Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2012

Caroline Fourest n’a pas arrêté de créer la provocation au nom du totalitarisme LGBT.

 

La photo du jour : «Un-e hétéro = une balle, une famille = une rafale»

À Toulouse le 17 novembre, le slogan du LGBT ; Un (e) hétéro = une balle, une famille = une rafale Ça aussi, Caroline,  c'est ''pacifique et drôle '' ? 

 

Caroline Fourest.jpgLa grande presse de gauche s'est ralliée derrière la militante  et combattante et anti-catholique notoire Caroline Fourest. Elle ne tolère pas que l'on s'oppose au mariage et à l'adoption, par des couples homos de même sexe, d'enfants pas plus que leur soit refusé le droit à recourir à la mère porteuse etc. Elles se sont longuement préparées et c'est vêtu en nonne quasi dénudée qu'elles ont agressé les manifestants catholiques samedi et surtout dimanche. Vous n'avez qu'à regarder la vidéo. Elles n'avaient pas de permis de contre-manifester. La démocratie ce n'est pas pour elles. Caroline considère qu'elle est au-dessus des lois. Je ne sais pas l'accueil que Caroline et ses complices Femens auraient reçu si elles s’étaient avisées d'entrer en bousculant les manifestants islamistes à l'intérieur d'un défilé musulman. La police n'aurait jamais réussi à les sauver. Les catholiques, alors là elles s'en sont donné à cœur joie. Mais Caroline a pour elle toute la presse qui va dégueuler auprès du gouvernement et du Grand Orient de France contre les catholiques intégristes. De débats elle n'en veut pas. 

photo Caroline Fourest, trois de Riposte catholique sur le flic en service commandé.

1) Addendum : J'ajoute ici quelques photos et une vidéo d'un flic vêtu de noir. Il porte le brassard orange, une cagoule,  une casquette, un capuchon, des skets Adidas et des lumettes de soleil et il s'en prend aux FEMENS, observer son coup de pied, alors que ceux de civitas portent des gilets jaune fluo et les empêchent de pénétrer dans la manifestation comme on le voit dans la video, et l'on voit un homme de CIVITAS (photo 2) tenter de s'interposer entre le flic et la FEMEN.

FLic porte le Brassard-orange-1.jpg  1           Flic Coup-de-pied-initial.jpg 2

Flic a enlevé son brassard orange Femen-18-11-2012.jpg 3


Ce que les médias se sont abstenus de vous montrer. Vous aurez remarqué le brassard orange qui permet aus policiers de ne pas l'arrêter pour voies de fait grave et sur la troisième il a enlevé son brassard et s'enfuit. Son job est fait. Delanoë est content et Caroline aussi. On va démoniser CIVITAS. Eh Ben non. C'est de la provocation conspirationniste bien planifiée mais un loustic a tout vu. Voilà la preuve.

Source ; Nouvelles de France : Un(e) Hétéro = une balle, une famille = une rafale, publiée in Le Monde fr. Elle est belle l'objectivité! Christianophobie

Charles Ed. Durand

Sur la vidéo vous remarquerez que tous les slogans sont dit en anglais et pourtant ce sont des françaises. Comme quoi Georges Soros les a sans doute financées. Non, il ni a pas d'amour dans l'air. Ce n'est pas le genre de ces tigresses.

tags: Caroline Fourest, provocation. Civitas, nonne, totalitarisme, catholiques, agressé, journalistes sympathiques, Le Grand Orient de France, Georges Soros, gouvernement, adoption, mariage.



16/11/2012

La marche des Français contre le radicalisme de l'Islam. French medias Ignores the Protest against Radical Islams.

 

Superman et musulman.JPG


Les médias français ont laissé tomber la chape de plomb (censure) sur la manifestation patriotique tenue le 10 novembre dernier contre la radicalisation de l’Islam en France. On estime qu’en Europe la France est le pays ayant la plus forte concentration de Musulmans sur son territoire estimé à 15 millions.

Rolande Ruellan Cour des comptes.jpgPar ailleurs nous apprenions hier que c’est en Algérie où il y a le plus de centenaires au monde, soit 55,000 qui ont cent ans et plus. Comme par hasard ils reçoivent tous une pension de l’État français qui se chiffre  à plus d' 1 milliard d’euros. Aucun contrôle n’est fait. Pourquoi ne pas obliger les prestataires à venir s'identifier à tous les deux ans au consulat afin de pouvoir recevoir leur pension de retraite et non leurs enfants ou petits enfants ? Rolande Ruellan, présidente de la Cour des comptes, a déclaré le 9 juillet 2012 qu'il y a des retraités qui ne meurent plus. Pour la vérification : Trop cher répond le CNAV. Bref, les binationaux deviennent des immortels. Or c'est cette Cour des comptes qui a épluché les comptes de la CNAV (Caisse nationale d'assurance vieillesse) qui a découvert la fraude. Le nombre de centenaires est très supérieur à ceux recencés par l'état civil Algérien.

