Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2012

L'immonde journal Le Monde sait mentir comme autrefois La Pravda.

braindead2.jpg.Je ne vous priverai pas de lire le commentaire de Guy Milllière sur un article publié dans le journal Le Monde de France. Le journaliste descend bien sûr le GOP (Parti Républicain) mais il s'en prend aussi au candidat Mitt Romney. Pour mentir et trafiquer les faits il ne manque pas d'air, ce qui lui manque c'est l'honnêteté, je ne dirai pas de rigueur puisqu'il marine depuis trop d'années dans le marxisme et son choux dégage une odeur fétide. Guy Millière est des analystes politiques l'un des plus brillants qu'il m'ait été donné de lire. Professeur invité dans plusieurs Universités prestigieuses américaines et auteurs de livres, il est l'un des collaborateurs réguliers de l'équipe du Blogue : http://www.dreuz.info. D'où j'ai tiré l'article.

Charles Ed.Durand

Voici donc son article:

Je le dis régulièrement dans les conférences que je donne ici ou là : pour m’informer des affaires de la planète, je prends mes sources aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Israël, en Inde, en Australie, parfois en Italie ou en Espagne. 
 
Je ne manque pas de consulter la presse turque et la presse arabe. Je termine en général mon tour d’horizon quotidien par la presse française. Je sais que je n’y apprendrai strictement rien. C’est juste pour moi un moyen de savoir le degré de désinformation et de falsification qui se trouve disséminé dans ce pays. Cela me donne l’occasion de compatir pour le sort des quelques journalistes honnêtes qui subsistent, car il y en a, je le sais. 
 
Cela me fournit l’opportunité de m’attrister sur le sort de ceux qui pensent être informés et qui ne discernent pas qu’ils sont traités comme des ânes juste bons à manger du foin. Mais je me pose la question à chaque fois : dois-je m’attrister ? On leur donne à manger du foin, et ils en mangent. Je devrais plutôt sourire. Un ami dissident juste sorti d’Union Soviétique au temps de Brejnev me disait que la chance des Russes au temps de Brejnev et de ses prédécesseurs est qu’ils avaient une seule Pravda : « en France, vous en avez plusieurs », ajoutait-il. 
 
Si je devais, en ces conditions, réfuter chaque article imbécile, chaque reportage inepte, chaque éditorial confondant d’idiotie, j’y passerais l’intégralité de mon temps. Et j’ai mieux à faire. 
 
Je m’attendais à ce que les élections primaires républicaines soient couvertes de manière débile, avec des nuances entre l’absolument débile, le carrément débile, et le débile au point que cela en devient désopilant. 
 
J’avais lu les descriptions des tea parties par des « envoyés spéciaux » dépêchés pour l’occasion. Je ne suis, pour l’heure, pas du tout déçu.
 
Parce qu’un correspondant m’a transmis un article de l’inénarrable journal Le Monde, qu’on ne présente plus (un quotidien qui a titré de manière enthousiaste sur la chute du Cambodge aux mains des Khmers rouges en parlant de « libération » du pays peut difficilement tomber plus bas), et parce que j’ai dit à ce correspondant que je le ferai, je vais procéder à une autopsie, le mot me paraît adéquat, car l’article ne peut venir que d’une personne en état de mort cérébrale. 
 
Cela porte sur les caucus de l’Iowa. Dès le titre, la couleur est donnée : « Mitt Romney et les fatwas du Parti Républicain ». Cela sous-entend que le parti républicain est composé de dogmatiques dignes d’Ahmadinejad, du défunt ayatollah Khomeiny ou d’Oussama Ben Laden. On devine d’emblée la subtilité de la réflexion. La suite est à l’avenant. 
 
Il est question très vite de la « dérive ultradroitière » du parti républicain : vous avez bien lu. Il ne s’agit pas d’extrême-droite, non, il s’agit d’autre chose, l’ultradroite. Ultradroite, cela fait plus chic qu’extrême droite, cela veut sans doute dire la même chose pour le journaliste au cerveau mort et à qui il reste des réflexes pavloviens : dites-lui extrême droite, il écrit ultra droite en se pensant vaguement intelligent ; cela le fait saliver et le met dans de bonnes dispositions pour achever de consumer ce qui lui reste de neurones. Qu’est-ce que c’est que l’ultradroite ? Vous ne le saurez pas. Disons que ce sont des gens qui lisent Benjamin Franklin, Thomas Jefferson, célèbres fondateurs du national-socialisme allemand et inspirateurs du fascisme, comme on finira par l’écrire dans Le Monde.
 
La dérive en question est « inquiétante pour les Etats-Unis – et pour le reste du monde », assène le cerveau mort. Et c’est vrai, imaginez un Président issu de l’ultradroite américaine, un type qui pourrait s’inspirer d’un Président que le journal Le Monde ne s’est pas privé de traiter de crétin en son temps, Ronald Reagan. Imaginez que ce type fasse redémarrer l’économie américaine, y crée le plein emploi, fasse reculer le totalitarisme, comme Reagan en son temps. Une horreur ! 
 
