Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

Un journaliste Gearóid Ó Colmáin fait une analyse sur les attentats du 13 novembre 15 à Paris.

Pour certains l’exposé de ce journaliste paraîtra sortir du schéma journalistique auquel nous sommes habitué. Il est rafraîchissant d’écouter quelqu’un qui s’extraie des sentiers battus et nous amène à réfléchir.

Cette démonstration nous parle de l'impérialisme américain qui sait recourir à tout un arsenal de moyens pour infléchir tout gouvernement qui va à l'encontre des intérêts économiques de l'empire: les assassinats si nécessaire, rappeler quiconque à l’ordre par quelques rumeurs, d'ordre sexuel ou laisser courir qu'un tel a trempé dans des fraudes et a placé des sommes importantes dans des paradis fiscaux. Autre avenue, rien n'est improvisé, déstabiliser le gouvernement ç’a se prépare. Le temps venu, on initie une manifestation monstre pouvant conduire au renversement du gouvernement élu démocratiquement; que du sang coule n'a pas d'importance. L'oncle Sam sait comment s'y prendre, il peut recourir à des guerres civiles. On sait des gouvernements qui cherchaient juste à assumer leur devoir dans le meilleur intérêt de leurs concitoyens. Et ils ont été renversés : Géorgie, Libye, Tunisie et j'en passe, la Syrie, l'Ukraine en est le dernier exemple et bientôt ce sera l’Algérie.

Heureusement, pour Big Brother, la majorité des pays de l’Europe de l’Ouest se soumettent et trahissent leur population. La fin et la mort de la Patrie telle sont l'objectif de ces puissants de l'ombre qui utilisent la puissance américaine et qui contrôlent les mainstreams medias.

Son analyse peut paraître tranchée, mais des faits vérifiables lui donnent une certaine crédibilité p.ex.: lorsqu’il parle de l'Allemagne. Rappelez-vous les pourparlers entrepris par l'Allemagne avec la Russie il y a près de trois ou quatre mois...Oh que l'oncle Sam n'a pas aimé ce comportement d’Angela Merkel. Dès le lendemain les États-Unis crucifiaient Volkswagen et ses voitures propulsées avec du diesel. Pourtant ce fait était connu des autorités américaines depuis 2009. Pourquoi avoir toléré la vente de ces véhicules toutes ces années? Le diesel est reconnu pour ses faibles émissions de CO². Les environnementalistes étaient aux anges. Soudain fureur Volkswagen aurait sciemment minimisé la quantité des particules fines et les oxydes d'azote qui s'échappaient. Merde, Come on !  Les autorités compétentes américaines savaient.

                               1 femme pour 99 hommes.jpg

Angela est rentrée dans le rang, et comme si ce n'était pas assez on déplace de Turquie près d'un million de jeunes hommes vers l'Europe. 98% sont des hommes bien portants, musulmans, ne cherchez pas les chrétiens ils n’y sont pas et les femmes? Dans les archives des médias.

Volkswagen fut la première riposte qui allait coûter quelques milliards à l'économie allemande. Pensez-y elle avait voulu normaliser ses rapports commerciaux avec la Russie et en finir avec les sanctions qui affectaient beaucoup l’économie allemande. Au cas où l'envie lui reprendrait, survient comme ça par hasard, le départ de centaines de milliers de jeunes hommes dits migrants partis de Turquie qui envahissent l'Europe. 

Europe.png

Il est vrai que l’on entendait depuis quelque temps des ministres allemands dénoncer la non-intégration des musulmans dans le pays aux traditions chrétiennes et signaler que les sanctions économiques infligées à la Russie concernant l'Ukraine affectaient l’économie allemande. Surtout que Minsk2 faisaient consensus. À cette deuxième rencontre de Minsk étaient présents : François Hollande, Angella Merkel, Petro Porochenko et Vladimir Poutin. L’accord avait débouché sur un engagement des deux parties. Cette initiative des Européens ne fut pas appréciée d'Obama le porte-parole des milieux financiers.

Ceux qui pensent que François Hollande va infléchir le président Obama concernant l’inclusion de la Russie dans la guerre contre ISIS se trompent. François redeviendra le petit servile qui ira devant Vladimir Poutine pour encore réclamer le départ de Bashar al Assad, et que cessent les bombardements russe sur les terroristes modérés. OMG, terroristes modérés ? Si la Russie accepte ces prémices, il deviendra l’un des alliés de l’oncle Sam qui règle depuis août 2014 la lutte contre l’État islamique. Pour quel résultat ? Si c’est ce scénario il est mieux de retourner en France et éviter de paraitre idiot. La Russie sait faire malgré la haine que lui porte une gauche caviarde.

