Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2015

Les théoriciens du transgenre perçoivent les corps comme des objets.

Trans genre son application en éducation.jpg

Photo : Pour une école libre au Québec

Cela devait advenir au Québec.

Les mesdemoiselles ‘‘spécialistes’’ en éducation avaient concocté une journée spéciale où les enfants (6 à 11 ans) étaient invités à porter des vêtements du sexe opposé. La réaction des parents fut tonitruante et rapide. Si bien que la direction dut l’annuler. Cela devait se tenir dans une école primaire, L'école Félix Leclerc. (Ma cabane au Canada)École située sur la Rive-Sud du Saint-Laurent à Saint Constant.

L’activité était organisée dans le but « d’
explorer la différence » et devait avoir lieu le 5 février dernier, rapporte le journal local Le reflet.. Ceux des parents qui furent informés par leurs enfants dénoncèrent rapidement cette activité. Le père d’un enfant s’est dit «estomaqué» par cette «dérive» de l’école. Il ajoute « C’est bientôt le mois de l’histoire des Noirs, est-ce qu’on va demander aux enfants de se peindre le visage pour comprendre le racisme ?»

Devant le tollé suscité dans la région et craignant que la nouvelle se répercute dans les grands médias nationaux elles ont vite répliqué. Voici en résumé ce qu’elles ont eu le culot de communiquer, une susurrante dilution de la vérité.

                                                                                                     

trans genre École Félix Leclerc.jpg

 

 ÉCOLE FÉLIX-LECLERC

[Cette journée se voulait avant tout « humoristique et remplie d’autodérision », affirmeront (après que la nouvelle se répandit localement) les techniciennes en éducation spécialisée ; or ce sont elles qui avaient inscrit cette activité au programme et non les enfants.  Nous prend-on pour des cruches]? Devant le danger qu’explose la bombe dans les médias nationaux la direction de l’école Félix- Leclerc et la Commission scolaire décidèrent d’avoir recours à une firme spécialisée sur le Damage control l (limitation des dégâts). Il fallait absolument contrer les effets potentiellement explosifs si pareille information circulait. Elles reportèrent la responsabilité de cette journée sur le transgenre sur des élèves qui l’auraient demandée. ( Come on ! des enfants de 6 à 11 ans ?) Elles se foutent de qui ? De notre gueule ?

Elles ajouteront que la décision d’annuler la journée sur le ‘‘transgenre’’ ‘‘transgender’’  fut prise malgré le fait « que deux groupes de parents s’opposaient». Plusieurs y auraient été favorables ??? Affirmation invérifiable ni soutenue par aucun parent. Bref, on se présente comme ne voulant pas attiser le feu ce qui serait malsain et contreproductif pour de jeunes enfants, d’où la décision raisonnable et responsable prise par l’école d’annuler la «Journée qui visait uniquement à abolir les préjugés et l'intolérance ambiante que véhicule la société sur l’orientation sexuelle ». Il allait de soi que les médias nationaux jusque-là silencieux allaient répercuter la seule version que leur avait envoyée la direction de l’école. Ces femmes qui s'auto proclament spécialistes en éducation ne manquent pas d’air et elles osent affirmer qu’elles savent tout et mieux que les parents. 

Pour une école libre au Québec. Je vous donne le lien de la source qui m’a servi à en extraire cette information sur celles et ceux qui entendent déconstruire la nature sexuée des enfants. Bien sûr, on le fait en douce au Québec.

http://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2015/02/la-desinc... 

Je vous invite à regarder la vidéo et écouter la réflexion de l’archevêque Mgr Jean- Michel di Falco-Leandri qui aborde franchement le sujet et quel verve dans un gant de velours.


             

 

La poursuite de la dévirilisation des hommes de sa déconstruction, de l'annihilation de sa différence et la lutte féroce que ces féministes doctrinaires et farouches  mènent pour faire disparaître les caractéristiques propres à l'homme, que l'on observe pourtant dans toutes les civilisations depuis la création... En Occident on assiste à la poursuite d'un égalitarisme surréaliste, la femme devient machiste et qui plus est se considère supérieur à l'homme (dixit Lise Payette). L'homme est déchiqueté, débilité, déconsidéré, cela est manifeste dans la publicité et dans la réalisation de séries de télé (hollywoodienne) où la femme est souvent supérieure à l'homme voir physiquement. Le machisme féminin est à l'honneur. Certes il y a matricule 728 mais elle est en fait une exception. Pour ces doctrinaires leur but est d'en arriver à réduire l'homme au seul titre de géniteur et de fainéant. Une idéologie sans fondement anthropologique autre que le produit d'une haine foncière qui réduit l'homme au statut de prédateur et de violent. La dominance de ce courant radical ne peut être sous-évalué, il s'est imposé et il fut d'abord véhiculé par les misandres qui détestent l'homme. La femme versus la maternité serait un concept créé par l'homme pour la dominer selon leur égérie Simone de Beauvoir.