Suit une description de Mitt Romney. Celui-ci a passé l’essentiel de sa vie à créer des entreprises et à gérer des capitaux : cela a échappé au cerveau mort, qui retient seulement que Romney a gouverné le Massachusetts comme un « centriste », « avec talent », ajoute le cerveau mort, qui fait suivre une liste d’accomplissements que Mitt Romney serait le premier à désavouer. 
 
Non, cerveau mort, Romney n’a pas créé une « assurance santé obligatoire » pour tous, il a mis en place un système qui a institué une assurance publique pour les gens du Massachusetts qui n’étaient pas assurés. Pour saisir la différence, il faut s’intéresser de près aux systèmes d’assurance américains qui, dans le Massachusetts comme ailleurs, reposent jusqu’à ce jour sur des assurances privées en concurrence. Ecrire « système de santé obligatoire » laisse penser qu’il s’agit d’un système monopolistique gouvernemental. On reproche déjà à Romney ce que, dans la campagne électorale, on appelle le Romneycare, pourquoi tenter de l’accabler en lui attribuant des idées socialistes à la française ? 
 
Non encore, cerveau mort, Romney n’a pas défendu « les droits des minorités sexuelles, tout comme celui des femmes à l'avortement » : il s’est, à cette époque, déclaré hostile à toute discrimination basée sur l’orientation sexuelle mais opposé au mariage gay (jamais il n’a parlé de minorités sexuelles), et il n’a pas interdit l’avortement, qui était déjà légal dans le Massachusetts, tout en disant qu’il était personnellement hostile au recours à l’avortement.
 
Non toujours, cerveau mort, Romney n’a pas mené « une politique budgétaire équilibrée », désolé, et il n’a pas été spécialement « soucieux de la défense de l'environnement » : le budget du Massachusetts sous Romney a régulièrement été en déficit (pour un cerveau mort, déficit et équilibre, cela doit être la même chose), et Romney a juste dit qu’il pensait que la planète se réchauffe, ajoutant qu’il ne connaissait pas la cause de ce réchauffement. Pourquoi tenter de le faire passer pour un disciple d’Al Gore ?
 
Le cerveau mort déclare ensuite que Romney s’est « renié » ? Pourquoi ? Parce qu’il s’est soumis aux idées de « Chrétiens évangéliques fondamentalistes » et aux « tea parties ». 
 
Vous êtes censés, à ce moment du texte, ressentir un frisson d’horreur : comment ? Des gens qui lisent les Evangiles ? Comment peuvent-ils, alors que le Capital de Karl Marx et les discours complets de Barack Obama existent en collection de poche ! Quels textes dangereux les Evangiles ! Ce n’est pas un cerveau mort qui lirait ce genre de choses. Quant aux tea parties, des gens qui se réfèrent à de dangereux fascistes tels que Thomas Jefferson, c’est effectivement inadmissible, semble se dire le cerveau mort ! Si vous cherchez à savoir pourquoi lire les Evangiles fait de vous un fondamentaliste, et pourquoi les tea parties doivent provoquer chez vous des convulsions, il vous faudra chercher ailleurs. Le cerveau mort n’est pas là pour expliquer.
 
Vient alors le morceau de bravoure : Romney écrit le cerveau mort, « ne croit plus au changement climatique. Il est opposé à l'avortement et au mariage gay. Il prône des baisses d'impôts pour les riches et des coupes dans l'Etat social, mais pas dans le budget de la défense. Il ne croit plus à l'assurance-santé, mais défend le droit de tout Américain à porter une arme ».
 
Les derniers neurones du cerveau mort ont dû se carboniser dans ces quelques lignes. 
 
Le changement climatique est défini comme un croyance : enfin une parole juste, c’est effectivement une croyance. Le fait que le cerveau mort l’ait dit a dû lui échapper. Romney n’a pas parlé de « changement climatique », expression politiquement correcte employée aujourd’hui par les écologistes qui, ne pouvant plus dire que la terre se réchauffe, parlent de « changement », ce qui a l’avantage de pouvoir s’appliquer au chaud et au froid, à la pluie et à la sécheresse. Romney a parlé de réchauffement, je l’ai noté plus haut, mais depuis, il a lu des écrits scientifiques qui montrent qu’il n’y a pas de réchauffement. Il y a des gens qui n’ont pas un cerveau mort et qui lisent autre chose que Le Monde. Romney, je l’ai aussi noté plus haut, s’est toujours déclaré personnellement hostile à l’avortement, il a simplement, quand il était gouverneur, décidé de ne pas revenir sur les lois qui l’autorisaient. Il n’a jamais été favorable au mariage gay ailleurs que dans les neurones carbonisés du cerveau mort. Il est favorable au maintien des baisses d’impôts votées sous Bush, et hostile à une hausse d’impôts non pas sur les riches, mais sur les créateurs d’entreprises et d’emplois : l’idée que des entreprises et des emplois peuvent être créés par des investisseurs privés est incompréhensible pour un cerveau mort, gorgé jusqu’à l’overdose par l’idée que les entreprises et les emplois sont créés par l’Etat, et que les riches sont des parasites à ranger dans la catégorie des mites et des cafards, je sais. 
 
