Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2013

Belgique : vers l'euthanasie des mineurs et des déments. Et le Québec suivra après l'adoption de la première loi.


 

kit-d-euthanasie.jpg

On sait quand la mort dite par compassion commence, mais on ne sait pas quand l'euthanasie (son vrai nom) s'arrêtera. La preuve : 

Les parlementaires belges ont rouvert aujourd'hui le débat sur l'euthanasie, légalisée depuis 2002, pour décider de l'opportunité de l'étendre ou non aux mineurs. Les discussions devraient concerner aussi son extension aux adultes souffrant de maladies dégénératives comme Alzheimer. Le sénateur socialiste Philippe Mahoux, l'un des pères de la loi de 2002, souhaite l'étendre aux mineurs...


"S'ils sont capables de discernement, atteint d'une maladie incurable et d'une souffrance inapaisable".

Toujours le même argument. Un expert auditionné au Sénat révèle que l'euthanasie était déjà pratiquée chez des mineurs, hors du cadre légal. Donc il faut légaliser l'illégalité, comme d'habitude.

Les discussions porteront sur les conditions encadrant l'euthanasie des mineurs: âge minimum (12, 15 ou 16 ans ont été évoqués) ou pas, accord des parents et avis du personnel soignant... On sait ce que veut dire accord du personnel médical ou de la commission éthique médicale en Belgique où deux jumeaux non malades, ni souffrants d'une maladie incurable ou dégénérative, ils étaient en parfaite santé, sauf avoir la peur du futur vu qu'ils allassent perdre la vue éventuellement... or la commission éthique (sic) des médecins les a euthanasiés et l'on ose parler de comité d'éthique !?!?.  J'ai écrit sur cette question, (voir dans : Notes récentes : Personne ne veut souffrir. Or notre Pauline Marois s'apprête à déposer une loi pour encadrer la mort pas compassion, curieusement
si vous écoutez les réseaux anglais, on parle de décriminalisation de l'euthanasie, mais en français on ne parle que de légiférer pour encadrer la mort par compassion. Ah! la gauche elle s'y connaît pour refleurir les cadavres. Justement j'y annonçais que la Belgique allait l'étendre prochainement à des débiles mentaux..., comme cette tuerie fut pratiquée un certain temps sous le régime d'Adolphe H leader du parti national socialiste d'Allemagne, mais l'Église catholique par un évêque courageux le futur cardinal Clemens August von Galen s'y opposa farouchement) si bien qu'Hitler dût arrêter ces massacres. Et ici au Québec on nous parle de qualité de vie. Les soins palliatifs sont le parent pauvre de nos hôpitaux.

Le Royaume de Belgique a enregistré en 2012 un nombre record d'euthanasies, avec 1432 de personnes déclarées, en hausse de 25% sur un an.

Charles Ed. Durand

source: Le Salon Beige donne la nouvelle aujourd'hui et c'est là que j'y ai puisé pour partie l'essentiel de l'information.


tags: Belgique, Québec, Loi sur la mort de jeunes débiles mentaux, de personnes atteintes d'Alzheimer, éthique,  médecins, souffrir, soins palliatifs, Pauline Marois, Adolphe Hitler, Clemens Auguste von Galen. massacres, qualité de vie, sénat belge. 

16/01/2013

Personne ne veut souffrir ni être dépendant. Trop de personnes se flatte de leur autonomie.

 

exemple-tpe-es-l-euthanasie (1).jpeg

Mourir dans la dignité ou euthanasie, quelle est la différence? C'est comme dire être dans un asile de fous et au lieu de cela on préfère dire une maison pour désocialisé ou mésadapté. En simple, c'est un pléonasme pour confondre la masse ignorante !? La gauche a toujours eu la certitude qu'elle seule peut penser et décider ce qui est bon et souhaitable pour la populace inculte !?

On parle ces jours-ci de mort par compassion, de souffrance abrégée, de dignité, de suicide assisté, de maladies incurables et s'ajoutent au palmarès les maladies dégénératives et les cas exceptionnels : ceux qui souffrent d'Alzheimer, voir de sclérose latérale amyotrophique ou sclérose en plaques ou MPOC. Tout ici se confond et passe dans le tordeur de l'incurable et de la souffrance.  On est en plein mystère, car tout est dit dans un langage ésotérique et surréaliste, sous les conseils de professionnels du Damage control. Tout est recouvert de mots fleuris. On croirait que tout est fait au nom de l'amour et que tout sera maîtrisé et que seule sera prise en compte la volonté de la personne et que c'est sa dignité qui les préoccupe. Voilà pourquoi on affirme : non, on n'agira pas sans le consentement de la personne. 

