Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/12/2009

La primauté de l’homme sur la nature.

Le chef du gouvernement espagnol, M, Jose Luis Rodriguez Zapatero ne manque pas d'air. a déclaré que : ''La terre appartient au vent'', (sic) il aurait été plus avisé de dire que la vie sur terre dépend de l'Oxygène (21% ni + ni -), et beaucoup d'Hélios (le soleil), dont le champ magnétique se projette à des centaines de kilomètres, à la vitesse de 300 kilomètres/seconde dans l'espace, et dégage des énergies solaires qui peuvent brouiller les communications ( affectent aussi les satellites de retransmission) et perturbent sur terre nos communications et les réseaux électriques. Personne n'en parle à Copenhague. On en a que pour les tuyaux d'échappement, le CO2, la bouse des vaches et les naissances de bébés ces énergivores, car ce sont des prédateurs de la déesse "Mère-Terre" aux dires des écolos dogmatiques. Décidément ces écolos féminisés proposent que les hommes se fassent vasectomiser et l'avortement qui est pratiqué en Occident... Toutes hurlent et crient comme des putois. J'affirme que les têtes pensantes des dirigeants, ceux qui pensent pour vous, sont toutes des ''Vertsmerdes'' qui répandent leur odeur fétide sur tous les gouvernements de la planète et via les médias, sur nos vies. À Dieu ne plaise la Russie a su s'en protéger et Harper laisse aller cette sarabande lascive où s'émoussent les Brown et Nicolas (le premier veut se faire du capital politique car il y a une échéance électorale à respecter et Sarkophage pense déjà à son second mandat). Deux grognons. Et Barack dans tout ça, répond quoi? (J'improvise un postulat que j'attribue au président, il aurait eu cette réponse ruminée en son for intérieur donc secrète): ''O ba m'asseoir. Je perds des plumes dans les sondages chez les Américains. Même les blacks commencent à se détacher de moi et il faut absolument que j'endette le pays, encore plus que Bush, et je dois réunir tous les éléments pour créer l'anarchie,  les guerres civiles afin d'affaiblir l'empire américain''. La plus grande démocratie en Occident. Non pas que ce soit le meilleur régime mais c'est le moins mauvais.

Excusez ma liberté langagière si elle vous enquiquine. Les Léninocrates et les Staline et Beria se concertent tous à Copenhague. À quand les Goulags et la musique de chambre?

Je termine en me référant à un compte rendu de son discours que prononcera Benoît XVI le 1er janvier 2010.

Respectons l'homme avant la nature, « celui-ci doit prendre soin de la nature non de la piller.» « Le jardin tel que le rapporte la Genèse a été confié par Dieu à l'homme et à la femme.» Benoît XVI, annonce ses couleurs et va franco droit sur le but et dis : « Il y a une identité de destin entre l'écologie de la nature et celle de l'homme. Le soin de la création ne doit faire qu'un avec le soin de l'inviolabilité de la vie à toutes ses phases et dans tous ses états. Là où éclatent la haine et la violence, la nature gémit aussi.»

On est aux antipodes des idéologues de ''Green Peace''. Ici tout se tient. Là, où l'on a dévasté le respect de la vie, et favoriser le déploiement d'idéologies anarchiques communautaristes et égoïstes, on a vu se créer des villes inhabitables, c'est que nous avons fait le désert de Dieu dans nos vies. Pour terminer, je cite Benoît XVI : « Si tu veux la paix protège la création. » En si peu de mot le Pape affirme la primauté de l'homme sur la Nature. QED ou CQFD.

Charles Ed. Durand    19 décembre 2009

tags:Copenhague, conférence, Jose Luis Rodriguez Zapatero, CO 2, Oxygène, Hélios, bouse, Brown, Nicolas Sarcophage, Harper, Barak Obama, Américains, sondages, goulags, Benoît XVI, idéologues Green Peace, Russie, Homme, Nature.

 

Le climat délétère à Copenhague.

 

environnement,harper,écologie,canada,québec,copenhague


Les thuriféraires-journalistes et les VERTS ne cessent de salir Harper à Copenhague en l’affublant des pires maux. Bref, qu’il serait la honte du Canada. Pour qui se prennent-ils? Seraient-ils inféodés à une gauche totalitaire qu’ils en oublient les réalités canadiennes.