Ce qui échappe au cerveau mort est que les Etats-Unis ne se sont jamais définis comme un « état social », et qu’il n’y a donc pas à faire de coupes, ce que nul candidat ne prône : il y a à abroger la loi sur la santé qu’Obama a fait voter, qui n’est pas entrée en vigueur, et qui sera sans doute bientôt déclarée nulle par la Cour Suprême. Les systèmes Social Security, Medicare et Medicaid sont en déficit et non financés : ils devront être réformés quel que soit le prochain Président.
 
Romney prévoit de maintenir le budget de la défense au niveau qui était le sien jusqu’à cette année. Barack Obama veut y faire des coupes de plusieurs centaines de milliards de dollars : coupes qui réjouiraient le cerveau mort, je n’en doute pas. Ah, si les Etats-Unis renonçaient à leur défense, comme le monde serait beau ! Comme les amis du cerveau mort seraient heureux ! 
 
Les assurances santé existent aux Etats-Unis et il n’y a pas à « croire » en elles ou à ne pas croire. Ces assurances sont privées et reposent sur un système d’assurance volontaire. Les plus pauvres et les plus âgés sont pris en charge par Medicare et Medicaid. C’est très différent de ce qu’écrit le cerveau mort, mais il a des circonstances atténuantes : c’est un cerveau mort, et il va prier tous les matins devant un bureau de la Sécurité Sociale. 
 
Le droit de porter une arme, il n’a pas à être « défendu », navré cerveau mort : ce droit existe depuis la naissance du pays ; il constitue l’objet du Deuxième amendement : s’il fallait attendre d’un cerveau mort qu’il sache ce que c’est que le Deuxième Amendement, ce ne serait plus un cerveau mort, bien évidemment. 
 
On lit ensuite que selon Romney, « les 12 millions d'immigrés illégaux doivent être renvoyés chez eux », et qu’ « Israël a raison de coloniser la Cisjordanie – même s'il ne parle pas de pseudo-peuple palestinien ». 
 
Les immigrants illégaux sont, par définition, illégaux (étonnant, non ?), et peuvent faire l’objet d’expulsion du pays : il n’y a là rien de neuf ou de surprenant, sinon pour un cerveau mort. Pour l’heure, les contrôles d’identité n’existent pas aux Etats-Unis et nul candidat ne prévoit de les instaurer, car ce serait contraire aux troisième, quatrième et cinquième amendements. Un indice pour le cerveau mort : comme le Deuxième amendement, les troisième, quatrième et cinquième amendements font partie du Bill of Rights. Un indice encore pour le cerveau mort : le Bill of Rights n’est pas le petit frère de Buffalo Bill. 
 
Le cerveau mort et ses confrères à l’encéphalogramme plat (c’est la condition de base pour écrire dans Le Monde) ne sauront sans doute jamais ce qu’est le Bill of Rights, bien sûr. 
 
On apprend donc, grâce au cerveau mort, qu’Israël colonise la « Cisjordanie » : le cerveau mort ignore que la Jordanie a annexé ce territoire en 1949 après l’avoir rendu judenrein, un mot qu’on aime sans doute beaucoup au Monde où on a des lectures plus saines que la Bible, et où on se souvient que Le Monde, au temps d’Adolf, s’appelait encore Le Temps. Un territoire qui subit une épuration ethnique le vidant de ses Juifs, cela plait à un cerveau mort. Que des Juifs aient l’idée de revenir habiter en ce lieu vingt ou trente ans après l’épuration ethnique, cela est scandaleux pour un cerveau mort qui pense vraisemblablement qu’un bon Juif est un juif aussi mort qu’un cerveau mort et qu’un territoire n’est sain qu’après avoir été rendu judenrein. 
 
D’ailleurs, Le Monde approuve Mahmoud Abbas qui veut à nouveau l’épuration ethnique de la « Cisjordanie » (Judée-Samarie) : c’est normal, Mahmoud Abbas, a lu Adolf davantage que la Bible, c’est ce qui plait à un cerveau mort. 
 
Le cerveau mort, qui a appris l’histoire en lisant Le Monde jusqu’à l’intoxication mentale, et qui dès lors en sait autant sur les faits concernant le Proche-Orient que j’en sais concernant la culture des fraises à Plougastel, sait de source sûre qu’il y a toujours eu un peuple palestinien. Il ignore pourquoi et comment la notion de peuple palestinien fut inventée. 
 
Mitt Romney, lui, ne l’ignore pas. 
 
