Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2015

Soldats portent des talons aiguilles. Walk a mile in her shoes.Anti-male, dévirilité.

Walk a mile in her shoes.png

Je vous envoie cette vidéo car vous n'entendrez jamais un journaliste francophone oser dénoncer, ce qu’a fait cet anglophone du Canada, le comportement de certains soldats. Et pour cause le féminisme au Québec a déconstruit l’homme et le dévirilise. Nos journalistes et chroniqueurs ont la chienne de dire la vérité et de dénoncer cette idéologie féministe machiste qui combat la famille et contribue à déstructurer la normalité sur la nature sexuée de nos enfants. Depuis des générations on gave nos garçons de ritalin afin qu’ils ne fassent pas de bruit en classe. L'enseignement de la maternelle en passant par l'école primaire et secondaire est le fief des femmes. En effet, elles représentent 85% du corps professoral. Ne craignant rien elles veulent imposer la ‘’théorie du genre’’ dès la première année du primaire. Il y a toujours quelques gars en mal de sexe qui s'extraient de la terre comme des vers, pour appuyer ces  positions castratrices. La lutte des femmes ne porte pas sur l'affirmation de leur état de ce qui les distingue de l'homme, mais démontre une haine de son sexe qui les amène à vouloir être des hommes. Plombière, policière (Matricule 728, spécimen pour un cirque) monteuse de ligne, pompière, avocate que l'on ne peut appeler ''Maîtresse'' cependant. Soldate, mais qui ne peut porter un sac à dos de 55 Kg. ni monter un poteau électrique avec des crampons, car il leur faut une nacelle, ni descendre d'une échelle sur leurs épaules un quidam de 90 Kg pris au piège d'un incendie et ni tenir un boyau d'arrosage à forte pression. Et j'en passe. Elle revendique le statut d'être des hommes. Qui hait le plus la femme et en même temps dévirilise l'homme?

 

soldats talons aiguilles.jpg

L'armée de terreur.

 

Vous verrez dans la vidéo de jeunes soldats américains porter des souliers de femmes à talons hauts pour comprendre les souffrances qu'endurent les femmes. Merde, mais ce sont elles qui ont choisi de porter des talons aiguilles. J'ai mon voyage. 

La vidéo je l'ai dit est en anglais.

 
           


                                  LA FRANCE AUSSI A DU TALENT
          

 

La France a du talent.png

FRANCE'S GOT TALENT (2013)

Au Québec le Ministère de la Santé paie la fécondation IN VITRO... pour favoriser la croissance des naissances. Or, les 2/3 des femmes qui ont recours à ce service sont des couples de lesbiennes. ALLO ! Wake up! Je n'invente rien. C’est quoi au juste la famille ?

Vous (pas toutes les femmes s’entend) en vous soumettant au discours idéologique et radical des féministes misandres avec pour fossoyeur, le célèbre meurtrier d’enfants en croissance dans le sein protecteur de leur mère, le docteur Henry Morgentaler vous nous avez imposé l'avortement, et tout récemment l'euthanasie, vient la théorie du genre et pèse sur nos médias et nos politiciens la menace d’entendre hurler les inquisitrices de la Fédération des femmes du Québec si ils en parlaient ou oseraient remettre en question la culture mortifère. Tout le monde le sait, mais personne n’en parle. J’ose.

Et à quand l'eugénisme? 

Une enquête réalisée pour le compte de Radio-Canada, il y a quelques années, nous apprenait que la majorité des garçons qui sortaient des CEGEPS refusaient d'aller en médecine, car ils croient, je ne sais pas pourquoi, c'est une profession pour les femmes avant tout. 

De plus en plus on parle du problème démographique de ses effets négatifs, mais on ne dit jamais pourquoi nous avons ce problème. Or, facile les femmes ne veulent plus avoir d'enfants, elles veulent réussir leur carrière. Pas toutes, mais un trop grand nombre.

Rendu à 75 ans, je ne suis guère optimiste. Je vois notre peuple basculer dans la tombe des civilisations disparues. 