Excepté pour certaines maladies dégénératives où la personne a perdu tout contact avec la réalité environnementale voir même l'absence de tous ses sens (5) ou de quelques-uns. Quel trou béant! Évidemment en deux ans de débats on aura sélectionné ceux et celles qui purent y participer. Il y avait des critères de sélection, aussi sévères que de rendre visite à un prisonnier sans au préalable avoir obtenu l'autorisation. Tu devais répondre aux questions des organisatrices. Je le sais j'ai voulu aller à l'UQÀM il y a deux ans. Je ne rentrais pas dans leur schéma. Je constatai qu'il était plus facile d'obtenir un passeport que de participer à ce débat tenu en catimini. Des questions personnelles je ne m'y attendais pas, car on disait l'assemblée ouverte au public, mais on demandait d'appeler avant vu le nombre limité de places. Des questions que l'on ne tolère pas d'une agence de crédits surtout si tu réponds que tu es catholique pratiquant. Mauvaise réponse. Il n'avait pas de place disponible tout était déjà rempli. Une farce!

J'ai lu beaucoup de commentaires sur Facebook et écouté à la télé l'émission de Mario Dumont avant-hier. J'y reviendrai. Personne ne veut souffrir ni être dépendant. On dit : mon corps m'appartient et je suis seul à décider... Ainsi l'on se flatte de son autonomie. Et pourtant qu'ai-je fait moi pour venir au monde? Alors à quoi rime cette prétention d'affirmer que je suis propriétaire de mon corps. Absurde, mais les féministes ne tolèrent pas une position contraire. Fin de la discussion. Elle nous dit : la décision m'appartient et à moi seul. Bienvenue dans le Nouveau Monde réel : le post-modernisme. La civilisation mortifère est entrée dans notre culture. Nos caciques disent de nous-mêmes que c'est une valeur purement québécoise qui nous différencie culturellement du reste du Canada. Pas beau ça?

Yvon Deschamps dans les années soixante a écrit un monologue sur l'enfant qui sort du ventre de sa mère et il disait (selon ma mémoire) :en voyant le monde il s'est mis à brailler... Oui déjà une esquisse de la souffrance. Eh oui, l'enfant devra pendant quelques années se faire torcher par sa mère, désormais tâche évolue également au père. Pourquoi? parce qu'il est dépendant, il ne peut pas le faire lui-même. En a-t-il honte et en est-il conscient? Non, car l'état de l'enfance c'est l'innocence et la confiance. Il sait tout naturellement que c'est par amour que sa mère voit à le nettoyer, le laver et le saupoudrer, comme tout naturellement que sa mère va l'allaiter. Il est en croissance c'est vrai, mais il est déjà, depuis sa conception, sur la route qui va le conduire vers la décroissance physique qui arrivera à son heure.

Jeune le temps nous paraît long, mais vieux le temps passe vite. Pourtant le temps et l'espace ne changent pas. Tout est question de perception, des âges de la vie écrivait Romano Guardini et de l'ordre de la subjectivité. 

On parle de souffrance que l'on ne veut pas vivre. Désolé, mais la souffrance on n'y échappe pas. Elle est de plusieurs ordres. Enfant tu te fais gronder et taper sur les fesses (cela est désormais interdit au Québec, place à l'enfant-roi) si tu fais un mauvais coup ou si tu triches ou que tu mens. Enfant, on n'aime pas se faire pincer, car on a peur des conséquences, bref, de la souffrance. On n'accepte pas d'être privé de sortie, d'être puni grondé, etc. Lors des premiers amours d'ados, tout est éternel dans notre tête. Pourtant tu te fais balancer et rejeter pour un autre. Difficile à encaisser? Oh que si! c'est cruel, on nage dans l'abîme de la souffrance éternel, on en est sur. Personne ne veut souffrir tout le monde ne souhaite et ne veut que le bonheur... l'inaccessible bonheur où tout est lumière et extase et rire. Cela n'existe pas sur la terre. Tu joues au hockey et tu reçois une mise en échec et le pugiliste reçoit une trempe et il est amoché et saigne du nez, pas que lui, il y a aussi les types qui se bagarrent et qui en défigurent plusieurs. Et oui, c'est souffrant. Deux minutes avant on t'aurait soufflé à l'oreille, ce qui allait t'arriver et tu te serais sauvé, car tu ne veux pas souffrir ou alors tu cherches à impressionner... et cela fait partie du rite d'initiation. Qu'importe, quand tu seras près de maman elle te soignera.

