Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2013

Obama's Seal team cover up. Obama le téflon des scandales.

                                                       Obama? He doesn't see and know nothing !?!?

censure (1).jpeg

It's no different than the FBI agents that were at the Boston bombing and went to Florida to interview one of the bombers's friend and after they finish the interview,he had been executed because he had a blade weapons, he jumped and run after a cop and want to stab him. But the story did'nt stop there, two days later the same FBI agents were killed by falling out of a helicopter in a training accident. Got that Guys?

The following is written in French

J’ai publié le 23 mai dernier un article à l’effet que le Major Nidal Hasan n’est toujours pas passé en procès. Bien que le prévenu est accusé de meurtre. iI n'a toujours pas été dégalonné et il continue à recevoir son plein salaire de l’armée en sa qualité de Major de l’armée et médecin Psychiatre de son état. Depuis 3 ans ½ il a reçu de l'armée 278,000$ et il recevra son salaire jusqu’à sa condamnation, Quand ? Obama serait-il le seul à le savoir Ce président est Le téflon de tous les scandales qui touchent son Administration. Or, il est de par sa fonction imputable de toutes les décisions prises par son administration. C’est lui qui a choisi les membres de son exécutif et il est le ''Chief Commander''. Les scandales se succèdent, mais il laisse aux autres de le couvrir. Tous consentent à prendre le blâme. Dans l'histoire américaine jamais un président ne s’est soustrait à ses responsabilités et aux devoirs de sa charge.. Nixon c’est l’histoire du vol d’un œuf à côté des affaires scabreuses de détournement de fonds de l'actuel locataire du bureau ovale. On a perdu la trace du 500 millions $ octroyés, lors de son premier mandat, pour  un projet qui devait permettre de produire de l’électricité verte. Or, aucune éolienne à ce jour n’est sortie de terre et les proprios,originaires de Chicago, se sont évaporés. Fast and Furious une affaire de 250 millions de $  où il a permis et cautionné la vente d’armes à la milice du cartel de la drogue du Mexique. L'affaire IRS et autres scandales financiers dont il serait fastidieux de les énumérer ici.

 

US Navy SEAL Team Six [ST6][Patch][1.5].png


Comment expliquer que lors de la deuxième opération des Seals marines 6 en Afghanistan, 25 militaires et  7 autres afghans devaient participer à une opération secrète. Fait toujours non élucidé, ces afghans furent remplacés à la dernière minute par 7 autres. Pourquoi les noms de ces derniers ne figurent pas sur le registre de la mission? Étaient–ils des talibans? De plus contrevenant aux ordres donnés par le Général David Petraeus, alors général en chef du théâtre des opérations et le stratège qui permis de débusquer Ben Laden. Le Pentagon avait interdit de dévoiler les noms des Seals marines, or le vice-président Joe Biden,  pourtant informé de cet embargo, lors d'un point de presse a remis aux journalistes la liste des noms de tous les militaires américains ayant participé à l’opération : grades, de quel État ils étaient originaire et quelle ville ils habitaient. C’était comme s’il mettait une cible sur le dossard de chaque soldat. 

Puis il y a l'affaire Benghazi. On a appris il y a quelques jours que fin août une directive de la Secretary of State ordonnât le rapatriement immédiat de 60 marines stationnés à Benghazi où ils étaient chargés de la protection du personnel du consulat et de protéger les ''antennes'' (nom donné aux informateurs libyens amis des États-Unis) et les maisons amicales où se réfugier en cas d’urgence.Inutile d’ajouter que ces Libyens furent tous massacrés. Donc,le 11 septembre ne demeuraient que trois militaires et l’ambassadeur. On connaît la suite 4 morts

candy-crowley-.jpgétait Obama ce 11 septembre? De folles rumeurs circulèrent, la plus vraisemblable qu'il quitta la Maison blanche en fin de journée pour se rendre à une collecte de fonds. Lors du débat télévisé avec Mit Romney, Obama fut secouru par la modératrice de CNN Candy Crowley. Elle tenait en ses mains une transcritption de la présumée réaction d’Obama dans la roseraie de la Maison Blanche, lors d’un ‘‘scrumpt’’, où Obama aurait dit que c’était un acte de terreur. Terror Act, etc.  L'équipe de Romney n'avait pas prévu l'implication de la modératrice. Elle sauva Obama.  Or, nul journaliste n’avait entendu le persiflage d’Obama dans la Roseraie. En tout cas rien d’assimilable à une envolée d'indignation ni une accusation, ni une reconnaissance d'un acte commis par des terroristes, du reste sa réaction, si elle eut lieue, devait être à peine audible.  Le 12 en soirée ni le 13 septembre aucun média ne répercuta cette déclaration. Or Candy de CNN après le débat revint à l’antenne, l’émission était en cours, et elle déclara que c’était inexact, Obama n’avait jamais parlé de terroriste. Ce démenti ne fut pas donné lors d’une conférence de presse, mais dévoilé lors d’une émission de CNN, donc droit d’auteur oblige le démenti ne fut rapporté nul part ailleurs.