Pour combler son insondable ignorance, je pourrais envoyer au cerveau mort mon dernier livre, qui porte précisément sur l’invention du peuple palestinien, mais je ne le ferai pas : le cerveau mort n’a plus de neurones du tout, l’article le montre, et il ne peut déchiffrer, par un pur réflexe nerveux, que ce qui est écrit dans Le Monde et dans les communiqués de l’OLP et du Hamas. Il m’arrive de me demander s’il ne subsiste pas dans les couloirs du Monde des fantômes de journalistes des années de collaboration : la détestation d’Israël qui imprègne le journal me semble parfois teintée du temps où on organisait des rafles et on emportait des gens portant l’étoile jaune vers Drancy, puis Auschwitz. 
 
La suite : « Les Etats-Unis doivent se préparer à attaquer l'Iran et à imposer un changement de régime en Corée du Nord. A côté, Ronald Reagan, le père de la révolution conservatrice qui augmenta les impôts, passe pour un homme de centre gauche ». 
 
Comment, effectivement, des dirigeants politiques américains pourraient penser que le régime iranien est dangereux ! Comment ne pas voir dans les diatribes d’Ahmadinejad menaçant d’écraser Israël et les Etats-Unis les paroles d’un agneau pacifiste et d’un hippie qui a dû fréquenter Haight Ashbury dans sa jeunesse. Comment ne pas voir dans la quête de la bombe atomique par le régime iranien et dans la menace de fermeture du détroit d’Ormuz un amour profond de l’humanité. Quelles ordures, ces conservateurs américains, clame le cerveau mort : ils ne voient pas les bonnes intentions du régime iranien ! Ils ne voient pas non plus le régime de Corée du Nord comme un régime de liberté. Ils mériteraient d’être envoyés manger de l’écorce d’arbres et crever de faim du côté de Pyong Yang ! Cela leur apprendrait ! Ils pourraient même finir en état de mort cérébrale et devenir journalistes au Monde. Le cerveau mort leur pardonnerait d’avoir été logiques pendant un temps et d’avoir vu des menaces dans des menaces, de la haine dans de la haine, du racisme dans du racisme, de la dictature belliciste dans des dictatures bellicistes. Et encore : leur pardonnerait-il ? Pour un cerveau mort, avoir été logique est sans doute impardonnable. 
 
Le cerveau mort voit Reagan comme quelqu’un qui a augmenté les impôts. Les cerveaux morts doivent donc avoir ce genre d’hallucinations. Reagan a divisé par quatre les impôts sur le revenu des personnes et des entreprises : pour une augmentation, çà c’est une augmentation, comme on dit au Monde ! Les recettes fiscales ont augmenté ensuite grâce à la croissance, cela s’est appelé et s’appelle toujours l’économie de l’offre, mais ce n’est pas ce qu’on apprend en lisant Karl Marx ou en lisant les écrits d’un cerveau mort, bien sûr. 
 
La « révolution conservatrice reaganienne » était de centre-gauche ». C’est intéressant, l’avis sur le sujet d’un cerveau mort. A l’époque où Reagan était Président, Le Monde le traitait Reagan d’homme d’extrême droite (comme c’est étrange, et quelle coïncidence), et lui reprochait de parler de l’Union Soviétique, ce régime doux et gentil, comme de l’ « empire du mal ». Le Monde accusait aussi Reagan de pratiquer le capitalisme sauvage. Maintenant, le cerveau mort, comme ses confrères à l’encéphalogramme plat, voit en tout cela des positions de centre gauche. A ce compte, apprendra-t-on bientôt que Nicolas Sarkozy est à l’extrême gauche et que sa grand mère faisait du vélo en compagnie d’Andrei Jdanov ? Peut-être, qui sait. 
 
Dernier paragraphe : « Les primaires ne font que commencer. Mais l'Iowa donne la tonalité, celle d'un Parti républicain devenu une formation extrémiste. C'est mauvais pour la démocratie américaine, mais cela fait l'affaire du centriste Barack Obama ».
 
Puisqu’en attribuant aux Républicains et à Romney des positions qui ne sont pas les leurs, en procédant à des approximations vaseuses et enlisées dans la déliquescence mentale et le mensonge, en inversant les faits et en confondant la réalité et la falsification, le cerveau mort a dépeint des Républicains et un Romney qui n’existent pas, il sait ce qu’il savait en commençant : Romney et les Républicains sont des extrémistes, et lui, le cerveau mort, est un homme intelligent et sérieusement documenté. Obama est décrit par le cerveau mort comme un « centriste », ce qui le place à la droite de Reagan. Décidément, on en apprend en lisant ce qui émane d’un cerveau mort. 
 
Obama se sentirait insulté qu’on le traite de centriste, lui qui s’applique à mener une politique social-démocrate et qui a prononcé récemment un discours à Osawatomie, Kansas, où il se réclamait du progressisme de Theodore Roosevelt en fin de carrière et de la lutte des classes. Il faudrait le dire au cerveau mort, mais, c’est évident, un cerveau mort ignore qui était Theodore Roosevelt et ce qu’est le progressisme américain. Un cerveau mort considère que parler de la lutte de classe est une position centriste, tout comme la social-démocratie, et dès lors que ce centrisme est à la droite de Ronald Reagan, il faut en déduire que Reagan pour un cerveau mort, est carrément léniniste. 
 
