazi et régimes communistes.

On les envoyait aux travaux forcés. On y était envoyé pour y mourir.

Au XXe siècle, on ouvrit les goulags sibériens sous l'ex-URSS et le firent aussi sur une aussi grande échelle les nazis, que font de nos jours les Chinois et d'autres d'Extrême-Orient que je ne nommerai pas ici, mais qui vous sont connus...

Depuis le XIXe siècle, les méthodes se sont améliorées progressivement.

Prenons comme exemple : au Québec, on ne connaît plus les grisous dans les mines d'Abitibi. Pourquoi ? Car on applique des mesures éprouvées et étudiées, soit par la compagnie minière, la volonté de ses dirigeants et des mineurs, celles-ci se sont avérées indispensables. Oui, on a fait des progrès immenses. L'exploitation minière est pour tous ceux qui y oeuvrent la fierté de gagner honnêtement sa croûte et de faire vivre les siens et à la fois on assiste à la diminution de la pauvreté. Il faut que son exploration puisse se poursuivre et d'autres aussi. Nos richesses doivent être exploitées d'une manière qui assure la sécurité de tous. On a donc intérêt à considérer que les impacts ne seront pas négatifs pour la protction de la nature. Or pourquoi la Chine n'applique-t-elle pas chez elle les mêmes mesures? Je vous laisse le soin d'y répondre.

Dans le cas que je soulève, je tiens à dire que je ne suis idéologiquement apparenté à aucun de ceux qui s'opposent à tout développement de nos richesses naturelles, et de nos ressources pétrolières ni à l'enrichissement de tous les travailleurs encore moins à la multiplication des pauvres, tout le contraire. Je crois en la dignité de l'homme. Je crois en la libre entreprise qui contribue à diminuer notre dépendance envers l'État et aussi réduit le nombre de pauvres. Cela est donc un enrichissement pour toute la collectivité.

Ceux qui mènent une campagne dévastatrice contre notre peuple visent en fait les générations montantes, celles-ci doivent le savoir, qu'ils n'ignorent pas que ces tortionnaires du verbe prône la croissance ZÉRO.

En premier, ils veulent contrôler les naissances sur la terre au nom de la déesse Gaïa, invoquant le prétexte que l'homme est un prédateur de la nature. Je m'inscris en faux contre cette théorie mortifère, et je dis non à la dégénérescence de notre peuple. *Bref, de la domination de l'homme par une coterie d'hommes *qui se proclament être des écologistes alors que leur combat majeur va à l'encontre de la VIE et des générations futures.

J'affirme que tout homme a le devoir, c'est un droit inné chez tout homme sain de coeur et d'esprit, de respecter la vie humaine, car l'homme se situe au-dessus de la nature. Lui seul peut corriger les erreurs et prendre des mesures appropriées qui respecteront l'équilibre. Laissons-lui le droit d'apprendre de ses erreurs, car en soi il est voué à respecter la nature.

C'est son lieu de vie.

C'est à lui seul que revient la tâche de ne pas corrompre ce qui a été créé... Tu ne tueras pas l'enfant à naître au nom de l'idéologie de la déesse Gaïa, la mère tutélaire des environnementalistes, ces dogmatiques qui ne tolèrent aucun débat et s'en prennent à la présence de l'homme sur terre sauf sur eux-mêmes bien entendu.

J'admire l'homme qui respecte la nature, mais ce n'est pas en paralysant le développement du Québec par des slogans et des cris épouvantables que l'on doit taire le droit de parole et d'expression des hommes. Ce qui leur a été refusé trop de fois... récemment. Oui, ces meneurs de foules sont bien formés. Ils ont su créer un tel climat de panique que les gens n'arrivent même plus à sortir de cette cage où on les a enfermés et bousillé leur esprit de discernement. Bref, on les a fanatisés.

Être un homme libre 1) c'est être respecté. 2) avoir l'esprit de discernement et ouvert et l'esprit critique. 3) l'homme dans sa dignité doit refuser de se laisser manipuler par des dogmatiques habiles dont les tactiques éprouvées consistent à faire, des gens bien intentionnés, des soumis...

Comprenne qui pourra.

En effet existe une dictature là où l'on chahute, où l'on interdit le droit de parole à quiconque veut s'exprimer ou exposer son point de vue. Cela n'est pas participer au débat.

