Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2014

Nigéria: supplique épargner aussi les garçons. Que cesse la misandrie.

Mise au point préliminaire, ceci vient d’un blogue qui est en partenariat avec La Tribune de Genève. J’ignore le nom de ou des auteur(s) aucune signature ne s'y trouve. J’ai fait une synthèse des articles. Réf: Olivier Kaestlé Page FaceBook 18 mai 2014.

Charles Éd. Durand

MichelleObamaBringBackOurGirls-1024x535.jpg

L’enlèvement des lycéennes nigérianes a soulevé une vague de protestations dans le monde entier. Même Michelle Obama s’y est mise. Bon, elle n’a pas fait ça avec une pancarte: «Tibet libre»! Boko Haram c’est quand-même moins risqué. On a la compassion qu'on peut. 

La presse donne un large écho aux manifestations de soutien aux lycéennes. Un peu partout on peut lire: «Les femmes se mobilisent», et voir les pancartes où il est écrit: « Bring Back Our Girls ».

En l’occurrence de nombreux hommes, à commencer par les pères des lycéennes, manifestent aussi à la face du monde. En Europe, aux États-Unis, un peu partout, des hommes ont manifesté avec des femmes, comme en témoigne l’image ci-dessous. Pourquoi ne parle-t-on pas des hommes qui expriment leur soutien aux mères et aux filles?

La misandrie est devenue une normalité intégrée par les hommes eux-mêmes. Qui ne disent plus rien.

         Bring back our girls 1.jpg

MAIRE DE MONTRÉAL Coderre et Collomb.jpg

Ici sur cette photo le maire de Lyon G. Collomb recevait le Maire de Montréal M. Denis Coderre.

Autre marque de sexisme: le massacre de Yobe.

Nigeria: 40 étudiants tués dans leur sommeil par les islamistes du Boko Haram

Ce qui n’est jamais mentionné dans les reportages télé ou dans les médias c’est que ce sont des garçons et non des filles.

“Quarante étudiants ont été tués” et quatre blessés dans cette attaque survenue dans la ville de Gujba, à 30 km de Damaturu, capitale de l’Etat de Yobe, selon un communiqué du gouverneur de cet État, Ibrahim Gaidam.

“Des terroristes de Boko Haram” se sont introduits dans le Collège de l’Agriculture et “ont tiré sur des étudiants” alors qu’ils étaient endormis, a déclaré à l’AFP le porte-parole militaire de l’Etat, Lazarus Eli.

Des dizaines d’hommes armés ont fait irruption dans le dortoir et ont tiré au hasard dans le noir, a raconté un témoin, Salamu Ibrahim, un étudiant de 23 ans...

“Les assaillants sont devenus fous furieux”, a-t-il dit, “ils étaient lourdement armés avec des fusils sophistiqués et des explosifs artisanaux” et ont fait sauter plusieurs bâtiments du collège après avoir quitté le dortoir.

L’État de Yobe a été le théâtre de violentes attaques ces derniers mois contre des étudiants, toutes imputées à Boko Haram. L’attaque, perpétrée dimanche aux premières heures, est la dernière d’une longue liste depuis quatre ans.

La pire attaque jusqu’à présent s’est produite en juillet 2013 dans la ville de Mamudo, où les islamistes ont lancé des grenades explosives et ouvert le feu dans des dortoirs, tuant au moins 41 personnes (hommes), essentiellement des étudiants.

C'est vrai qu'on ne peut faire comme Michelle Obama et défiler avec une pancarte où il est écrit: Bring Back Our Boys, parce que les garçons, eux, ne reviendront pas. Les morts ne reviennent jamais.

 

     

          Michelle Obama.jpg

Et le silence

                        Leurs parents n'ont que les yeux pour pleurer.  

Au nord et à l’est du pays, Boko Haram fait couler le sang des chrétiens. Il tue et fait régner la terreur. Il choisit des êtres plus faibles et en groupe pour en tuer le maximum. Les lycées sont parfaits pour faire du nombre. Depuis deux ans on ne compte plus les garçons, lycéens, étudiants, des centaines probablement, qui ont été assassinés sauvagement.

L’une des méthodes est de les regrouper et de tirer dans le tas, vider des chargeurs, dans la tête, dans le corps, le sexe, les jambes, les mains. Parfois des membres sont découpés du corps par des balles.