Voyez les accidents. Une vie fauchée. On pleure la personne disparue. Oui, c'était injuste elle avait l'avenir devant elle. Bref, la mort a mis un terme à sa vie terrestre. Il y a l'autre dont l'existence est torturée, car sa vie a basculée il est désormais limité. Et il sait qu'il va dépendre des autres pour ce qu'avant il accomplissait seul. Dur dur. Oh que si!

Par ailleurs, écoutez celui qui en est sorti indemne : maintenant, je sais que la vie est précieuse, je ne la vois plus de la même manière. Je vis chaque instant avec la conscience de sa fragilité. On écrit, je l'ai lu : [moi je n'accepterais pas d'être dépendant des autres pour me torcher]. Tant que tu n'es pas passé par là tu ignores les capacités inouïes d'adaptation qui recèlent en chaque être humain, elles sont à être cultivées. Bien sûr, au début c'est l'angoisse de se voir privé de son autonomie, oui, on rejette son état... En fait, c'est normal au début, car invariablement tu te projettes dans le temps et c'est le trou noir, l'abîme sans fin et la souffrance qui ne s'arrêtera jamais. La dépression est là bien réelle. Tu penses : pourquoi ne suis-je pas mort? C'est le déni, mais surtout la perspective, l'horizon noir qui se statufie dans tout ton être et s'imprime dans ta tête. On détermine et l'on fixe dans l'espace et le temps tout notre être et cela par rapport au présent, et à la souffrance immédiate qui nous parrait infinie et à cet état de dépendance éternelle. Or, la vie par essence est mouvement. Voyez le soleil de ce matin, je le regarde avec un regard neuf. Chaque jour qui passe je contemple la nature avec un oeil nouveau. Ainsi de toute l'entièreté de mon être je suis mouvement dans l'espace et le temps. Aujourd'hui, c'est deux minutes passées après minuit, un jour commence il est nouveau, quelques heures encore et à l'est je vois à l'horizon une aube nouvelle, elle est rosée, et se lève tout éclatant le soleil. Quelle splendeur émouvante! 

Privé de tes bras et de tes jambes ou encore tétraplégique. Non cela n'est pas de naissance c'est arrivé à la fleur de l'âge. Sûrement qu'avec cette nouvelle décriminalisation de l'euthanasie tu demanderas le suicide assité, il te suffira d'un seul médecin pour donner le OUI au suicide assité. Il écrira : il était lucide et ne voulait plus vivre cette vie où il avait tout perdu. Sa qualité de vie était réduite à néant. Dépression? Qui en jugera après? Le trou est béant les portes sont toutes ouvertes à l'inéluctable : Euthanasie, et non cet euphémisme : Mort par compassion. Et pourtant, on peut sortir de ce trou noir. Oui, la famille les proches peuvent nous accompagner. Ils ont le droit de nous aimer même si nous sommes diminué. Il faut s'ouvrir à l'amour des autres, se laisser aimer comme un enfant. Alors, notre regard intérieur s'ouvrira sur le monde. Oui la souffrance est là, mais elle devient différente, elle n'occupe pas toute la place dans notre esprit. L'important c'est d'aimer. Oui, il y aura toujours des imprévus et des peurs. 

Puis il y a ceux qui ont été fauchés sur la route par des chauffards. Je pense ici à ce jeune homme de 19 ans qui faisait son jogging à 21:00 et qui voulait devenir policier. Et tous ceux et celles qui récemment de même manière ont été tués par des fêtards en boisson, voire des récidivistes. Les endeuillés souffrent de leur disparition si brusque et le cœur saigne.

