Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2014

Pogroms à Paris : Les loups sont dans Paris et ils ont faim. Ils arpentent vos rues.

14 juillet 2013-2014.jpg

Merci à Allan le Pilar pour cette photo éditoriale

Le silence des médias et la désinformation font recette. On tue la France au nom de la RÉPUBLIQUE. Debout! peuple de France. L'islam, tel est son ADN, dévore les Juifs et les chrétiens sans état d'âme ni remord. Les Services de renseignements des pays civilisés d'Occident de la Russie, de l'Asie du Sud Est et de l'Océanie estiment que le nombre de musulmans extrémistes se situe entre 15 et 25%, sur un total de 1 milliard 200,000 disciples et fidèles de Mahomet dans le monde; cela représente entre 125 millions et 300 millions d'adeptes du jihadiste. Ce nombre n’est pas négligeable. Non? En France sur 6 millions de musulmans cela fait en gros plus ou moins 750,000 extrémistes.                                             

djihadistes-à-Paris.jpg

                                Les pacifistes des Médias de France     

Voici un article de Jean Szlamowicz, Professeur des Universités, linguiste et auteur de Détrompez-vous! les étranges indignations de Stéphane Hessel décryptées (éditions intervalles).  Veuillez noter que j'ai écourté le texte de son auteur à seul fin de répondre à une considération la patience du lecteur. L'ère du texto, des portables et des phrases tronquées par des consonnes ne peuvent être ignorés. Exemple: Avant je savais bien écrire ! et, un jour, j’ai eu un téléphone portable: é depui il c produi kelk choz 2 bizar…

 

 

Je donne plus bas le lien pour lire l'intégral du texte paru dans Europe Israël.

Charles Éd. Durand

« La narration des événements construit leur perception et la terminologie utilisée permet de manipuler la vision des faits. En France, quand des centaines de jihadistes veulent casser du Juif, il s’agit de « tensions » ou de « heurts ». Face à des émeutes anti-juives à Paris, comme d’habitude pour les médias officiels, il n’y a rien à signaler. Suite aux manifestations jihadistes contre Israël du 13 juillet à Paris et l’attaque de la synagogue… le schéma narratif habituel des médias français s’est mis en place : atténuation des faits, justification des attaques et retournement de l’accusation contre les Juifs. »

Le caractère volontariste de cette narration mensongère, aisément démontable par l’analyse de texte, constitue un véritable scandale qui met en péril (…..) le droit à une information qui rende véritablement compte de la situation d’insécurité existant en France, pour les Juifs comme pour toute personne s’opposant aux islamistes.

De l’atténuation à la falsification.

L’article de l’AFP, recopiée littéralement par Libération ou 20 minutes, a servi de base à la plupart des comptes-rendus. Cette dépêche construit minutieusement une version expurgée de la tentative de pogrom. A lire ce texte lénifiant, on croirait qu’il ne s’est rien passé : cette atténuation même contribue à présenter les Juifs comme des paranoïaques. En voici le lien : 

(http://www.liberation.fr/societe/2014/07/13/des-heurts-a-paris-a-l-issue-d-une-manifestation-pro-palestinienne_1063299)

L’article ne cesse de rappeler le caractère innocent de la manifestation, ce qui en sauvegarde les revendications :

- « Dimanche, des heurts ont émaillé la fin de la manifestation parisienne. ». On remarque la poétisation (avec le cliché journalistique que constitue la métaphore de l’émail) et le rejet des heurts comme appendices non définitoires de la manifestation. Rappelons que le défilé a constitué un véritable appel à la guerre sainte en brandissant des effigies de roquettes à envoyer sur Israël (que les manifestants embrassaient !) et en criant « Allahou Akbar », « Mort aux Juifs », « Sales Blancs », « On va vous cramer », « Hitler avait raison ».

