Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/09/2012

An act of war, not 'senseless violence'. Un acte de guerre, non une violence insensée.

    Administration's 'Tolerance' of Murderers Is Just Cowardice.

 

Newt_Gingrich_act of War.jpg

According to, selon Newt Guinrich : It's an act of War not a senseless act of violence--- C'est un acte de guerre et non une violence insensée, comme le soutient l'administration américaine.

Here is what N Gingrich, former speaker of the House, had to say: President Barack Obama and Secretary of State Hillary Clinton again perpetuated the kind of intellectual dishonesty that cripples the U.S. response to radical Islamists.

The president asserted we have to oppose “the kind of senseless violence that took the lives of these public servants.”

Clinton reinforced his analysis when she said, “We condemn in the strongest terms this senseless act of violence.”

This concept of “senseless violence” is at the heart of the left’s refusal to confront the reality of radical Islamists.


These are not acts of senseless violence.

These are acts of war.


Our ambassador to Libya and three other Americans were not killed by a senseless mob. They were killed by a purposeful group of men armed with sophisticated weapons. These killers had tracked Ambassador Chris Stevens down to the U.S. consulate in Benghazi, where he was much more vulnerable to attack and had less protection. They waged a coordinated, military-style assault.


Our four dead are combat casualties as much as anyone in Iraq or Afghanistan.


It is tragic that the president is so committed to a leftist worldview that he cannot allow himself to face these facts.


It is inconceivable that there just happened to be attacks in Egypt and Libya on Sept. 11. Yet when I connected the dots between the two countries on TV yesterday morning, the reporter asked me if I had inside knowledge. It had clearly not occurred to them that simultaneous attacks on embassies were almost certainly not coincidental.

No one has looked into how the news of this stupid film reached crowds in Egypt and Libya. Similarly, a few years ago, no one wanted to look at how anger about Danish cartoons spread across the Muslim world.


The left is desperate to deal with each new incident as though it is occurring in isolation.

This morning people were asking how we had failed the Libyan people. The naïveté is unending.


Libya was the second largest source of anti-U.S. fighters in Iraq. (First was our “ally” Saudi Arabia.) Benghazi was the largest supplier of anti-American fighters from Libya.

Because of congressionally-imposed limitations and administrative and bureaucratic timidity, the fact is we know remarkably little about our enemies.


We should expect to be surprised because our elites cling to a fiction of “peace” while our enemies are waging war.

The policies of Obama have made our intellectual incoherence and strategic incompetence even worse.

It is no accident that the embassador Anne Patterson in Cairo issued a groveling statement, apologizing to the haters for having inconvenienced them with American freedom of speech.


The embassy was simply following Clinton’s lead, set months earlier in her meetings with the Organization of Islamic Cooperation.


The OIC has a long- term campaign to manipulate the U.S. government into defining any criticism or improper reference to Islam as unacceptable.

No one should be confused by this. As Andy McCarthy wrote yesterday, the Islamist definition of heresy would destroy American free speech.

The Obama administration is waging war on the Catholic Church while appeasing the most extreme elements of Islam.


This is the bizarre situation we now find ourselves in.


source: POLITICO


Voici la version française de l'entrevue qu'accorda, l'ancien président de la Chambre des représentants, Newt Guinrich lors d'une émission télé matinale le 12 septembre 2012.


Newt Gingrich, ancien président de la Chambre des Représentants des États-Unis, a livré un commentaire cinglant sur les réactions insensées du Président Obama et de la Secrétaire d’État suite aux actes terroristes qui eurent lieus en Libye et en Égypte, soit 4 morts à Benghazi et un assaut de guerre sur l’ambassade des États-Unis au Caire le 11 septembre. Ce n’est pas un hasard cette coïncidence du 11 septembre comme l’entendent des journalistes. Newt Gingrich voit dans les démangeaisons verbeuses d’Obama et de son entourage l’empreinte idéologique de la gauche.

Charles Ed. Durand


Le Président Barack Obama et la secrétaire d’État [ministre des Affaires étrangères] Hillary Clinton perpétuent de nouveau ce type de malhonnêteté intellectuelle qui paralyse la réaction des États-Unis aux islamistes radicaux.