Je vais ici raconter ce qui est arrivé à un jeune étudiant brillant qui était en pleine santé et qui  à 22 ans verra sa vie basculée. Un britannique, surnommé aussi le King des trous noirs, Stephen Hawking qui a été soudainement atteint de la sclérose latérale amyothique; cette maladie incurable est plus grave que la sclérose en plaques. Ce qui ne l'a pas empêché d'enseigner et de faire des découvertes, de publier de nombreux ouvrages et articles scientifiques pour des revues spécialisées. Dieu sait s'il est dépendant même pour les soins primaires du corps. Il est né en 1944..

Il y a quelques 3 ou 4 ans, à Montréal une mère a aidé son fils à mourir. Je l'avais croisé deux semaines avant chez I...A,il y faisait ses emplèttes. J'ignorais qu'il était atteint de la sclérose en plaques. Je ne m'en étais pas aperçu en le voyant. Ce n'était ni un ami ni une connaissance, mais il demeurait dans le même quartier, je le croisais à l'occasion. Lorsque je vis à la télé sa photo et écouté sa mère et la narration que l'on en faisait à l'antenne je fus renversé et ulcéré. La manipulation avait atteint encore une fois des sommets où la vérité était enterrée dans un magma de mots réducteurs, de déculpabilisation et ce négationnisme sur l'euthanasie. Discours et intoxication des esprits, démarches qui nous sont bien connues maintenant surtout proposées par des féministes doctrinaires et d'autres dégénérés. La journaliste répétait à satiété que la mère l'avait aidé à mourir, car elle aimait son fils et il le lui avait demandé. Bien sûr au Québec la question est depuis des années réglée, une femme s'en sort plus facilement qu'un homme. Pour preuve, la mère ne fut nullement gênée par le procès : acquittée.

Au Québec on parle de mort par compassion et le gouvernement de Pauline Marois ne fera pas la souveraineté du Québec, et c'est tant mieux, mais elle entend que cette loi déjà rédigée soit adoptée sans opposition, on dit que cela ne relève pas de la compétence fédérale puisque ce n'est pas un acte criminel ????

Si vous écoutez les réseaux anglais, on parle de décriminalisation de l'euthnasie, mais en français on ne parle que de légiférer pour encadrer la mort par compassion. Ah! la gauche elle s'y connaît.

Hier, j'écoutais à LCN l'émission de Mario Dumont, j'ai reconnu le zigoto qu'il a reçu à son émission. Ce type se bat depuis des années pour l'euthanasie. Hier, il tenait des propos plus nuancés et prudents. Quand Mario parla des deux jumeaux belges de 45 ans qui avaient été euthanasiés à leur demande. Ils n'étaient pas atteints d'une maladie incurable ni mortelle ni en phase terminale non ils étaient sourds depuis leur naissance et ils allaient éventuellement perdre la vue. Non, ils n'étaient pas aveugles, leur vue baissait, mais ils pouvaient se voir. Tout être humain est doté de cinq sens, parfois moins, voire plus selon certains auteurs, mais passons, il semble qu'ils demandèrent d'être euthanasié avant qu'ils ne puissent plus se voir. Et l'invité de dire que le comité d'éthique belge?!?!? sur la question du suicide assité avait donné son accord. Or là il tait sciemment la vérité entière. La vérité est la suivante : les médecins de l'hôpital universitaire de Bruxelles, qu'ils avaient saisi de leur demande d'euthanasie, ont bien été obligés de constater que les deux frères n'étaient pas gravement malades et qu'ils ne souffraient d'aucune douleur physique. C'est leur crainte par rapport à une souffrance morale appréhendée qui a conduit les médecins à accéder à leur demande. Et c'est ça le comité d'éthique?
Vous avez ici l'exemple de la souplesse et de l'étendue du pouvoir discrétionnaire donné aux médecins qui sans recourir à un psychologue ou à des psychiatres décident sans plus de motif que la peur future exprimée par les deux frères jumeaux. Et l'on parle de qualité de vie. Pour terminer deux faits. En Belgique, on table pour rouvrir la loi sur l'euthanasie des enfants ou adolescents atteints de débilités mentales et y sont inclus évidemment les trisomiques. Pas assez de l'avortement!