- L’auteur de l’article ne cesse de minimiser les faits :

« Des heurts limités avec les forces de l’ordre ont éclaté dans certaines rues. »

« Des dégâts légers ont été causés à des devantures de commerces. »

« Les échauffourées n’ont pas duré très longtemps et ne se sont pas propagées au reste de la manifestation »

« Selon la préfecture de police, ces heurts étaient dus à de petits groupes de jeunes gens qui ont été «facilement contenus». Il n’y a pas eu de blessés. Il y a eu six interpellations. »

« Samedi, des manifestations similaires avaient eu lieu dans le calme à Bordeaux […] et à Marseille. »

« Limités », « légers », « pas très longtemps », « petits groupes », « pas de blessés », « calme »… il s’agirait en somme d’un non-événement. 

Selon l'AFP ‘Dans le calme, la foule, très jeune et féminine, a scandé des slogans comme: «Nous sommes tous des Palestiniens!», «Israël assassin!» ou «Une seule solution, fin de l’occupation!».’

«L’innocence féminine est invoquée par le journaliste afin de dédouaner le cortège de toute accusation de violence. Comme si les femmes ne pouvaient pas être militantes et comme si leur mise en avant ne faisait pas partie d’une stratégie de communication. La réalité du défilé n’était d’ailleurs pas sa féminité. Le journaliste de l'AFP est responsable de la falsification» et conséquemment de la désinformation véhiculée par les Médias. 

- « En marge de la manifestation, «certains individus ont provoqué des troubles et ont essayé de pénétrer par la force dans deux synagogues situées rue des Tournelles et rue de la Roquette» mais «en ont été empêchés par les forces de l’ordre», a dénoncé dans un communiqué la maire de Paris Anne Hidalgo,(PS) appelant «au calme face aux tensions» au Proche-Orient.

 

Le recours insistant aux mêmes techniques rhétoriques pour minorer les faits est à l’œuvre : « en marge de la manifestation » permet une nouvelle fois de dissocier l’attaque de la synagogue des positions politiques exprimées par la manifestation. La notion d’« individu » permet de souligner le caractère isolé de l’initiative alors qu’une bonne centaine de personnes a investi la rue de la Roquette.

 

- Dans sa construction même, l’article manipule le récit. En donnant d’abord la parole à la version « pro-palestinienne », le texte construit une narration première que l’ajout d’une parole juive en fin d’article ne viendra pas modifier. C’est une tactique narrative classique : on établit une version des faits avec des termes virulents et, pour donner l’impression d’un équilibre des positions, on donne ensuite la parole à une autre version, quantitativement moins importante, stylistiquement moins percutante et augmentée de soupçons (« Le président du Consistoire central, Joël Mergui, a affirmé que […] » revient à donner à ses propos une valeur strictement subjective).

 

Que de telles manifestations soient autorisées malgré leur risque évident pour l’ordre public en dit long sur la peur des pouvoirs publics vis-à-vis d’une entité désormais bien réelle en France, à savoir « la rue arabe », facteur d’émeute latent. Cette peur est prolongée par le retrait critique des médias qui préfèrent « comprendre » les manifestants que les fustiger pour ce qu’ils sont, à savoir des islamistes antisémites violents.

Voici une vidéo qui rend compte de la prétendue manifestation féminine et bon enfant.





Pourtant, les vidéos abondantes qui ont été prises par des riverains donnent une autre image de ce qui a bel et bien été l’assaut d’une synagogue. Une description plus objective ferait état d’attaque à l’aide de battes de base-ball et de barres de fer (les outils naturels d’une manifestation pacifique, bien sûr, sans aucune préméditation d’agression), de Juifs terrés dans la synagogue pour ne pas se faire lyncher, des passants insultés, des membres de la LDJ empêchant les émeutiers d’investir la synagogue, des brigades d’émeutiers avec barres de fer se baladant rue des Rosiers ou rue de Turenne pour tenter de casser les « magasins juifs ».

Précisons que, dans la gestion du récit, l’anonymat du texte de l’AFP contribue à son effet d’autorité : il n’est pas attribuable à une personne spécifique, mais émane d’une autorité, ce qui tend à présenter son contenu comme factuel et objectif.

Justification

- L’article reproduit avec une gourmandise patente les slogans de la manifestation qui présentent Gaza comme victime d’Israël (‘Au lendemain de la «petite finale» du Mondial de football, une pancarte indiquait «Brésil-Pays-Bas 0-3, Israël-Gaza 0-125 tués. Qu’attend le monde pour réagir?»’). L’article décide de faire l’impasse sur les « Allahou Akbar » et les « Morts aux Juifs » qui ne sont pas mentionnés.