Charles Éd. Durand

 

Théorie du genre, le nouveau puritanisme.

trans genre Le monde rêvé des anges.jpg« Invention réactionnaire » pour les socialistes et autres soi-disant « progressistes », « idéologie postmoderne » pour Michel Onfray, la théorie du genre suscite des réactions passionnées. On l’a vu notamment lors de la mise en place en France des ABCD de l’égalité. Mais de quoi s’agit-il ? Comment interpréter ce discours, qui veut déconstruire le féminin et le masculin ? Pourquoi la France, longtemps rétive, a-t-elle fini par y succomber ? Qu’est-ce qu’une éducation asexuée ? L’hétérosexualité serait-elle « notre dernière aliénation » ? Dans un essai à paraître la semaine prochaine la philosophe Bérénice Levet dissèque ce qui est selon elle un nouveau puritanisme, le « dernier avatar de la haine d’Éros ». Tout en dénonçant le mépris dont font l’objet les anti-genre, elle considère qu’invoquer l’ordre de la nature ou de la création est un peu court, selon elle. La philosophie qu’elle oppose au genre n’emprunte pas à Dieu ni aux sciences. « La différence des sexes ne rend pas seulement possible la filiation, la génération, écrit-elle, elle produit entre ces deux êtres tellement semblables et tellement différents une aimantation vertigineuse, un appel des sens que rien n’apaise et qui a sa fin en soi. » Bref, face à une élite intellectuelle qui se gargarise de « différences » à valoriser et pourtant en vient à nier celle de leurs corps, Bérénice Levet livre un vibrant hymne à l’altérité fondatrice.

La théorie du genre ou le monde rêvé des anges (Grasset)

Le lien de l'articlehttp://www.xn--pourunecolelibre-hqb.com/2014/11/theorie-du-genre-le-nouveau-puritanisme.html

Source : Pour une école libre au Québec.

                                                                            

Coalition_liberte_education.png

tags: : École primaire, Félix- Leclerc, transgenre, parents, damage control, enfants non sexués, déconstruction de l'esprit des enfants, négation, désexualisation, homme, femme, neutralité, machisme, prédateur, misandre, Simone de Beauvoir, spécialistes en éducation, dévirilisation, théorie du genre,occident, Mgr Jean-Michel di Falco-Léandri, Bérénice Levet, 

16/11/2013

Le mariage d’homosexuels résulte d’une pensée totalement féministe.

 

On m’a fait croire que j’étais père.

  

Défense des Pères.jpg

Cette charge va secouer les boutonneux, les idéologues toutes tendances et people. Je n'en suis pas l'auteur, mais je lui donne mon placet. Remarque: je connais une famille de neuf enfants qui a certes ses problèmes, mais où la mère et le père assument leur rôle respectif de parents et forment un couple normal et une famille unie et qui prie.

Charles ÉD. Durand

Chien curieux, F. Bonnardel.jpgCurieux le chien se demande mais où s’en vont ces bipèdes?

Je me suis battu durant des années. Et j’y croyais fermement. J’étais persuadé que je devais être responsable. Je lui avais fait cet enfant, je devais assumer. C’était le rôle d’un homme, celui qu’on attendait de moi. Et puis toute la société m’avait dit qu’elle attendait fiévreusement des pères responsables. D’une seule et même voix, j’entendais tout autour de moi : « un père est nécessaire, c’est important pour un enfant ». Et puis moi, j’avais toujours attendu cela. C’était mon rêve. Depuis tout petit, je rêvais d’avoir une famille, et surtout des enfants. J’ai toujours aimé les enfants. Je ne sais pas pourquoi, peut-être leur sincérité féroce qui m’a toujours rappelé qu’un être peut être fait du pire et du meilleur tout à la fois. Enfin une femme est venue dans ma vie, et elle a brisé mon rêve, fort heureusement.

