Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2012

Abel Chennouf, catholique, Français et Kabyle assassiné en France par un islamiste.

Abel Shennouf.jpgAbel Chennouf, 25 ans, parachutiste au 17e RGP de Montauban, Français d’origine Kabyle, catholique pratiquant, est mort assassiné par le “djihadiste” Mohamed Merah en haine de tout ce qu’il représentait. Que Dieu ait pitié de l’âme de Caïn,  et qu’il accueille en Son paradis celle d’Abel « le juste ».

Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste
Donnez-moi ce qu’on ne vous demande jamais.
Je ne vous demande pas le repos
Ni la tranquillité
Ni celle de l’âme, ni celle du corps.
Je ne vous demande pas la richesse
Ni le succès, ni même la santé.
Tout ça, mon Dieu, on vous le demande tellement
Que vous ne devez plus en avoir.
Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste
Donnez-moi ce qu’on vous refuse.
Je veux l’insécurité et l’inquiétude.
Je veux la tourmente et la bagarre.
Et que vous me les donniez, mon Dieu, définitivement.
Que je suis sûr de les avoir toujours
Car je n’aurai pas toujours le courage

De vous les demander.
Donnez-moi, mon Dieu, ce qui vous reste.
Donnez-moi ce dont les autres ne veulent pas.
Mais donnez-moi aussi le courage
Et la force et la Foi.

Cette prière fut trouvée sur le corps de l’aspirant André Zirnheld tué en Libye en juillet 1942. Elle est emblématique de l’esprit para.

source : Observatoire de la christianophobie

tags: Montauban, soldat, islamiste, catholique, haine, Dieu, para, La prière du Para.


17:58 Publié dans France, vidéo | Lien permanent | Commentaires (0)

21/03/2012

Tuerie d'enfants et de soldats à Toulouse au nom de l'Islam nazislamiste.

islatroie.jpg

Trois enfants tués dans la cour de récréation de l'école de même que le jeune père et deux de ses enfants furent froidement assassinés tout comme les trois militaires de Montauban la semaine dernière. Ce matin, j'écoutais sur TVA la nouvelle à l'effet que le terroriste, on peut ainsi l'appeler, car on n'est pas ici sous l'administration d'Obama où il est interdit de mentionner ce mot, au pays de l'oncle Sam. L'on doit dire ''Lone Woolf''. Donc que ce musulman avait été retrouvé grâce au HTTP de l'ordinateur de sa mère. Tiens donc! Voilà, il est retranché dans son appartement que la force de l'ordre entoure. Ce qui m'a surtout choqué c'est de voir, au même moment qu'était diffusé le bulletin de nouvelles, apparaître en boucle sur le fil de presse en bas de l'écran des nouvelles brèves ''qu'Israël avait depuis le début de l'année tué 115 enfants palestiniens''. N'oublions pas concernant l'enfant mort que l'on nous a rapporté comme ayant été tué par un missile lancé par le Tsahal, information répétée ''ad nauseam'' malgré les preuves contraires et irréfutables, 1) que les militaires n'ont jamais lancé de missile en cet endroit précis ni alentour, 2) les photographies prises sur l'emplacement de ce jeune enfant palestinien tué, où l'on voit du sang de l'enfant, mais aucun trou béant qui serait la preuve que c'est bien un missile qui y serait tombé. 3) En fait, l'enfant censé avoir été frappé par un missile israélien près de chez lui, portait une veste sous laquelle son corps était ceinturé de bombes explosives. Donc, c'est sans doute dû à une mauvaise manoeuvre que l'arsenal, que portait l'enfant palestinien, a explosé. Non, il ne portait pas des feux de bangales pour agrémenter un feu de joie, mais pour tuer des juifs et autres personnes humaines innocentes. On pleure sur des enfants palestiniens qui seraient victimes de l'ogre juif et sioniste. Il y en a marre de nous seriner des mensonges. Israël a la possibilité de détruire les stations de télé palestiniennes ( ce qu'elle ne fait pas, car l'U.E. a payé ces stations de télé et les antennes qui permettent la diffusion de ces horreurs..) qui diffusent des émissions pour enfants où l'on distille, dans l'esprit, de jeunes enfants pré pubère à haïr le Juif et aussi tous les infidèles chrétiens, et ce pour la plus grande gloire d'Allah! On leur enseigne que tuer un juif ou un chrétien vaudra à chacun le paradis éternel. Imaginez si en tuer plusieurs, c'est l'apothéose.

imgres-32.jpegVoici ci-joint une photo de ces pauvres jeunes petits enfants palestiniens. Et Israël laisse diffuser ces émissions de haine sans intervenir. On forme des terroristes et personne en Occident ne s'en émeut. Quelle culture développée!