 

- « De nombreux manifestants portaient à bout de bras des pancartes sur lesquelles ils avaient collé des photos, tirées de sites web, représentant des enfants palestiniens tués ou blessés, des maisons rasées ou des champignons de fumée montant de quartier de Gaza bombardés. »

 

L’auteur de l’article n’exprime aucun recul sur la réalité décrite par ces pancartes qui sont présentées comme décrivant des faits. On sait pourtant (même Libération l’a reconnu !) que ces images proviennent pour la plupart de Syrie.

 

 

bouclier d'enfants pour le Hamas 1.png

Lance roquettes

Enfants servant de boucliers au Hamas

- Le texte cite les propos des manifestants avec une neutralité de complaisance qui revient à promouvoir le discours ainsi reproduit sans aucune distance critique et sans correction des faits : «Je suis venu pour dire non à ce massacre», a dit à l’AFP Amid Hamadouch, 30 ans, un autocollant «Boycott d’Israël, Etat raciste» sur son blouson. «Ils bombardent des innocents. Il y a certes des missiles lancés du côté du Hamas, mais la riposte israélienne est disproportionnée. Ils attaquent la population civile et non les responsables du Hamas.»

 

 

Bouclier enfants pour le Hamas.png

Enfants boucliers humains

En reproduisant les arguments des manifestants, l’article abonde dans le sens de leur discours et justifie les appels à la violence auxquels ils participent. Le procédé stylistique de l’hypotypose contribue à rendre vivante l’horreur de la guerre (portraits d’enfants tués, bombardements, etc.) : cet appel à l’émotion est cependant largement biaisé puisqu’il ne montre jamais d’autre point de vue que celui du Hamas. On ne verra donc pas les morts arabes causés par les propres roquettes du Hamas, les opposants politiques assassinés, les civils (enfants) forcés de servir de boucliers contre les frappes envers les maisons des dirigeants du Hamas, les enfants dans des camps d’entraînement militaire. Aucune remarque des journalistes pour souligner que la population est otage du Hamas, que le Hamas se glorifie de ses propres morts qu’il cherche à provoquer (sa devise : « Nous aimons la mort plus que les Juifs n’aiment la vie »).

 

Aucun journaliste pour préciser que les images évoquées viennent en réalité de Syrie.Aucun journaliste pour décrire comment Tsahal prévient la population des frappes ultra-ciblées (tract, appels et sms, frappes d’avertissement pour laisser le temps d’évacuer). Aucun journaliste pour rappeler que 120 morts en 500 raids aériens, c’est justement la preuve de la retenue israélienne (Nuremberg, en janvier 1945, c’est 1700 morts en 40 minutes ; Dresde, en février 1945, c’est 25 000 morts en deux jours). Aucun journaliste pour rappeler ce qu’est le Hamas, organisation jihadiste terroriste suprémaciste avec Hitler comme référence militaire.

                                        

islamistes-paris.jpg

           Les culottés, de la République, ivres de haine et de racisme.

 …..les médias — qui, farce tragique, se croient « de gauche » — reprennent en fait à leur compte la version du Hamas, de l’OLP et, plus globalement, de l’Organisation de la Coopération Islamique. Le retournement moral auquel on assiste depuis une dizaine d’années consiste pour cette frange de l’opinion à présenter les jihadistes comme des résistants à l’oppression israélienne. Rappelons que le programme du Hamas est la destruction d’Israël…..

Ce qu’ils ne veulent pas voir, c’est qu’une partie de la population musulmane en France accepte de promouvoir un antisionisme de façade qui se transforme dès le moindre mouvement de foule en antisémitisme spontané.

……Après l’agression de la synagogue d’Aulnay, un conseiller fédéral écologiste a pu considérer qu’attaquer une synagogue est un acte de guerre normal et compréhensible.

(http://www.europe-israel.org/2014/07/un-conseiller-federa...).......

La complicité médiatique.

