Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/10/2012

La Fontaine le prophète : Le chien et les chacals. Fable inédite.

Écrit en français de l'époque. Afin de ne pas briser les rimes et les assonances, je le publie tel quel. Toute ressemblance ne serait que pure coïncidence et fortuite.

Honi-soit-qui-mal-y-pense.

Charles Éd. Durand 

lafontaine2ur3.jpg

                                 Du coquin que l'on choie, il faut craindre les tours

                                       Et ne point espérer de caresse en retour.

                                   Pour l'avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.

                                     C'est ce dont je désire, lecteur, t'entretenir.

 

                                    Après dix ans et plus d'homériques batailles,

                                   De méchants pugilats, d'incessantes chamailles

                                      Un chien est bien aise d'avoir signé la paix

                                           Avec son voisin, chacal fort éclopé

                                      À l'allure fuyante, que l'on montre du doigt 

                                  Qui n'avait plus qu'un oeil, chassieux de surcroît,

                                      Et dont l'odeur, partout, de loin le précédait

                                                    Voulant sceller l'événement

                                                      Et le célébrer dignement,

                                                Le chien se donna grande peine

                                                Pour se montrer doux et amène.

                                                     Il pria le galeux chez lui,

                                                   Le fit entrer, referma l'huis,

                                                L'assit dans un moelleux velours

                                                     Et lui tint ce pieu discours :

 

                                  [ Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !

                                       Profitez, dégustez, sachez combien je voue

                                        D'amour à la concorde nouvelle entre nous !

                                    Hélas, que j'ai de torts envers vous et les vôtres,

                                       Et comme je voudrai que le passé fût autre !

                                       Reprenez de ce rôti, goûtez à tous les mets,

                                         Ne laissez un iota de ce que vous aimez! ]

 

                                                    L'interpellé eut très à coeur

                                                     D'obéir à tant de candeur.

                                                La gueule entière à son affaire,

                                                    Il fit de chaque plat désert

                                                Cependant que son hôte affable

                                                    Se bornait à garnir la table.

                                             Puis, tout d'humilité et la mine contrite,

                                          En parfait comédien, en fieffée chatemite

                                                Il dit : [ Mais, j'y songe, mon cher,

                                                   Nous voici faisant bonne chère

                                        Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :

                                        Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,

                                         Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,

                                           Toute ma parenté tant nue que maigrelette.

                                        Allons-nous les laisser jeûner jusqu'au matin? ]

                                           [ Certes non ! ] répliqua, prodigue, le mâtin,

                                             qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent

                                       quarante et un chacals parmi les moins sincères.

                                       Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules.

                                       Des grands et des menus, même des minuscules.

                                          Ils avoient tant de crocs, de rage et d'appétit

                                              Ils mangèrent si bien que petit à petit

                                        Les vivres s'étrécirent comme peau de chagrin

                                           Jusqu'à ce qu'à la fin il n'en restât plus rien.

                                                     Ce que voyant, l'ingrat bondit :

                                                   [ Ah ça, compère, je vous prédis

                                                    Que si point ne nous nourrissez

                                                     Et tout affamés nous laissez

                                                     Tandis que vous allez repu,

                                                La trêve entre nous est rompue ! ]

                                                    Ayant alors, quoi qu'il eût dit,

                                                        Retrouvé forces et furie,

                                                       Il se jeta sur son mécène,

                                       Et en une attaque soudaine, il lui récura la toison,

                                                         Aidé de toute sa maison.

                                                       Puis, le voyant à demi mort,

                                                        De chez lui il le bouta hors.

                                                         Et l'infortuné crie encore

                                                 [ La peste soit de mon coeur d'or ! ]

 

                                           Retenez la leçon, peuples trop acceillants :

                                       À la gent famélique, point ne devez promettre.

                                            Ces êtres arriérés, assassins et pillards

                                     Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.

                                           Vous en invitez un, l'emplissez d'ortolans,

                                   Et c'est jusqu'à vos clefs qu'il vous faudra lui remettre.

                                                                                      Jean de La Fontaine

 

Tabs: Fable inédite, Jean de La Fontaine, France. parentelle, victuailles. 

                                   

28/09/2012

Madame Pauline Marois, Ah! la garce, elle vide les poches des petits nantis.

Il faut nous étouffer d'amour, car il faut cesser d'aller au hockey c'est un luxe inadmissible. De grâce, évitez les restaurants et demeurez chez vous et mangez peu, car il faut donner à l'État providence qui s'est énamouraché des carrés rouges et des pauvres immigrants qui refusent de s'intégrer. N'oublions pas que le pauvre est inadaptable, car sa religion lui interdit de s'intégrer, il faut bien que toute sa famille vienne l'entourer et le soutenir. ''-Imaginez le climat qu'il faut subir et ajouter ce peuple de dégénérés qui ne veut plus d'enfant. Ah! par Dieu, dire que je viens d'un pays de soleil que parcourt une bise légère et caressante. Ah! que cruel est le climat. Vite, rassemblons toute la parentelle et en 3 ans il y en aura 100. Et puis les autres? Eh ben, ils naîtront ici''. 