Comme vous voyez, la culture ici transmise avec beaucoup de rigueur atteint un niveau inégalé en Occident. Sans doute, elle les prépare à recevoir éventuellement un prix Nobel de la paix? Quant à nos correspondants des médias dont le minable tricheur Charles Enderlin, toujours en poste à Jérusalem, déjà condamné pour fabrication de faux. Eh bien, il est soutenu par la bassecour des journalistes de France. Il a même eu droit à la Légion d'honneur. Désolé? Non, je rage : mon impuissance, car je reproche à ces gens des médias d'avoir soufflé sur la braise de l'antisémitisme contre les juifs et Israël et d'oser comparer le sort des Palestiniens de Gaza à celui des juifs dans les camps de concentration nazis et pour faire effet on dit qu'Israël les traite comme des sous-hommes soumis à un régime d'apartheid déshumanisant et cruel. Honte! à ces faiseurs d'opinions. Tous de la gauche, on voit même certains de l'UMP qui s'acoquinent avec cette chienlit. Vraiment, on nage dans le surréalisme perverti. Maintenant que penser du personnel politique de France et aussi d'ailleurs; de ces hauts fonctionnaires de l'U.E., nommés titulaires de ministères, tous non élus, mais tout aussi complaisants ? Comment ne pas rager d'entendre, cette Anglaise, la baronne Catherine Ashton (d'obédience communiste et qui n'en fit jamais mystère) lâcher son fiel et accuser Israël d'être la cause de ces actes de terrorisme. Elle n'a jamais été élue à aucun poste dans son pays avant cette désignation, au forcing, imposée par Gordon Brown ex PM de Grande-Bretagne. Tous ces hauts dirigeants de l'Union Européenne n'ont pas de compte à rendre à personne et ils bavent une propagande haineuse, tronquée, menteuse et anti Israël voir antijuive tout court. Aujourd'hui, voyez ces leaders, en campagne électorale, en France, ils font comme Judas et ils tentent de remettre les trente pièces d'argent reçus qui les a autorisés à trahir à dénoncer et à vendre Israël et a appelés les Israéliens à plus de retenue envers les Palestiniens. Et pourquoi pas l'Iran ? Laissez-vous tuer, mais surtout ne répliquez pas. Ils ont eu le culot de dénoncer la campagne militaire menée ''Plomb Durci'' contre les terroristes qui depuis des années lancent des missiles (roquettes) sur le territoire israélien qui tuent d'innocentes victimes. Non, mais, quel culot! Vous leur dites : soyez comme des agneaux et laissez-vous conduire à l'abattoir. Si l'antisémitisme se répand en Occident; qu'en soient remerciés les Obama, les Nicolas Sarkozy et autres dirigeants de pays qui reçoivent leurs feuilles de route d'Hussein Obama. Le dernier en date David Cameron venu recevoir à Washington les ordres du président. Il ne reste que Stephen Harper du Canada pour lui résister. Au moins, le Canada, un peu seul, essaie de résister aux multiples menaces de l'administration américaine. Cela dit nos quelconques journalistes surtout de Radio-Canada ou CBC, et autres médias du Québec, on sait que leurs intentions inavouées, très provinciales au demeurant, consistent avant tout non à chercher la vérité, mais à centrer leurs attaques contre et à démoniser Stephen Harper... Il ne faut pas s'étonner de voir tous les coups bas trouver le chemin des ondes qui ont pour mission de se répercuter dans le subconscient des gens et ainsi formater l'opinion des auditeurs. Bourrage de crâne. Allo! la Grande Noirceur.

Est-ce qu'un Tarik Ramadan a dénoncé cette tuerie d'enfants, lui l'intellectuel si chéri des plateaux de télé française et le chouchou de la coterie de gauche du Plateau Mont-Royal et de Québec Solidaire ? Pas une seule réaction n'est venue de notre personnel politique du Québec. Le désert.