J'espère, malgré tout, que des hommes et des femmes auront le courage et l'audace de se remettre en question et de reconnaître et dire qu'ils étaient dans l'erreur. Le prix de la Liberté pour chacun c'est la Vérité et sans elle l'amour s'étiole et meurt. 

Or j'espère que la Vie sera notre choix. 

Charles Éd. Durand

ADDENDA: Lire les commentaires de lecteurs que vous trouverez sur la colonne de droite. N'hésitez pas à écrire les vôtres. Ne pas tenir des propos orduriers irrespectueux ou préjudiciables. Ce site ne les tolérera pas ni les attaques ad hominem.

Photos : Prise d’écran Gavin Mcinnes et soldiers, d'un jeune russe.

Photo: Prise d'écran France's Got Talent (audition 2013)

Source : Rebel Media by Gavin Mcinnes

Video: Rebel Media : GAVIN McINNES

Tags: anti-male, dévirlité,  Ministère de la Santé, In Vitro, lesbiennes, Fédération des femmes du Québec, CEFEPS, Radio-Canada, eugénisme, théorie du Genre, Liberté, Vérité, Amour.

07/02/2015

L’égérie députée Véronique Hivon grande promoteuse de l’euthanasie est contente.

En ce temps hivernal je vous reviens et suis heureux de me retrouver sur le sentier…malgré le froid et les bordées de neige. Je ne vous parlerai pas de cette guerre contre la Russie que prépare Obama. Pour mémoire au président des États-Unis : Les Croisés furent les premiers à attaquer les Islamistes qui interdisaient aux chrétiens et juifs de faire leur pèlerinage en Terre Sainte.

 

Croisées n'étaient pas comme les Islamistes..jpg

 

                       neige10.jpg

                                                                                                                            Bonjour à tous ,

Je suis sorti de l'hôpital Mont Sinaï hier le 6 février. La durée de mon hospitalisation fut de 24 jours, ordre de mon pneumologue j'étais en un état lamentable pour ne pas dire plus. Je suis maintenant sous oxygène à la maison.

 

mt_sinai.jpg

 

 

Cet hôpital est spécialisé pour les maladies pulmonaires. On y est bien traité et surtout dès l'accueil (Anny nous met de suite à l'aise) on sent déjà qu'ici ce sera très différent... Oui le personnel est qualifié et on nous prend en charge dès notre arrivée et personne ne nous force ou pousse dans le dos on connait notre maladie. On est suivit par un pneumologue et une médecin omnipraticienne, un inhalothérapeute, une équipe de physiothérapeutes qui nous évalue et vite on se sent comme en une famille. Julie en est la mère. D'autres intervenants nous expliquent comment augmenter notre qualité de vie, établir les priorités. On pose des questions et on nous répond. Le médecin qui vous voit prend le temps qu'il faut pour vous. Jamais je ne me suis senti bousculé. Et il y a tout le personnel soignant : infirmières et les auxiliaires attentionnés comme la préposée au ménage des chambres qui a toujours une histoire à nous raconter etc. Et ce qui rend le séjour agréable c'est que l'on y mange très bien. On est chouchouté. Bref le malade est avant tout une personne et on se sait respecté. Bref je me suis renforcé.

Vu mon état il n'est plus question de voyager, déjà je me savais atteint du MPOC soit d'emphysème et d'une bronchite chronique. C'est une maladie dégénérative dont on ne peut guérir. La respiration peut se contrôler il faut l'apprendre, à éviter cependant tout stress ou état anxieux elle devient plus difficile. L'effort est suffoquant, le cœur en subit les assauts, car il est soumis à rude épreuve. On peut cependant stabiliser la maladie. Il faut se nourrir convenablement. Bon je ne vous soumettrai pas tout ce qui peut faciliter la vie.

