Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2015

Un journaliste Gearóid Ó Colmáin fait une analyse sur les attentats du 13 novembre 15 à Paris.

Pour certains l’exposé de ce journaliste paraîtra sortir du schéma journalistique auquel nous sommes habitué. Il est rafraîchissant d’écouter quelqu’un qui s’extraie des sentiers battus et nous amène à réfléchir.

Cette démonstration nous parle de l'impérialisme américain qui sait recourir à tout un arsenal de moyens pour infléchir tout gouvernement qui va à l'encontre des intérêts économiques de l'empire: les assassinats si nécessaire, rappeler quiconque à l’ordre par quelques rumeurs, d'ordre sexuel ou laisser courir qu'un tel a trempé dans des fraudes et a placé des sommes importantes dans des paradis fiscaux. Autre avenue, rien n'est improvisé, déstabiliser le gouvernement ç’a se prépare. Le temps venu, on initie une manifestation monstre pouvant conduire au renversement du gouvernement élu démocratiquement; que du sang coule n'a pas d'importance. L'oncle Sam sait comment s'y prendre, il peut recourir à des guerres civiles. On sait des gouvernements qui cherchaient juste à assumer leur devoir dans le meilleur intérêt de leurs concitoyens. Et ils ont été renversés : Géorgie, Libye, Tunisie et j'en passe, la Syrie, l'Ukraine en est le dernier exemple et bientôt ce sera l’Algérie.

Heureusement, pour Big Brother, la majorité des pays de l’Europe de l’Ouest se soumettent et trahissent leur population. La fin et la mort de la Patrie telle sont l'objectif de ces puissants de l'ombre qui utilisent la puissance américaine et qui contrôlent les mainstreams medias.

Son analyse peut paraître tranchée, mais des faits vérifiables lui donnent une certaine crédibilité p.ex.: lorsqu’il parle de l'Allemagne. Rappelez-vous les pourparlers entrepris par l'Allemagne avec la Russie il y a près de trois ou quatre mois...Oh que l'oncle Sam n'a pas aimé ce comportement d’Angela Merkel. Dès le lendemain les États-Unis crucifiaient Volkswagen et ses voitures propulsées avec du diesel. Pourtant ce fait était connu des autorités américaines depuis 2009. Pourquoi avoir toléré la vente de ces véhicules toutes ces années? Le diesel est reconnu pour ses faibles émissions de CO². Les environnementalistes étaient aux anges. Soudain fureur Volkswagen aurait sciemment minimisé la quantité des particules fines et les oxydes d'azote qui s'échappaient. Merde, Come on !  Les autorités compétentes américaines savaient.

                               1 femme pour 99 hommes.jpg

Angela est rentrée dans le rang, et comme si ce n'était pas assez on déplace de Turquie près d'un million de jeunes hommes vers l'Europe. 98% sont des hommes bien portants, musulmans, ne cherchez pas les chrétiens ils n’y sont pas et les femmes? Dans les archives des médias.

Volkswagen fut la première riposte qui allait coûter quelques milliards à l'économie allemande. Pensez-y elle avait voulu normaliser ses rapports commerciaux avec la Russie et en finir avec les sanctions qui affectaient beaucoup l’économie allemande. Au cas où l'envie lui reprendrait, survient comme ça par hasard, le départ de centaines de milliers de jeunes hommes dits migrants partis de Turquie qui envahissent l'Europe. 

Europe.png

Il est vrai que l’on entendait depuis quelque temps des ministres allemands dénoncer la non-intégration des musulmans dans le pays aux traditions chrétiennes et signaler que les sanctions économiques infligées à la Russie concernant l'Ukraine affectaient l’économie allemande. Surtout que Minsk2 faisaient consensus. À cette deuxième rencontre de Minsk étaient présents : François Hollande, Angella Merkel, Petro Porochenko et Vladimir Poutin. L’accord avait débouché sur un engagement des deux parties. Cette initiative des Européens ne fut pas appréciée d'Obama le porte-parole des milieux financiers.

