Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2012

Obama, raciste anti-blanc : l’affaire George Zimmerman, Guy Millière DREUZ

Comment l’engrenage de la désinformation aux USA provoque une aggravation du racisme antiblanc et antisémite. Selon Guy Mllière, la responsabilité d’Obama est engagée. 
J'ai mis en relief de larges extraits de l'article de Guy Millière publié sur DREUZ.

Si je l'inscris ici c'est pour démontrer jusqu'où l'on peut manipuler la population, susciter des émeutes, des actes de terreur, la guerre civile, voir des meurtres dans le but d'achever la transformation du mode de vie d'un peuple. Pour arriver à ses fins tous les moyens sont bons.

 

Charles Ed. Durand

 

Voici donc l'article, du moins quelques extraits, de Guy Millière

''Je m’étais promis de revenir sur l’affaire George Zimmerman. Je le fais ici. Je le fais d’autant plus volontiers qu’elle est loin d’être achevée, et ne fait, même, sans doute, que commencer.

Des gens ont disséminé aux États-Unis tous les venins de tensions raciales et d’émeutes potentielles : ce n’est, hélas, pas la première fois. Certains de ces gens vivent des tensions raciales depuis des décennies, et ils continuent. Parmi ces gens, il y a le Président des États-Unis, et, là, c’est la première fois. C’est loin d’être la seule chose qu’on puisse lui reprocher, mais c’est extrêmement grave.

L’affaire est connue. Le 26 février dernier, à Sanford, une petite ville de Floride située à trente kilomètres au nord d’Orlando, un homme, George Zimmerman, tire sur un autre appelé Trayvon Martin et le blesse mortellement. La police est appelée sur place. Elle considère que George Zimmerman a tiré après avoir été agressé, ce qui est légal en Floride. Après avoir entendu George Zimmerman, la police l’a remis en liberté.

 

Les engrenages se sont enclenchés depuis là. Les professionnels des tensions raciales ont commencé à parler de « meurtre raciste » et à appeler aux manifestations. Al Sharpton, responsable de manifestations antisémites à New York en 1991 et de la mort de Yankel Rosenbaum aux cris de « mort aux Juifs », disposant d’une émission sur la chaîne CNBC, a versé de l’essence sur les braises. Voir en fin d'article la vidéo.


trayvon-martin jeune.jpgUne photo de Trayvon Martin datant d’il y a plusieurs années, et le montrant comme un petit garçon aux airs innocents a été largement diffusée, en même temps qu’une photo retouchée de George Zimmerman, le montrant très blanc, mal rasé, patibulaire.

 

 

 

 

1) photo: Trayvon Martin jeune

 

 

2) George Zimmerman.

GEORGE-ZIMMERMAN-large1.jpg

 

3)Obama

obama-if-i-had-a-son-hed-look-like-trayvon-birth-certificate-sad-hill-news-35.jpg

Obama, la main sur le cœur, a dit, d’un air grave, que Trayvon Martin aurait pu être son « fils » et qu’il ressentait une tristesse personnelle.

 

Une chasse à l’homme blanc s’est mise en marche. La justice de Floride a été sommée d’intervenir. George Zimmerman s’est caché, puis livré aux forces de police. Un procureur nommé par le gouverneur de Floride, considérant que le dossier contre Zimmerman n’était pas assez solide et ne pouvait résister à une procédure normale de mise en examen, qui impliquait la décision d’un jury populaire, a décidé de mettre Zimmerman en examen lui-même, l’accusant de meurtre sans préméditation, sans fondements, pour des motifs politiques, face à l’intimidation ambiante.

 

George Zimmerman affirme, bien entendu son innocence et a été remis en liberté sous caution. Il réside dans un lieu tenu secret et y restera jusqu’au procès.

Sa réputation a été salie à un degré ignoble : il a été présenté comme un obsédé de la sécurité aux idées racistes alors que tout son passé montre que c’est un homme éloigné de tout racisme, c’est un métis de mère péruvienne et de père américain (né juif, ancien juge), impliqué dans sa congrégation religieuse, catholique, marié, et il entendait faire des études de juriste.

 

La justice de Floride s’est laissée dévoyer par un chantage et a mis en examen un homme sans preuve, et en utilisant des documents trafiqués... diffusés par CNBC, et dont la chaîne elle-même a reconnu qu’ils étaient trafiqués, ce qui l’a conduit à licencier plusieurs journalistes pour « faute grave».

 

 

Ces troubles raciaux feront dire qu’il existe toujours des « tensions raciales » aux États-Unis, mais les responsables de ces tensions, ceux qui en vivent, les professionnels des tensions raciales, ne seront pas désignés : on incriminera les blancs, les conservateurs, bien sûr.

Le principal responsable de ces tensions, le Président actuel des États-Unis, sera moins désigné encore.

 

Obama pourrait susciter une vague de meurtres racistes aux États-Unis qu’il se trouverait encore des gens pour l’idolâtrer et lui trouver des excuses.

D’ailleurs, la vague en question a commencé, et vous n’en avez, j’en suis sûr, pas du tout entendu parler.

 

Je l’ai écrit, plusieurs jeunes noirs ont été tués aux États-Unis par d’autres jeunes noirs au moment de l’affaire George Zimmerman, des blancs, des métis, des Asiatiques des latinos ont aussi été tués par des noirs. Ces victimes n’ont intéressé personne.