Comment une réponse aura permis que ma santé décline à grande vitesse. Une nouvelle adjointe infirmière de mon pneumologue que j'avais appelée au début de l'été m'avait répondu qu'il ne me voulait plus comme patient. Il a fallu qu'un pirate s’immisce, en novembre 2014 je crois, sur mes Courriels pour qu'une kinésiologue de l’Hôpital X-X me téléphone, car elle trouvait surprenant que j'aie pu commettre autant de fautes de français ; tout en parlant, je lui dis que je n'étais plus le patient de mon pneumologue. Que de mois angoissants, car je réalisais que ma santé dégénérait... mes proches me disaient : téléphone-lui, je ne pouvais pas tout arrivait chez son adjointe... alors j'attendais la fin. Depuis le départ de L..se il y a eut quelques changements de personnel, pas toujours agréable, loin s'en faut, pour le docteur. Celle-ci qui succédait à d'autres depuis la promotion de (L...se). Elle aurait été instruite de m'éliminer de la liste vu le délai depuis ma dernière visite. Or je n’avais pas eu de date de convocation où je devais le voir. (Avant on téléphonait à L…se, ce que je faisais volontiers et tout se réglait en moins de deux, or depuis son départ…le doc ne l’eut pas facile, mais passons). Mon interlocutrice en était fort surprise. Elle me dit je vois le médecin demain, elle ne le croyait pas et me disait, je le connais ce n'est pas possible. Le lendemain elle me téléphona pour me donner la date de mon rendez-vous avec mon pneumologue. Voilà une intervenante qui est avant tout humaine et ne s'encage pas sous un code de procédurites. Elle œuvre auprès de malades mal en point et non elle n’est pas une plombière qui manipule la tuyauterie.

De plus en plus les médecins doivent déléguer à des subalternes ou autres des responsabilités, or, trop de ces personnes sont des procédurières ils suivent à la lettre les instructions, c'est ç'a qui tue...(They goes by the Book) lentement mais sûrement. Exit les personnes âgées.

Serait-ce sur la liste des nouvelles valeurs du Québec? Bien sûr ce n'est que spéculation oiseuse ; vicieuse dirait la députée du comté de Joliette. Par exemple hier je recevais l’inhalothérapeute (fonctionnaire) de l’hôpital Y-Y. Elle remettait en question la décision du pneumologue de l'hôpital M-S. Elle considérait que je n'avais pas besoin d'oxygène. Elle me demanda de retirer les canules de mes narines au repos puis me dit de les remettre et cinq minutes après me dit que je n'avais pas besoin d’oxygène que ma saturation au repos donne 90° oxygène. Or j'avais les canules et ma respiration était revenue à la normale. En aucun cas elle n'a voulu me montrer son appareil et quand je lui parlé de l'appareil elle m’intima de ne pas me procurer de saturète que cela ne ferait qu’augmenter mon anxiété. Voilà pensais-je qu’elle s’assure qu'elle respecte les quotas qui lui ont été fixés. Bref, les objectifs prévisionnels annuels du Ministère de la Santé seront atteints et dans son dossier elle recevra une excellente mention d’excellence.

Donc je sais que dans 3 mois elle me retirera l’oxygène, car je ne répondrais pas aux normes fixées par les Hauts Fonctionnaires du Ministère de la Santé. Or que je sache, je dois marcher, m’habiller, faire mon épicerie, manger, aller au parc, me rendre à l’hôpital 3 fois par semaine ou simplement me rendre dans un centre d’achat prendre le café, bref voir le monde et au quotidien faire des exercices pour favoriser le maintien et l'amélioration de la masse musculaire. Or tout ça n’est pas pris en compte. Statufié comme le David de Michel Ange? Come on! S'imagine-t-on dans la Haute fonction du Ministère que nous sommes fixés sur un socle sans bouger?                                    

Désolé de vous faire part de mes états d’âme, mais je vous les livre, car en ce moment la compassion devient rarissime bien qu’elle soit invoquée par toute une frange d’anges de la mort dont l’égérie députée de Joliette Véronique Hivon grande promoteuse de l’euthanasie. Euthanasie! OMG, j'ai osé l'écrire, j’oubliais que sa définition est disparue, car elle ne plaît pas aux tenants de la culture de mort, de tous ces laïcistes des valeurs passagères actuelles du Québec post-moderne. Avant il y avait la Norvège, les Pays-Bas (Netherlands) et la Belgique et maintenant le Canada en est le 4e pays. Peu de gens parlent de soins palliatifs… bien sûr cela coûte cher et cette compassion où l’amour est réellement vécu et donnée par un personnel (équipe d’intervenants) dévoué et dédié au bien-être du malade en phase terminale est une valeur peu évoquée dans les médias, pas de débats, en sorte qu'ils suscitent peu d’intérêts chez les décideurs politiques, et chez les pro-choix ( Pro choice). En fait pas question d'en discuter (même argument invoqué sous Adolphe Hitler), car les soins palliatifs ne correspondent pas aux valeurs de profits, [ces vieillards et malades ne contribuent plus d'argent sonnant à l'État] aux égoïstes, et si tant est que ces malades et ces vieillards leur état les dérange... Pourtant ils ont beaucoup à apporter.