Or, le PQ ou le BLOC tous les militants souverainistes et même le Parti de Robert Bourassa savent que jamais le Québec n’a permis au fédéral de s’ingérer ou d’empiéter dans ce champ, de juridiction exclusive, dévolue à la couronne, c’est-à-dire à chaque province, soit les Richesses naturelles à l’intérieur de son territoire.  Ce n’est pas faute des nombreuses tentatives du gouvernement libéral de P-E-Trudeau qui s’y est cogné le nez sans jamais pouvoir infléchir la volonté des  différents partis qui siégèrent à la tête du Gouvernement du Québec.  La seule autorité qu’il a exercée fut de s’ingérer lors de contrats de vente de l’électricité du Québec à des États américains ( les ententes commerciales avec des pays étrangers sont en effet de sa compétence) où il a modifié des clauses sur la durée du contrat entre les parties, pourtant déjà négociées entre les gouvernements. Quand le prétentieux Propriétaire du Canada c’est-à-dire le Parti libéral du Canada, dont certains membres surent, au passage, se graisser à même l’argent des contribuables, dut céder le pouvoir au nouveau Premier ministre Brian Mulroney du Parti conservateur, ce dernier cessa ces empiétements dans les champs de juridiction provinciale. Le Très Honorable Brian Mulroney savait que ces droits étaient inscrits dans la BNA ACT. British North America Act. C’est-à-dire communément appelé la Constitution canadienne. 

Ottawa peut bien sûr promettre et prendre tous les engagements qui feraient plaisir aux écologistes, les VERTS, mais il ne peut rien appliquer. Or à Kyoto il a promis et signé l’entente, mais elle ne fut jamais appliquée, et cela sous le gouvernement Libéral. Monsieur Harper sait qu’il a les mains liées par la constitution. Les journalistes le savent aussi, mais ils semblent l’ignorer. Il est vrai que leur propre agenda politique les encourage à démoniser et tuer dans l’opinion publique M. Harper. Or Mr. Harper n’a aucun pouvoir en ALBERTA. Le pétrole appartient à la Province. Le Québec de John James Charest le sait, et il a pris des mesures qui sont de sa compétence.  Étrangement, l’ex-chef du Parti conservateur John James Charest devrait sonner la charge vers son collègue de l’Alberta et ne pas ânonner les mêmes sornettes que les écolos et dire qu’il a honte du gouvernement du Canada...  Il sait fort bien que l’ancien ministre de l’environnement canadien le très illustre et notoire libéral Jean Dion a frappé un mur lorsqu’il s’est pointé pour faire la leçon à l’Alberta. Il est revenu voir son chef Jean Chrétien, et lui a avoué ''je me suis fait virer, je reviens bredouille.» En effet, l’Alberta seule peut imposer, aux compagnies qui font l’extraction du pétrole des sables bitumineux, des contraintes environnementales. Ottawa, contrairement aux États-Unis, à la France et la majorité des pays, a un statut ‘de jure’ différent. Non, il n’est pas propriétaire du pays au sens de territoire. Les provinces sont les uniques propriétaires de leur territoire et de son sous-sol. En jargon juridique : Propriété de la Couronne veut dire appartient à l’état provincial. Ottawa doit signer et signe avec les provinces des baux emphytéotiques pour une durée de 99 ans en ce qui concerne ses besoins. Point barre.

Charles Ed. Durand ce jeudi 17 décembre 2009

tags: Kyoto, Copenhague, Harper,  Canada, agenda des journalistes, Richesses naturelles, Alberta, pétrole,Québec, électricité, Parti Québécois, Bryan Mulroney, Robert Bourassa, Provinces, Jean Chrétien, Jean Dion,  Parti libéral propriétaire du Canada, Ottawa, Pierre E. Trudeau, États-Unis, France, Verts, BNA Act.

 

10/12/2009

L'environnement n'appartient pas à une coterie de doctrinaires.


 

environnement

Un ancien ministre des finances de Grande-Bretagne Lord Nigel Lawson vient de demander «l'ouverture d'une enquête indépendante de haut niveau», car la découverte de ces données truquées remet en question l'intégrité des preuves scientifiques sur lesquelles les pays se basent soit les chiffres de 2 ou 3% d'augmentation de la température avancés par le GIEC.

On ne parle plus de l'Arabie Saoudite, mais des journaux comme le Wall Street Journal et d'autres quotidiens anglophones qui soulèvent des interrogations suite à la publication sur ''Google'' des courriers trouvés par un ''hacker'' (pirate) sur le site du GIEC. Son président Phil Jones a reconnu leur authenticité soit peu de temps après avoir découvert l'intrusion du hacker qui aura duré 1/2 heure pour télécharger le disque dur. Selon des spécialistes de l'informatique, il lui était impossible d'y intercaler de fausses informations ou données.