Le journal Le Monde est décidément inénarrable. Je compte écrire un article sur la remontée du crétinisme en France. Les exemples abondent. Le cerveau mort du journal Le Monde est au-delà du crétinisme. Comme disait Michel Audiard : si les cons volaient il serait chef d’escadrille. 

photo:criscokidd.wordpress.com

tags: Primaires américaines, candidat présidence, Dreuz, désinformation, manipule les consciences, Bill of Rights, Thomas Jefferson, Ronald Reagan, tea Parties, Karl Marx, Obama de droite, journalisme de poubelle, Israël, Korée du nord, marxisme, France. 

 

30/12/2011

2011 se termine. Nous peuples d'occident sommes sous la coupe d'une fratrie secrète de l'ombre.

Monastère St Jacques-le-Mutilé Syrie.png

On manipule la réalité on fabrique des faits afin de foudroyer les consciences et de soumettre hommes et femmes d'occident et créer du nihilisme une nouvelle civilisation de soumis dégénérés. Or, pour y arriver il faut éradiquer toutes références à ses racines judéo chrétiennes. Pas étonnant que Juifs et chrétiens soient partout ridiculisés, persécutés, voués à des persécutions, et généralement victimes des vexations, des contre-vérités et multiples manipulations dans l'ensemble des Médias et de la complicité active de nombreux Politiques (tous frères de la nébuleuse) qui assument le mandat de détruire notre civilisation occidentale qui historiquement a, depuis des millénaires, pour origine trois grandes cités : Athènes, Rome et Jérusalem. Cette histoire débute sous ce que l'on a appelé le siècle des Lumières. Je ne parlerai pas de ses ramifications dans les salons parisiens ni non plus du rôle de la Franc-maçonnerie française et de son expansion dans les cercles du pouvoir.

Je vais me limiter à la désinformation qui cible l'ensemble de nos peuples. Je traiterai de la Russie, de la Syrie, des complicités de leaders d'occident qui trompent Israël, des intelligences de l'Arabie Saoudite avec le locataire du bureau ovale de Washington et du rôle secondaire du locataire de l'Élysée. Et pour terminer de Ron Paul le libertarien candidat dans les primaires sous l'égide du GOP et de CNN versus Newt Gingrich.


J'ai déjà abordé la question de la manipulation de nos médias sur les manifestants qui seraient des centaines de milliers dans les villes de Russie qui dénonceraient les fraudes lors de l'élection générale de décembre dernier où furent élus des députés à la Douma. Or je m'étonnais que nos reporters ne prenaient pas de photos en plongée ce qui auraient permis de soutenir leur reportage que les médias nous diffusaient. Or des journalistes honnêtes, car il s'en trouve, nous apprennent que tout est contrôlé par le Parti communiste (KPRF) contrairement aux agences, ceux-ci ont décidé de prendre des clichés justement en plongée. L'Agence Ria Novosti, que j'ai déjà citée dans un autre article sur ce blogue, nous présente des prises de vue panoramiques des manifestants qui nous permettent d'évaluer la densité de la foule (nombre de manifestants par/m2.) Ainsi à Saint-Pétersbourg sur 4 millions 400 habitants le gros maximum de manifestants a été de 4,000. Pas de quoi fouetter un chat. Moscou, c'est la même chose, à peu près 29,000 manifestants. Un attroupement compact, donc une densité élevée près de la tribune des orateurs, de manifestants activistes choisis parmi les plus radicaux alors qu'en plongée les photos montrent des manifestants désorganisés et très éparpillés qui se dispersent. Par contre les agences de Presse officielles se soumettent volontiers aux directives du KPRF. Elles prennent des photos selon un angle destiné à donner l'illusion. En fait, ce que l'on nous montre est organisé en rangée distante de 0.5m. Vieille tactique bien connue de la CGT et FO que rediffuse FR 2 et autres médias dans le monde. Ces photos et films sont destinés à donner l'illusion du nombre. Il y a quelques jours une manifestation a réuni HUIT personnes à Kostroma (270,000 habitants) pour protester contre l'adoption par le conseil de la ville -à l'initiative de ''Russie Unie'' - d'une résolution interdisant les parades LGBT! Or la version donnée en occident fut manipulée on a même eut recours à de vieilles vidéos tournées ailleurs. Parlons maintenant de Moscou. Cette ville est la plus grande capitale d'Europe avec + de 11 millions d'habitants. Le hic c'est que l'occident dans sa grande majorité très marxiste, du moins à travers ses médias, pour sa part la France est désormais communiste, et l'Union européenne est laiciste athée et matérialiste. Tous ont rejeté Dieu. Ce qui explique que même ici en Amérique on tente par tous les moyens de discréditer le gouvernement de Medvediev et Vladimir Poutine qui ont demandé et accordé à l'Église Orthodoxe la charge d'enseigner le catéchisme dans les écoles primaires et secondaires où la majorité est à plus de 80% orthodoxe, cela vaut pour aussi pour l'islam et/ou l’athéisme, dès lors qu'elle atteint la majorité soit 80 % des étudiants. Tous les étudiants sont tenus d'y assister. Pas question du droit de s'exclure.