Sait-on qu'au merveilleux pays du Québec il y a 3 suicides par jour? L'amour est évacué. Bafoué discrédité ce temps où les frères et sœurs étaient présents et actifs dans la cour de récréation. Leur présence nous accompagnait. On ne savait pas  à cet âge, mais on réalise en vieillissant qu'ils étaient le prolongement de la famille. Les parents savaient que nous n'étions pas en danger. L'oisiveté? on ne connaissait pas ça. Encadré certes mais ces religieux et religieuses étaient des formateurs dédiés à notre éducation et il y avait des jeux etc. 

On invoque toutes sortes d’arguments pour tuer, on considère que les diagnostics comme celui de la dépression est une maladie mentale (voir l’alinéa assez flou inscrit (vraie passoire) dans la décision de la Cour Suprême du Canada qui autorise désormais l’euthanasie, c’était hier le 6 février 2015). Bref ceux qui ont de l'argent vont s'installer sous un ciel moins menaçant et plus clément. Ce que font les Néherlandais qui vont s'établir en Allemagne dans le Lander de Hess où les proches ne les atteindront pas. Tout ici est question d'argent. On adore le veau d'Or.

Puisse l'amour de Dieu régénérer les cœurs endurcis. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés (paroles de Jésus). Quand les homme vivront d'amour cesseront ces tueries, ces guerres, ces massacres au nom d'Allah ou de l'Hindouisme et cette culture mortifère, qui sévit chez nous, menace le reste d'humanisme que nous avaient légué nos ancêtres. La famille c'est l'aïeul les grands parents, les vieillards, les oncles et tantes, les parents les enfants et les jeunes adultes. C'est dans ce cercle de la famille que se cultive l'amour de toute vie. 

Bon dimanche.

Charles Éd. Durand

Photos : Neige a neigé, hôpital Mont Sinaï

tags: MPOC, hôpital Mont Sinaï, Kinésiologue, Livre de procédures, Ministère de la Santé, hauts fonctionnaires, inhalothérapeute, saturation, oxygène, anxiété, stress, physiothérapeute, pneumologue, infirmière, omnipraticienne, MPOC, Véronique Hivon, soins palliatifs, décideurs politiques, Pro choix, Adolphe Hitler, vieillards, égoïstes, Lander de Hess, Cours suprême du Canada,   Amour.

04/11/2014

Raymond Gravel, prêtre et grand humaniste du catholicisme au protestantisme.

abbé Raymond Gravel.jpg

Texte de M. Paul-André Deschesnes, théologien, sur le prêtre adulé des progressistes, des athées et de la gauche au Québec. M. Raymond Gravel était incardiné dans le diocèse de Joliette et était un ami personnel de l'Évêque du lieu. Il est décédé le 11 août 2014. N.B.: Ce jour nous célèbrons la Saint Charles (Boromée).

Charles Ed.

Au Québec, cet événement a pris l'allure d'un véritable tremblement de terre. La télévision a interrompu sa programmation régulière pour annoncer la terrible nouvelle et diffuser ensuite des émissions spéciales durant une semaine. Les drapeaux ont été mis en berne pendant que les hommages fusaient de toutes parts.

Le 15 août 2014, de grandioses funérailles religieuses ont été célébrées par l'évêque du diocèse de Joliette,  un ami personnel du défunt prêtre. Remplie au maximum de sa capacité par de nombreux prêtres et laïcs, par une importante brochette d'hommes et de femmes du monde politique, médiatique et artistique, la cathédrale de Joliette a vécu un moment historique. On a même dû installer à l'extérieur des écrans géants. Du jamais vu !