Si, l'on y prend garde, je le crains, pour les générations futures ce sera le désert au Québec, car en ce début du XXIe siècle si on laisse aller les choses on se sera laissé asphyxier par des communistes et des écologistes radicaux et dogmatiques malhonnêtes qui imposent leur seul point de vue dans les médias complaisants et qui au fond ne veulent qu'une chose la disparition de l'homme et la mort de tous ceux et celles qui ne sont plus utiles à la société et qui osent manger. N'en doutez même pas.

Charles Ed. Durand ce 16 juin 2011



08/06/2011

Aux électeurs du comté de Mercier vous avez le droit de choisir un député qui vous ressemble.

 

Aux Électeurs du compté de Mercier qui sont représentés à l'Assemblée Nationale par le petit Père du peuple Amir Khadir et aussi un mot à mes compatriotes du Québec

 

Si vous, gens du comté de Mercier, avez gardé un certain discernement, vous saurez vous débarrasser, à la prochaine élection, de l'actuel député. Dans tous les médias, on nous parle sans cesse de ce fougueux marxiste, Amir Kahdir, qui n'a que du mépris pour les personnes, même qu'il attaque un petit propriétaire de magasin de chaussures dans son comté. Il se moque de la démocratie et de la tranquillité de ces commettants. Il ne vous respecte pas.


Ancien résident du comté de Mercier où j'ai passé mon enfance et mon adolescence, je souhaite, pour votre bien-être, que vous saurez lui signifier son congé à la prochaine élection.


Déjà que les Québécois sont la risée, non sans quelques fondements, du Canada. Qui ne se souvient pas que la Belle Province a refusé à Jean-Guy Laliberté de construire un complexe du, Cirque du Soleil dans le quartier Saint-Henri sous prétexte que l'on allait démolir des maisons de pauvres. Eh bien! c'est réussi il s'est retiré du projet devant ces hurlements de groupuscules locaux. Résultats, ces pauvres vivent toujours de l'aide Social. Pour la dignité de la personne, on repassera. Pour l'enrichissement des gens du quartier, c'est nul. Qui peut-être fier de ce tableau? Nous détenons le championnat du nivellement par le bas.


En Éducation ce n'est guère encourageant. On cultive la dépendance envers l'État et conséquemment l'irresponsabilité qui annihile la dignité de la personne? Le Québec, désolé de le dire, est constamment en train de se tirer dans les pieds et ne cesse de réclamer de l'argent d'Ottawa et des autres provinces. C'est nous qui refusons de développer nos richesses naturelles, pas eux.


Sommes-nous obligés d'être inféodés à des groupuscules anarchistes et gauchistes dont on sait que c'est l'État providence, qui paye ces organismes dont l'objectif premier est de paralyser le développement du Québec et l'épanouissement des Québécois. Écoutez Amir Khadir et les autres manipulateurs communistes et idéologues de l'environnementaliste, ils invoquent à qui mieux mieux l'environnement, les pauvres, l'avortement car les bébés sont des énergivores, la déesse Gaïa, la lutte des classes sociales, le capitalisme, et vouent une haine irrationnelle envers les États-Unis, sans nous dire que les compagnies qui veulent explorer notre sous-sol terrestre ou maritime n'ont pas intérêt à détruire l'environnement, car cela se retournerait contre elles. (Nous sommes en Amérique du Nord et non en Chine ou en Corée du Nord) Vous verriez les actionnaires de ces compagnies comme la Catholic's teachers of Ontario et autres syndicats du Québec, comme la fraternité des Policiers de Montréal, qui y ont investi l'argent de leurs membres, réagir violemment et dénoncer les responsables des désastres. Cela les environnementalistes et tous ces gauchistes communistes le savent, mais ils n'en disent mot. Ils préfèrent interrompre quelqu'un lors d'une assemblée publique d'information plutôt que de permettre à la population d'écouter l'intervenant. Pour réussir leurs objectifs, ils ont la coopération passive des médias...


Alors, la question se pose, quel choix faisons-nous?