Quand j'entends pleurer mes frères aînés dans la foi je pleure aussi, car Abraham est aussi notre patriarche et de toutes les nations on reconnaîtra sa descendance. Je suis disciple de Yeshuah Jésus Christ le Fils de l'homme, lui aussi était juif né de la Vierge Marie, juive elle aussi. Mon coeur saigne, quand je vois toutes ces tueries commises envers les juifs et aussi envers mes frères, disciples du Christ, comme les Coptes d'Égypte, les catholiques au Sud-Soudan où l'on bombarde les églises, écoles et villages et combien d'autres en plusieurs pays là où l'islam est menaçante voir majoritaire. Que les musulmans modérés hurlent leur désapprobation alors je saluerai leur bravoure et reconnaîtrai l'amour pour leurs frères en humanité. Pour l'instant c'est le silence. Et pourtant je sais qu'il y en a.

 

Charles Ed. Durand

 

tags: Toulouse, militaires, Toulouse, terroriste, Http de sa mère, antisémitisme, Obama, leaders politiques, hypocrisie, la gauche, Plateau Mont-Royal, l'UMP, Union Européenne, Catherine Ashton, Islam, Palestiniens, apartheid, Iran, élection, France, Abraham, frères aînés, Foi, trahison, Judas, Israël.

11/03/2012

La journée de Gabrielle racontée par sa mère : La Crevette

vacances en Bretagne 001.JPG

Généralement, j'entends Gabrielle gazouiller dans son lit en montant vers les étages le matin, à sept heures. Jamais on ne l'entend pleurer, c'est toujours un petit pépiement, une parlotte de bébé et elle fait bouger un petit mobile qu'elle a dans son lit et on entend le bruit mélodique de sa voix et du jouet. Alors, en préparant le biberon, je désigne qui le lui donnera, Pierre ou Rémi, qui se disputent tous les matins pour s'occuper de leur petite soeur. Puis, je vais la lever : elle est toujours en travers du lit et s'agite frénétiquement au son de la porte qui s'ouvre, elle sourit largement, bat des cils à cause de la lumière. Je la change, puis c'est biberonnade pendant que je petit-déjeune.

Nous partons ensuite en voiture et elle gazouille pendant la prière ou crie pendant une musique de variété quelconque. Elle aime la musique et la bétaillère.
Après avoir déposé les enfants à l'école, je vais faire mes courses et mademoiselle raffole de cette activité. A peine juchée sur le caddie, elle prend un petit air affairé avec la bouche en cul de poule de la parfaite ménagère et ça me fait toujours rire. On a l'impression qu'elle réfléchit tout haut : "voyons, qu'est-ce que je dois prendre aujourd'hui... courgettes ou carottes? poulet ou steaks? Ouch, les prix ont encore augmenté, c'est-y pas Dieu possible..." En fait, je soupçonne un mimétisme avec sa mère et je pense qu'elle prend la même tronche que je dois faire à ce moment là, l'air un peu pincé et empressé, l'air compassé et concentré de n'importe quelle femme qui fait son marché comme si c'était la chose la plus importante du monde -et c'est effectivement la chose la plus importante du monde et même l'apocalypse peut aller se rhabiller à cette heure-ci parce que je fais des choix cruciaux pour le dîner du soir et qu'on ne rigole pas avec ça. Tout de même.

Nous rentrons, je la pouponne, elle prend son bain, je la crème de la tête aux pieds, elle raffole de ces petits massages, je passe bien sur toutes ses articulations et dans ses plis grassouillets! puis elle pleurniche lorsque je l'habille, elle en a assez, elle est fatiguée et veut dormir. Je la couche alors avec sa petite couverture qui lui sert de doudou : elle la tire jusqu'à son nez, et suce son pouce en la tripotant avec ses petits doigts. Je ferme la porte et elle s'endort épuisée.

A l'heure du déjeuner, elle est toute frétillante de faim et je la biberonne avec un peu de carottes dans son lait. Ensuite, depuis quelques jours, je lui donne quelques cuillerées de petit pot de fruits. C'est très amusant les débuts à la cuillère : elle n'ouvre pas la bouche, elle veut téter encore. Alors, je lui fourgue délicatement un bout de cuillère à café entre les lèvres et elle comprend, entrouvre un peu sa minuscule bouche, attrape un peu de la compote, suçote, avale en frissonnant -c'est trop acide- et sourit. Et nous recommençons quatre-cinq fois mais guère plus parce que l'acidité de cette nouveauté la gène assez rapidement.
Ces minuscules becquées de oisillon me ravissent, on sent qu'elle se concentre sur le geste, sur le goût, sur tout, et ces découvertes l'accaparent complètement! C'est un grand moment dans la vie de bébé et je roucoule à côté, je l'encourage, je ris en voyant ses mimiques, ses airs surpris, ses airs ravis et sa façon qu'elle a de tourner la tête, très doucement mais obstinément pour signifier : "ça suffit, j'ai mon compte".
Tout passe par le goût à ces premiers âges, en Bretagne, elle ne voyait pas la mer mais elle était capable de rester fascinée dix bonnes minutes par un coquillage ou une miette de caillou... Tout ce qui est à leur portée passe dans les petites quenottes et dans la bouche.