Une autre méthode est, toujours en les groupant, de lancer des grenades au milieu d’eux. Les parents n’ont plus que des lambeaux de chair, des moitiés de têtes, des troncs éclatés, pour les identifier dans la mare de sang, si possible en ne glissant pas sur les yeux arrachés qui traînent au sol. Cela glisse un œil, quand vous marchez dessus.

Ici je joins cette supplique au nom de tous les parents qui sont solidaires des familles de ces garçons.

«S’il vous plaît, à qui l’entende, à qui il plaise, ne tuez plus nos garçons. Nous les parents les avons élevés, éduqués, avons cru en un avenir. Nos fils n’ont fait d’autre crime que d’étudier, d’apprendre et de travailler».

Synthèse par Charles Ed. Durand

source : les Hommes libres

photos: Michelle Obama (2) Parents USA, Maire Coderre de Montréal.

tags: Olivier Kaestlé, La Tribune de Genève, les hommes libres, Michelle Obama, Nigeria, Boko Haram, garçons, misandrie, Bring back Our Girls, Denis coderre, Montréal, Lyon, Gérard Collomb,     mobilisation des femmes, supplique, Hommes existent, Bring back our boys.                                                                        

11/05/2014

La cigogne et les bébés. Stork and babies. Nigéria, Boko Haram tuent et violent.

Cigogne 1.jpg

D'où viennent les bébés?

Cette séquence de la vidéo est issue de l’émission de ‘‘The Cosby show’’. Une petite fille répète ce que son père lui a dit sur la provenance des bébés. À son âge on peut comprendre qu’elle ignore comment naissent les enfants. Ici Cosby interprète le rôle du médecin gynécologue. Va se dérouler un échange sur la gestation de l’enfant. Ma foi en une époque devenue folle cette vidéo rigolote apporte un brin d’humour pour nous rappeler la naissance des enfants. Cigogne versus la mère qui porte l’enfant qu’elle et son conjoint ont engendré. Que les rires que provoquera ce dialogue surréaliste et drôle entre les deux personnages vous rassurent… il ni a pas de propagande.

Bon et saint quatrième Dimanche du Temps de Pâques et Bonne fête des mères à toutes les mamans.

Charles Ed.Durand

Maintenant je ne peux taire les massacres de chrétiens et enlèvements qui se déroulent au Nigéria. La violence islamique augmente sans cesse. Les crimes ne cessent pas. Où allons-nous? Quand à ceux qui croient encore que l'Islam ne se répand pas par l'épée, qu'ils aillent soliloquer devant un miroir aux alouettes. Que de rêves se brisent face à la « taqīya, تقيّة, », cet art de la dissimulation. Rompre sa parole est une prescription permise lorsque la situation devient favorable à l'Islam.

 

 

Chef du Boko Haram.jpg

Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram.

 

En passant, depuis le début d'avril il y a 380 jeunes filles au Nigeria qui ont été enlevées par des musulmans pour les vendre comme esclaves sexuels et en cela ils suivent à la lettre le Coran, The Holy Koran comme le dit si magnifiquement Barack Hussein Obama. La secte de Boko Haram et de ses fidèles sèment la terreur au Nigeria depuis plus de 3 ans et aujourd’hui on demande au président nigérian de faire intervenir son armée? Il était temps. Obama le lui avait déconseillé il y a 3 ans invoquant que les droits de l’homme ne seraient pas respectés. Enfin, il est temps de secouer ces islamistes qui incendient églises, écoles et les maisons dans les villages chrétiens et qui enlèvent les petites filles et qui tirent sur les fidèles dans les églises. Ils n’épargnent aucun chrétien. Ils tuent au nom d’Allah. Quand l’Arabie Saoudite les dénoncera, je le dirai.

dizainier-bois-14-cm.jpg

J’invite tous ceux et celles qui croient en la puissance de la prière de vous joindre à cette chaîne de prière lancée le 8 mai aux intentions des jeunes lycéennes nigérianes enlevées, à celles de leurs familles et aussi à celles de leurs ravisseurs.

Pour vous y joindre, voici la place : daniel.hamiche@christianophobie.fr. Il n’est pas trop tard. L’amour est la clef et la prière est le passe-partout. Il suffit de réciter une fois par jour une dizaine de chapelets. N’ayez pas peur de vous inscrire.