There’s no doubt that CNN’s Candy Crowley did Barack Obama a huge favor by supporting his false “act of terror” narrative during the second presidential debate.

Charles Ed. Durand

tags: Seals's team 6, cover up, Afghanistan, Joe Biden, Général David Petraeus, Pentagon, 25 marines tués, Secretary of State, Nidal Hasan, imputablité du président, téflon, Mitt Romney,éolienne, énergie verte, la roseraie, terroriste, Benghazi, rapatriement, 60 militaires, antennes libyennes sacrifiées, Candy Crawford, CNN, Fast and furious, IRS, scandales.

 

 


         

09/11/2012

Military Absentee Ballots Delivered One Day Late, Would Have Swung Election For Romney?! General David Petraeus give his resignation. No explanation! Why? Benghazi?

votes.jpg

If Romney been elected, New York Time CNN and all Mainstream Media will have reported this news has a front attack on Democracy.

WASHINGTON, DC – Sources confirmed today that hundreds of thousands of military absentee ballots were delivered hours after the deadline for them to be counted, with preliminary counts showing that they would have overturned the vote in several states and brought a victory for Governor MITT ROMNEY.

Officials say the ballots were delivered late due to problems within the military mail system. Tracking invoices show the ballots sat in a warehouse for a month, then they were accidentally labeled as ammunition and shipped to Afghanistan. At Camp Dwyer, Marine Sergeant John Davis signed for them and was surprised at the contents.


“I told Gunny we got a bunch of ballots instead of ammo,” Davis told investigators earlier today.  “He told me to file a report of improper delivery and that the chain of command would take care of it.  We didn’t hear anything for three weeks.  While we were waiting we came under fire so we dumped a bunch of them in the Hescoes.  We didn’t dig those ones back out.”


After military officials realized the initial error, the ballots were then sent back to the U.S. but suffered a series of setbacks.

Twelve boxes of ballots were dropped overboard during delivery to the USS Kearsarge (LHD-3) in the Persian Gulf, then while the ship sailed to Bahrain, postal clerks allegedly pocketed whatever ballots they wanted.


The remaining absentee ballots were loaded onto a C-130, but the flight was delayed until November 1st so the crew could get tax free pay for the month.  Once the ballots arrived stateside they were promptly mailed to each state’s counting facility, reaching their final destination on November 7th.


“It’s a shame,” Rear Admiral John Dawes said when asked for comment.  “I expected a delay so I ordered that everyone cast their votes eight months ago. It’s really unfortunate that our mail system failed us and directly affected the course of history.


Upon hearing the news, angry Republicans have begun a demand for a recount, but most military absentee voters have shrugged off the news, with many wondering whether the care packages their families sent six months ago were ever going to show up.

David_Petraeus.jpg


1) ADDENDUM : General David Petraeus served as Director of the Central Intelligence Agency (CIA) give his resignation, today,  November 9, 2012. His last assignments in the Army were as commander In Afghanistan from July 4, 2010 to July 18, 2011. As you know he was the one who organise the invasion of Ben Laden's compound and the goal was supposed to capture Ben Laden alive but...His departure as director raises questions about the agency's anti-terror activity in Libya. Everybody knows that Obama and general Petraeus didn't share the same view on Iraq, Afghanistan and of course on the attack at Benghazi. He face the refusal of any appropriate action of the White House. This disturbs the general David Petraeus. Never in the history of America will any American Government left his people in danger. They will rescue them by any means. It's a deep cultural tradition in United States of America. The less we can say : timing is perfect, just before he was to go before a senate commitee on Benghazi terrorist attack.

 Charles Ed. Durand 


 

Vote des militaires retardé....jpeg


Plusieurs centaines de milliers de bulletins de vote non comptés pourraient changer le résultat
.

Voici une information qui ferait la une du New York Times si Romney avait été élu. Là, elle ne sera même pas reprise...

Plusieurs centaines de milliers de bulletins de votes de militaires stationnés à l’étranger ont été livrés après la clôture du scrutin soit le lendemain du 6 novembre.