 

Femmes idéales.

J’étais plein de bonnes intentions mais je rêvais. J’idéalisais les femmes. J’imaginais qu’il suffisait que je sois un bon père pour être un homme, et surtout quelqu’un de gentil. Les femmes autour de moi me répétaient pour faire mon éducation : « les femmes aiment les hommes gentils. » Elles n’avaient que ça à la bouche, la gentillesse. Alors je suis devenu quelqu’un de gentil. Dans mon esprit, il suffisait que je réussisse à devenir cela pour réussir ma vie de couple. Les femmes de mon entourage qui m’avaient éduqué comme tel, profitaient de ma gentillesse. Elles étaient mes mères et mes grands-mères, mes tantes et mes cousines. Toutes agissaient d’un seul et même mouvement pour que je sois serviable avec elles. Elles en profitaient, mais elles ne me rendaient pas service.

J’aurais eu le bon exemple

Manque de bol, je n’ai pas eu le bon exemple. Mon père avait choisi la mauvaise femme pour lui, pour nous. Et il était trop loin de ma mère pour me donner un bon exemple de relation saine entre hommes et femmes. Il n’y avait presque que des femmes dans mon entourage, et je ne vivais que par leur désir sans avoir la possibilité de m’affirmer en tant qu’homme. Les utopistes disent que l’individu est libre de faire ses choix. Il est surtout libre quand il a reçu beaucoup d’amour, et donc, un bon exemple. Il ne s’agit ici pas de me victimiser en tant qu’adulte. Par contre, j’exige qu’on écoute l’enfant que j’étais. Un enfant n’est pas responsable. En ce sens, il est toujours la victime des erreurs des adultes. Bien plus tard j’ai enfin compris que ce n’étaient pas les femmes qui étaient notre problème à mon père et à moi que c’est nous qui avions une vision faussée des femmes. Tous les deux, nous vivions encore dans le sein de nos mères, incapables de concevoir nos existences parce qu’emprisonnés derrière les barreaux suaves d’un amour perverti, basé sur le lien indéfectible entre une mère et la chair de sa chair, amour liberticide d’une femme quand il n’est pas tourné vers le père. Les femmes de mon entourage ont ainsi pu profiter de moi. Elles ont abusé de leurs prérogatives de mères et d’éducatrices, le plus naturellement du monde. Et quand ce fut temps pour moi de choisir la « femme de ma vie », je me suis naturellement tourné vers une profiteuse.

Le mauvais exemple.

Ce monde des familles sans le père, est le monde des profiteuses, de celles qui vivent sur le dos de leurs enfants. Elles se nourrissent de l’affection de leurs enfants, vivent financièrement de leurs enfants, remplacent leur mari par leurs enfants. Tout est fondamentalement incestueux dans la famille monoparentale ou décomposée. Rien ne peut être à sa place. Les mères ont besoin d’affection et les enfants sont prêts à tout pour leur mère. Ils comblent naturellement ce manque en elles. En attendant, ces enfants ne sont jamais des enfants. Un enfant ne devrait jamais avoir à donner de l’affection. Cette responsabilité est bien trop grande pour lui. C’est le rôle d’un adulte de maîtriser tout ça, ce qui peut être donné ou pas, le rôle d’un homme d’ordonner ce monde tumultueux des sentiments.

Fragilité.

J’étais prêt moi, mais je n’étais pas avec une femme qui l’était. J’ai compris ma fragilité ce jour-là. J’ai compris que la force ne me viendrait pas tout seul, et que je ne pourrais pas assumer pour deux. Il y a des personnes qui ont reçu tant d’affection qu’elles peuvent assumer pour deux même si c’est reculer pour mieux sauter. Car à la génération suivante, n’ayant eu qu’un seul exemple de parent viable, leurs enfants se planteront immanquablement. Non, il faut choisir la bonne personne, dès le départ, une personne qui est prête, et qui respecte le monde. Je ne respectais pas le monde, je vivais dans le péché en me servant du corps de ma compagne pour satisfaire mes pulsions. Elle s’est servie de mon corps comme je me suis servi du sien. Et un enfant est né de ces désirs mal contrôlés, pour le pire. J’ai tenté d’offrir le mieux à cet enfant. Je n’ai pu, ni lui offrir un père et une mère unie, ni influencer de quelque manière que ce fut, sa mère.