L’impunité morale qui accompagne les émeutes constitue le fait marquant des récits médiatiques. En ne cessant d’alimenter par leur présentation des faits anti-israélienne une haine anti-juive, ces journalistes sont coupables d’incitation à la violence. Ils ont beau jeu ensuite de jouer les vierges effarouchées en déplorant « les violences » avec un pacifisme pudibond et hypocrite.

Comment ces prétendus intellectuels peuvent-ils défendre les hordes armées de barre de fer ?Peut-être croient-ils que prendre leur parti au nom d’une compassion imbécile et jeter les Juifs en pâture à la hargne islamique les détournera de s’attaquer aux gentils gauchistes ?

 

A côté des synagogues, on sait déjà que les églises sont quotidiennement saccagées. Invoquera-t-on aussi Gaza pour expliquer ces violences ? A cet égard, le plus effrayant reste la passivité de la population, pétrifiée par la peur et débordée par la foule islamique. La mollesse des discours et des actions politiques révèle une impuissance alarmante pour l’ensemble de la population française.

Les loups sont entrés dans Paris et ils ont faim..

33

source : http://www.europe-israel.org/2014/07/pogrom-a-paris-le-silence-des-medias-francais-par-jean-szlamowicz/

 

tags: Allan le Pillar, l'AFP, Libération, 20 minutes, Pogroms, Paris, Manifestation, Rootsisraël,13 juillet 2014, Hamas, OLP, Tsahal, Nuremberg, Dresde, complicité, falsification, désinformation, enfants, boucliers humains, lance roquettes, loups, la Peur, 14 juillet 2014, (RAS) selon le préfet de Paris.

photoswww.europe-israel.org et Allan le Pillar

1)Vidéo :Rootisraël

2)Vidéo; Enfants servants de boucliers humains YouTube

 

https://www.youtube.com/watch?v=o_MzBNbCW-M  

01/06/2014

Bataille de Diên Biên Phu. Il y a 60 ans en 1954. Ces Français sacrifiés.

         dien-phu-avant-dien-phu-pierre-pelissier-L-I4oDTG.jpeg

            60 ans après n’oublions pas.

 

Il est un fait historique et irréfutable. Nulle part, sur la terre : le communisme n’est arrivé au pouvoir démocratiquement !

J’adresse ce récit de Roger Holeindre à tous les journaleux de France dont 85% sont d’obédience communiste ou socialiste. Ces faux psychiatres qui interprètent et analysent les choix du peuple et concluent que les Français regrettent que le FN soit devenu le premier Parti de France. Messieurs Dames des beaux quartiers cessez de prendre les Français pour des benêts.

Charles Ed. Durand

N.B : Quelques ajouts et libertés au texte (en italiques parfois), mais de l’auteur rien n’est bousillé. Tout y est conforme.

Occupée par les Français en novembre 1953, cette petite ville (10 Km de long) et sa plaine environnante devint l’année suivante 1954 le théâtre d'une violente bataille entre le corps expéditionnaire français, composé de diverses unités de l’armée française, des troupes coloniales et autochtones, sous le commandement du colonel Christian de La Croix de Castries (nommé général durant la bataille) et l'essentiel des troupes vietnamiennes (Viêt Minh) commandées par le général Giáp

 

Les Camps de rééducation pour les soldats français faits prisonniers par le Vietminh. (communiste).

 

Dien Bien sacrifiés.jpgLà, un autre calvaire attendait les prisonniers. Ceux qui auront le mieux survécu étaient les blessés lourds, car ils n'eurent pas à subir la marche forcée de 700 km et furent pris en charge par la Croix-Rouge. Les autres furent internés dans des camps dans des conditions effroyables. Ainsi, leur alimentation quotidienne se limitait à une boule de riz pour les valides, une soupe de riz pour les agonisants. Un grand nombre de soldats sont morts de dénutrition et de maladies. Ils n'avaient droit à aucun soin médical, puisque les quelques médecins captifs étaient tous assignés dans la même paillote, avec interdiction d'en sortir.