Le Président a affirmé que nous devons nous opposer à « ce type de violence insensée qui a ôté la vie à ces fonctionnaires ».

Clinton a renforcé l’analyse [d’Obama] quand elle a déclaré : « Nous condamnons dans les termes les plus fermes cet acte insensé de violence ».


Ce concept de « violence insensée » est au cœur du refus de la gauche de faire face à la réalité des Islamistes radicaux.


Ce ne sont pas des actes de violence insensée.

Ce sont des actes de guerre.


Notre ambassadeur en Libye et les trois autres américains n’ont pas été tués par une foule insensée. Ils ont été tués par un groupe d’hommes déterminés et armés possédant un équipement sophistiqué. Ces tueurs avaient pisté l’ambassadeur Christ Stevens jusqu’au consulat de Benghazi il était plus vulnérable à une attaque et moins bien protégé. Ils ont lancé une attaque coordonnée de type militaire.

Nos quatre morts sont des victimes du combat comme n’importe qui en Irak ou en Afghanistan.

C’est une tragédie que le Président soit si impliqué dans cette vision du monde gauchiste, qu’il ne puisse même plus admettre les faits.

Il est inconcevable que ces attaques se soient passées en Égypte et en Libye le 11 septembre. Pourtant, quand je faisais hier matin à la télévision une connexion entre ces deux pays, le journaliste me demanda si j’avais des informations privilégiées. Il ne leur est pas venu à l’esprit que des attaques simultanées contre des ambassades n’étaient probablement pas une coïncidence.


Personne n’a cherché comment l’information sur ce film idiot avait touché les foules en Égypte et en Libye. De même, voici quelques années, personne n’a voulu savoir comment la colère contre les caricatures danoises s’était répandue dans le monde musulman.

La gauche se démène pour traiter chaque nouvel incident comme s’il survenait de manière isolée.


Ce matin, les gens demandaient comment on en était arrivé à un tel échec avec le peuple libyen.


La naïveté est sans fin.

La Libye était la seconde plus grande source de combattants anti-U.S. en Irak (la première étant notre “allié” l’Arabie Saoudite). Benghazi était le premier fournisseur de combattants anti-américains de Libye.

En raison des restrictions imposées par le Congrès et de la timidité de l’administration et de la bureaucratie, le fait est que nous en savons extraordinairement peu sur nos ennemis.

On devrait s’attendre à être surpris parce que nos élites se cramponnent à une fiction de “paix” alors que nos ennemis font la guerre.

La politique menée par Obama a rendu notre incohérence intellectuelle et notre incompétence stratégique pires encore.


Ce n’est pas par accident que notre ambassadeur Anne Patterson au Caire a diffusé un communiqué humiliant, s’excusant auprès de ces personnes haineuses de les avoir dérangées par la liberté d’expression américaine.


Madame l’ambassadeur s’est contentée de suivre l’orientation donnée par Clinton, et mise au point voici des mois lors de ses réunions avec l’Organisation de la coopération islamique.


L’OCI mène depuis longtemps une campagne visant à manipuler le gouvernement américain afin qu’il reconnaisse toute critique ou toute référence incorrecte [sur l'islam] comme inacceptable.


Que personne ne se trompe là-dessus (…) la définition islamiste de blasphème détruira la liberté de parole américaine.


Le gouvernement Obama mène la guerre contre l’Église catholique tout en voulant apaiser les éléments les plus extrêmes de l’islam.

C’est la curieuse situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.


source : AmeriCatho

traduction : Daniel Hamiche


N.B: À lire absolument. POUR en savoir plus sur la problématique complexe de la Libye voir le blogue de Bernard LUGAN qui est un spécialiste des questions relatives à l'actualité africaine. Ici il aborde dans un article intitulé : Derrière l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi 


Voici le lien:  de Bernard Lugan.