À regarder le Québec, on a l'air d'avoir opté pour la paralysie. Partout en Amérique on est devenu la risée. On en parle jusqu'aux États-Unis du député de Mercier (pensez aux Nordiques il s'y oppose) et des organismes de gauche qui gouvernent en fait le Québec. On nous méprise. Déjà, que l'on ne fait plus d'enfant et on refuse de développer nos richesses naturelles. Allons-nous accepter de disparaître de la surface de cette terre que nos fiers et vaillants ancêtres ont défrichée et bâtie en ce coin de pays? C'est avec force courage, dans le dessein de former le caractère d'un peuple brave, digne et responsable. Nos ancêtres étaient fiers. Ils voulaient notre épanouissement et notre liberté. Or, nous optons pour la régression, la noirceur, l'inaction, la paralysie et notre sport favori : chialer.


Désolé, mais j'en suis rendu en regardant mon peuple se réfugier dans un fou rire à craindre qu'il en meure.


Devant l'inéluctable, je préfère céder la place à des Américains, plutôt qu'à des immigrants non européens ni chrétiens, car je sais qu'eux vont se retrousser les manches et sauront le développer et qu'ils pourront faire vivre leurs (et nos) enfants, s'enrichir et parce que travaillant ils contribueront à réduire le nombre de pauvres... Pour les connaître, je sais une chose, ils ne sont pas viciés par la culture de l'assistanat de l'État providence, même si quelques millions en dépendent et que près de 52% sont sur les ''Food stamps''. Chez eux cependant la solidarité et l'entraide font partie des valeurs qui sont les leurs, même si Obama tente d'instaurer un État providence de gauche et d'endetter encore plus le pays en disant que Reagan et Bush avaient contribué à endetter le pays. Est-ce une justification qui l'autorise à faire pire qu'eux en une seule année?


Je sais une chose, c'est cette culture américaine de se prendre en mains qui a fait de ce peuple des bâtisseurs des d'entrepreneurs et des êtres épris de liberté.


Je souhaite, malgré les signes qui démontrent l'abrutissement de trop de générations du Québec qui se consacrent surtout à la jouissance, qu'une nouvelle génération montante veuille sortir de cette culture de dépendance et se prendre en mains justement parce qu'ils voudront être responsables et non des abrutis ni des anarchistes qui se tournent toujours vers l'État. Je souhaite qu'ils ne se laissent plus materner par l'État providence, mais soit adultes et matures.


Ils savent que l'amour implique le respect de soi, de toute vie, et de son voisin. De toutes mes tripes, je souhaite qu'ils aient la rage et l'envie de se respecter, de travailler, de ne pas céder aux sirènes de la facilité, de l'irresponsabilité; mais d'acquérir la maîtrise de soi et qu'ils s'interdissent de succomber à des pulsions destructrices qui ne peuvent que conduire inéluctablement vers l'irresponsabilité, la perte de dignité. Je souhaite aussi qu'ils cherchent ces racines chrétiennes qui ont forgé notre culture.


Qu'ils fouillent dans des livres anciens et cherchent. Ils trouveront des maîtres, des penseurs, des sages, des mentors qui sauront les élever vers le haut et des adultes signifiants qui accepteront avec joie de les guider et leur donneront envie de devenir autonomes et libres. Lesquels à leur tour auront envie de transmettre ces connaissances, ces valeurs et le goût du dépassement qui enrichissent un être humain; parce qu'en chacun, se propage cette soif de savoir et de connaître qui ne se tarit jamais. Oui, ils voudront être de meilleurs hommes de meilleurs pères et les femmes de meilleures femmes et de meilleures mères. Tous deux des êtres accomplis et heureux de cette complémentarité naturelle et ce désir normal de construire cette famille : cellule de base dans toute société normale et vivante.


Cessons ces luttes inutiles en trébuchant sur des virgules... Debout! Regardons-nous avec lucidité et franchise, arrêtons de critiquer, de pousser des cris d'orfraie à ceux qui nous voient dépérir et qui constatent que nous prenons le chemin du cimetière des civilisations perdues. Je suis de ceux-là qui n'aiment pas ce spectacle macabre, je n'ai pas envie de mourir de rire. Je veux et souhaite la vie, la joie et l'épanouissement de mon peuple.

 

Ceux qui encore se demandent pourquoi le Bloc fut battu à la dernière élection, qu'ils sachent que nous étions tannés de voir un parti prôner la mort, l'euthanasie, éliminer Dieu de la Cité et endosser la théorie du ''gender'' au lieu de se battre pour la vie de notre nation, des hommes et des femmes de ce coin du pays. Ne cherchez pas d'autres raisons. Jack Layton est un accident de parcours. Rien de plus qu'une comédie que notre peuple à joué avec un fou rire et que certains tentent encore de décrypter.