Ceux qui pensent que François Hollande va infléchir le président Obama concernant l’inclusion de la Russie dans la guerre contre ISIS se trompent. François redeviendra le petit servile qui ira devant Vladimir Poutine pour encore réclamer le départ de Bashar al Assad, et que cessent les bombardements russe sur les terroristes modérés. OMG, terroristes modérés ? Si la Russie accepte ces prémices, il deviendra l’un des alliés de l’oncle Sam qui règle depuis août 2014 la lutte contre l’État islamique. Pour quel résultat ? Si c’est ce scénario il est mieux de retourner en France et éviter de paraitre idiot. La Russie sait faire malgré la haine que lui porte une gauche caviarde.

Bashar al Assad dans une interview déclarait que la Russie était le seul pays qui défendait la civilisation chrétienne. Et c’est vrai. D'un musulman en plus.

Charles Éd. Durand 

Photo : migrants. caricature de Tcho.

tags: Impérialisme, journaliste, analyse, Gearóid Ó Colmáin, empire, Géorgie, Libye, Tunisie, Algérie, Allemagne, Angela Merkel, Volkswagen, diesel, Turquie, migrants, envahisseurs, Minsk, François Hollande, Vladimir Poutin, Petro Porochenko, ISIS, Bashar al Assad, civilisation chrétienne.

                                 

01/07/2015

Un jour les choses pourront changer si les Européens décident de se dire, de se vivre et de verser son sang pour pour elle.

Mise à jour: 3-VII-2015, 12:52

ADDENDA 

Un mot pour la France. Tous savent que ce pays a le plus grand nombre de fonctionnaires per capita au monde et que ceux qui travaillent sont étouffés par les impôts et une flopée de taxes, de PV, La TVA, et cetera. 

L'on parle de la Grèce de son défaut de paiement. Que se passera-t-il lorsque la France se trouvera bientôt dans la même position? Ce pays, providence pour les sans-papiers et les illégaux, oublie et ignore les Français de France dont plusieurs retraités dans les campagnes ne mangent même pas à leur faim et où l'on assiste à l'explosion du chômage et à la fermeture des usines, par ailleurs que dire des SDF français de Paris qui sont abandonné à leur sort, car seuls les migrants illégaux reçoivent l'assistanat de l'État, et se voient octroyé des logements sociaux et qui ne paieront même pas les factures d'électricité. Le PS du falot et l'UMP Répoublicain de Nic Sarko sont des pantins de même souche qui conduisent la France selon les ordres des ploutocrates, du BIG Businiss et des Grandes Banques d'US et de la City de Londres.   

Voir cette vidéo d'un économiste chinois ce qu'il a observé en France. Je conviens qu'il est décoiffant et de dire que les français sont des fainéants c'est se tromper de cibles. Je crois cependant que certains signes qu' il décrit tombent dans le mille.

Charles Éd. Durand

VIDEO : Cours d'économie du Vénérable professeur Kuing Uamang.

 
                   

                                                                        

carte de l'Atlantique à l,Oural.jpg

 

L’Europe ce n’est pas Lampedusa ni Bruxelles ni Washington. Alors interrogeons notre Maître le passé. Voici donc un peu de cette brève incursion de notre histoire, de notre civilisation et de notre goût de vivre et nos racines chrétiennes.

Vous êtes 700 millions d'Européens de diverses nationalités, mais tous forgés sur un moule multiséculaire aux racines Helléniste, Romaine et chrétienne. Nous réprouvons et refusons le reniement que concoctent des traîtres, ces politiciens soumis et inféodés à Washington. Il est temps d'aimer votre histoire d'en être fiers. Je vous invite à visionner cette vidéo. Elle dit tout. Soyez heureux d'être Français Grecs Russes Polonais Allemands Italiens Espagnols ou autres pays de cette vieille Europe. Que les Français cessent de se renier, de se culpabiliser. La France ce n'est pas la République, cette république est née dans le sang (1793) versé de plusieurs centaines de milliers de Français qui furent assassinés par des sans foi ni loi, des sans- culottes impitoyables. Votre histoire est millénaire ne l'oubliez pas. N'ayez pas peur d'être patriotes. Oui Vive l'Europe et oui vive la France.