Glisser la souris sur le blogue http:// bernard.. en bas en surbrillance et cliquer à droite sur accéder à http :// bernard..., etc


http://bernardlugan.blogspot.ca/2012/09/derriere-lassassinat-de-lambassadeur.html


tags: Newt Guinrich, Speaker of the House, Anne Patterson, Acte de Guerre, violence, Benghazi, Caire, Libye, Iraque, Afghanistan, blasphème, Liberté de Parole, Amérique, diplomates, la Gauche, naïveté, Saudi Arabia, Lybia, four dead, casualities, Hilary Clinton, Daniel Hamiche, Bernard Lugan, blogue, l'ambassadeur Christopher Stevens, L'administration américaine.

15/09/2012

Marines weren't allowed to carry any arms by Anne Patterson the Ambassador?

Do you believe White House Press Secretary Jay Carney's assertion that the attacks spreading through the Islamic world were NOT "preplanned"?

Anne Patterson.jpg               EgyptEmbassy.gif 

Mrs Anne Patterson, the US Ambassador to Egypt blamed Americans instead of Egyptians for attacking, storming and desecrating the US Embassy in Cairo and the US Flag. She did not permit US Marine guards to carry live ammunition, according to USMC blogs. Thus she neutralized any US military capability that was dedicated to preserve her life and protect the US Embassy.

Readers also should remember that by definition the time for an official government protest for an attack on a US embassy is always when rioters attack or deface the embassy compound itself, long before they violate or penetrate the US sovereign territory or deface the US Flag. Not nine hours later and not when the details become clear. Then it is too late to take action to keep an embassy from burning or to protect American diplomats. The objective is safety, more than knowledge.

When foreign TV videos showed rioters on the walls of the US Embassy and tearing apart the US Flag on the early evening of 11 September, the time for a strong US official protest and angry telephone calls to Mursi had already passed.

Every student of international affairs and international diplomacy knows this. Every experienced foreign policy staff and every competent journalist knows this. But not this State Department and not this US administration and not mainstream US news services. The US simply failed to defend itself.

It bears repeating: apologies never mollify criminals. Only law abiding citizens believe such baloney. Criminals consider apologies to be acts of submission, especially in foreign cultures.

sources: NightWatch 2012/09/13, .kforcegov.com

AddendumRevealed: inside story of US envoy's assassination.

                                          

            PD57513515_LIBYA-A_2340247b.jpg

Exclusive: America 'was warned of embassy attack but did nothing.

The killings of the US ambassador to Libya and three of his staff were likely to have been the result of a serious and continuing security breach, The Independent can reveal.

American officials believe the attack was planned, but Chris Stevens had been back in the country only a short while and the details of his visit to Benghazi, where he and his staff died, were meant to be confidential.

The US administration is now facing a crisis in Libya. Sensitive documents have gone missing from the consulate in Benghazi and the supposedly secret location of the "safe house" in the city, where the staff had retreated, came under sustained mortar attack. Other such refuges across the country are no longer deemed "safe".

Some of the missing papers from the consulate are said to list names of Libyans who are working with Americans, putting them potentially at risk from extremist groups, while some of the other documents are said to relate to oil contracts.

According to senior diplomatic sources, the US State Department had credible information 48 hours before mobs charged the consulate in Benghazi, and the embassy in Cairo, that American missions may be targeted, but no warnings were given for diplomats to go on high alert and "lockdown", under which movement is severely restricted.

Mr Stevens had been on a visit to Germany, Austria and Sweden and had just returned to Libya when the Benghazi trip took place with the US embassy's security staff deciding that the trip could be undertaken safely.

Eight Americans, some from the military, were wounded in the attack which claimed the lives of Mr Stevens, Sean Smith, an information officer, and two US Marines. All staff from Benghazi have now been moved to the capital, Tripoli, and those whose work is deemed to be non-essential may be flown out of Libya.

In the meantime a Marine Corps FAST Anti-Terrorism Reaction Team has already arrived in the country from a base in Spain and other personnel are believed to be on the way. Additional units have been put on standby to move to other states where their presence may be needed in the outbreak of anti-American fury triggered by publicity about a film which demeaned the Prophet Mohamed.