De Syrie est parvenue cette lettre adressée à tous les amis chrétiens et amis de la Paix entre les peuples. Depuis des mois, en Syrie, les chrétiens d'Orient sont gravement menacés par des terroristes islamistes étrangers et syriens sunnites utilisés par les puissances occidentales (pour des raisons économiques et géopolitiques) pour faire tomber le régime laïc. Avec, à terme, l'installation inéluctable d'un régime islamique basé sur la Shariâ'h, comme en Libye aujourd’hui, La Tunisie et l'Égypte y arriveront demain. La population chrétienne (deux millions) est persécuté, assassiné, mutilé, victimes de tireurs embusqués et encagoulés – comme tous ceux qui défendent leur pays, dans laquelle toutes les minorités avaient pu vivre jusqu'à présent en parfaite harmonie. Tous les journalistes étrangers indépendants, sont les seuls à avoir enquêté sur place – auprès des habitants de ces régions. C'est surtout durant la nuit lors du départ des agences de presse que des bandes armées font régner la terreur. Les habitants et journalistes demeurés témoignent de cette situation, qui ne cesse d'empirer. Même les anciens opposants du régime Baschar-al- Assad, qui réclamaient une accélération des réformes politiques en cours, sont aujourd'hui derrière leur président pour défendre leur patrie contre l'agression étrangère et participent aux manifestations pacifiques qui rassemblent un ou deux millions de personnes, notamment à Damas et à Alep. Curieusement pas un reportage de ces manifestations dans nos médias.

Or c'est du Qatar et de l'Arabie Saoudite et de la ligue des Droits de l'homme, contrôlé par les Frères musulmans, tous sunnites qu'est menée et dirigée cette propagande qui alimente les médias occidentaux et qui en même temps assure le recrutement de terroristes étrangers et les envoie en Syrie sous la supervision des États-Unis et de la France de Nicolas qui y a 500 militaires (Qatar). Le but est double évincer tous les chrétiens du Moyen Orient et étendre l'emprise des Sunnites sur tout le Moyen Orient. Ce qui est étrange c'est qu'avec Israël la Syrie (je sais ce sont des ennemis) ce sont les seuls pays à avoir accueillis les Chrétiens persécutés soit plus de un million de syriaques d'Iraq et 500, 000 palestiniens. Les chrétiens, depuis le départ précipité de l'oncle Sam d'Iraq, n'ont pu célébrer la messe de Minuit. Cette communication de Sr Agnès- Mariame de la Croix est beaucoup plus longue. Elle est la supérieure du Monastère de Saint-Jacques à Quara (Syrie). Je me suis contenté d'en extraire certains passages et instillés de mes remarques et pris quelques libertés dans la rédaction de sa lettre. 
Récemment le Saint Siège a nommé un nouveau patriarche maronite avec pour mission de défendre l'ensemble des chrétiens d'Orient, aussi bien face à l'extrémisme musulman que face aux projets États-uniens qui l'alimentent en armes passant par des pays tiers. Obama vient de nommer un nouvel ambassadeur à Damas. Sa réputation le précède c'est un faucon, sa mission est de recruter des membres d'al Quaida et même des Talibans... Est-ce qu'Obama veut que seuls les Sunnites dominent la région? La question n'est pas superflue et je me la pose. Israël doit-il songer à ce scénario qui selon moi serait pire que celui de la présence de trois pouvoirs antagonistes, ambitieux certes, mais potentiellement conflictuels : La Turquie est sûrement intéressé de redécouvrir son prestige d’antan et à s'imposer, elle vient d'autoriser les USA à y installer une base militaire, les Chiites surtout d'Iran et d'Iraq et les Sunnites majoritaires dans la région. Il faut savoir que les Alaouites ne sont pas de vrais chiites.
Voilà pour ce qui concerne le Moyen orient.

Maintenant un aperçu sur les primaires du GOP. L’ascension de Newt Gingrich a déferlé dans les coulisses du parti démocrate et des médias comme CNN qui hier ressortait des informations sur le divorce de Newt d'avec sa première épouse qui remonte en 1980. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, simplement souligner que cette dernière a refusé toute entrevue avec le correspondant de CNN. Cette lutte envers Newt montre que l'entourage d'Obama et même de Clinton craignent surtout Newt Gingrich. Ce qui explique leur acharnement à tenter de le démoniser quitte à inventer un faux bilan de son passage comme Leader de la majorité au Congrès sous Clinton. Et maintenant on sort du chapeau Ron Paul. Libertarien tel est ce qui sur le plan des finances le caractérise. Or cette idéologie intéressante à certains égards oublie un impondérable c'est que l'on n'est pas au paradis mais sur terre. Et que le bien comme le mal sont le lot de toute la nature de l'homme. On ne peut tous être parfaits. Je ne m'étendrai pas sur la thèse d'Ayn Rand le sujet est vaste et complexe et nécessite des connaissances desquelles je ne prétendrai pas à la maîtrise. Ma seule hésitation concerne le fait que tous les hommes ne sont pas parfaits et l’acquisition de la maîtrise de soi etc est très aléatoire. On ne nait pas et tous ne pourront être Spartiates.