Plusieurs agressions très graves ont été commises par des noirs contre des blancs ces derniers jours, pour « venger » Trayvon Martin.

J’en citerai trois :

 

-le 9 avril à Kansas City, un jeune garçon blanc de treize ans a été agressé à coups de battes de baseball par deux jeunes noirs, puis arrosé d’essence et brûlé. Il est à l’hôpital. Ses agresseurs ont dit : « c’est pour Trayvon ». Ses agresseurs étant mineurs, ils ont été laissés en liberté.

 

-le 17 avril, à Chicago, un nommé, Alton Hayes a agressé et frappé à coups de barre de fer un jeune blanc de dix-neuf ans (son nom n’a pas été diffusé), et l’a laissé pour mort. « J’ai fait cela pour Trayvon », a déclaré Alton Hayes au juge.

 

-le 21 avril, à Mobile, Alabama, un blanc de quarante ans, Matthew Owens, a été agressé et frappé à coups de manivelles et de briques par une horde d’une vingtaine de noirs. Il est à l’hôpital, entre la vie et la mort. Les agresseurs ont dit eux aussi avoir fait cela « pour Trayvon ». Deux agresseurs seulement ont été arrêtés. Les gens du quartier ont peur et se taisent.

 

D’autres agressions très graves du même type ont eu lieu ces derniers jours. Il vient d’être révélé qu’un journaliste de Virginie appelé Dave Forster, et sa compagne, ont été agressés par une horde d’une trentaine de jeunes noirs criant « Trayvon », à un feu rouge, dans le centre-ville de Norfolk. Ils sont hospitalisés, dans un état désespéré.

 

La vague ainsi dessinée peut tout à fait continuer. Le silence de la Maison-Blanche est assourdissant. Est-ce cela, l’ « espoir » et le « changement » promis en 2008 ? « Qui sont les racistes » demandait voici peu, dans une chronique, Thomas Sowell. Qui, effectivement.

Cette Amérique-là ne ressemble pas à celle qui m’a fait aimer l’Amérique. J’espère qu’elle disparaîtra en novembre prochain. Je crains, même si c’est le cas, qu’il reste des cicatrices.

 

Guy Millière in DREUZ

 

 

 

Trayvon Martin Photo_on_2010-06-17.jpgTrayvon Martin tweeting during the last weeks of 2011. In December under the name of ''T33ZY Taugh M3.'' Martin sent a message that read. '' Plzz (please), shoot da (that) #mf (mother fucker)dad lied 2 u! (to you)''Martin in december under the name ''T33ZY Taugh M3.'' The photo of Martin choose to represent himself on twitter as T33ZY TAUGHT M3 depics him in a black Polo cap, looking into the camera and extending his middle finger. The photo's file name on twitter's server indicates that it was taken on the afternoon of June 17, 2010... Trayvon Martin began tweeting as '' NO-LIMIT-NIGGA.'' His tweeter activity under that newer screen name began with the tweet : ''NEW NAME, NEW BACGROUND, NEW TWEETCOM, I MAKE CHANGS B4(before for) NEW YEARS!'' (2011)  

Most of us could care less who’s black, who’s white, etc. But not our race-baiting president, nor our ‘post-racial’ government. The US Census Bureau, and just about every other federal organization must know our ethnicity so they can use Microsoft Excel® to produce ‘race-based‘ homicide charts such as this one (see below), courtesy of the FBI.

Before you read it, consider this. ‘Black’ people account for 12.6% (2010 Census) of America’s population.

But Sad Hill, this chart would suggest – based on percentages – that blacks are doing the lion’s share of the killing, particularly to themselves?!’

 

FBI-racial-murder-black-white-crime-in-the-US-race-of-victim-sad-hill-news 2010 sept.jpg

 

See Dave Blount of Moonbattery’s comprehensive response –– which includes these images (below) of Trayvon Martin, before and after “mainstream” media doctoring. I Hate the Media.

 

 

Trayvon-Martin-before.jpg                Trayvon-Martin-after.jpg

5) before                                                               6) after-retouched picture

There has been a lot of analysis about the character of George Zimmerman in the media, and surprisingly little about Trayvon Martin.

For instance, a few days before he was killed, Trayvon was suspended from school for ten days.

Voici une photo d'un ami proche d'Obama, Al Sharpton.

 

raciste-antisemite-sharpton-obama-3-296x300.jpg

                             7) Sharpton et Obama et maintenant la vidéo de ce Al Scharpton qui nous entretient sur la manipulation des masses. Obama's close friend Al Scharpton knows  how to  manipulates Medias. See the video. 


Prenez note que le boycott des étudiants au Québec sera suivi par l'occupation de parcs à Montréal. On l'envisage déjà pour aujourd'hui à Montréal. On a déjà commencé à Madrid. Aux États-Unis, les villes n'entendent pas les tolérer. Est-ce que l'administration du Maire Tremblay va voir à ce que soit interdite toute occupation des espaces publics et privés? L'anarchie a assez durée.

Charles Ed. Durand

tags: Guy Millière, Dreuz, affaire Zimmermann, racisme antiblanc et antisémite, chasse à l'homme blanc, professionnels des tensions raciales, Maison blanche, silence de l'Exécutif, Police, légitime défense, manipulation des journalistes, photos retouchées, Obama, Al Sharpton, Guerre civile, Floride, CNBC, documents trafiqués, OWS, Madrid, Boycott, étudiants.