A mob of several hundred stormed the US embassy in the Yemeni capital Sanaa yesterday. Other missions which have been put on special alert include almost all those in the Middle East, as well as in Pakistan, Afghanistan, Armenia, Burundi and Zambia.

Senior officials are increasingly convinced, however, that the ferocious nature of the Benghazi attack, in which rocket-propelled grenades were used, indicated it was not the result of spontaneous anger due to the video, called Innocence of Muslims. Patrick Kennedy, Under-Secretary at the State Department, said he was convinced the assault was planned due to its extensive nature and the proliferation of weapons.

There is growing belief that the attack was in revenge for the killing in a drone strike in Pakistan of Mohammed Hassan Qaed, an al-Qa'ida operative who was, as his nom-de-guerre Abu Yahya al-Libi suggests, from Libya, and timed for the anniversary of the 11 September attacks.

Senator Bill Nelson, a member of the Senate Intelligence Committee, said: "I am asking my colleagues on the committee to immediately investigate what role al-Qa'ida or its affiliates may have played in the attack and to take appropriate action."

According to security sources the consulate had been given a "health check" in preparation for any violence connected to the 9/11 anniversary. In the event, the perimeter was breached within 15 minutes of an angry crowd starting to attack it at around 10pm on Tuesday night. There was, according to witnesses, little defence put up by the 30 or more local guards meant to protect the staff. Ali Fetori, a 59-year-old accountant who lives near by, said: "The security people just all ran away and the people in charge were the young men with guns and bombs."

Wissam Buhmeid, the commander of the Tripoli government-sanctioned Libya's Shield Brigade, effectively a police force for Benghazi, maintained that it was anger over the Mohamed video which made the guards abandon their post. "There were definitely people from the security forces who let the attack happen because they were themselves offended by the film; they would absolutely put their loyalty to the Prophet over the consulate. The deaths are all nothing compared to insulting the Prophet."

Mr Stevens, it is believed, was left in the building by the rest of the staff after they failed to find him in dense smoke caused by a blaze which had engulfed the building. He was discovered lying unconscious by local people and taken to a hospital, the Benghazi Medical Centre, where, according to a doctor, Ziad Abu Ziad, he died from smoke inhalation.

An eight-strong American rescue team was sent from Tripoli and taken by troops under Captain Fathi al- Obeidi, of the February 17 Brigade, to the secret safe house to extract around 40 US staff. The building then came under fire from heavy weapons. "I don't know how they found the place to carry out the attack. It was planned, the accuracy with which the mortars hit us was too good for any ordinary revolutionaries," said Captain Obeidi. "It began to rain down on us, about six mortars fell directly on the path to the villa."

Libyan reinforcements eventually arrived, and the attack ended. News had arrived of Mr Stevens, and his body was picked up from the hospital and taken back to Tripoli with the other dead and the survivors.

Mr Stevens' mother, Mary Commanday, spoke of her son yesterday. "He did love what he did, and he did a very good job with it. He could have done a lot of other things, but this was his passion. I have a hole in my heart," she said.

Source: The Independant 

Sunday 16 September 2012

Tags: riots, Cairo. Egypt, ambassador, Marines guards, arms, compound, US  Flag, State Department, disrespect the function, Anne Patterson, Tripoli, safe houses, hospital, consulate, State Department, Patrick Kennedy, film, drone, Palistan, Chritopher Stevens,

13/09/2012

Des « manifestants » en fait des terroristes armés ont attaqué et incendié le consulat américain de Benghazi en Libye.

 

photo de l'ambassadeur tué à Benghazi M. Christopher Stevens.