Charles Ed. Durand

tags: Athènes, Rome Jérusalem, franc-maçonnerie, racines judéo chrétiennes, Syrie, Quatar, Arabie-Saoudite, Israël, États-unis, France Union européenne, sunnite, Chiite, sr.Agnès-Mariam de la Croix, Saint-Siège, Persécutions, Mercenaires étrangers, Turquie, Alaouite, Bashar-al-assad. Opposants, Snipers étrangers, ambitions d'hégémonies, Médias, Alep et Damas, Manipulation de l'information, Russie, Medvediev, Poutine, Élection, Saint- Pétersbourg, Moscou, KPRF, parti communiste, Élection, Douma, Novembre, Manifestants, Géo-politique, Ron Paul, Newt Gingricht. 

 

18/12/2011

L’hiver islamique prend des couleurs de plomb. Obama Merci.

BHO.jpgIl est vrai que l'on n'ose plus beaucoup parler de Printemps arabe au vu de ses résultats dans les nouvelles démocraties. Souvenons-nous de l'enthousiaste Obama qui mobilisa ces autres thuriféraires d'Europe et la chienlit des médias de gauche. Ceux des peuples qui y ont cru étaient peu au fait de la réalité ni de la progression de l'Islam radical et de son proche parent le Salafisme. On lui cachait la vérité. En un autre mot cela se dit la censure ou manipulation des consciences. Déjà il était connu qu'en Égypte, bien avant le printemps arabe, les Frères musulmans avaient déjà remplacé tous les membres de l'exécutif considéré trop modérés par des radicaux bien déterminés à en découdre avec l'Occident et la destruction d'Israël. Il y a bien un certain Alain Juppé pour y croire comme Obama... Décidément son purgatoire pour cause de félonie l'aura hypothéqué. La réhabilitation à la loyauté peut parfois être fortement perturbée. Mais passons, il est de la compagnie des lâches. On les entend bavarder et fluetter mais ils leur manquent de virilité de dignité et ne respectent pas leurs commettants. Ils ne cherchent que le pouvoir et exécutent ce qu'en certaines officines de l'ombre on a pensé à défénir la tâche que doit suivre le gouvernement comme on a élaboré les programmes et concue les stratégies à prendre. Je ne croyais pas à ces fadaises complotistes et j'y suis toujours allergique, mais plus j'y regarde de près je ne puis rejetter cette hypothèse ni balayer certaines confidences reçues. Je ne peux considérer cette personne comme un demeuré.

Charles Ed. Durand

Voici quelques extraits d'un article de Guy Millière écrit le 17 décembre. Vous trouverez le lien en bas pour la source et le texte complet.

 

Qui parle encore de printemps arabe ? Plus grand monde aujourd’hui. Le résultat des élections en Tunisie, comme c’était très prévisible, a montré la domination du parti En-nahda, autour duquel toute coalition gouvernementale devra se trouver constituée. EnÉgypte, comme c’était très prévisible encore, les Frères musulmans ont remporté une nette victoire, et des mouvements salafistes, plus radicaux, plus extrêmes que les Frères musulmans, ont obtenu vingt cinq pour cent des voix. Comme l’a écrit Barry Rubin, « les totalitaires ont triomphé ».

Si des élections sont organisées dans la Libye de l’après Kadhafi, dans les décombres de l’épuration ethnique en cours contre les Africains à la peau noire, les résultats seront sans aucun doute bien pires.

Les vents étant à la « démocratie », des élections ont eu lieu au Maroc, qui ont donné des résultats du même ordre: quarante pour cent pour le parti islamiste de la « justice et du développement ». ...Le Yemen reste dans une situation insurrectionnelle qui devrait déboucher sur ungouvernement très radical et lié à al Qaida. En Syrie, le choix sera entre le maintien du régime Assad au terme d’un bain de sang, et le remplacement du régime par des islamistes.

...Ce n’est pas seulement le monde arabe qui est touché, mais tout le monde musulman. La Turquie a basculé depuis trois ans dans la direction souhaitée par Erdogan. L’Iran, malgré des troubles intérieurs, est aux mains de chiites fanatiques et apocalyptiques qui cherchent à construire des armes atomiques, et qui tiennent de jour en jour des discours de plus en plus teintés d’imprécations. L’Afghanistanglisse à nouveau lentement vers le pouvoir des talibans. Le Pakistan continue, lui, à jouer le rôle de protecteur des pires factions djihadistes, et porte un regard bienveillant sur les activités des madrassas extrémistes,(ND CED: où l'on apprend à des enfants de 12 ans à égorger des infidèles) et sur celles des groupes terroristes qui songent à des attentats tels ceux de Bombay.