Désolé si j'ai bifurqué mais comme le gouvernement de François Hollande cherche de l'argent, car en plus de ce milliard versé en Algérie, il y a un autre 4 milliards qui disparaît à l'étranger pour un nombre indéterminé de retraités centenaires.

source sur les centenaires : André Drouin

Photos : Batman Superman et musulman, Rolande Ruellan

On doit remercier CBN News des États-Unis d’avoir rendu publique cette manifestation de patriotes français. Il ne fallait pas compter sur FR 2 pour en parler si au moins il ni avait eu que 20 manifestants alors là on en aurait parlé partout.

Charles Ed. Durand

tags: CBN News, manifestation, invasion de la France, radical, medias, censure, centenaire, André Drouin, Algérie, Les Immortels, Rollande Ruellan, Cour des comptes, CSNV 


05/10/2012

La Fontaine le prophète : Le chien et les chacals. Fable inédite.

Écrit en français de l'époque. Afin de ne pas briser les rimes et les assonances, je le publie tel quel. Toute ressemblance ne serait que pure coïncidence et fortuite.

Honi-soit-qui-mal-y-pense.

Charles Éd. Durand 

lafontaine2ur3.jpg

                                 Du coquin que l'on choie, il faut craindre les tours

                                       Et ne point espérer de caresse en retour.

                                   Pour l'avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.

                                     C'est ce dont je désire, lecteur, t'entretenir.

 

                                    Après dix ans et plus d'homériques batailles,

                                   De méchants pugilats, d'incessantes chamailles

                                      Un chien est bien aise d'avoir signé la paix

                                           Avec son voisin, chacal fort éclopé

                                      À l'allure fuyante, que l'on montre du doigt 

                                  Qui n'avait plus qu'un oeil, chassieux de surcroît,

                                      Et dont l'odeur, partout, de loin le précédait

                                                    Voulant sceller l'événement

                                                      Et le célébrer dignement,

                                                Le chien se donna grande peine

                                                Pour se montrer doux et amène.

                                                     Il pria le galeux chez lui,

                                                   Le fit entrer, referma l'huis,

                                                L'assit dans un moelleux velours

                                                     Et lui tint ce pieu discours :

 

                                  [ Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !

                                       Profitez, dégustez, sachez combien je voue

                                        D'amour à la concorde nouvelle entre nous !

                                    Hélas, que j'ai de torts envers vous et les vôtres,

                                       Et comme je voudrai que le passé fût autre !

                                       Reprenez de ce rôti, goûtez à tous les mets,

                                         Ne laissez un iota de ce que vous aimez! ]

 

                                                    L'interpellé eut très à coeur

                                                     D'obéir à tant de candeur.

                                                La gueule entière à son affaire,

                                                    Il fit de chaque plat désert

                                                Cependant que son hôte affable

                                                    Se bornait à garnir la table.

                                             Puis, tout d'humilité et la mine contrite,

                                          En parfait comédien, en fieffée chatemite

                                                Il dit : [ Mais, j'y songe, mon cher,

                                                   Nous voici faisant bonne chère

                                        Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :

                                        Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,

                                         Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,

                                           Toute ma parenté tant nue que maigrelette.

                                        Allons-nous les laisser jeûner jusqu'au matin? ]

                                           [ Certes non ! ] répliqua, prodigue, le mâtin,

                                             qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent

                                       quarante et un chacals parmi les moins sincères.

                                       Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules.

                                       Des grands et des menus, même des minuscules.

                                          Ils avoient tant de crocs, de rage et d'appétit

                                              Ils mangèrent si bien que petit à petit

                                        Les vivres s'étrécirent comme peau de chagrin

                                           Jusqu'à ce qu'à la fin il n'en restât plus rien.

                                                     Ce que voyant, l'ingrat bondit :

                                                   [ Ah ça, compère, je vous prédis

                                                    Que si point ne nous nourrissez

                                                     Et tout affamés nous laissez

                                                     Tandis que vous allez repu,

                                                La trêve entre nous est rompue ! ]

                                                    Ayant alors, quoi qu'il eût dit,

                                                        Retrouvé forces et furie,

                                                       Il se jeta sur son mécène,

                                       Et en une attaque soudaine, il lui récura la toison,

                                                         Aidé de toute sa maison.

                                                       Puis, le voyant à demi mort,

                                                        De chez lui il le bouta hors.

                                                         Et l'infortuné crie encore

                                                 [ La peste soit de mon coeur d'or ! ]

 

                                           Retenez la leçon, peuples trop acceillants :

                                       À la gent famélique, point ne devez promettre.

                                            Ces êtres arriérés, assassins et pillards

                                     Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.

                                           Vous en invitez un, l'emplissez d'ortolans,

                                   Et c'est jusqu'à vos clefs qu'il vous faudra lui remettre.

                                                                                      Jean de La Fontaine

 

Tabs: Fable inédite, Jean de La Fontaine, France. parentelle, victuailles.