Mais pourquoi ce prêtre, théologien, spécialiste des Écritures saintes, conférencier, aumônier, politicien, animateur spirituel, chroniqueur dans plusieurs journaux, prédicateur de retraites, invité spécial dans de nombreuses paroisses du Québec et vedette de la télévision depuis plusieurs années, a-t-il suscité un tel tsunami de popularité ?

 

                         RAYMOND GRAVEL, L'HUMANISTE

 

L'abbé Gravel a été un homme d'une bonté immense, simple, humble, compatissant, toujours prêt à rendre service, défendant le faible et l'opprimé, accompagnant les mourants, se rangeant toujours du côté des pauvres, des démunis et des exclus de notre société. Il était un champion des droits individuels, de la justice sociale, de la liberté de conscience, de la compassion, de la tolérance, du progressisme, du modernisme et de l'ouverture. Il détestait au plus haut point la loi et l'ordre, le dogmatisme, la morale culpabilisante, les carcans et les obligations. Il s'autoproclamait très délinquant. Il a toujours refusé de juger quoi que ce soit ; même dans  les pires scénarios comme l'affaire Turcotte, ce cardiologue qui avait tué ses deux enfants, Raymond Gravel était là pour prendre la défense de cet assassin pendant que la population criait vengeance.

Mais, pourquoi ce simple curé de paroisse était-il devenu en l'espace de deux décennies une des figures les plus connues du Québec, extrêmement populaire, aimée et adulée partout ? Pourquoi tous les médias se l'arrachaient-ils ?  Pourquoi les réseaux de télévisions, les journaux et les magazines lui déroulaient-ils le tapis rouge ?

Nous connaissons tous de nombreux prêtres au Québec qui sont de grands humanistes profondément engagés dans notre société, qui vivent sur le terrain les mêmes valeurs sociales que celles vécues et promues par l'abbé Gravel. Mais pourquoi ces curés restent-ils dans l'ombre? Pourquoi les médias ignorent-ils ces grands humanistes? Pourquoi ne les voit-on jamais à la télévision?

 

               RAYMOND GRAVEL, LE THÉOLOGIEN REBELLE.

 

Dans un entretien téléphonique d'une heure avec l'abbé Gravel, il y a quelques années, celui-ci m'a informé qu'il s'était donné pour MISSION de changer en profondeur l'Église catholique romaine. "Je veux, a-t-il dit, brasser la cage et faire évoluer le Vatican tout en restant à l'intérieur de l'Église, en dénonçant sur la place publique toutes les énormités véhiculées par cette institution moribonde et moyenâgeuse et en exigeant les réformes qui s'imposent ." (Fin de la citation) L'immense popularité de Raymond Gravel se situe à ce niveau. Il était devenu le porte-parole officiel d'une partie des prêtres, évêques, théologiens et laïcs québécois qui ne supportent plus le Magistère et la saine doctrine enseignée par les derniers Papes (Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI).

Tout le Québec  l'applaudissait : enfin, voilà un prêtre à la mode du temps présent qui n'a pas froid aux yeux et n'a pas peur de tout remettre en question en nous présentant une théologie jovialiste qui contredit l'enseignement officiel de l'Église. Voilà pourquoi l'abbé Gravel est devenu en peu de temps aussi populaire auprès des croyants, des pratiquants, des agnostiques et même des militants athées. Voilà pourquoi les médias le présentaient comme un héros qui osait affronter Rome et dicter au Pape la marche à suivre.