Dans nos principaux médias on a rapporté l'assassinat de l'ambassadeur américain, son excellence Monsieur Christopher Stevens et de trois Américains attachés d'ambassade en poste en Lybie. On nous a dit que c'était des manifestants qui protestaient contre un film jugé offensant pour l'Islam. Ce film à petit budget n'a été présenté qu'une seule fois dans une salle de cinéma en janvier 2012. Quand même curieux que l'on ait attendu 9 mois, soit au 11 septembre, pour manifester. Remarquez que jamais il n'est question de terroristes dans nos médias, mais de manifestants comme si la faute en revenait à l'Amérique et au réalisateur de ce film ''Innocence of muslims'' un juif américain, Sam Bacille. Pourtant ces charmants musulmans sont partis d'une ferme voisine du consulat et étaient armés de kalasnikov et de lance-roquettes RPR. On a une langue aseptisée ainsi au lieu de les qualifier de terroristes on emploie le mot pillard. Eh bien! ces fervents fidèles de l'Islam ont pénétré dans le consulat et ont volé des bureaux, des ordinateurs, des chaises, même des machines à laver sans être gênés par les forces de police qui subissaient les tirs de ces manifestants. Non pas terroristes, il ne faut pas employer ce mot. Même Obama s'interdit à prononcer ce vocable. 

Dans le pays voisin en Égypte soit au Caire le même jour des manifestants ont escaladé le mur d'enceinte de l'ambassade américaine sans que la police intervienne pour les en empêcher, car elle était bien présente, mais ne bougea pas. Ils ont brûlé le drapeau américain pour hisser à la place un étendard islamique noir où était écrit :« Il n'y a de Dieu qu'Allah et Mohamad est son prophète.» 

Et voilà comment en Occident on ignore ces actes de terrorismes. On tue mais il faut les comprendre ces pauvres jeunes gens, ils étaient ulcérés par ce film qui offensait leur religion de paix et d'amour. On nous présente la nouvelle comme s'il fallait banaliser leurs actions et plutôt tenter de les comprendre, et qu'en réalité ce sont les Américains qui sont coupables du meurtre de ces 4 Américains et des manifestations où s'est déployée la violence. Quand Obama va-t-il les dénoncer? Il a émis un commentaire condamnant cette action regrettable où on a tué des Américains respectables. Alors, est-ce qu'il y a des Américains qui ne le sont pas? Il me semble que tous les Américains doivent être défendus avec toute la rigueur et la force nécessaires afin d'en finir avec ces terroristes du printemps arabe. 

Et voici ce qui est arrivé à Alexandrie le lundi 10 septembre 2012, la police égyptienne y a sacagé et brûlé tous les livres dans les boutiques et les échoppes où l'on vendait des livres parfois rares et certains anciens et dispendieux. À quand les pyramides? Comme autrefois lors de la conquête de l'Égypte par les Arabes, on y brûla la grande Bibliothèque d’Alexandrie où étaient conservés de vieux et antiques manuscrits et parchemins. C'était un haut lieu du savoir universel humain. Le Coran, selon la prétention du chef militaire, étant considéré comme suffisant, il donna l'ordre de la brûler. Il ne faut pas s'étonner de voir le retard des pays musulmans par rapport à l'Occident et à l'Asie non musulmane et l'analphabétisme dans toutes ses acceptions. Pourtant, l'Iran, l'Iraque, les royaumes de la péninsule et les pays du Maghreb : la Libye, le Maroc et l'Algérie disposent pourtant de richesses pétrolières considérables qui pourraient servir au développement de leurs peuples. Hélas, ils s'enfoncent dans un marasme stérile et économique, regardez le chômage qui frise les 80% chez les jeunes et même en Arabie Saoudite où on dénombre plus de 3 millions et demi de pauvres..Ils se refusent à anticiper l'avenir à diversifier leur économie. Depuis plus de 14 siècles, ils dépendent des autres (l'esclavagisme  encore pratiqué de nos jours) qui ne sont pas musulmans. L'Islam en 2012 représente le 1/6 de la population mondiale, car ils sont rendus à près de 1 milliard 200 millions de frustrés qui se refusent à pratiquer l'autocritique et à toute initiative créatrice. Le Coran étant inaliénable et leur Dieu, Allah, on ne l'aime pas on lui obéit. Le musulman (soumis) est en effet appelé à se soumettre à Dieu et non à l'aimer. Il est obsédé par ce qui est permis et ce qui est interdit, l'Halal et le Haram. Il est bouffi de haine et pourtant il choisit de vivre comme dans un enclos, que l'on appelle l'Oumma qui l'enveloppe le sécurise, mais l'Oumma le prive de liberté et lui interdit de s'élever au-dessus de la mêlée et surtout de ne pas essayer de trouver le sens de sa vie. Il doit s'interdire d'acquérir de la connaissance, sauf quelques-uns, et il n'a pas le droit à la liberté de conscience ni de changer de religion. Pas étonnant qu'il soit irresponsable et soit enclin à haïr tout ce qui n'est pas musulman. C'est, j'ose m'y avancer, un atavisme culturel. C'est toujours la faute des autres. Il ni a que ces hurlements que l'on entend de leur bouche.