Plus de 35,000 scientifiques des États-Unis contestent les prévisions données par le GIEC vu l'absence de données scientifiques reconnues, validées et authentifiées et se demandent pourquoi Le GIEC refuse de leur communiquer les données et notent l'absence d'un rapport étoffé d'experts. Il n'y a que les membres du GIEC et du président de l'agence sur l'environnement de l'ONU, son haut fonctionnaire, qui les auraient vus. Ce qu'ils veulent savoir : quelles données ont servi à ces scénarios catastrophes? Il est en tout cas certain que le GIEC a toujours refusé et refuse toujours de les communiquer à quiconque et même à Scotland Yard. Données essentielles à leurs prévisions alarmistes, aujourd'hui contestées, qu'exigent des scientifiques et le gouvernement britannique.

Les scientifiques qui contestent les prévisions des écolos du GIEC sur le réchauffement climatique de la planète sont traités de «négationnistes climatiques».

 

Or par qui? Des gens dont la légitimité est assez limitée en fait. Nommons en 4 de ces électrons libres : Nicolas Hulot, présentateur à la chaîne de télé Ushaïa, Arthus Bertrand, photographe, Cécile Duffot, urbaniste et Jean-Louis Borloo, avocat et ministre d'État, de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable et de la Mer, responsable des Technologies vertes et des négociations sur le climat dans le cabinet de François Fillon (OUF!). Et nommons devant eux des personnes telles que Claude Allègre, scientifique, Vincent Courtillot, directeur de l'Institut de physique du globe, les membres de la Société japonaise des Ressources et de l'Énergie et des milliers d'autres scientifiques climatologues. Ce sont ces personnes qu'ils accusent de «négationnistes climatiques».

Ces écolos opposent une fin de non-recevoir à tout débat. Leur refus de discuter pose problème... Où est leur crédibilité?

Ils nous forcent à recevoir leurs vérités toutes faites et ils ne tolèrent aucune contestation et objectent à toute diffusion compromettante pour leurs fesses. De fait la dictature écologique impose sa façon de voir et de penser et compte sur l'appui conciliant des mastodontes de l'information, généralement de gauche.

Après tout, il faut non seulement protéger la nature, mais l'élever au rang de "déesse Gaïa'' ce qui aura pour conséquence la condamnation de l'homme. N'est-il pas justement désigné comme ce prédateur qui malmène la planète? Ils ne craignent pas de réduire l'homme à un niveau inférieur aux autres espèces animales dont il faut défendre la vie. En fait, l'homme est accusé d'être le responsable de tous les maux. Leurs seuls soucis sont de sauver toutes les espèces en voie de disparition. C'est le primat sur lequel ils fondent leur croisade. Elle porte avant tout sur le respect de la vie sauvage. Pour atteindre leur objectif, ils ne proposent rien de moins qu'une diminution substantielle de la population humaine. Donc il faut passer par la planification des naissances, d'où la vasectomie chez les hommes, des avortements et la stérilisation des femmes notamment en Amérique du Sud et en Afrique. Certains écolos avancent même que chaque naissance d'un enfant a un coût énergétique, d'où découle cette affirmation : le bébé est déjà un prédateur de la "déesse Terre mère". Ce qui en tracasse plusieurs, c'est le silence abyssal sur les activités du soleil, ces éruptions énergétiques de plus en plus fréquentes, qu'un satellite observe, et leurs effets sur la terre entre autres sur les interruptions du réseau électrique, des satellites et sur le climat. J'y reviendrai prochainement.

J'arrête ici sinon on en a pour des heures. Le sujet est si vaste. Je pense ici à l'Internet, sait-on ce que l'on économise en timbres, en papier, en frais de transport, les manutentions multiples jusqu'à la livraison de la lettre par le postier à votre porte. Bref, tu pèses sur la touche envoi et dans la seconde le courriel arrive. Les circuits de l'ordinateur sont faits de silicium qui vient du sable.

Je tiens à souligner que les informations ici rapportées proviennent de multiples sources.

Charles Ed Durand  ce 10 décembre 2009

tags:GIEC, hacker, ONU, scientifiques, Wall Street Journal, prévisions climatiques contestées, vasectomie, stérilisation, homme, prédateur, déesse Gaïa, États-unis, 35,000 scientifiques.