L'après midi, la sieste a moins de succès, et le biberon de quatre heures arrive souvent vers trois heures. Puis, il y a le rituel du biscuit, là aussi depuis peu. Gabrielle prend délicatement un petit beurre que je lui tends dans sa chaise haute, et elle se met à le suçoter immédiatement, elle bavote beaucoup, elle s'affaire énormément, c'est un gros travail pour elle, un énorme biscuit, un grand défi! Elle émiette soigneusement le gâteau, fabrique, avec les morceaux qui ne tombent pas, une sorte de pâte baveuse, avale à peu près le tout, recrache une partie, récupère sur ses doigts ce qu'elle peut et ré-enfourne le tout avec deux voire trois doigts, jusqu'à la garde. Je surveille les opérations successives et me retiens de l'essuyer et de la laver trop vite car alors elle perdrait une grande partie du biscuit et de son plaisir. Cela me demande une grande patience parce que je suis assez maniaque de nature et voir ma petite princesse avec du biscuit en emplâtre jusque dans les cheveux, cela me désole un peu.

Nous nous promenons ensuite en poussette ou en voiture, nous allons chercher les autres enfants à l'école et elle n'a plus peur de la cour d'école maintenant, du bruit et de l'agitation, elle retrouve vite les jumeaux qui l'embrassent sans complexe devant leurs petits camarades envieux et nous repartons à la maison.

 

Généralement, au retour, je la délaisse un peu, les grands la prennent avec eux ou bien je la recouche un moment pour tenter de faire les devoirs avec les garçons. Mais bien vite nous entendons son mobile sonner et les premiers qui ont fini de bosser s'en vont la chercher pour jouer avec elle ou la trimbaler partout dans la maison jusqu'à l'heure du soir où elle reprend un dernier biberon. Parfois, son père arrive à ce moment-là et elle passe un moment avec lui, très concentrée, attentive, à tirer sur ses lunettes, sa cravate... Elle remodèle son visage longuement en lui babillant de nombreuses confidences vitales.

A la prière du soir, je la mets sur mes genoux et elle est insupportable et déchaînée pour la plus grande joie des aînés. Elle fait son cirque pendant la récitation des "Je vous salue Marie" et mes "chut" autoritaires ne servent à rien du tout.
Je la couche ensuite, avec le petit rituel de la couverture-doudou sur le nez et elle s'endort dans la minute, toujours en souriant...

Je vous fait un portrait plutôt tranquille et aimable de ma petite fille, mais il est vrai que ses journées sont calmes et que j'essaie de ne pas perturber cette routine. C'est sans compter les week end où elle est bousculée et sans compter ses maladies de bébé. J'ai toujours fait en sorte de privilégier la routine car j'ai remarqué combien celle-ci rassure et structure les petits enfants. C'est un des secrets du bonheur, cette routine, un trésor familial à pratiquer. 

pseudo : LA CREVETTE.

Mère de 9 enfants que j'ai rencontrée via une communauté de lecteurs. Depuis lors nous avons établi une relation épistolaire mais ce qui surtout nous relie c'est la prière. Que de confidences ai-je pu lui confier et quel grand bien en ai-je reçu. J'admire en elle son courage, sa ténacité, sa constance et sa charité envers quiconque la consulte. Une mère infatigable qui aime tous ses enfants et son mari assurément. Voilà une famille qui est une Église et qui transmet la Parole de l'évangile et convie les uns  et les autres de la fratrie à prier. Je la remercie de m'avoir autorisé à publier son récit sur la journée de Gabrielle. Vous trouverez son blogue sur mes liens : La joie du jour.

Charles Ed. Durand

photo : de la crevette, son coin de pays.

tags: journée, fratrie, famille, la crevette, mère, épouse, Église, Christ, fidèle, amitié.