Jeudi 8 novembre, l’Association Navale des réservistes (2) a lancé un cri d’alarme pour dénoncer que les votes de milliers de marines risquent de parvenir entre 14 et 50 jours après l’élection :

Nous écrivons pour exprimer notre préoccupation d’un manquement grave du Département d’état pour garantir le vote de nos soldats basés à l’étranger, et qui pourrait résulter en la violation des droits civiques de milliers de personnes », a déclaré l’association dans un courrier envoyé au Secrétaire du Département de la défense Léon Panetta, par le sénateur John Cornyn, R-Texas, Kelly Ayotte, R- New Hampshire, John McCain, R-Arizona, Rob Portman, R-Ohio, et Marco Rubio, R-Floride.

Le 26 octobre déjà, Associated Press (1) indiquait qu’une quantité inconnue de bulletins de votes de militaires servant en Afghanistan ont pu être détruits dans un accident d’un avion. Environ 2 tonnes de courrier destinés aux États Unis ont brûlé dans le crash. Un fonctionnaire du Programme d’assistance au vote a officiellement notifié les comités électoraux qu’un avion s’est écrasé à la base Shindad le 19 octobre.

Mais une nouvelle information bien plus grave a été publiée le 7 novembre révèle que plusieurs centaines de milliers de bulletins de votes de militaires stationnés à l’étranger ont été livrés après la clôture du scrutin.

Selon des officiels de Washington, les bulletins ont été reçus en retard en raison de problème dans le système de la Poste des armées. Les numéros de suivi du courrier montrent que les bulletins de vote sont restés dans un entrepôt pendant un mois, puis ont été par erreur étiquetés comme munitions et envoyés en Afghanistan.

Arrivé au camp Dwyer, le sergent marine John Davis les a réceptionnés, et a été très surpris du contenu : « j’ai indiqué à mon supérieur que nous avons reçu une grande quantité de bulletins de vote à la place des munitions », avant de renvoyer une partie par le navire USS Kearsarge (LDH-3), et le reste par un Hercule C-130.

Ils sont arrivés à destination finale le 7 novembre. « C’est une honte » a déclaré l’Amiral John Dawes dans un communiqué.

Les comptages préliminaires indiquent que le vote aurait changé le résultat dans plusieurs États, et apporté la victoire à Mitt Romney.

1)ADDENDUM : Le général David Petraeus vient de remettre sa démission comme directeur de la CIA. Il n'a donné aucune explication pour expliquer sa démission.. Il en a averti Obama la veille.

Source: BY DREW ON NOVEMBER 7, 2012. http://www.duffelblog.com  Military absentee Ballots. 

tags: Ballots. vote, military, Afghanistan, amunition, Persian Gulf, NewYorkTimes, CNN, Mainstream Media, Romney, whearehouse, John Davis, munitions, bulletins de vote, irrégularité, 7 novembre, Rear amiral John Dawes, Amiral, Shinhad base, crash of airplane???. Benghazi, White House, General David Petraeus, CIA,  Resignation, démission, Fox News, Lt.Col. Ralph Peters.

05/11/2012

USA: The Muslim Brotherhood in the house of the CIA. Les frères musulmans ont infiltré la CIA.

Muslim Brotherhood Armory.jpg

Seal of the Brotherhood.

The presence of agents of the Muslim Brotherhood, working within the federal government in recent years has been definitively proven. The infiltration of our security system by the Muslim Brotherhood is scandalous or shocking, because it represents an immediate danger to U.S. citizens. The influence of this undercover Muslim Brotherhood manifests through national and global implications, dangerous to the security of America and its citizens.

(An analysis of John Guandolo, ex-FBI agent and a specialist in Islamist Muslim Brotherhood in America.) 

Last July, the CIA organized a training program for two days at its headquarters in Langley, Virginia entitled "Workshop struggle against violent extremism for the Washington area."

Present at the seminar, all local, state and federal law enforcement, and military and intelligence offices in the Washington area. In addition to the senior leadership of the CIA, the FBI and DHS (Department of High Security), members of the Muslim Brotherhood participated in the training program.

Of these, there were Imam Mohammed Magid, who gave a lecture on "How to build trust between communities."

How this imam was allowed to speak at the Headquarters of the CIA? And checked his background?

Imam Magid is executive director of the Center for ADAMS, a front organization of the Muslim Brotherhood.