 

père et son enfant.jpg


La justice n’est pas venue au secours de cet enfant. Elle a légitimé la place totalitaire de la mère. Dans le même filon, elle et mon ex-compagne ont décidé de me transformer, il n’y a pas d’autres mots pour le dire, en portefeuille sur couilles. Et elles ont cru qu’un homme encore digne de ce nom, pourrait l’accepter. Elles ont voulu me traiter comme elles ont traité tous les autres depuis des années. Et certainement que dans leur esprit, un père doit se résumer à payer une pension alimentaire s’il n’est pas en accord avec la mère de ses enfants. Alors ils étaient prêts à me mettre à la rue et en prison pour m’y obliger. J’en connais d’autres qui y sont allés. Les moyens sociaux de contrôle des pères sont sans commune mesure avec ce que les gens imaginent. Les « abandons de famille », « organisation d’insolvabilité » sont sanctionnés par des allers retours en prison et des saisies d’huissier, que le père puisse réellement payer ou pas. Le père qui ne voit pas ses enfants, qui est au chômage, doit quand même pouvoir trouver de quoi payer la pension alimentaire si le juge décide que les demandes de la mère sont légitimes. La plupart des hommes lâchent le morceau avant, s’en vont à la rue, partent à l’étranger ou acceptent leur sous-statut d’esclave, ou bien encore tentent de reconstruire leur vie auprès d’une autre femme qui pourra les protéger du juge et de son ex-compagne, parce qu’elle est femme. Quand je vois les féministes faire voter leurs lois pour renforcer les moyens de contrôle sur les paiements de pensions alimentaires, et que ces lois sont votés dans un déni complet de la situation actuelle des pères, je suis certain qu’une partie des citoyens de ce pays souffre le joug d’une autreUne partie de la population, majoritairement des hommes, paye des impôts ou des pensions alimentaires pour pourvoir à l’éducation des enfants des autres, ces autres étant majoritairement des femmes qui exercent un chantage à la maternité sur l’ensemble de la société.

Douceurs de femmes.

Quand j’entends des femmes me dirent que « les choses ont changé», qu’ « on fait plus de place aux pères dans notre société », « que les problèmes des pères ont été résolus par telle ou telle loi », je sais à quel point tout cela est faux. Ces phrases qui sont dans l’air du temps le sont depuis 30 ans et la situation pourtant se dégrade toujours, au point que notre société s’est imaginée pouvoir nous remplacer par des femmes dans les familles, sans que cela n’y change rien pour les enfants. L’absence d’un père change la vie d’un enfant. Une famille composée de deux adultes femmes qui ont privé de père leur enfant, n’est qu’une forme de famille maltraitante.

Elle a fini par gagner, j’ai fini par changer.

La société et mon ex m’ont usé jusqu’à la corde. Les enquêtes sociales fictives et pipées de bout en bout, les rencontres avec les juges, hommes ou femmes, remplis de préjugés, ne désirent pas bouleverser l’ordre matriarcal, les dossiers de plusieurs centaines de pages, les services sociaux complices des femmes, les milliers  $$$$ ou d’euros dépensés en procédures, tout cela, j’ai compris que ça ne servirait à rien. Elle a fini par obtenir ce qu’elle voulait, tout ce qu’elle désirait, surtout de pouvoir s’accaparer notre enfant. Les femmes de ma famille m’ont dit de ne pas m’inquiéter, que je la reverrai quand elle serait plus grande. Je n’ai jamais pu la garder une seule journée de toute son existence. Je ne l’ai jamais revue. Depuis, j’ai bien réfléchi. Une femme saine, devrait supplier le père de son enfant de s’occuper de sa progéniture, et je ne parle absolument pas d’argent ici, bien entendu. Nous nous épuisons pour rien dans ces luttes juridiques idiotes. Si une femme ne veut pas d’un père pour son enfant, si la société accepte cela, et l’encourage même par tout un tas de subventions, de lois, de décisions juridiques, tout un système social, nous devrions envisager nos luttes d’une tout autre manière. Nous devrions nous attaquer au fond du problème : comment en sommes-nous arrivés collectivement à tolérer la folie de certaines mères ? Comment toute une société peut-elle légitimer cela ? Cette société ne veut pas de pères, ou elle veut des pères assez féminisés pour suivre leurs femmes comme des caniches. Devrions-nous accepter cette amputation au nom du progrès ? Le progrès de qui, pour quoi ?