Les prisonniers devaient également subir un matraquage de propagande communiste avec endoctrinement politique obligatoire. Cela incluait des séances d'autocritique où les prisonniers devaient avouer les crimes commis contre le peuple vietnamien (réels et surtout imaginaires), implorer le pardon, et être reconnaissants de la « clémence de l'Oncle Hô qui leur laisse la vie sauve ».

Le seul commentaire que j’ai entendu à ce sujet à la télévision était celui d’un olibrius (frimeur) qui faisant parler des soldats de cette longue et lointaine guerre… les amenait à déclarer… « Ils nous ont volé notre jeunesse ! »

 

Roger Holeindre.jpg

 

J’ai fait trois séjours complets en Indochine en unité opérationnelle, donc pendant plus de dix ans. Je n’ai jamais entendu un seul soldat déclarer ce genre d’élucubration. Nous étions tous volontaires… sachant pour la plupart d’entre nous… exactement… pourquoi nous nous battions.

Dès la première année du conflit, nous avions compris qu’il ne s’agissait plus d’une guerre de reconquête coloniale… mais d’une lutte à mort contre les communistes asiatiques… des fous furieux ! Qui ne voulaient qu’une chose instaurer une dictature communiste.

Jamais les peuples des trois pays de la fédération indochinoise (Viêt Nam, Cambodge et le Laos)    n’ont désiré être “libérés” par les hommes d’Hô Chi Minh, de Giap et de Pham Van Dong.

 

Sauver la France.jpg

 

Alors Messieurs les cocos et par consanguinité vos cousins socialistes et vos 'jeunots' rejetons Bobos de tout acabit, lâchez nous les baskets sur la guerre d’Indochine. ( Nd C Ed D : Fermez là ! La France appartient aux Français et elle a le droit de vivre. La France n'est pas une abstraction. J'ose ajouter qu'elle veut respirer alors que cette idéologie la République l'étouffe... la tue).

Nous avons fait cette guerre… terrible par moments… pour empêcher la mainmise marxiste sur des populations laborieuses dont des centaines de milliers se battaient à nos côtés, et n’ont jamais trahi.

                               Général Bigeard dispersé à Diên Biên Phu.jpg 

                                             Général Marcel Bigeard

Si vous voulez vraiment vous inquiéter des horreurs de cette guerre… de ses tueries… de ses goulags… de nos milliers de copains, de toutes races et de toutes religions, morts de désespoir dans les camps vietminh… penchez-vous donc sur la trahison généralisée qui, pendant huit longues années a été le fait de vos copains d’hier. Nous, nous n’oublions pas

 

Vo Nguyen Giap,.jpg

 

À plusieurs reprises le général Giapdésespéré par la résistance et l’allant de nos troupes, a déclaré.  Si nous désespérions souvent, c’est la lecture des journaux français qui nous rendait le moral.

 

Personne ne nous a volé notre jeunesse ! C’est avec enthousiasme que nous sommes partis… délivrer l’Indochine de l’occupation japonaise, (mars 1945, avec le coup de force japonais et en 1946 avec l'attaque des garnisons françaises par les troupes vietminhspour la ramener dans l’Empire français… puis dans l’Union française… aidés par les gens de ces pays, pour empêcher la mainmise des fanatiques sur ces terres meurtries, mais qui furent paradisiaques.

Nous, la seule chose qui nous intéresse, c'est de savoir que ce n'est pas Diên Biên Phu, mais à Paris que cette guerre a été perdue. La capitale de ce pays de France où le parti communiste était le premier de France.

Ce que nous reprochons encore aujourd’hui à nos gouvernants, soixante-dix ans après le début de la guerre, (1945) c’est de ne pas nous avoir défendu face à ‘‘la trahison des communistes’’ prétendument “français”. Ceux-là mêmes qui ont travaillé avec nos ennemis asiatiques, comme ils avaient “collaboré” avec les nazis, tant que leur patron, Joseph Staline, s'était acoquiné avec Adolphe Hitler.

Leurs faits d’armes dès avant et après le début de la 2è grande guerre: Matériel saboté… Renseignements militaires fournis à l’ennemi… Notes signalétiques récupérées par les cellules communistes en France… sur tous nos prisonniers… et fournies à leurs geôliers. Collectes de sang sabotées… Blessés jetés des trains dans des gares françaises ! Non ils n'étaient pas des Pétainistes, mais stalinistes.