                                                       

général de Gaule.jpg

            

 

L'Europe dira le général de Gaule «c'est nous qui la formons et vivons entre l'Atlantique jusqu'aux chaînes des montagnes de l'Oural». Il le souhaitait, car il croyait que sur ce vieux continent on verrait renaître l'espérance et que s'établirait l'entente européenne. Hélas! l'Oncle Sam ne veut rien savoir et il fera tout, tuer si nécessaire, même semer le désordre et créer des conditions pour qu'éclatent des guerres civiles afin d'éliminer des politiciens trop européens. Bref, Washington veut une Europe soumise et faible, endettée et pauvre, (Grèce) comme l'appliquent les Banques, le FMI et ces cerbères les loyaux fonctionnaires de l'Union Européenne qui manipulent l'information et dirigent de Bruxelles. Ils ne veulent surtout pas que la détente soit un objectif que partageraient l'Allemagne, la Russie, la France, l'Espagne, l'Italie, la Hongrie, la Grèce et d'autres pays de ce continent.  

Ne nous étonnons pas si les faucons du Pentagone, de la Haute finance et les Banques veulent la guerre contre la Russie chrétienne. Ils aimaient bien Boris Eltsine et les oligarques ploutocrates. Mais voilà Vladimir Poutine aime son pays et les Russes l'aiment. 86% l'appuient nous rapporte le dernier sondage. François Hollande même pas 14%.

Vous tous Européens partagez les mêmes racines civilisationnelles. Soyez déterminé, courageux, ne vous laissez pas menacer par les trotskistes de votre pays qui tempêtent contre ceux qui sont patriotes et européens. Que chaque pays retrouve sa souveraineté. Aimez votre continent, prenez votre destin en mains et respectez-vous. Prier le Seigneur, Il vous fortifiera dans votre résolution à grandir dans la dignité et l'Amour. Pour les Français l'amour et la connaissance de votre histoire, celle de Clovis de vos ancêtres et de tous ceux de souches européennes et autres qui s'intègrent volontiers à votre civilisation et ne veulent surtout pas la détruire.

À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Entendre qui pourra.

Charles Éd. Durand

Vidéo :    


         

Vidéo : Des soldats volontaires de France qui rejoignent les Ukrainiens russes du Donbass en Ukraine.


          

Photos: carte maritime de l'Europe, Général Charles de Gaule.

Tags: Lampedusa, Bruxelles, Washington, soldats volontaires, Ukraine, Helléniste, romaine, Grecs, Polonais, allemands. Italiens, Espagnols, République, général de Gaule, Atlantique, Oural,  souveraineté, pays, Seigneur, prier, chinois, économie, impôt et taxes.                                            

17/02/2015

L'Union Européenne est une cité délirante qui s'écroule sous l'apostasie.

                                     

Fabrice Hadjhadji.jpg

Fabrice Hadjadj est écrivain et philosophe, directeur de l’Institut européen d’études anthropologiques Philanthropos. Son dernier essai, «Puisque tout est en voie de destruction», a été publié chez Le Passeur Éditeur (avril 2014).

Voici l’intégrale de l’intervention donnée par le philosophe Fabrice Hadjadji en Italie à la Fondation de Gasperi devant les ministres italiens de l’Intérieur et des Affaires étrangères, le président de la communauté juive de Rome, le vice-président des communautés religieuses islamiques de la ville.

L’Europe, l’Occident et l’Italie avant et après Paris

 Rome le 5 février 2015

 

djihadistes1.jpg

Chers Djihadistes

C’est le titre d’une lettre ouverte publiée par Philippe Muray – un de nos plus grands polémistes français – peu après les attentats du 11 septembre 2001Cette lettre s’achève par une série d’avertissements aux terroristes islamiques, mais ceux qu’elle vise en vérité, par ricochet et par ironie, ce sont les Occidentaux fanatiques du confort et du supermarché......