Bashar al Assad dans une interview déclarait que la Russie était le seul pays qui défendait la civilisation chrétienne. Et c’est vrai. D'un musulman en plus.

Charles Éd. Durand 

Photo : migrants. caricature de Tcho.

tags: Impérialisme, journaliste, analyse, Gearóid Ó Colmáin, empire, Géorgie, Libye, Tunisie, Algérie, Allemagne, Angela Merkel, Volkswagen, diesel, Turquie, migrants, envahisseurs, Minsk, François Hollande, Vladimir Poutin, Petro Porochenko, ISIS, Bashar al Assad, civilisation chrétienne.

                                 

21/07/2013

R. Mueller reconnaît que le FBI avait les points liés. Attentat de Boston.


BOSTON ATTENTAT 17 03-13.jpg

Pour tous ceux qui voient en Obama le Messie lisez ce qui suit. Si la sécurité vous intéresse.

Le FBI ne pouvait pas enquêter sur les filières terroristes dans les mosquées. Ordre d’Obama, c'est ce qu'a confirmé le directeur du FBI Robert Mueller. Leur mission désormais les obligeait à se rapprocher des leaders musulmans et des Imams des Mosquées et non d'enquêter...

FBI_by_giz183.jpg

Donc au lieu d'enquêter sur la Mosquée radicale de Boston fréquenté par les frères Tsarnaiëv où ils se sont radicalisés, les agents du FBI devisaient socialement devant des petits fours et buvaient du thé avec ceux qui pratiquent avec maestria la Al Takia (le mensonge).

Charles Ed. Durand

Ceux qui doutent encore que le FBI se soit ramolli face à la terreur islamique et qu’il puisse être négligeant face à des attentats qui se préparent devraient consulter le témoignage que le directeur du FBI (Robert Mueller) a récemment livré au Congrès.

Dans un échange serré avec des législateurs républicains membres du comité judiciaire de la Chambre des Représentants (députés), le directeur du FBI Robert Mueller a reconnu avec réticence que les allusions au ‘djihad’ et à ‘l’islam’ont été éliminées des manuels utilisés pour former les agents du FBI spécialisés dans l’antiterrorisme et que les agents qui œuvrent dans ce domaine se sont vu interdire d’aller enquêter sur ce qui se dit dans les mosquées.

 

Frères Tsarnaev  1tué et le 2 e capturé.jpg

Ces directives expliquent pourquoi le FBI n’a pas pu percevoir la radicalisation dans la communauté musulmane, incluant celle des frères Tsarnaiëv à Boston.

Les responsables de l’attentat organisé lors du marathon se sont préparés à la vue du FBI avant de tuer trois personnes et d’en blesser 260. Louie Gohmert, le représentant républicain du Texas, critiqua sévèrement Mueller pour avoir conclu que le FBI (façon Obama) avait fait un travail ‘minutieux’ et ‘excellent’ pour protéger le public et pour avoir affirmé qu’il ne savait pas ce qui aurait pu être fait de plus pour prévenir l’attentat de Boston. 

Le Représentant du Texas (congressman) Rép. Louie Gohmert a également cité un extrait d’un éditorial récent de l’Investor’s Business Daily intitulé Les responsables de l’attentat de Boston n’ont jamais été répérés car (le Chief Commander) :

Le président Obama a interdit que les Mosquées puissent être espionnées.

(Obama's Snooping Excludes Mosques, Missed Boston Bombers)


robert-mueller.jpgLe directeur du FBI Robert Mueller a confirmé
qu’au lieu d’enquêter sur la mosquée radicale de Boston le FBI s’était associé à ses leaders pour mener des programmes de rapprochementQuand on lui a demandé s’il savait que la mosquée avait été fondée par un homme condamné pour terrorisme et (identifié par le département des Finances) comme collecteur de fonds d’al-Qaïda, Mueller répondit, l’air piteux : «Non, je ne le savais pas».

La même mosquée a formé d’autres terroristes qui ont été condamnés. Le FBI a contribué à mettre plusieurs de ces terroristes derrière les barreaux. Toutefois le FBI n'a jamais pu lier ces terroristes avec la Mosquée puisque ce n'était pas dans ses pouvoirs. Si le FBI avait pu établir un tel lien, il aurait réalisé qu’il y a quelque chose de pourri au sein du leadership de cette mosquée et aurait cesser de manger des petits fours avec ces dirigeants. Mais!!! 