...L’Europe apparaît de plus en plus nettement pour ce qu’elle est : un conglomérat de puissances flasques sur la voie de la déchéance et déjà plus qu’à demi soumises, au vu de l’effondrement économique et financier qui les menace.

 

flag usa.gif

 

Les États-Unis des années Obama, eux, montrent ce qui ressemble chaque jour davantage à une complicité d’ensemble servile, parfois zélée. Et ce n’est pas du tout un hasard : l’administration Obama est pour beaucoup dans ce qui se passe dans le monde musulman.

C’est Obama qui a dès 2009 entériné le basculement d’Erdogan,(Turquie) accepté la répression du soulèvement de la population iranienne, prononcé un discours à Al Alzhar (Caire) destiné à montrer la soumission des États-Unis à la umma. C’est Obama qui a abandonné Saad Harari (LIBAN) au moment où celui-ci était renversé, en janvier 2011, par le Hezbollah. Et c’est lui qui en Tunisie a poussé au départ de Ben Ali puis à celui de Moubarak (Égypte), avant de faire de l’armée américaine la force d’appoint permettant à la France et au Royaume-Uni, eux-mêmes subordonnés du Qatar, en Lybie de renverser Kadhafi pour le plus grand profit des amis les plus radicaux...

...En Égypte, Obama a discerné une menace... dans le maintien au pouvoir de l’armée, et a qualifié les Frères musulmans de « force démocratique ».

 

...En Syrie il a,...préparé un gouvernement islamiste de rechange en concertation avec son ami Erdogan (Turquie) au cas où Assad tomberait, il a envoyé un nouvel ambassadeur présenter ses lettres de créance à Assad.

 

...En Iran, Obama continue...il...abandonne l’Irak à son grand voisin ( Iran), ce qui permettra aux Gardes Révolutionnaires de massacrer les dissidents réfugiés à Ashraf, Obama parle de sanctions, à la condition qu’elles ne soient pas efficaces, et à cette fin, vient de demander aux démocrates du Congrès d'exclure toute sanction susceptible de toucher les transactions de la Banque nationale de Téhéran.

 

...Obama, à New York, se déclare « ami » d’Israël, cependant il laisse parler Hillary Clinton qui voit en Israël un pays d’ « apartheid » où les « droits de l’homme sont menacés ». …Obama laisse un ambassadeur des États-Unis en Belgique déclarer que l’antisémitisme musulman est lui-même de la faute d’Israël.

 

.Il existe un clivage : face à une hégémonie shiite envisagée par l’Iran, et allant de Téhéran à Beyrouth en passant par Bagdad et Damas, le monde sunnite a organisé une contre-offensive islamiste sunnite. ...Seul signe positif ?... Mais c’est une très maigre considération, dès lors qu’islamistes chiites et sunnites détestent l’Occident et Israël, les uns comme les autres.

 

Comme je l’ai déjà écrit : depuis des décennies, quand les États-Unis sont forts, une paix relative règne sur terre, les ennemis de la liberté se tiennent plutôt cois. Quand les États-Unis sont faibles, la paix recule, les ennemis de la liberté avancent. Et quand les États-Unis ont à leur tête un homme qui ressemble à un suppôt des ennemis de la paix et de la liberté, il se passe ce qu’il se passe.

 

On ne refait pas l'histoire....Un monde où Obama n’aurait pas été élu en novembre 2008 aurait été très différent. L’hiver islamique n’aurait pas déferlé. Le régime iranien aurait été endigué et aurait pu finir par tomber. Erdogan aurait continué à réfréner ses ardeurs. Moubarak serait sans doute toujours en place, Ben Ali et Kadhafi aussi. Les Frères musulmans seraient toujours dans l’opposition. Les Coptes ne seraient pas pourchassés comme ils le sont aujourd’hui. Israël ne serait pas isolé. La situation économique du monde arabe et du monde musulman ne serait pas aussi catastrophique.

 

...Il n’y aurait pas eu cette accélération dans le déclin. ...La faillite financière de l’Europe de la quasi faillite financière dans laquelle les États-Unis se trouvent plongés. Si Obama est battu en novembre 2012, les dégâts qu’il laissera seront effroyables. Sur les cinq continents. J’en dresserai la liste un autre jour, et elle sera longue.

 

...En lisant les imbécillités que peuvent encore écrire sans se lasser les crétins obamalatres et obamaphiles, je n’ai plus même envie de sourire.

 

© Guy Millière www.Dreuz.info http://www.dreuz.info/2011/12/l%e2%80%99hiver-islamique-p..._ medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28 Dreuz    

 

 

tags:Obama. Erdogan, Moubarak, Alain Juppé, Hiver arabe, Démocratie, Frères mussulmans, Egypte, Turquie, Israël, Tunisie, Lybie, Syrie, Bashar al Assad, États-Unis, Europe, Alain Juppé, thuriféraires, salafiste, Qatar, faillitte économique, les Coptes.