Chère Madame la Première Ministre voici une petite vidéo de France que je ne puis vous refuser de regarder. Bien sûr que vous allez comprendre. On y parle là aussi d'impôt. Et moi, bientôt je partirai bien loin sous d'autres cieux avant que sur mon 10 $ vous ne m'en laissiez que 4.50 $, et dire que sur 100.$ il ne me restera que 45 $ et j'allais l'oublier : la taxe de vente provinciale 9.5% et qui en 2013 grimpera à 10%. et la fédérale 5%. ON NE PEUT PAS DIRE QUE LE GOUVERNEMENT CONSERVATEUR DU CANADA NOUS SAIGNE, soit trop gourmand. Il est vrai que le Parti Conservateur n'est pas de gauche.

Imaginez les joueurs de la LNH. Croyez-vous qu'ils viendront jouer pour les Nordiques ou le CH. Que non, vous les étouffez. Et ajouter tous les sièges sociaux dont les dirigeants qui au lieu de se laisser vider les poches vont déménager leurs pénates et vous verrez partir les médecins et les spécialistes et le Hight Tech qui iront développer leur compétences ailleurs. l'Amérique est encore vivable Obama n'a pas encore réussit à tous les égorger et il y a d'autres provinces. Je sais on devra parler anglais mais il y a la télé on a qu'à se cabler comme font les Arabes qui tous regardent les émissions culturelles ??? d'Al Jazeera الجزيرة.نت

Pu d'argent tu ne dépenses plus, et tu favorises la croissance du chômage. Ç'a commence bien.

Bien parti pour que le PQ soit plus Québec solidaire que notre souriante Françoise David. Et puis instituons tous les moratoires, y'en aura plus de développement des ressources naturelles. Heureusement on a des casseroles et s'il en manque on les fera venir de Chine.

Charles Éd. Durand

tags: Pauline Marois, Françoise David, Impôt, France, 55%, taxe, Québec solidaire, Parti Québécois, médecins, joueurs de hockey, la LNH, dirgeants d'entreprises, sièges sociaux, parti conservateur, immigrants, enfant, la gauche.


01/05/2012

Vous chercher à éviter les faux prophètes et ils viennent vers vous habillés en berger. Mais sous le manteau, ce sont des loups féroces. St Matthieu.

 

images (1).jpg

Avant de parler de Gabriel Nadeau-Dubois je vais tenter de parler de l'oiseau rouge qui réapparaît depuis quelques années en Occident. Le retour sur la scène politique des vieilles idées marxistes. À l'émission ''Tout le monde en parle'' de dimanche 29 avril, une tête grise pris la parole, après les trois leaders étudiants, un nostalgique soixante-huitard. Il était ravi de voir qu'enfin une nouvelle génération allait reprendre le flambeau de la lutte finale. Passons vite, sur ce soixante-huitard libidineux de la jouissance et adepte de la consommation des plaisirs éphémères et qui avec d'autres menaient et continuent à détruire ce peuple minoritaire en Amérique du Nord, en s'acharnant à abolir tous les tabous, à nier toute morale naturelle, à favoriser l'euthanasie, l'avortement, l'eugénisme, la disparition et l'éclatement de la famille, la redéfinition du mariage, la théorie du ''Gender'' dès l'école primaire, l'élimination de toutes les structures, ridiculiser le père dans la famille, la fin de toute autorité, et hélas, la démission parental et ainsi desuite . Je regardais à sa gauche et je voyais trois jeunes étudiants qui en sont les héritiers. Ces jeunes ne sont pas des imbéciles, ils sont issus du climat culturel qui les entoure. Plusieurs ont soif d'autres choses que ce qu'ils voient et sans doute de valeurs plus structurantes, exaltantes et enrichissantes que celles où ils baignent. La régression s'étend à tous les niveaux. Mais, demeurons sur l'actualité. Il faut lire ces courriels et ces commentaires, c'est du délire et pourtant on ne peut que constater où la déchéance de l'enseignement a conduit des étudiants.

J'ai depuis quelques jours entendu et lu des commentaires, assez bref en fait, sur Gabriel Nadeau-Dubois, qui parlant de lui disaient : qu'il était très intelligent et très articulé et ils (elles) concluaient qu'ils l'aimaient. Intelligent, personne ne le conteste et il est un rhéteur redoutable, je suis d'accord sur ce point. Je n'ai lu aucun argument pour soutenir son opinion. Maintenant, l'adulation spontanée ce n'est pas sérieux, cela fait un peu midinette en pâmoison. Il faut avoir un minimum de discernement, de curiosité afin de connaître l'homme, les positions qu'il défend et quels sont ses objectifs. Je ne connais pas son parcours ni la personne qui a contribué à sa formation, soit son mentor, un professeur sans doute, qui l'aura aiguillonné et fortement influencé sur le plan idéologique. Force est cependant de reconnaître qu'il est devenu communiste et anarchiste. De plus, il est lié de fort près au parti Québec solidaire.