Leur slogan: Fraternisez! Fraternisez! avec les ouvriers allemands sous uniforme nazi…

SOldats français solidaires des allemands.jpg

De plus le PCF tentera de faire du défaitisme pour amoindrir la capacité de défense de l'armée française. Avec le slogan «Une heure de moins pour la production, c'est une heure de plus pour la révolution», de nombreux sabotages seront commis dès 1936. Puis lors de l’appel du général de Gaule du 18 juin 1940 depuis Londres ils continuèrent leur collaboration avec le régime nazi. Toutes ces années les communistes furent les cerbères de Staline. En fait, la résistance effective du PCF commencera le 21 août 1941, attentat de "colonel Fabien" à 9 heures du matin dans le métro.

À la fin de l'occupation allemande, le PCF devait faire taire tous ceux qui pouvaient rappeler la collaboration du PCF avec l'Allemagne jusqu'en août 1941 et pour cela, une stratégie de terreur imposa l'épuration de ceux qui savaient et il y eut 10,000 assassinats,…  terreur renforcée par une propagande mensongère, faisant diversion sur la droite et sur Pétain.

Pourtant, Pierre Laval, était bel et bien maire socialiste d'Aubervilliers, il est loin d'être le seul: Doriot (ancien leader du PCF), Déat (ancien SFIO - Section française de l'Internationale ouvrière). Aucun n'est de droite. 

De nombreux individus opportunistes ont servi le gouvernement de Vichy ou directement l'occupant nazi. Voyant poindre la libération, ils ont changé de camp, ils quittèrent Hitler pour Staline. Parmi eux, la liste serait trop longue, Margerite Antelme cachée sous son nom de plume, Marguerite Duras, n’a pas quitté le PS, appelé SFIO à l'époque, mais le Propaganda Staffel, l'office de propagande de l'occupant nazi.

Pour ceux qui veulent fouiller vous y trouverez quelques noms célèbres, qui furent des inféodés d’Adolphe H. Lire ces liens. Vous désirez l’heure juste, qu’à cela ne tienne elle est là… 

145 politiciens de tous bords, socialistes, communistes, trotskistes, franc-maçon, etc. http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-1.html

94 écrivains, cinéastes, musiciens, chanteurs, etc… les artistes http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/roparz-2.html 

Désormais, messieurs dames les Bobos de gauche, les “anti tout”, lâchez-nous les baskets, et laissez-nous avec nos souvenirs… dans lesquels vous n’avez rien à voir!

Pour nous, ce n’est que cela qui compte, car nous avions fait don de notre jeunesse, de notre allant et de notre patriotisme à la France.

Notre regret le plus sincère… N'avoir pas été aimés par notre patrie que nous servions avec honneur et fidélité ! Oui, une partie du peuple de France, plus particulièrement le PCF prit fait et cause pour le vietminh d'Hô Chi Minh. 

Comme le disait fort justement le commandant Guillaume, le célèbre “Crabe-Tambour”, qui comme nous tous a aimé ce pays et ses peuples travailleurs…  de tout son cœur… de toute son âme… et qui en avait fait sa devise de soldat de France, que beaucoup d’entre nous ont repris à leur compte…

             Mon âme à Dieu

          Mon corps à la patrie

          Mon honneur à moi !

                                           VIVE LA FRANCE

                                                Dieu a tant aimé le monde.jpg

 

 

Roger HOLEINDRE : Président du Cercle national des Combattants.

Autre source: 

http://www.fonjallaz.net/MLH/collabo/index.html

Photos: soldats français, Livre sur Diên Biên Phu les sacrifiés, Roger Holeindre, Philippe Bonnet, général Marcel Bigeard, général Giap et Hô Chi Minh. Coeur du Christ P. Vianney Jamin.

tags: Roger Holeindre, Bataille de Diên Biên Phu, communistes asiatiques, dictature, fédération indo Chinoise, Christian de La Croix de Castries, Viet Minh, Giap, Hô Chi Minh, Viêtnam, Cambodge, Laos, République, idéologie, Général Marcel Bigeard, Paris, LE PCF, Adlphe Hitler, Pétain, collaborateurs, opportunistes, sabotage, Charles de Gaule, Staline, PCF, baskets.