« Chers Djihadistes, craignez la colère du consommateur, du touriste, du vacancier descendant de son camping-car ! Vous nous imaginez vautrés dans des plaisirs et des loisirs qui nous ont ramollis ? Eh bien nous lutterons comme des lions pour protéger notre ramollissement. […] Nous nous battrons pour tout, pour les mots qui n’ont plus de sens et pour la vie qui va avec. »

Et l’on peut ajouter aujourd’hui : nous nous battrons spécialement pour Charlie Hebdo, journal hier moribond, et qui n’avait aucun esprit critique – puisque critiquer, c’est discerner, et que Charlie mettait dans le même sac les djihadistes, les rabbins, les flics, les catholiques, les Français moyens – mais nous en ferons justement l’emblème de la confusion et du néant qui nous animent !

Voilà à peu près l’état de l’État français. Au lieu de se laisser iinterpeller par les événements, il en remet une couche, il en profite pour se payer sa bonne conscience, remonter dans les sondages, se ranger du côté des victimes innocentes, de la liberté bafouée, de la moralité outragée, pourvu qu’on ne reconnaisse pas le vide humain d’une politique menée depuis plusieurs décennies, ni l’erreur d’un certain modèle européocentrique selon lequel le monde évoluerait fatalement vers la sécularisation, alors qu’on assiste presque partout ailleurs, et au moins depuis 1979, à un retour du religieux dans la sphère politique. Mais voilà : cette trop bonne conscience et cet aveuglement idéologique sont en train de préparer pour bientôt, sinon la guerre civile, du moins le suicide de l’Europe.

La première chose qu’il faut constater, c’est que les terroristes des récents attentats de Paris sont des Français, qu’ils ont grandi en France et ne sont pas des accidents ni des monstres, mais des produits de l’intégration à la française, de vrais rejetons de la République actuelle, avec toute la révolte que cette descendance peut induire.

– En 2009, Amedy Coulibaly, l’auteur des attentats de Montrouge et du supermarché casher de Saint-Mandé, était reçu au palais de l’Élysée par Nicolas Sarkozy avec neuf autres jeunes choisis par leurs employeurs pour témoigner des bienfaits de la formation par alternance : il travaillait alors en contrat de professionnalisation à l’usine Coca-Cola de sa ville natale de Grigny.

– Les frères Kouachi, orphelins issus de l’immigration, furent recueillis entre 1994 et 2000 dans un Centre d’éducation en Corrèze appartenant à la fondation Claude-Pompidou. Au lendemain de la fusillade au siège de Charlie Hebdo, le chef de ce Centre éducatif marquait sa stupéfaction : « On est tous choqués par l’affaire et parce qu’on connait ces jeunes. On a du mal à s’imaginer que ces gamins qui ont été parfaitement intégrés (ils jouaient au foot dans les clubs locaux) puissent comme ça délibérément tuer. On a du mal à y croire. Durant leur parcours chez nous, ils n’ont jamais posé de problème de comportement. Saïd Kouachi […] était tout à fait prêt à rentrer dans la vie socio-professionnelle » Ces propos ne sont pas sans rappeler ceux du maire de Lunel – petite ville du Sud de la France – qui s’étonnait que dix jeunes de sa commune soient partis faire le djihad en Syrie, alors qu’il venait de refaire un magnifique skate park au milieu de leur quartier…

Quelle ingratitude ! Comment ces jeunes n’ont-ils pas eu l’impression d’avoir accompli leurs aspirations les plus profondes en travaillant pour Coca-Cola, en faisant du skate board, en jouant dans le club de foot local ?

Comment leur désir d’héroïcité, de contemplation et de liberté ne s’est-il pas senti comblé par l’offre si généreuse de choisir entre deux plats surgelés, de regarder une série américaine ou de s’abstenir aux élections ?