Quand on ouvre la porte à l'euthnasie par une loi qui la décriminalise, on ne sait pas dans quelle galère l'État nous embarque. Vous qui avez trente ou quarante ans, où en sera rendu l'euthanasie au Québec dans dix ou quinze ans avec de nouveaux articles qui abrogeront les précédents que l'on s'aprêtre à adopter cette année? En Hollande (Pays-Bas) l'euthanasie y est pratiquée depuis quelque vingt-trois ans. Au début, la loi exigeait le consentement de deux médecins, on a réduit depuis par des amendements la consultation à un seul médecin et le rapport ne mentionne que l'acte médical. Au début, il fallait le consentement du patient et de deux médecins, maintenant un seul témoin peut, sans avoir à fournir de preuve écrite ni être son parent, déclarer que la personne lui a demandé il y a tant d'années : si tu vois que : demandes que l'on m'euthanasie. Et c'est ce qui arrive. Serez-vous étonné d'apprendre que les personnes âgées quittent les Pays-Bas vers l'Allemagne pour finir dans la tranquillité leurs jours, ils s'installent majoritairement dans le länder de Hesse. Ils n'ont plus la crainte que leurs proches les fassent euthanasier.

En Suisse, le gouvernement helvétique a fermé ses frontières aux étrangers qui s'y rendaient pour se faire euthanasier, car on a trouvé derrière la clinique où se déroulaient les euthanasies des cadavres qui y avaient été empilés et enterrés sans cercueils. Des relevés d'ADN sur des cadavres, à la demande du Parquet, ont démontré que, contrairement à ce que rapportaient les documents de la clinique, ces personnes n'avaient pas été incinérées. L'affaire fit grand bruit surtout en Europe et aux États-Unis. Ici au Québec, notre culture étant si différente et particulière que l'on s'est interdit d'en parler. Depuis, la Suisse interdit la pratique de l'euthanasie aux étrangers.

Il faut savoir que cette industrie de la mort est rentable.

Ne jamais oublier cette clé de lecture qui entoure toute la question de la mort par compassion. Le gouvernement, les assurances, les familles, des conjoints voir comme un cas que j'ai lu, ( Pays-Bas) des parents et leurs enfants qui voulaient partir en voyage sur la Côte d'Azur, c'était en 1990. La mémé à la requête de sa fille fut tuée et les parents et les enfants purent partir à temps pour leurs vacances estivales se prélasser sur les galets de Nice.

Je demande au nom du respect de la vie et de la dignité de la personne à madame Pauline Marois de ne pas présenter ce projet de loi mortifère et qui porte en elle des potentialités d'étendre l'euthanasie sans plus de contrainte, mais plutôt : investissez dans les soins palliatifs il manque beaucoup de places pour des personnes en fin de vie. Là on y trouve de la vraie compassion et les soins adaptés qui n'ont rien à voir avec l'acharnement thérapeutique. Sur ce dernier point, je suis d'accord. Cela ne signifie pas que l'on doive retirer un soluté à une patiente pour abréger de trois jours sa vie. Car en ce cas elle souffre le martyr sa peau est sans eau et tout touché est brûlure. Donc je dis non à des investissements dans des fioles qui tuent. Nul, est-il besoin de le rappeler, n'est pour soi-même l'auteur de sa vie, je suis une créature de Dieu. Je retournerai là d'où je viens. Alpha et Omega.

          Alpha_and_Omega_book.png



Charles Ed. Durand

tags: Mort par compassion , autonomie, vie, fragilité, dépression, angoisse, culture mortifère, loi d'encadrement, débats, gouvernement, Pauline Marois, souveraineté, souffrance, adolescence, éternel, amour, décriminalisation, Mario Dumont, deux Jumeaux, Belgique, Pays-Bas, Hollande, Allemagne, Länder de Hesse, retraités, médecins, peur, soins palliatifs, vacances, Côte d'Azur, Alpha et Omega, Dieu.

17/11/2011

Mémoire de Charles Ed. Durand à la Commission Bouchard & Taylor.

I'm sick and hate it.jpg

Accommodements déraisonnables 11-XI-2007

 

Je sais que cette réflexion ne plaira sûrement pas à tous. Je n’ai pas envie d’utiliser le registre de la bien pensante et de la Rectitude politique. C'est un coup de gueule plein d'amour. Oui, la formule est de type pamphlétaire, mais à dessein je l'ai choisie et sachez qu'il me secoue aussi, car je fus longtemps dans ce monde des enténébrés. En effet, j'ai aussi participé au dépeçage de la peau de mes semblables, ces compatriotes que j'aime profondément, j'étais comme ces hyènes voraces qui déchiquettent les restes de l'animal blessé. Par ailleurs j'ai retouché quelque peu le mémoire, d'une part car le reproduisant sur mon blogue et aussi, car il fallait corriger certaine affirmation j'en veux pour exemple ici : Madame Fernande Lalonde qui en 2007 siégeait comme député du Bloc Québécois à Ottawa. J'en profite ici pour lui souhaiter bon courage et puisse la présence de ses proches lui assurer l'amour qui est essentiel à toute personne.