Or une enquête du FBI sur le rôle du leader religieux Anwar Awlaki lors des attentats du 11 septembre 2001 avait révélé qu’il était un proche de l'imam de la mosquée de Boston. Malgré cela, les directives du Bureau Ovale de la Maison Blanche étaient suivies à la lettre (He is the Boss), les agents du FBI ont du mettre de côté cette information et réorienter leur approche en tissant des liens étroits avec lui et le considérèrent comme un partenaire digne de confiance.



obama_fbi.jpgCertes 
le FBI avait les noms des frères Tsarnaiëv dans ses dossiers, mais c’est uniquement parce que les services russes de renseignements l’en avaient informé. Jamais cependant, le FBI n'a pu les rattacher à la mosquée de Boston ni enquêter sur eux à la mosquée. Les ordres d'Obama étaient suivis à la lettre. Pas d'enquête. Si le FBI possédait deux photos des deux frères Tsarnaiëv. Le FBI a dû   faire appel au public américain pour identifier les deux djihadistes, aux réseaux de télévision, aux caméras de magazins et celles de la ville de Boston.

Quand le directeur du FBI et ses agents en savent moins que le public sur les menaces graves qui pèsent sur nous, car leurs enquêtes sont cadenassées par ordre du Chief Commander des États-Unis, alors la sécurité du pays est en danger. Pas étonnant que la ville de New York ait son propre service de renseignements.

Adaptation : Charles Ed. Durand

photos : Boston Mararhon Bombers casualties, FBI, les frères Tsarnaiëv, Robert Mueller, Obama.

source : Investor's Business Daily http://news.investors.com/ibd-editorials/071713-664111-po...

Traduction pour l'essentielle : Point de Bascule.

tags: FBI, Boston Marathon Bombers, Robert Mueller, Mosquée radicale de Boston, Frères Tsanaiëv, Investor's Business Daily, US House of Representatives, House Judiciary Committee, jihad and Islam, undercovers investigation forbidden in mosques, Order of Chief Commander, Oval Office, Louie Gohmert,R Texas, Anwar Awlaki, Service de renseignements russe, photos, appel au public américain.  

24/06/2013

Edward Snowden had worked for the CIA and as a contractor for the NSA.

Edward reveals Big Brother in action. Il dénonce Big Brother et défend la liberté.

Edward_Snowden a annoncé Big Brother in USA.jpg

 

                                                        SAVE  SNOWDEN
                                                        SAVE  FREEDOM

He was uncomfortable with the knowledge about the U.S. surveillance that officials said they were carrying out to keep America safe. “As I advanced and learned the dangerous truth behind the U.S. policies that seek to develop secret, irresistible powers and concentrate them in the hands of an unaccountable few, human weakness haunted me,” Snowden wrote in the note, which would accompany the first documents he leaked. “As I worked in secret to resist them, selfish fear questioned if the stone thrown by a single man could justify the loss of everything he loves. Snowden, who identified himself as the main source behind recent disclosures of sweeping government surveillance programs, worked for years inside the U.S. intelligence community. As he did so, he said, he became disillusioned with American government policies.

In an interview, he told The Washington Post that he could not “recall a single moment” in which his desire to violate his oath to protect top-secret information coalesced into the final decision to reveal that information publicly.

“It was more of a slow realization that presidents could openly lie to secure the office and then break public promises without consequence,” he said.

According to campaign finance reports, Snowden made a $250 donation to Ron Paul’s 2012 presidential campaign in March of that year, and gave another $250 in May. Ron Paul has been a critic of excessive government intrusion.

Snowden, a soft-spoken “infrastructure analyst” with ties to the Washington area, said he advanced in the intelligence world through his understanding of computer programming and the Internet, though he has no visible Internet presence himself. With wire glasses, short, dark hair and a thin goatee, he maintains an academic lookWikiLeaks founder, Julian Assange, and the American filmmaker Michael Moore consider Edward Snowden as a National Hero. 

prism.png

Le 6 juin 2013  Gellman publie avec Laura Poitras le premier article du Washington Post révélant le programme de surveillance de PRISM. Snowden utilise le pseudonyme '' VERAX''( en latin : qui dit la vérité.).