 

Charles Ed. Durand

21/12/2009

Le climat délétère à Copenhague.

 

environnement,harper,écologie,canada,québec,copenhague


Les thuriféraires-journalistes et les VERTS ne cessent de salir Harper à Copenhague en l’affublant des pires maux. Bref, qu’il serait la honte du Canada. Pour qui se prennent-ils? Seraient-ils inféodés à une gauche totalitaire qu’ils en oublient les réalités canadiennes.

Or, le PQ ou le BLOC tous les militants souverainistes et même le Parti de Robert Bourassa savent que jamais le Québec n’a permis au fédéral de s’ingérer ou d’empiéter dans ce champ, de juridiction exclusive, dévolue à la couronne, c’est-à-dire à chaque province, soit les Richesses naturelles à l’intérieur de son territoire.  Ce n’est pas faute des nombreuses tentatives du gouvernement libéral de P-E-Trudeau qui s’y est cogné le nez sans jamais pouvoir infléchir la volonté des  différents partis qui siégèrent à la tête du Gouvernement du Québec.  La seule autorité qu’il a exercée fut de s’ingérer lors de contrats de vente de l’électricité du Québec à des États américains ( les ententes commerciales avec des pays étrangers sont en effet de sa compétence) où il a modifié des clauses sur la durée du contrat entre les parties, pourtant déjà négociées entre les gouvernements. Quand le prétentieux Propriétaire du Canada c’est-à-dire le Parti libéral du Canada, dont certains membres surent, au passage, se graisser à même l’argent des contribuables, dut céder le pouvoir au nouveau Premier ministre Brian Mulroney du Parti conservateur, ce dernier cessa ces empiétements dans les champs de juridiction provinciale. Le Très Honorable Brian Mulroney savait que ces droits étaient inscrits dans la BNA ACT. British North America Act. C’est-à-dire communément appelé la Constitution canadienne. 

Ottawa peut bien sûr promettre et prendre tous les engagements qui feraient plaisir aux écologistes, les VERTS, mais il ne peut rien appliquer. Or à Kyoto il a promis et signé l’entente, mais elle ne fut jamais appliquée, et cela sous le gouvernement Libéral. Monsieur Harper sait qu’il a les mains liées par la constitution. Les journalistes le savent aussi, mais ils semblent l’ignorer. Il est vrai que leur propre agenda politique les encourage à démoniser et tuer dans l’opinion publique M. Harper. Or Mr. Harper n’a aucun pouvoir en ALBERTA. Le pétrole appartient à la Province. Le Québec de John James Charest le sait, et il a pris des mesures qui sont de sa compétence.  Étrangement, l’ex-chef du Parti conservateur John James Charest devrait sonner la charge vers son collègue de l’Alberta et ne pas ânonner les mêmes sornettes que les écolos et dire qu’il a honte du gouvernement du Canada...  Il sait fort bien que l’ancien ministre de l’environnement canadien le très illustre et notoire libéral Jean Dion a frappé un mur lorsqu’il s’est pointé pour faire la leçon à l’Alberta. Il est revenu voir son chef Jean Chrétien, et lui a avoué ''je me suis fait virer, je reviens bredouille.» En effet, l’Alberta seule peut imposer, aux compagnies qui font l’extraction du pétrole des sables bitumineux, des contraintes environnementales. Ottawa, contrairement aux États-Unis, à la France et la majorité des pays, a un statut ‘de jure’ différent. Non, il n’est pas propriétaire du pays au sens de territoire. Les provinces sont les uniques propriétaires de leur territoire et de son sous-sol. En jargon juridique : Propriété de la Couronne veut dire appartient à l’état provincial. Ottawa doit signer et signe avec les provinces des baux emphytéotiques pour une durée de 99 ans en ce qui concerne ses besoins. Point barre.

Charles Ed. Durand ce jeudi 17 décembre 2009

tags: Kyoto, Copenhague, Harper,  Canada, agenda des journalistes, Richesses naturelles, Alberta, pétrole,Québec, électricité, Parti Québécois, Bryan Mulroney, Robert Bourassa, Provinces, Jean Chrétien, Jean Dion,  Parti libéral propriétaire du Canada, Ottawa, Pierre E. Trudeau, États-Unis, France, Verts, BNA Act.