Porte-parole de La Classe - Coalition large pour une Solidarité Syndicale Étudiante, cette entité temporaire est issue de L'ASSÉ. Ils n'en font pas mystère, mais n'en parlent pas non plus. Qu'est cet organisme ? Il fut fondé en 2001. L'ASSÉ ( Association pour une solidarité syndicale des étudiants) a des liens très étroits avec l'Union Communiste libertaire et anarchique. Gabriel en est l'administrateur et le secrétaire. Je ne donnerai pas l'adresse, mais il est domicilié à Montréal et le signataire inscrit au registre est Arnaud Theurillat-Cloutier, frère de Fanny Theurillat-Cloutier qui est la conseillère d'Amir Khadir de Québec solidaire. Voici ce que dit l'ASSÉ par son porte-parole Arnaud : la hausse des frais de scolarité n'est qu'une étape c'est à tout le système économique en vigueur au Québec qu'il faut s'en prendre. Il va déclarer à la Presse :''après, les indignés d'Europe (Espagne), l'Occupation de Wall Street et le printemps arabe, c'est le mouvement étudiant qui sera l'étincelle du printemps québécois''. Tous ces gens sont liés à l'Union Communiste libertaire (UCL). Jusqu'en 2008 l'UCL portait le nom de '' North East Federation of Arnacho-Communists'' (NEFAC) Leur but : faire la révolution communiste dans l'anarchie. L'UCL se vante, après la manifestation du 22 mars 2012, d'avoir pris le contrôle du mouvement contestataire étudiant par le biais de la CLASSE tout en ridiculisant la FEUQ et la FECQ. Si Gabriel Nadeau-Dubois dénonçait un groupe d'étudiants opposé à la grève d'être proche du Parti libéral, il est intéressant de voir que Gabriel habite avec la soeur d'Arnaud qui travaille pour Québec solidaire.

Ce que sans doute ignorent nos étudiants c'est que le Québec, et cela depuis les années soixante, sert de laboratoire pour initier et mettre sur le marché de nouveaux produits, lancer des courants, des modes (je ne parle pas vestimentaire) et aussi la contestation. Par exemple : les sacs verts de poubelles, les cartons de lait, les jardins funéraires l'incinération, etc. C'est ici que l'on s'exerce et si on y arrive alors on va le faire ailleurs. Donc Étudiants si on vous paie c'est pour faciliter votre engagement. Les syndicats servent de courroie. Demandez-vous d'où vient l'argent. Essayez de retracer son origine réelle.

Quel est leur but ? Créer une société nouvelle, dite de progrès, comme ont eu la chance de la connaître les Soviétiques, les Chinois, etc. Staline est leur héros et Soljenistine un traître comme Boris Pasternak qui a écrit sur les Goulags. LA CLASSE dès l'annonce de la proposition du gouvernement Gabriel a déclaré qu'elle était inacceptable et qu'il ne pensait pas la soumettre à ses membres. Finalement s'est tenue une réunion de 43 délégués de LA CLASSE qui ont rejeté la proposition. Qui sont ces 43 membres? Le Politburo?

Il est toujours temps pour ceux qui lui vouent un culte de vous demander au fait c'est quoi le programme communiste, qu'est-ce qu'il cherche à réaliser ? Voici quelques-uns de ces buts: nationaliser les esprits, nationaliser les vies, tous doivent se soumettre à ceux qui pensent pour vous donc: la soumisssion et non la liberté, nationaliser les moyens de production, fin de l'initiative personnelle et de la créativité, abolition de la propriété et de la liberté de fonder vos entreprises, nationalisation des richesses naturelles et redistribution tous azimuts sauf exception pour la''Nomenklatura'' qui elle aura ses magasins. La notion des droits de l'homme chez ces gens c'est qu'il ne tolère aucune opposition et les boucs émissaires sont faciles à cibler : les capitalistes et les catholiques. Et fini les grèves. Les adorateurs de Gabriel ou d'autres découvriront un jour les bienfaits de la terreur. Il sera trop tard. Croyez-moi, les ressortissants qui nous viennent des pays où le communisme régna sans opposition quitteront vite le Québec. Eux ils savent dans leur chair ce que veut dire le communisme.

Méfiez-vous du regard de l'agneau. Ci-joint la vidéo un dicour fleuve de Gabriel Nadeau-Dubois sur le capitalisme et la révolution au Québec qu'il faut mener à son terme.

 

Charles Ed. Durand

 

tags: Mathieu, La CLASSE, l'ASSÉ, Québec Solidaire, Amir Khadir, Arnaud Theurillat-Cloutier, Fanny Theurillat-Cloutier, L'UCL, la North East Federation of Anarcho-Communists, Gabriel Nadeau-Dubois, la FEUQ, la FECQ, Tout le monde en parle, soixante-huitard, libidineux, lutte des classes, capitaliste, catholique, nationalise, droits de l'homme, politburo, la terreur.