L'abbé Raymond Gravel enseignait souvent en toute impunité des hérésies et de fausses doctrines. Il remettait en question certains dogmes (Infaillibilité du Pape, Immaculée Conception, Virginité de Marie, Chasteté de Joseph, Assomption, Ascension du Christ, Conception virginale de Jésus par l'opération du St-Esprit, etc.). Il considérait qu'une très importante partie de la Bible est constituée de mythes, légendes et histoires peu crédibles. Il avait une conception un peu biaisée et tordue de la Présence réelle du Christ dans l'eucharistie et du péché originel. Il enseignait que l'homosexualité doit être considérée sur le même pied d'égalité que l'hétérosexualité. L'abbé Gravel présidait la messe un dimanche par mois dans une église catholique en plein cœur du Village gai à Montréal. Il n'avait pas peur de faire partie du défilé annuel de la fierté gaie dans la Métropole. Il voulait être le premier prêtre au Québec à célébrer un mariage gai reconnu officiellement par l'Église catholique. Raymond Gravel défendait le divorce, la contraception, le libre choix des femmes d'avorter, le concubinage  et l'euthanasie. (Quelques semaines avant sa mort, il déclarait à l'animateur de l'émission religieuse «Second Regard» à Radio-Canada "qu'il appuyait la loi légalisant l'euthanasie au Québec votée au printemps dernier, car la souffrance n'a AUCUN sens et Dieu ne veut surtout pas ça"). Il faisait la promotion du mariage des prêtres et du sacerdoce pour les femmes. Pour lui tout le monde ira directement au ciel et il n'y aura ni jugement particulier, ni jugement général, car Dieu ne juge jamais. Il remettait également en question l'existence du purgatoire et de l'enfer.

Dans le journal «Le Devoir» du 12 août 2014, on parlait de Raymond Gravel comme «d'un homme de foi iconoclaste et peu orthodoxe qui a su moderniser les messages bibliques avec son franc-parler et adapter ces textes archaïques aux nouvelles réalités contemporaines».

 

Abbé Gérard Marier.JPG

Dans le journal «Le Nouvelliste» du 14 août 2014, un populaire prédicateur, l'abbé Gérard Marier, résumait sa pensée en parlant de la théologie de Raymond Gravel : "il a été une véritable SENTINELLE, car il n'avait pas peur de poser les vraies questions à une Église dont le discours est souvent d'un autre âge".

La théologie de Raymond Gravel qui voulait tout revoir et corriger ne tient absolument pas la route au niveau de la morale, des dogmes et de la doctrine. Toutes ses interprétations scripturaires dites très audacieuses pour plaire au monde moderne ne sont pas catholiques, mais font bien l'affaire de nombreux prêtres modernistes et d'une majorité de catholiques pratiquants qui ont été fortement contaminés par cette théologie très jovialiste qui enchante le bon peuple et qui sème le doute et la confusion.

Dans le «Journal de Montréal» du 16 août 2014, la co-chef et députée de Québec-Solidaire, un parti séparatiste d'extrême gauche d'allégeance marxiste-léniniste, Mme Françoise David, déclarait : "L'abbé Gravel, c'est quelqu'un qui se tenait debout devant l'Église catholique, une institution archaïque sur beaucoup de questions. Il y restait et courageusement, il voulait la transformer". Aux élections provinciales d'avril 2014, l'abbé Gravel a avoué publiquement avoir voté pour Québec-Solidaire.

L'abbé Gravel ne voulait pas entendre parler du nouveau Catéchisme de l'Église Catholique publié en 1992 sous Jean-Paul II. Sa théologie et son enseignement occultaient également les commandements de  Dieu et de l'Église, les péchés capitaux, la discipline ecclésiastique, les directives de Rome, les encycliques et les documents pontificaux.

Il revendiquait constamment une très grande autonomie pour les Églises locales au niveau de la liturgie, de la morale, de la discipline ecclésiastique et même de la doctrine, tout en remettant en question l'autorité du Magistère romain.

Le maître à penser de l'abbé Gravel était le théologien rebelle mondialement connu Hans Küng, toujours prêtre catholique, qui n'a plus le droit d'enseigner au nom de l'Église depuis la fin des années 1970. Les idées qui étaient véhiculées par l'abbé Gravel sont les mêmes que  celles enseignées et popularisées par les Lumières, les rationalistes protestants comme Bultmann et les modernistes français comme Loisy et Renan. La théologie de l'abbé Gravel est beaucoup plus protestante que catholique.