Charles Ed. Durand

tags: The Cosby Show, Cigogne, naissance, Nigeria, Boko Haram, jeunes filles, esclavagisme, viol, Églises, villages, écoles, massacres, Coran, secte, Daniel Hamiche, dizainier, chaîne de prières. 


            

19/11/2013

L'illusion de la démocratie, causes, conséquences et remèdes (II-III)

Conférence de Damien Theillier

Damien- Nouvelles de France.jpg

 

II. Politisation croissante de la société et pillage légal.

Avec la démocratie, l’idée s’est imposée que la liberté serait mieux établie si toutes les décisions étaient prises démocratiquement c’est-à-dire si la société tout entière était organisée collectivement. Et c’est précisément cette extension de la démocratie à toutes les sphères de la société qui a produit les résultats que nous voyons aujourd’hui.

En effet, quand toutes les décisions importantes relatives aux différents aspects de la société sont prises par « le peuple », c’est à dire par le gouvernement démocratiquement élu, censé représenter le peuple, les gens se tournent naturellement vers l’État pour résoudre leurs problèmes ou pour traiter les maux de la société.

La liberté est alors entendue non plus comme le droit de gérer sa propre vie mais comme le droit d’intervenir dans la vie des autres pour la régenter par le moyen de la contrainte légale. La mentalité interventionniste et redistributrice se met alors en place. La loi change de nature, elle n’a plus pour fonction de protéger la personne et les biens de chacun, conformément au droit. Elle devient un moyen d’égaliser les fortunes et donc d’asservir son voisin, de s’octroyer des privilèges et d’en distribuer à ses amis.

On passe de la liberté de gérer sa propre vie sous l’empire du droit à la liberté de faire des lois pour gérer la vie d’autrui. L’État démocratique devient une machine populaire à redistribuer l’argent et les privilèges en fonction des groupes de pression. Elle permet aux plus nombreux et aux mieux organisés d’imposer leurs préférences aux autres, au nom du peuple.

Ainsi les représentants du peuple sont incités à multiplier les privilèges accordés à leurs électeurs et à élargir le pouvoir de l’État au lieu de le limiter. Plus l’État intervient, plus est grande l’incitation à réclamer des privilèges exorbitants pour les acteurs économiques et sociaux. Ne pas le faire, ce serait laisser les autres s’en emparer sans réagir et abandonner ainsi un avantage précieux.

En bref, la démocratie augmente le nombre de bénéficiaires possibles du « pillage légal » et donne aux législateurs une plus grande apparence de légitimité qu’un pouvoir non démocratique. La démocratie n’est pas donc pas seulement anti-économique, elle est immorale.

 

III. La démocratie produit une société matérialiste et irresponsable.

La démocratie ne peut former qu’une société de consommation matérialiste : on s’endette sans limite pour pouvoir déverser de l’argent public dans toutes les sphères de la société, on procède à la redistribution massive des richesses pour égaliser les revenus ou simplement pour donner se donner l’illusion de la gratuité et de la justice. Bref on épargne à tout le monde la peine d’être prévoyant, de constituer une épargne, d’être responsable. Pourquoi éduquer ses enfants ? L’éducation nationale s’en occupe.

Donc en même temps qu’elle détruit les richesses par la prédation fiscale et la redistribution, la démocratie développe presque toutes les formes de conduites indésirables à des niveaux dangereux : dépendance, négligence, imprévoyance, incivilité, cynisme et délinquance.

Ces comportements sont favorisés par le court-termisme. La constitution d’une épargne ou d’un patrimoine suppose de s’imposer une discipline, de faire des sacrifices, d’accepter la gêne immédiate en vue d’un avenir meilleur. Or la démocratie incite au contraire à ne pas penser au lendemain puisqu’il est toujours possible de recourir aux allocations, aux logements sociaux et de vivre avec l’argent des autres. Seul compte alors le moment présent et le plaisir immédiat. D’où l’hédonisme et le consumérisme infantiles, sans aucune responsabilité de soi ni des autres.

Le résultat est que la solidarité naturelle entre les générations disparaît, les liens sociaux et familiaux sont éclatés, tandis que les niveaux de vie réels baissent drastiquement en Occident. La dette publique et le coût des systèmes de sécurité sociale explosent et conduisent à la perspective d’un effondrement économique et moral généralisé.

suite : demain

 

Tags: Damien Theillier, conférence, Institut Copet. président, Prince Charles Emmanuel de Bourbon Parme.