Charles Éd. Durand ce 17 novembre 2011

Ce qui me préoccupe le plus c’est le tableau sur le dernier recensement canadien, qui apparaît vers la fin de ce diaporama¹) sur les accommodements déraisonnables, que j'ai déjà vu. En 41 ans le taux de natalité au Québec a chuté de façon drastique. De 1955 jusqu'en 1959 le taux de natalité était de 161,260 par année donc un accroissement de la population, mais à partir de 1960 à 64 on assiste à une décroissance constante. Le Québec moderne est une société par ailleurs dont on voit ses avancées dans le domaine des arts, de la culture et des technologies de pointe. Ce Québec a pris le pari de la modernité et il possède une économie comparable aux sociétés développées, qui est diversifiée et performante. Cette société voit poindre cependant un gros problème celui de la fécondité. Les natalités en 1960-64 se situaient à 125,558 par année, celles-ci suivront une descente continue et gravissime au cours des années subséquentes. Tous les démographes affirment que le taux des naissances ne permet plus de renouveler les générations. Ainsi, pour la période de 2002 à 2006 le Québec est passé à 63,750 naissances par année.Oui, là on peut dire que l'immigration maghrébine et aussi celle en provenance d'autres pays à majorité musulmane, d'Asie, de divers pays d'Océanie, celle des Caraïbes ou d'Amérique centrale et latine auront contribué par les naissances à atteindre ce taux minimaliste de natalité. Bientôt, et plus vite que prévu, il n’y aura pas assez d’enfants pour combler le nombre des adultes qui prennent leur retraite et où le taux de mortalité sera supérieur aux naissances. Il manquera de mains-d'oeuvre pour occuper les emplois rendus disponibles.

 

Comment et pourquoi en sommes-nous arrivés à cette situation tragique?Ici, je vais aborder ‘un seul volet’ (il y en a d’autres c’est entendu), généralement tenu tabou surtout pour les hommes :le FÉMINISME(Lucien Bouchard en sait quelque chose référendum de 1995). Il faut bien le dire la Québécoise d'origine française s'est si bien émancipée qu'elle n'assure plus la survie du peuple français d'AmériqueÀ ce rythme, c'est la fin inéluctable de notre peuple.

On ne peut attribuer aux immigrants l’apparition et l’émergence des valeurs postmodernes. Nous sommes témoins depuis + de 50 ans de l’extinction  de notre culture, du chamboulement des valeurs culturelles et de l'apostasie qui se répand, alors que se développe une haine irrationnelle contre l'Église et la Foi au Christ que partageait ce petit peuple vigoureux et vaillant. On a vu des groupuscules qui ont fait basculer cette société et avec la complicité passive, il faut le dire, de nos gouvernants qui ont été défaillants en laissant des non-valeurs contribuer à la déconstruction de notre peuple et de son destin. Il y a à la base ce manque de rigueur et de vigueur chez nos élites et surtout le silence de nos pasteurs (évêques). Ils ont renoncé, pour la plupart, à leur devoir de faire entendre leur voix lors des débats sociétaux et se sont abstenus d'annoncer l'évangile, de défendre de promouvoir et préserver les valeurs qui concouraient au bien commun et à son évolution.