 

               RAYMOND GRAVEL, LA VEDETTE MÉDIATIQUE

 

Tous nos médias et plusieurs paroisses du Québec ont donné à ce prêtre rebelle de très larges espaces d'expression pour qu'il répande à profusion sa théologie dite d'avant garde. On le présentait comme un prêtre prophétique, un révolutionnaire et un libre penseur. Dans le journal «La Presse» du 12 août 2014, le populaire chroniqueur athée Patrick Lagacé saluait l'abbé Gravel comme «Le seul soldat de l'Église québécoise capable de remettre en question PUBLIQUEMENT le dogme hyper conservateur édicté par la hiérarchie ultraconservatrice de Rome» (sic). Le chroniqueur de «La Presse» nous informait également qu'il avait reçu des courriels de l'abbé Gravel où celui-ci ne se gênait pas pour parler des obscurantistes du Vatican tout en contredisant abondamment l'enseignement et le message officiel de l'Église car il voulait, selon Patrick Lagacé, tout simplement que l'Église s'adapte et s'ajuste aux nouvelles idées à la mode de notre monde moderne. Pour Gravel, c'était la seule solution pour sauver l'Église.

 

                    RAYMOND GRAVEL, UN HÉROS NATIONAL

 

Quelques semaines avant de mourir l'abbé Gravel a accepté de livrer ses états d'âme au journaliste Paul Toutant pour le magazine «Le Bel Âge» de juillet 2014. Il en a profité pour réaffirmer encore une fois toutes ses idées, à savoir qu'il "faut adapter l'Église aux réalités contemporaines et ajuster la morale aux nouvelles valeurs", ajoutant que "le Pape Jean Paul II a fait reculer l'Église de cent ans et que Benoît XVI a toujours privilégié la droite rigide".

Raymond Gravel était continuellement au premier plan de l'actualité pour attaquer et ridiculiser l'enseignement du Magistère, car "cette doctrine ne tient plus la route aujourd'hui" comme il se plaisait à le marteler publiquement haut et fort au grand plaisir de nombreux prêtres et laïcs. Notre population athée, païenne et apostate l'applaudissait à tout rompre. Nous avions enfin un prêtre qui n'avait pas peur d'attaquer de front l'Église catholique. Et quel délice pour tous nos médias athées !

Raymond Gravel adorait les débats et la CONTROVERSE. Il rêvait de mettre Rome à genoux devant sa théologie postmoderne. Il faut rappeler ici sa courte carrière de député de gauche à Ottawa pendant à peine deux ans. Durant son mandat, il vota CONTRE tous les projets de loi pro-vie présentés au Parlement ayant pour but de reconnaître des droits pour le fœtus.

En 2011, l'abbé Gravel intentait une poursuite judiciaire d'un demi-million de dollars contre les deux mouvements pro-vie canadien et québécois (LifeSiteNews) les accusant de diffamation à son endroit. En effet, il soutenait qu'on ne pouvait pas dire qu'il était pour l'avortement. Pourtant sur la place publique, il avouait candidement être contre l'avortement, mais être en même temps pro-choix, c'est-à-dire pour le droit des femmes d'avorter en toute liberté. Quelques mois avant sa mort, il a accepté une entente à l'amiable pour mettre fin au litige.

ADDENDA :Lire le commentaire de Pierre M, sur l'histoire de la poursuite de l'abbé Gravel pour diffamation. Vous le trouverez  tout en bas à 18:38 Publié dans...commentaire. 

Abbé Raymond gravel se félicitait de Morgantaller.jpg

 

Rappelons également que l'abbé Gravel s'est réjoui en 2008 quand le gouverneur général a remis la médaille de l'Ordre du Canada au pionnier des cliniques d'avortement, le docteur Henry Morgentaler, le grand champion de tous ces meurtres en série avec 100 000 assassinats à son actif.

 

                                L'UNANIMITÉ POPULAIRE

 

Pendant deux décennies, Raymond Gravel a fait résonner aux oreilles des Québécois la bonne nouvelle qui plaisait à tout le monde. Il a toujours tenu un discours jovialiste. Il gardait au maximum sa cote de popularité.