Je croyais être père, je ne l’ai jamais été.

Avant, je croyais être père, je me suis battu pour cela. Aujourd’hui, je sais qu’on m’a menti. On m’y a faire croire pour que je remplisse mon rôle, que je sois gentil, que je paye, et que je me taise. Objectivement, je n’ai jamais été père, et si je l’avais été, je ne l’aurais été qu’avec la caution de la société, non de mon propre fait. Au mieux je l’aurais été un week-end sur deux, avec la bénédiction de la mère.

Si la situation doit se représenter, j’attendrai désormais qu’on me supplie de l’être. Ce n’est pas moi qui aie besoin de père. C’est cette société, tous ces enfants qui en ont besoin. Le monde a besoin de pères qu’il en ait conscience ou pas. Et avant de m’impliquer, de donner de moi, j’attendrai que ce monde en ait pleinement conscience et je le laisserai s’effondrer avant de daigner remplir mon rôle. En tout état de cause, il faudra qu’on me le demande très très poliment.

Bien entendu, je pourrais me choisir une femme équilibrée.

Je sais qu’il y a des femmes honnêtes qui existent, je les ai vues, mais je suis incapable de les aimer. J’aime les femmes qu’on m’a appris à aimer, comme n’importe quel enfant l’apprend. Et je crois comprendre que nous sommes de plus en plus nombreux à vivre ce que j’ai vécu. La société refuse de voir la souffrance de ses enfants, elle ne veut plus les protéger légalement. Elle harcèle pour violences des innocents, mais elle laisse des mères détruire psychologiquement leurs enfants. Car je ne suis pas seul. Je suis juste un peu en avance. Disons même que bientôt j’appartiendrai à une majorité puisque la société a décidé d’entretenir les décompositions familiales à cause de ce qu’elle appelle le « patriarcat » ou la domination masculine. Je voudrais bien savoir qu’est-ce que c’est qu’une domination masculine quand il n’y a plus d’hommes dans les familles ? Cette idée est réellement ridicule. Chaque homme qui réussit sa vie en société est, tout d’abord, passé entre les mains d’une femme. Chacun de ceux qui croient fermement au « patriarcat » sont nés par un vagin. Et ceux-là raisonnent de façon tellement immature qu’ils voudraient nous faire croire que cela ne marque pas profondément chaque homme de pouvoir, peut-être surtout les hommes de pouvoir d’ailleurs. Oui, tout homme, dès sa naissance est marqué par le corps d’une femme. Nous leur devons tous la vie. Nous en avons tous conscience, les idiots féministes comme les autres. Chaque homme qui naît sur terre, vient avec cette évidence inscrite en lui. Il faut un long travail de déconstruction pour pouvoir ignorer ce pouvoir terrifiant, ou un long travail de construction pour pouvoir le magnifier dans une masculinité accomplie.

 

Aujourd’hui, les gens de nos sociétés ont décidé de détruire toutes ces différences qui font de nous des hommes et des femmes, des pères et des mères. Ils s’attaquent à bien plus que ce qu’ils s’imaginent. Ils croient défendre les femmes. Ils les tuentLe mariage pour des duos homosexuels n’est-il pas l’aboutissement d’une pensée totalement féminisée qui en vient à nier la différence des sexes ? Cette négation est en train de s’attaquer aux femmes elles-mêmes en relativisant le rôle d’une mère. Il serait peut-être temps que les femmes se réveillent également.       Léonidas Durandal                                                 source: http://www.aimeles.net/ma-fait-croire-que-jetais-pere-2/

SOS Papa.jpg

tags: Destruction, SOS Papa, Féminisme, mariage homo, matriarcat, homme pourvoyeur, souffrance des enfants, homme féminisé.                                                                                                                    

25/03/2013

1 million 700,000 manifestants hier à Paris. Des familles, des enfants. La France.

 

 

Doigt d'honneur d'un fidèle du préfet de police  Arc de Triomphe.jpg

Photo prise de l'Arc de Triomphe, un doigt d'honneur sur le 1 million 800,000 manifestants , quand on sait que l'Arc était interdit au public et réservé uniquement aux officiels de la Préfecture de Police et des membres du cabinet de Manuel Valls (ancien trotskyste) ministre de l'Intérieur. On sait d'où vient le mépris. D'un partisan du mariage gay ce jeune cadre Matthieu Castellano pourtant hostile à la défense du mariage entre un homme et une femme devant le déni de démocratie dont jouissent cependant les syndicats, les gays et les fêtards de la Saint-Sylvestre assez inflammable, s'est dit outré par la violence des CRS etc. selon les RG, sous couvert d'anonymat, on lui a affirmé officieusement qu'ils étaient 1,700,000 manifestants.