L'identité d'Edward Snowden est révélée à sa demande, par le Guardian et le Washington Post  le 9 juin 2013. Il renonce à son anonymat et s'explique : «Je n'ai pas l'intention de me cacher parce que je sais que je n'ai rien fait de mal».

Edward Snowden travaillait pour la NSA à Hawaï depuis un mois, lorsqu'il a dérobé des informations ultraconfidentielles à l'aide d'une clé USB ³². Il les a ensuite transportés à l'aide de quatre ordinateurs portables jusqu’à Hong Kong, où il s'est réfugié du 20 mai 2013  au 23 juin 2013, date de son départ en direction Moscou.

Le travail d'Edward Snowden administrateur systèmes, lui donnait un accès facile au réseau des ordinateurs de la NSA. D'après le Los Angeles Times le technicien savait parfaitement comment échapper au contrôle opéré afin d'éviter tout téléchargement illégal de documents officiels.

Le 13 juin 2013, le directeur du FBI, Robert Mueller, confirme qu’une enquête pénale est lancée contre Edward Snowden68. « Ces fuites ont causé des dommages importants à notre pays et à notre sécurité. Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour que cette personne soit tenue responsable pour ces fuites », a-t-il déclaré lors d’une audition devant la Chambre des représentants des États-Unis..

Le 19 juin 2013, Barak Obama, en visite officielle à Berlin, indique en réponse à Angela Merkel, qui lui rappelait que la surveillance d'Internet doit avoir des limites, que le programme PRISM ne s'applique qu'à la lutte contre le terrorisme et au trafic d’armes. (Dire qu’Obama ne mentionne jamais le mot Terrorisme et il oublie (blanc de mémoire?) Fast and Furious (trafic d’armes destiné à la milice de la drogue mexicaine).

Le 22 juin 2013, selon le Washington Post, Edward Snowden est inculpé d’espionnage, de vol et d'utilisation illégale de biens gouvernementaux. La plainte a été déposée en Virginie où se trouve le siège de Booz Allen Hamilton.

Quels sont ses convictions politiques?

L'ordinateur (PC) de Snowden est orné d'autocollants à l'effigie d'associations promouvant un internet libre. À l'élection présidentielle de 2008 il dit avoir voté pour le Parti libertarien. Il a dit « croire aux promesses d'Obama bien qu'il poursuive la politique de son prédécesseur, mais il considère qu'il lui a donné une impulsion plus grande encore et en augmenta ses pouvoirs, l'étendant à tous ses adversaires politiques et à tout le peuple américain ».

  Carrière : 

  • Le 7 mai 2004, Edward Snowden s'est engagé dans l’armée en tant que recrue des forces spéciales, mais n'a pu terminer la formation. Il a dit vouloir combattre pendant la guerre d’Irak parce qu'il « se sentait obligé en tant qu'être humain d'aider les peuples libres contre l'oppression ». Cependant, quatre mois plus tard, un accident pendant l'entraînement lui casse les deux jambes et l'oblige à s'arrêter.
  • Il est ensuite embauché par la NSA comme gardien de sécurité à l’University du Maryland, avant de rejoindre la CIA pour travailler dans la sécurité informatique. 
  • Il dit qu'en 2007, la CIA le place à Genève (Suisse) comme responsable de la sécurité informatique.
  • Edward Snowden a décrit cette expérience à Genève comme « formatrice ».
  • Il dit avoir quitté la CIA en 2009 pour travailler chez un prestataire privé de la NSA sur une base militaire américaine au Japon. Le directeur de la NSA, Keith B. Alexander  a confirmé que Snowden a eu un poste à la NSA pendant un an, avant de devenir consultant. 
  • Edward Snowden reveals himself as NSA leaker. Here is the video below : the interview to the Washington Post June the 10

 

 Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et le réalisateur américain Michael Moore, considèrent Edward  comme un héro national.  

VIDEO:

http://www.washingtonpost.com/world/national-security/edw...

Source : Wikipedia

tags: Edward Snowden, University of Maryland, CIA, Genève, VERAX, Big Brother, Démocratie, NSA, Hong Kong, Moscou, Ron Paul, Parti Libertarien, Washington, contractor, Irak, militaire, Internet libre, Berlin,Angela Merkel, Prism, Keith Alexander, Washington Post, The Guardian, le Los Angeles Times, Booz Hallen Hamilton, Japon, intrusion, vie privée, Gellen, Laura Poitras.