Comment leurs espérances de pensée et d’amour ne se sont-elles pas réalisées en voyant tous les progrès en marche, à savoir la crise économique, le mariage gay, la légalisation de l’euthanasie ? Car c’était précisément le débat qui intéressait le gouvernement français juste avant les attentats : la République était toute tendue vers cette grande conquête humaine, la dernière sans doute, à savoir le droit d’être assisté dans son suicide ou achevé par des bourreaux dont la délicatesse est attestée par leur diplôme en médecine

Comprenez-moi : les Kouachi, Coulibaly, étaient « parfaitement intégrés », mais intégrés au rien, à la négation de tout élan historique et spirituel, et c’est pourquoi ils ont fini par se soumettre à un islamisme qui n’était pas seulement en réaction à ce vide mais aussi en continuité avec ce vide, avec sa logistique de déracinement mondial, de perte de la transmission familiale, d’amélioration technique des corps pour en faire de super-instruments connectés à un dispositif sans âme…

Un jeune ne cherche pas seulement des raisons de vivre, mais aussi, surtout – parce que nous ne pouvons pas vivre toujoursdes raisons de donner sa vie. Or y a-t-il encore en Europe des raisons de donner sa vie ? La liberté d’expression ? Soit ! Mais qu’avons-nous donc à exprimer de si important ? Quelle Bonne nouvelle avons-nous à annoncer au monde ?

Cette question de savoir si l’Europe est encore capable de porter une transcendance qui donne un sens à nos actions – cette question, dis-je, parce qu’elle est la plus spirituelle de toutes, est aussi la plus charnelle. Il ne s’agit pas que de donner sa vie ; il s’agit aussi de donner la vie. Curieusement, ou providentiellement, dans son audience du 7 janvier, le jour même des premiers attentats, le pape François citait une homélie d’Oscar Romero montrant le lien entre le martyre et la maternité, entre le fait d’être prêt à donner sa vie et le fait d’être prêt à donner la vie. C’est une évidence incontournable : notre faiblesse spirituelle se répercute sur la démographie ; qu’on le veuille ou non, la fécondité biologique est toujours un signe d’espoir vécu (même si cet espoir est désordonné, comme dans le natalisme nationaliste ou impérialiste).

Si l’on adopte un point de vue complètement darwinien, il faut admettre que le darwinisme n’est pas un avantage sélectif. Croire que l’homme est le résultat mortel d’un bricolage hasardeux de l’évolution ne vous encourage guère à avoir des enfants. Plutôt un chat ou un caniche. Ou peut-être un ou deux petits sapiens, par inertie, par convention, mais au final moins comme des enfants que comme des joujoux pour exercer votre despotisme et vous distraire de votre angoisse (avant de l’aggraver radicalement). La réussite théorique du darwinisme ne peut donc aboutir qu’à la réussite pratique des fondamentalistes qui nient cette théorie, mais qui, eux, font beaucoup de petits. Une amie islamologue, Annie Laurent, eut pour moi sur ce sujet une parole très éclairante : « L’enfantement est le djihad des femmes. »

Ce qui détermina jadis le Général de Gaulle à octroyer son indépendance à l’Algérie fut précisément la question démographique. Garder l’Algérie française en toute justice, c’était accorder la citoyenneté à tous, mais la démocratie française étant soumise à la loi de la majorité, et donc à la démographie, elle finirait par se soumettre à la loi coranique. De Gaulle confiait le 5 mars 1959 à Alain Peyrefitte : « Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! »

Il y a certes une libération de la femme dont nous pouvons être fiers, mais lorsque cette libération aboutit au militantisme contraceptif et abortif, la maternité et la paternité étant désormais conçus comme des charges insupportables pour des individus qui ont oublié qu’ils sont d’abord des fils et des filles, cette libération ne peut que laisser la place, après quelques générations, à la domination en nombre des femmes en burqa, car les femmes en mini-jupes se reproduisent beaucoup moins.