Voici une synthèse réaménagée et adaptée, mais inspirée de données du discours que devait prononcer Grégoire Puppink et qui fut déprogrammé par Frigide Barjot à la dernière minute. Me Puppink est docteur en Droit, et il est le directeur du Centre européen pour la Loi et la Justice (European Center for Law and Justice). 

Je fignolerai à grand trait sur les grands titres qu'il a soumis. Pour commencer un  petit lexique GPA = gestation par autrui (mère porteuse). PMA = Procréation médicalement assistée. CEDH = Cour européenne des droits de l'Homme.

'' Le jour où le parlement adoptera, le mariage pour tous cela aura un effet domino, ce sera la cascade DE NOUVEAUX DROITS : Droit à l'adoption, GPA (mère porteuse) et la PMA procréation médicalement assistée, le GENDER.

Pour la CEDH Dès que le mariage pour tous est adopté le droit à la PMA est automatique pour les hétéros et les homosexuels. C'est le principe de la non-discrimination pour les adultes. Les décisions de la CEDH sont universelles et s'appliquent dans les 47 états membres et sont non négociables. Voilà ce qu'est l'impérialisme totalitaire des fonctionnaires de Bruxelles non élus de l'U.E.

Pour la GPA. Il faut se référer à la lettre circulaire de La Garde des Sceaux Christiane Taubira. Elle reconnaît la filiation des enfants nés par GPA pratiquée dans d'autres pays. Donc les adultes français qui y ont eu recours voient ces enfants automatiquement reconnus comme leurs enfants, qu'ils soient des couples ou des paires. Par cette circulaire elle a brisé la cohérence du droit français. Agissant ainsi la France se verra contrainte par la CEDH d'abroger les dispositions législatives antérieures qui iraient à l'encontre de cette disposition émise par Madame le Garde des Sceaux.

Sur l'Adoption, malgré le Droit international qui dit très clairement que tout enfant a dans la mesure du possible «  le droit de connaître ses parents et d'être élevé par eux '' et le droit '' de préserver son identité, y compris sa nationalité, son nom et ses relations familiales »' Réf: (les  articles 7 et 8 de la Convention relative aux droits de l'enfant).

Or la CEDH a condamné l'Autriche à légaliser une filiation contre nature au sein d'une paire de femmes, car la compagne homosexuelle de la mère de l'enfant veut se substituer au père qui pourtant entretient des rapports réguliers (visite et garde de l'enfant) avec son fils. Et bien, la Cour, plutôt que de reconnaître que cet enfant a un père et une mère et donc qu'il n'est pas adoptable par la compagne, au lieu de quoi, elle a imposé à l'Autriche et conséquemment aux États membres de renoncer à la famille naturelle fondée sur la complémentarité des parents biologiques comme modèle de référence. La Cour considère qu'il n'est pas préférable que l'enfant ait une filiation naturelle, mais impose la parentalité dorénavant sur deux hommes ou sur deux femmes. Si bien que le père n'est plus le père mais ce rôle est dévolu à la compagne de la mère. L'Autriche s'est vue obligée de changer ses lois et il en sera de même pour les 47 pays membres.
Et ainsi se continue la folie de la CEDH.

Le ''Gender'' Si cette Cour n'est pas idéologique en tout cas elle suit les mots d'ordre de la Franc-Maçonnerie. Il y a dix ans, elle s'est prononcée dans une affaire du mariage transsexuel. Elle instituait un précédent en reconnaissant la légalisation basée sur la prémisse de la légalité du mariage pour tous y compris d'un sexe artificiel obtenu par l'introduction d'hormones de synthèses et d'une chirurgie plastique. En cela, elle a substitué le concept du Genre à la réalité sexuelle. Il y a des pays qui résistent Malte et depuis récemment la Hongrie.

Pour le gouvernement socialiste (Le PS n'a obtenu que 28 % du suffrage universel) et tous ces milliardaires têtus, il s'agit de détruire la cellule normale qu'est la famille. Christiane Taubira, comme dans tous les pays totalitaires elle incline aussi à détruire les liens affectifs qui existent dans une famille, a déclaré : ''Dans nos valeurs, l'Éducation vise à arracher les enfants aux déterminismes sociaux (famille) et religieux et d'en faire des citoyens libres''.