L'inaction et la déresponsabilisation des uns et des autres sont cause de bien des maux de notre société. Ils ont cédé à toutes les revendications des ''Baby boomers'' qui allaient nous entraîner vers la déconstruction de notre petit peuple. Au nom de droit à la différence, on a permis de manipuler et de fracturer le cadre de vie de ce peuple. Puis par une régression plus poussée on a réussi à entraver voir interrompre le processus du développement naturel de la vie des personnes fragiles.Toutes ces transgressions ont pour racines l’égoïsme, l’égalitarisme, le pluralisme, le multiculturalisme, le consumérisme, etc. Notre peuple s’est payé le luxe de se couper de ses racines, pour basculer dans une société qui déifie un individualisme et un matérialisme athée. La laïcité est l'unique religion qui a droit de cité. Nous avons basculé dans le vide de l’athéisme, nous épuisant dans le nihilisme, le relativisme, le libertinage, le communautarisme, le consumérisme et pour sortie la mise en bière d’une civilisation de la victoire de la vie par l’avènement de la culture de la mort. Le meurtre des enfants (+ou- 30,000 avortements par année) et l'euthanasie. Autre donnée de ce dernier recensement canadien l’âge médian de la population québécoise est de 41.0 ans. Oui, ce peuple vieillit. La carrière pour la femme prime tout et comme l’affirmait péremptoirement Simone de Beauvoir «c’est l’homme qui a imposé ce concept de la maternité aux femmes afin de mieux les dominer en les obligeant à ne s’occuper que de l’éducation… des petits morveux». Toute cette frange de leaders féministes, au discours idéologique radicale doctrinaire et totalitaire, nous parlent de l'égalité de l’homme et de la femme, mais en réalité est sous-entendu et est proposé comme modèle: la femme pareille à l'homme et bientôt supérieure, car elle se masculinise ! De plus en plus de femmes ne portent plus de maquillage.

Il n’y a qu’à regarder la publicité sur le petit écran, dans les séries télévisées ou les ‘‘soaps opera’’ où l’on dépeint l’idéal de l’homme ''ROSE'' l’homme niais, incapable, qui s’interdit toute drague, dévirilisé et à n’être au plus qu’une utilité négligeable (géniteur) passagère et provisoire. Quant au père on en présente une caricature où son comportement est infantilisé, débile et dégénéré. L’on apprenait, il y a peu du MEL, que la majorité des enseignants au Québec dès la maternelle, du primaire jusqu'au secondaire est devenu le fief de la gens féminine + de 80% du corps enseignant. Comment le jeune garçon et l’adolescent peut-il trouver un modèle masculin et signifiant à qui il puisse s’identifier, qui favorisera un développement sain et + conforme à son sexe et où s’épanouira une virilité masculine qui soit normale équilibrée et sans préjudice ? Quel beau tombeau...quelle issue...pour ce peuple de l’ère post-chrétienne. Revisitons le tableau, pour mieux illustrer un sujet fallacieusement appelé mort par compassion, enjeu sociétal nullement débattu dans notre société, et vous comprendrez que l'euthanasie qu'elles (féministes) et d'autres manipulateurs et magouilleurs des consciences ne cessent de la réclamer à grand cri sur toutes les tribunes des médias(le député Fr. Lalonde du Bloc qui a remis sa démission pour raison de santé depuis) elle attend déjà les futurs vétérans qui ont 35 à 39 ans aujourd’hui et qui vont passer à la moulinette de la mort par compassion.

 

Regardons-nous en face. Qu'est-ce qui ne va pas chez notre peuple ? Trop de ressentiments et pas assez d'examens sur soi-même. On n'arrête pas de dire que c'est la faute à l'Église. Mais je rêve? Ceux qui ont 50 ans et moins n'ont jamais suivi de vrais cours de religion catholique ni reçu un enseignement conforme à l’évangile et de la tradition des Pères de l’Église. La catéchèse était devenue un fouillis, un ramassis de clichés pour des activistes socialos ''marxistes'' touchant les champs de l’égalité, l’élimination de la pauvreté, la lutte des classes et la libération des opprimés… Jésus était représenté aussi comme un révolutionnaire venu uniquement pour les marginaux, les prostitués (e), les pauvres et les misérables, etc. On en est arrivé à le présenter comme favorable à la discrimination positive. On a réduit Jésus Fils de Dieu, le Sauveur de tous les hommes sans exception tous créés à son image, à un guérillero venu pour sauver uniquement les marginalisés et ceux issus de la classe prolétarienne, en beaucoup de milieux de clercs dits progressistes. 

 

Je demeure dans un quartier majoritairement francophone où le niveau de vie est l'un des plus bas de Montréal. Est-ce la faute de l'Église si on y a développé une culture de BS ou d’assistanat et de dépendance? Non, c'est la sociale démocratie qui a produit des générations d’irresponsables. L'État Providence.