He is also the president of the Islamic Society of North America (ISNA), the largest organization of the Muslim Brotherhood in the United States, which proved to be the financial support of Hamas in the biggest trial in history United States against the largest terrorism financing case since the 09/11/2001(U.S. vs. Holy Land Foundation, Dallas 2008). Muslim NGO that had been accused of financing Islamic terrorismOver 57 million has been paid by the Holy Land Foundation Hamas (Islamic terrorists) between 1992 and 2001.

Therefore invite Magid to advise the U.S. Intelligence and teach law enforcement officials can not meet that American of suicidal madness.

Some officials in Langley, ready to speak on condition of anonymity, it is an unprecedented scandal, but none of the internal leaders appears grasp the gravity of the threat. Say that the fox is in the henhouse would be an understatement.

But the folly of the Obama Administration does not stop there.

Imam Mohammed Magid continues to be invited to the White House, working with the National Security Council advises the Secretary of State, participates as a consultant to the working group of the Department of Homeland Security, and he even received an award from FBI. Magid, leader of the largest Muslim Brotherhood in the U.S., faithful financial support of Hamas, continues to be considered a friend by U.S. leaders!

Another question should also be asked: who has sifted through the path of other "leaders" of the Muslim community who participated in the training course at the headquarters of the CIA? Were they Muslim Brothers or sympathetic to the cause?

When American leadership is advising and working with a team of individuals and organizations that have proven to be hostile to the United States, it is not surprising that the shootings at Fort Hood has been called a "crime" by the FBI, not terrorism nor surprising that this attack was registered as an act of "workplace violence" by Pentagon officials, in drafting reports on the attack.

Therefore It is not surprising that the High Security Department and other departments of our government have called the threat of "violent extremism" (meaningless term) instead of the set for what it really is: the jihad of the Muslim Brotherhood in the United States, a network of support to terrorists.

It is not unusual that the military attack al-Qaeda against the U.S. consulate in Libya was justified by the Obama administration as the dramatic consequence of the release of a video "offensive to Muslims" on YouTube instead of the truth, thus ignoring the incredible heroism of the men who opposed more than 200 al-Qaeda fighters for 7 hours.

Recently, against-terrorism czar, John Brennan, (named at this strategic function by Obama) mocked the idea that the Muslim Brotherhood may have infiltrated the U.S. government.

As J. Brennan will he considered guilty of knowingly failed in the performance of his duty, and to have betrayed his oath of loyalty to the Constitution of his country?

When Secretary of State, Directors of the CIA, FBI and the U.S. President will they be tried for treason?

The heart of the department of U.S. national security was dangerously infiltrated and manipulated by a hostile alien presence. This means, without a shadow of a doubt, that important foreign policy decisions in relation to the Islamic world, not only reach their goal, but serve the cause of our enemies.

We can only hope that a future Romney Administration to take firm and courageous decisions which fall to purge the government of his enemies and those who support them voluntarily and unconsciously.

Copyright © Flash Israel - Reproduction authorized with the mention of the source.

Les Frères musulmans dans le poulailler de la CIA.

La présence d’agents des Frères musulmans, travaillant à l’intérieur du gouvernement fédéral, au cours de dernières années, vient d’être définitivement prouvée. Le noyautage de notre système de sécurité par les Frères musulmans est scandaleux, voire choquant, car il représente un danger immédiat pour les citoyens américains. L’influence de cette opération d’infiltration des Frères musulmans se manifeste via les implications nationales et mondiales, dangereuses pour la sécurité de l’Amérique et de ses citoyens.

(Traduit et adapté d’une analyse de John Guandolo, ex-agent du FBI, et spécialiste de l’organisation islamiste des Frères musulmans en Amérique.) Rosaly pour Dreuz.info.

En Juillet dernier, la CIA a organisé un programme de formation de deux jours en son siège à Langley, en Virginie intitulé « Atelier de lutte contre l’extrémisme violent pour la région de Washington ».

Étaient présents à ce séminaire, tous les responsables locaux, provinciaux et fédéraux des forces de l’ordre, et des forces militaires et des bureaux du renseignement de la région de Washington. En plus des membres de la haute direction de la CIA, le FBI et du DHS (Département de haute sécurité), des membres des Frères musulmans ont participé au programme de formation.

Parmi ces derniers, il y avait l’imam Magid Mohammed qui donna une conférence sur « Comment développer la confiance entre les communautés ».

Comment cet imam a-t-il été autorisé à prendre la parole au Siège de la CIA ? Qui a vérifié son parcours ?

L’Imam Magid est le directeur exécutif du Centre d’ADAMS, une organisation de façade des Frères musulmans.