Il faut savoir qu'en Allemagne, des parents ont fait de la prison pour avoir refusé que leurs enfants soient endoctrinés par des cours d'éducation sexuelle et de morale relative organisés à l'école. La célèbre Cour a trouvé cette sentence très bien, au nom de l'intégration et d'éviter l'influence de la religion sur les esprits de ces enfants.

C'est une oligarchie néo marxiste et néo-libérale qui tente partout d'imposer sa vision mortifère à tout l'occident. Tout comme l'Amérique de Barak Hussein Obama qui tente de s'immiscer dans des juridictions qui appartiennent aux États membres.  Votre voix est entendue et que votre résistance ne faiblisse pas. Quand on regarde l'économie moribonde et flasque de plusieurs pays de la zone euro et la faillite en ébranler plusieurs, bientôt sera du cortège la France. Il est temps que la France donne son congé à Pépère ou Flamby c'est au choix. Hommes et Femmes et vous jeunesse de France ne lâchez pas.

                                                                          

               

Vous noterez que Frigide Barjot n'a pas dénoncé les violences extrêmes de la police envers ses propres manifestants, mais au lieu de cela elle a choisi de mentir en affirmant que ceux qui s'étaient fait tabasser par les CRS étaient des extrémistes. Voici le témoignage de quelqu'un qui y était Laurent Stempler : C'est un mensonge éhonté de parler d'une "petite poignée de personnes qui a voulu en découdre", n'ayant "rien à voir" avec les manifestants calmes. Passablement narcissique la Barjot.

Les milliers de manifestants qui se sont retrouvés sur les Champs Elysée, en passant par des rues adjacentes ou par les brèches ouvertes à plusieurs reprises par le service d'ordre, sont les mêmes que l'ensemble des autres manifestants : des familles, des jeunes de tous horizons, des personnes âgées, des enfants, des prêtres. Un commandant de la gendarmerie a déclaré : ..Vous serez au dire de la police officielle quelques dizaines de milles, mais en réalité vous êtes plus de 1 million 400,000, nous le savons et ils le savent. Nous sommes gérés par des amateurs inféodés au PS. Il ajoutera ; nous préférerions faire respecter la loi dans les banlieues.Puis il terminera par cette injonction : Démission du ministre de l'intérieur et surtout de Madame Taubira, car c'est à son intransigeance et celle de François Hollande si nous nous trouvons dans cette situation... de mrde.

Pour Manuel Valls il est plus facile de s'en prendre à des Français de souche que d'assurer la sécurité dans les 3,000 zones de non-droit où vivent des ethnies issues pour la majorité du Maghreb... et qui se promènent avec des kalachnikovs... 

Manif 24 mars Lancelot.png

Lancelot, gazé deux fois par la police lors de la manifestation. A-t-il l'air d'un terroriste, d'un habitant des banlieues ou d'un extrémiste? Ce garçon de 14 ans fut sous assistance respiratoire pendant 30 minutes en raison d'un élixir, vente limitée à la police, au nom bizarroïde : gaz lacrymogène dont il devint la cible. 

Et contrairement à ce qu'a dit le journaliste Étienne Lorraillère de KTO, qui trouve normal la réaction de la policeune petite poignée de personnes a provoqué les forces de l'ordre sur la place de l'Étoile. La réaction des forces de l'ordre est par conséquent logique...puis candidement il ajoute : difficile de se trouver là par hasard, non? Les moyens employés pour évacuer les lieux ont probablement été disproportionnés, mais je n'y étais pas.

Charles Ed. Durand

Source principale : Le Salon Beige.

tags: Le Salon Beige, Bruxelles, fonctionnaires, Manifestaion, gendarmerie, Arc de Triomphe, Préfecture de police, Manuel Valls, ministre de l'intérieur, homosexuel, hétérosexuel, Grégoire Puppink, GPA, PMA, CEDH, Adoption Gender, Christiane Taubira, filiation, Lancelot, gaz lacrymogène, Étienne Lorraillère, KTO, Frigide Barjot, Laurent  Stempler, Le PS, Autriche, Allemagne, prison, néo marxiste, néo libéralisme, Pépère ou Flamby, 1,700,000. 24 mars 2013.