Je regrette de choquer, mais c'est mon cri de vivant qui sourd de mes entrailles et de mon cœur. Moi, orphelin dès la naissance, viens dire merci, grâce à Dieu, à ma mère naturelle qui m’a porté jusqu'à son terme un certain mois de février 194.. Je naquis à Londres. Qu'en serait-il, si j'étais dans le ventre d'une femme aujourd'hui?Les féministes s'époumonent à nous hurler «mon corps m'appartient». Mort au bébé ! Très probablement à l'avortoir pour finir dans des bacs de recyclage. Les restes, de ces personnes en croissance, seront récupérés et traités dans des laboratoires pour servir à la fabrication de produits de jouvence. Ce n'est plus de l'évolution, mais de dévolution. Tôt notre jeunesse est prise d’assaut afin de dénaturer la conscience naturelle. On projette à terme faire disparaître dès la maternelle la spécificité de l’homme et de la femme en faisant fi de la nature sexuée qui les différencie. Qu'est devenu le respect de la VIE? Il n’y a plus ni bien ni mal c’est le règne du nihilisme, du relativisme,  une éthique délabrée de toute transcendance voir de raison, c'est la valorisation d’un Moi sur dimensionné et la quête insatiable de satisfaire toutes ses pulsions et de ses désirs et le règne toujours éphémère du JOUIR JOUIR ET JOUIR.

 

Alors, quand on parle d’intégration des immigrants. Est-ce à ces valeurs, à cette culture mortifère et à un hédonisme irréfragable auxquels ils doivent s'intégrer? Qu'est-ce au juste ce que nous demandons et exigeons qu'ils s’adaptent ? À ces valeurs de mort. Sûrement pas à cette culture mortifère et vide. Cependant ce que nous n’accepterons jamais c'est que des jeunes filles subissent l’incision ou soient contraintes, dès le bas âge, à des mariages forcés, ni non plus qu’au nom de règles de la Sharî ’a il soit permis à un homme de battre sa femme ou la commission des crimes d'honneur ou encore qu'ils n'aient pas la liberté de conscience. On ne peut croire sans le vouloir, nous refusons qu'à cause du ramadan l’on donne congé à ses adeptes…, ou qu'encore se pratique la polygamie. Nous disons aussi que nous ne céderons pas à des chantages où tout un chacun se sert de la Ligue des droits de l’homme pour faire avaler une couleuvre afin qu’ils puissent avoir, par la bande, des droits et privilèges particuliers, et ce au nom d’un communautarisme étroit et obtus qui érige un mur dans la société d'accueil… Je n’ai rien contre les signes religieux, au contraire. Noël, malgré les gueulards de la gauche agressive et des disciples de la Laïcité et à tous ces athées militants, je leur dis : C’en est assez de baver sur la majorité et de tous nous contraindre au silence et au placard. Pour nous, Noël fête de JOIE sera toujours pour ce peuple, dont on célébrera le 400e anniversaire de son arrivée en 2008, une célébration religieuse chrétienne. C’est la naissance de Jésus.

Qu’on ne nous impose plus les ténèbres. La jeunesse ignore son histoire et ne se reconnaît pas vraiment dans les valeurs léguées par les bébés boomers. Il est grand temps que nous sortions enfin de la grande NOIRCEUR que l'on nous impose.

 

Là, où règne l’amour, là vous trouverez la vraie liberté et découvrirez que Dieu est amour. «Aimons-nous quand même» nous chante le barde Yvon Deschamps, mais cessons de nous gaver d’un ressentiment stérile : Ce luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. La langue française est un véhicule, mais quelle langue lumineuse, lorsque bien maîtrisée et bien parlée.

Charles Éd. Durand 11-XI-2007

Dernier recensement du CANADA que l’on peut se procurer à la librairie de l’Hôtel du gouvernement à Ottawa ou auprès de son député fédéral SOURCE¹)réf:

 

http://www12.Statcan.ca/english/census06/data/profiles/community/Details/page.cfm?lang=F&Geo1=CSD&Code1=2466023&Geo2=PR&code.

Tags: Recensement, Députés, Église du Québec, Hiérarchie, catéchisme, socialiste, communautarisme, Histoire, accommodements, Immigration, intégration, Droits non négociables, Francine Lalonde, Bloc Québécois, Valeurs, sociale démocratie, Déresponsabilisation, Langue française, Simone de Beauvoir, École, ministère de l'Éducation du Qc, Yvon Deschamps, Déstructuration de la société.