Il est également le président de la Société islamique d’Amérique du Nord (ISNA),la plus grande organisation des Frères musulmans aux États-Unis, qui s’est avérée être le soutien financier du Hamas lors du plus grand procès de l’histoire des Etats-Unis contre le plus important cas de financement du terrorisme depuis le 11.09.2001. (US vs. Holy Land Foundation, Dallas 2008). Cette ONG musulmane avait été accusée de financer le terrorisme islamiste. Plus de 57 millions de dollars ont été versés par la Holy Land Foundation au Hamas (terroristes islamiques) entre 1992 et 2001.

Dès lors, inviter Magid pour conseiller l’US Intelligence et enseigner l’application des lois aux officiels américains ne peut relever que de la folie suicidaire.

Selon certains responsables de Langley, prêts à prendre la parole sous couvert d’anonymat, c’est un scandale sans précédent, mais aucun des dirigeants internes ne semble saisir la gravité de la menace. Affirmer que le renard est dans le poulailler serait un euphémisme.

Mais la folie de l’Administration Obama ne s’arrête pas là.

L’Imam Mohammed Magid continue à être invité à la Maison Blanche, travaille avec le Conseil national de sécurité, conseille la Secrétaire d’Etat, participe comme consultant au groupe de travail du Département de la Sécurité Intérieure et il a même reçu un prix du FBI. Magid, chef de file de la plus grande organisation des Frères musulmans aux U.S.A., fidèle soutien financier du Hamas, continue à être considéré comme un ami par les dirigeants américains !

Une autre question devrait aussi être posée : qui a passé au crible les parcours des autres « leaders » de la communauté musulmane qui participaient au stage de formation au siège de la CIA ? Etaient-ils des Frères musulmans ou des sympathisants de la cause ?

Lorsque le leadership américain se fait conseiller et travaille en équipe avec des individus et des organisations, qui se sont révélés être hostiles aux Etats-Unis, il n’est pas étonnant que la fusillade à Fort Hood ait été qualifiée de « crime » par le FBI, et non d’acte de terrorisme, ni surprenant que cet attentat fut inscrit comme acte de « violence au travail » par les fonctionnaires du Pentagone, lors de la rédaction des rapports relatifs à cet attentat.

Dès lors, il n’est pas non plus étonnant que le Département de Haute Sécurité et autres services de notre gouvernement aient qualifié la menace « d’extrémisme violent » (terme vide de sens) au lieu de la définir pour ce qu’elle est réellement : le jihad des Frères musulmans aux États-Unis, réseau de soutien aux terroristes.

Il n’est pas anormal que l’attaque militaire d’Al-Qaïda contre le consulat américain en Libye ait été justifié par l’administration Obama comme la conséquence dramatique de la diffusion d’une vidéo «offensante pour les musulmans» sur YouTube, en lieu et place de la vérité, faisant ainsi fi de l’héroïsme incroyable de ces hommes qui s’opposèrent à plus de 200 combattants d’Al-Qaïda pendant 7 heures.

Récemment, le csar du contre-terrorisme, John Brennan,(nommé à cette fonction stratégique par Obama) s’est moqué de l’idée que les Frères musulmans puissent avoir infiltré le gouvernement américain.

Quant J. Brennan sera-t-il considéré comme coupable d’avoir sciemment échoué dans l’accomplissement de son devoir, et d’avoir trahi son serment de loyauté envers la Constitution de son pays ?

Quand la Secrétaire d’Etat, les Directeurs de la CIA, du FBI et le Président des USA seront-ils jugés pour trahison ?

Le cœur même du département de la sécurité nationale des U.S.A. a été dangereusement noyauté et manipulé par une présence étrangère hostile. Cela signifie, sans l’ombre d’un doute, que d’importantes décisions de politique étrangère en rapport avec le monde islamique, non seulement n’atteindront pas leur but, mais serviront la cause de nos ennemis.

Nous pouvons juste espérer qu’une future Administration Romney prenne les décisions fermes et courageuses qui incombent afin de purger le gouvernement de ses ennemis et de tous ceux qui volontairement et inconsciemment les soutiennent.

Source : DREUZ INFO

tags:CIA, FBI, DHS, Infiltration, US Citizens, John Guandolo, Imam Mohammed Magid, adviser of Security agencies, Magid and the ISNA, Hamas, Libya, consulate, Czar John Brennan, Pentagone, Fort Hood, Muslim Brotherhood, Secretary of States, President of US, al Quaida, Maison-Blanche, White House, Constitution of USA, betrayal, trahison, Ennemis, MItt Romney, Dreuz, Flash Israël.