13/05/2014

L'Islam expliqué par un prêtre palestinien, Le P. Peter Madros

Le Père Peter Madros.png

 

Le Père Peter Madros, prêtre du Patriarcat de Jérusalem, a écrit sur bien des sujets. Et pour un je fus surpris par ce passage où il affirme que Rome n’est pas la capitale du Christianisme, mais bien Jérusalem, mère et cœur de toutes les Églises. C’est « la Ville du grand Roi » : celle de la Rédemption, de la résurrection, de l’Ascension et de la Pentecôte, origine de l’Église.  Saint Pierre a visité Rome et il y a été martyrisé ! En l’an 42 pour la première fois. Il y mourra (entre 64-70) crucifier la tête en bas et y sera inhumé sur la colline du Vatican.

Déjà l’historien protestant von Harnack avait eu l’honnêteté de l’admettre. L’archéologue italienne Margherita Guarducci, dans son livre magistral The tomb of St Peter (Hawthorn Books, 1960  a démontré d’une façon on ne peut plus scientifique et claire l’authenticité du tombeau de saint Pierre au Vatican qui se trouve sous l’autel de la Confession. Si l’Église catholique, déjà avec Pie XII, avait retardé la publication de cette découverte : le tombeau de Pierre, précisément pour motifs œcuméniques et pour ménager un peu la susceptibilité des non-catholiques, cependant la vérité ne pouvait rester cachée indéfiniment; d'autant plus que la vérité ne s’oppose nullement à la charité. Saint Paul l’écrivait en toutes lettres aux Éphésiens et aux autres chrétiens : « Faisons la vérité dans l’amour » (4, 15).

Le Père Peter Madros parle 16 langues et a 3 doctorats. Quand il parle de l’Islam, il connaît son sujet et ne se laisse pas berner, sa langue maternelle étant l’arabe. Dans cette vidéo il parle avec amour sur l’Islam conquérant sans taire la vérité. En Europe selon un expert du djihadisme, nombreux sont ceux qui peuvent aller et venir sans se faire repérer par les services antiterroristes.

Dans cette conférence il nous est donné d’entendre un homme bien au fait de l’Islam et n’ayez aucune crainte il ne nous illusionne pas par des techniques de manipulation comme la novlangue ou la langue de bois si familières à certains clercs fils de France et politiciens. Il dénonce la désinformation généralisée dans les Médias. Il accuse même ceux-ci et les précédents de mentir. Pour ceux qui seraient froisser de voir un prêtre en aube blanche et l'amict autour du cou qui cache le vêtement civil et une étole, ou que soit défrisée leur toison cesser de rouspéter et ouvrer votre esprit, vous en serez les bénéficiaires. Je l’adresse particulièrement au Père Christophe ROUCOU qui me foudroie dans une dépêche envoyée aux épiscopes de France. Je souligne au profit de ce chargé des relations avec l’Islam qui instruit les évêques de France sur l’Islam d’ajouter cet enseignement du Père Madros qui lui servira à bien informer l’épiscopat de France. Sans plus attendre et pour l’intérêt de tous écouter cette vidéo. Il y parle un excellent français. Et il a de l’humour ce prêtre. L’Amour dans la vérité.

ADDDENDA: Voici une courte vidéo que j'ajoute, elle nous entretient sur Mulhouse. Ce qu'elle était et ce qui la rend de plus en plus méconnaissable. La haute couture de France  qui a rayonnée dans le monde, se voit court-circuité par des voilures d'un autre âge (djellaba). Cette vidéo suit celle du Père Madros. (15-V-2014)

Charles Éd. Durand

source: Le Salon Beige

Photo: P. Peter Madros.

 

Tags : P.Peter Madros, patriarcat latin de Jérusalem, Pierre,Vatican, tombe, autel confession, vérité, charité, saint Paul, amour, désinformation, clercs, Père Christophe ROUCOU, épiscopat, Conférence des évêques de France, Mulhouse, Haute couture, djellaba.