Prions pour leur conversion et aussi pour nos frères chrétiens qui souffrent persécutions et brimades. Il ni a pas en pays d'islam de liberté religieuse ni de liberté de conscience.


Addendum: Nakoula Basseley Nakoula, un Copte âgé de 55 ans résidant en Californie, a été identifié jeudi comme étant le réalisateur du film. Au début il avait affirmé être un juif américain de Californie. Il savait que cela allait avoir des répercussions et il était inquiet pour sa famille vivant encore en Égypte, dont on sait les persécutions dont ces milliers de chrétiens ''Coptes'' sont victimes ou assassinés, même si on n'en parle pas dans nos médias occidentaux. En un mois, depuis l’élection du nouveau président égyptien Mohamed Morsi, qui appartient à la mouvance des frères musulmans, 100,000 coptes ont immigrés. Nakoula craignait à juste titre être le prochain Theo Van Gogh, le réalisateur néerlandais qui fut assassiné par un musulman en 2004, dont le film, au titre évocateur : ‘‘ Soumission’’, était une virulente charge critique sur le traitement inhumain fait aux femmes par les musulmans fidèles à la Sharia et au Coran. Quant aux acteurs qui ont été payé pour jouer dans ce film de Nakoula, (film de série Z) le film aurait coûté 5 millions$. On peut raisonablement penser que la peur aidant ils se sont désolidarisés du réalisateur. Ils ne pouvaient prétendre qu'ils ignoraient qui était le réalisateur et non plus se méprendre sur la portée du film, ce n’était tout de même pas un décor de film western et les vêtements qu’ils portaient ne prêtaient pas à confusion. Ne serait-ce pas plutôt la crainte d’une fatwa qui les a poussé à cette prétendue ignorance du sujet traité dans le film? Selon ce que j’ai entendu à l’émission de Richard Martineau aujourd’hui, le trailer la bande annonce de Innocence of Islams qui dure 14 minutes serait sur You tube depuis le mois de juillet dernier soulignait Lise Ravary.

Musulmans manifestants.jpg


Et toutes ces manifestations violentes ne sont que prétexte à une déferlante de haine à l'encontre des Américains, des juifs et des chrétiens et elles attaquent notre civilisation et toutes celles qui ne sont pas musulmanes. Il ne faut pas jouer à l'aveugle ni à l'autruche. Ne nous laissons pas berner par ces élites et médias flasques qui déjà courbent l'échine devant l'islam conquérant.

La liberté de penser de parole et d'expresion sont un droit sacré inaliénable. Il faut dire non à ceux qui veulent imposer dans la Charte les Nations Unis, l'interdiction de blasphémer. C'est une atteinte à la LIBERTÉ. Contrairement à la position actuelle de l'administration américaine soit d'Obama qui appuie cette proposition, le Vatican s'oppose fermement à insérer le blasphème dans la Charte des Droits de l'Homme de l'ONU.

J'ai dit.

Charles Ed.Durand


tags: assassinat, Égypte, Caire, manifestants, Libye, Benghazai, film, Innocence of muslims, Sam Bacile, juif, américain, drapeau, vole, pillards, police, tirs, lance-roquettes, kalasnikov, violence, Paix, amour, l'Oumma, Coran, Alexandrie, brûler, livres, bibliothèque, analphabétisme, liberté , conscience, soumission, machines à laver, bureaux, chaises, meurtre, américains, Mohamad, Nakoula Basseley Nakoula. Copte, Richard Martineau, Lise Ravary, acteurs,fatwa, film western, l'ONU, la Charte, le blasphème, Vatican,