Porte-étendard des idées très controversées et très progressistes, il n'avait pas peur des foudres du Vatican. Le journal «Le Devoir» du 13 août 2014 le décrivait «comme un fougueux personnage qui incarne très bien nos nouvelles valeurs à la mode». Il était sur la même longueur d'onde que la majorité des Québécois pour critiquer et même détester le Magistère romain ; il était devenu le grand contestataire d'une Église dont les Québécois souhaitent se débarrasser définitivement. Avec Gravel, la société postmoderne du Québec rêvait d'imposer sa propre conception de la morale et de la liberté, c'est-à-dire une permissivité tous azimuts. Avec ce prêtre à la mode, on était sûr et certain de mettre le dernier clou dans le cercueil de notre épouvantable passé, c'est-à-dire l'époque de la grande noirceur où l'Église catholique nous aurait traumatisés, martyrisés et trompés.

Alors que tous les médias sociaux s'époumonaient à 99 % pour rendre hommage à l'abbé Gravel, un internaute a bien résumé tout ce concert médiatique en disant : "Moi, je ne veux rien savoir ni du Pape, ni de Rome, ni du Magistère ; mon Pape à moi, c'est Raymond Gravel". Oui, comme le disait si bien le journal «Le Devoir», ce prêtre avait épousé les nouvelles valeurs québécoises.

L'abbé Raymond Gravel est décédé. Il n'a pas réussi à réformer l'Église catholique selon ses idées très populaires. Il a espéré jusqu'à la dernière minute que le Pape François annonce des réformes majeures en profondeur au niveau moral et doctrinal. Cela ne s'est pas produit et cela ne se produira pas... L'Église catholique, ce n'est pas une démocratie où la dictature des sondages populaires fait la loi. La quasi-unanimité de l'opinion publique n'est surtout pas un gage d'authenticité, de sûreté, de sagesse et de volonté divine quand il est question de morale, de foi et de doctrine.

Tous les athées du Québec adoraient l'abbé Gravel, pas pour son humanisme, mais bien plutôt pour son entêtement et sa façon cavalière et souvent méprisante d'attaquer ouvertement sur la place publique l'enseignement officiel de l'Église catholique romaine.

Dans le «Journal de Montréal» du 12 août 2014, l'éditorialiste athée et souvent très violent et très vulgaire envers l'Église catholique, Richard Martineau, rendait hommage à l'abbé Gravel en affirmant que ce prêtre n'avait pas peur "de brasser la cage et de secouer les certitudes béates des grenouilles de bénitier".

Alors, ceux et celles qui ne pensent pas comme l'abbé Gravel seraient-ils  de pauvres grenouilles de bénitier qui ont refusé d'évoluer et de suivre la parade populaire, c'est-à-dire une foule en délire se nourrissant d'une théologie jovialiste, succulente et accommodante ?

Raymond Gravel va passer à l'histoire. Il aura été le prêtre le plus contestataire, le plus populaire, le plus controversé, le plus audacieux et le plus hérétique  du dernier siècle. Si Raymond Gravel avait posé tous ses gestes humanitaires de compassion, de charité et de dévouement, en restant fidèle au Pape, au Magistère et à l'enseignement de l'Église, les médias l'auraient complètement ignoré.

Raymond Gravel a été un très grand humaniste. Malheureusement, il a été surtout un théologien et un spécialiste des Écritures saintes peu fiable, beaucoup trop audacieux et révolutionnaire, non conforme  à l'enseignement de l'Église catholique.

Raymond Gravel est mort. Il ne reste plus qu'à prier pour le repos de son âme, même s'il a dit avant de mourir à l'émission télévisée «Second Regard» "qu'il n'avait pas peur de la mort et qu'il était certain de bien s'arranger avec le Bon Dieu en arrivant au ciel".

Paul-André Deschesnes

Diplômé en théologie (Bacc. 1964) Faculté de théologie. Université de Montréal.

Photos: Raymond Gravel, l'abbé Gérard Marier, Morgentaler et Michaëlle Jean.

tags: Raymond Gravel, jovialiste, Hans Küng, Diocèse de Joliette, Pro-choix, Patrick Lagacé, Richard Martineau, Françoise David, Québec solidaire, marxiste léniniste, Bloc québécois, député, Abbé Gérard Marier, Morgentaler, Michaëlle Jean, Ordre du Canada, Paul VI, Jean-Paul II, progressiste, protestant.