Nous avons beau jeu de protester : « Oh ! la burqa ! quelles mœurs barbares ! » Ces mœurs barbares permettent, par une immigration compensant la dénatalité européenne, de faire tourner notre civilisation du futur – enfin, d’un futur sans postérité (Rémi Braque).

Au fond, les djihadistes commettent une grave erreur stratégique : en provoquant des réactions indignées, ils ne réussissent qu’à ralentir l’islamisation douce de l’Europe, celle que présente Michel Houellebecq dans son dernier roman (paru aussi le 7 janvier), et qui s’opère du fait de notre double asthénie religieuse et sexuelle.  À moins que notre insistance à « ne pas faire d’amalgame », à dire que l’islam n’a rien à voir avec l’islamisme (alors qu’aussi bien le président égyptien Al-Sissi que les frères musulmans nous disent le contraire), et à nous culpabiliser de notre passé colonial – à moins que toute cette confusion nous livre avec encore plus d’obséquiosité vaine au processus en cours.

Il est en tout cas une vanité que nous devons cesser d’avoir – c’est de croire que les mouvements islamistes sont des mouvements pré-Lumières, barbares comme je le disais plus haut, et qui se modéreront sitôt qu’ils découvriront les splendeurs du consumérisme.

En vérité, ce sont des mouvements post-Lumières. Ils savent que les utopies humanistes, qui s’étaient substituées à la foi religieuse, se sont effondrées. En sorte qu’on peut se demander avec raison si l’islam ne serait pas le terme dialectique d’une Europe techno-libérale qui a rejeté ses racines gréco-latines et ses ailes juive et chrétienne : comme cette Europe ne peut pas vivre trop longtemps sans Dieu ni mères, mais comme, en enfant gâtée, elle ne saurait revenir à sa mère l’Église, elle consent finalement à s’adonner à un monothéisme facile, où le rapport à la richesse est dédramatisé, où la morale sexuelle est plus lâche, où la postmodernité hi-tech bâtit des cités radieuses comme celles du Qatar. Dieu + le capitalisme, les houris de harem + les souris d’ordinateur, pourquoi ne serait-ce pas le dernier compromis, la véritable fin de l’histoire ?

Une chose me paraît certaine : ce qu’il y a de bon dans le siècle des Lumières ne saurait plus subsister désormais sans la Lumière des siècles. Mais reconnaîtrons-nous que cette Lumière est celle du Verbe fait chair, du Dieu fait homme, c’est-à-dire d’une divinité qui n’écrase pas l’humain, mais l’assume dans sa liberté et dans sa faiblesse ?

Telle est la question que je vous pose en dernier lieu : Vous êtes romains, mais avez-vous des raisons fortes pour que Saint-Pierre ne connaisse pas le même sort que Sainte-Sophie ? Vous êtes italiens, mais êtes-vous capable de vous battre pour la Divine Comédie, ou bien en aurez-vous honte, parce qu’au chant XXVIII de son Enfer, Dante ose mettre Mahomet dans la neuvième bolge du huitième cercle ? Enfin, nous sommes européens, mais sommes-nous fiers de notre drapeau avec ses douze étoiles ? Est-ce que nous nous souvenons même du sens de ces douze étoiles, qui renvoient à l’Apocalypse de saint Jean  et à la foi de Schuman et De Gasperi ? Le temps du confort est fini. Il nous faut répondre, ou nous sommes morts : pour quelle Europe sommes-nous prêts à donner la vie ?

Fabrice Hadjadj

Photos: Fabrice Hadjadj, djihadiste et un martyr chrétien.

Source : reçue d'une amie Sr Lydia.

tags: Fabrice Hadjad, Italie, Amedy Coulibaly, 2009, L'Élysée, NIcolas Sarkozy, Les frères Kouachi, Fondation Claude Pompidou, immigration, djihad, intégration au rien, Europe, démographie, fécondité. Général de Gaule, Algérie, Alain Peyrefitte, 1959, Annie Laurent, racines greco-latines, ailes juive et chrétienne, président Al-Sissi, frères musulmans, drapeau de l'U.E.